Les savoirs autochtones dans les îles du Pacifique et les Nations unies Décennie de l'Océan

L'UNESCO

Les savoirs autochtones dans les îles du Pacifique et les Nations unies Décennie de l'Océan

Les savoirs autochtones dans les îles du Pacifique et les Nations unies Décennie de l'Océan 658 387 Décennie de l'Océan

Les États membres de l'UNESCO sont réunis à Paris pour étudier et adopter une nouvelle stratégie à moyen terme de 8 ans qui mettra davantage l'accent sur les connaissances autochtones et locales comme partie intégrante de sa stratégie pour atteindre les objectifs de développement durable et lutter contre le changement climatique.

La Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l'UNESCO et le programme LINKS (Local and Indigenous Knowledge Systems) des sciences naturelles se sont associés pour organiser un événement en ligne sur les connaissances indigènes de l'environnement marin dans la région du Pacifique.

L'événement a permis de lancer deux nouveaux rapports commandés par l'UNESCO sur les connaissances ancestrales des insulaires du Pacifique en matière de voyage. L'UNESCO a commandé ces travaux qui donnent un aperçu de l'histoire, du patrimoine et de la situation actuelle des connaissances ancestrales des insulaires du Pacifique en matière de voyage, en mettant l'accent sur les connaissances et les compétences des femmes insulaires. L'objectif est d'impliquer les détenteurs de savoirs autochtones dans les discussions nationales et régionales clés sur l'avenir de l'océan, les moyens de subsistance durables et la promotion des savoirs traditionnels dans le cadre de la stratégie de renforcement des Nations unies Décennie de l'Océan.

M. Peter Thomson, envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies pour les océans, a diffusé un message vidéo en soutien à l'événement, attirant l'attention sur le lien entre les connaissances autochtones et locales et les objectifs de la Décennie des Nations unies pour l'océanologie au service du développement durable.

"Les détenteurs de divers systèmes de connaissances, y compris les détenteurs autochtones et locaux, seront essentiels au succès de cette Décennie". a déclaré M. Thomson. Ces différents experts doivent être réunis afin de garantir la fourniture conjointe de connaissances pour la prise de décision. M. Thomson, lui-même issu de l'héritage écossais de la voile, s'est émerveillé de l'extraordinaire habileté des navigateurs du Pacifique, des milliers d'années avant que les outils de navigation ne soient développés en Occident. "Le savoir indigène impliqué dans ces voyages ancestraux est une source d'humilité pour ceux qui sont venus après", a déclaré M. Thomson.

L'événement a été ouvert par le sous-directeur général pour les sciences naturelles, qui a souligné le lien important entre l'ONU Décennie de l'Océan et la mobilisation des connaissances autochtones, y compris les connaissances spécialisées des femmes.

S.E. l'Ambassadeur Nathalie Rosette-Cazel (Îles Cook) a parlé de l'importance de l'océan et du patrimoine de la navigation et du voyage pour le Pacifique. Mme Rosette-Cazel, qui est également présidente du groupe des PEID à l'UNESCO, a souligné que le canoë traditionnel, ou waka, est un symbole de la stratégie de développement des îles Cook et est profondément lié à l'identité nationale.

"La culture et notre environnement sont les fondements des moyens de subsistance du Pacifique et la mesure de notre succès. L'océan représente plus de 99 % de notre géographie physique ! C'est pourquoi le cadre culturel régional du Pacifique utilise une métaphore du canoë et une technique de narration pour décrire notre voyage et tracer la voie à suivre pour atteindre notre objectif dans les dix prochaines années. ... [nos priorités] comprennent la protection et la promotion de notre patrimoine culturel, le renforcement des mécanismes institutionnels pour faire progresser la culture, la promotion de l'innovation culturelle pour les générations futures et l'intégration du bien-être culturel dans le développement durable", a partagé Rosette Cazel.

Nigel Crawhall, chef de section pour LINKS, a présenté le panel. L'UNESCO a une longue histoire dans le Pacifique et a travaillé sur une série de projets relatifs aux savoirs autochtones dans différentes parties de la région. Avec le soutien de la section des PEID de l'UNESCO, elle est heureuse d'avoir pu commander les nouveaux rapports qui mettent en évidence le lien entre les savoirs autochtones et le site Décennie de l'Océan. Il a également noté que 2022 marque le début de la Décennie internationale des langues autochtones (IDIL) des Nations unies, une occasion supplémentaire de faire entendre des voix qui ne sont pas souvent entendues dans les espaces politiques.

Marianne 'Mimi' George (Hawai'i, USA), l'auteur des rapports de l'UNESCO, a partagé son point de vue sur les deux nouveaux rapports sur les connaissances ancestrales en matière de voyage. Elle a souligné que le voyage était autrefois au cœur des économies, des relations, de la culture et du savoir-faire du Pacifique. Alors qu'aujourd'hui, il y a relativement peu d'insulaires qui peuvent utiliser les moyens traditionnels de construction de bateaux, d'approvisionnement et de navigation, ceux qui détiennent ces connaissances se trouvent sur des îles éloignées, en particulier dans le Pacifique occidental. Le site Décennie de l'Océan et ces initiatives permettent de valoriser ces connaissances et d'apporter un soutien accru à leurs détenteurs. Le message clé de George est que les anciens veulent enseigner le savoir à une nouvelle génération, et qu'une grande partie de ce savoir est détenu par des femmes.

George a insisté sur le fait qu'il existe de nombreux systèmes de navigation dans le Pacifique, différentes compréhensions des courants océaniques, des migrations des mammifères marins, différentes traditions de construction de bateaux et une capacité variée à poursuivre les voyages. Depuis la renaissance du Hōkūle'a à deux coques en 1975, il existe une nouvelle génération de voyageurs et d'éclaireurs du Pacifique qui utilisent diverses technologies.

Le Dr Dan Hikuroa (Nouvelle-Zélande, Commission nationale) a parlé de la nécessité d'utiliser la connaissance la plus large possible de l'océan pour faire face aux défis actuels. Il a expliqué comment la Nouvelle-Zélande a établi son plan de travail national en y intégrant des connaissances diverses. M. Hikuroa a expliqué comment la Nouvelle-Zélande a créé son comité national UN Décennie de l'Océan dans l'intention expresse de mobiliser diverses expressions de connaissances et de compréhension. La langue Māori et en particulier le savoir, le mātauranga, est un élément clé de la stratégie.

Le message de Hikuroa a ensuite été repris par le délégué permanent de la Nouvelle-Zélande auprès de l'UNESCO, Nikki Reid, qui a encouragé l'UNESCO à reconnaître la valeur du savoir indigène et à intégrer cette expérience collective dans l'effort mondial pour parvenir à des résultats durables. Mme Reid a également établi un lien entre le savoir autochtone et la participation des peuples autochtones et les Nations unies ( Décennie de l'Océan).

Mme Myjolynne Kim (Chuuk, FSM) a parlé de l'importance des connaissances traditionnelles, des mythes et de l'expertise technique des femmes. Kim est une historienne qui a passé du temps à travailler avec les femmes rurales de Chuuk sur leurs systèmes de connaissances, sur la façon dont les connaissances et la culture façonnent la vie quotidienne et sur la façon dont elles sont transmises de manière appropriée. Kim a insisté sur la nécessité d'être pleinement inclusif et d'atteindre les habitants des îles qui ne sont pas connectés à l'électricité et à l'internet.

Kim a parlé des préjugés concernant les femmes et la navigation. Le travail de George a permis de documenter l'héritage des femmes navigatrices et des héroïnes mythiques traditionnelles. Kim l'a affirmé en racontant le conte chuukais selon lequel une femme a rejoint un canoë de voyage et les hommes se sont retournés contre elle, disant que cela portait malheur d'avoir une femme à bord. Le seul vieil homme sur le bateau a averti les jeunes hommes de ne pas être téméraires, et de se souvenir que la femme avait de la famille. La femme fut jetée par-dessus bord et laissée à la noyade, mais ses fils, deux requins, non seulement la sauvèrent mais chassèrent les voyageurs, n'épargnant que le vieux sage.

Katy Soapi (Fidji), de la Communauté du Pacifique (CPS), a été invitée à s'exprimer sur les plans régionaux pour le site Décennie de l'Océan et sur le rôle des connaissances autochtones. Elle a affirmé l'importance de mobiliser à la fois la science et les connaissances autochtones dans la programmation régionale pour le site Décennie de l'Océan.

Le directeur général adjoint de la COI, M. Vladimir Ryabinin, a clôturé la réunion en remerciant tous les participants pour leurs précieuses contributions et leurs conseils sur les approches multipartites et fondées sur des preuves multiples de la Décennie. Il a remercié les intervenants pour le débat riche et instructif, qui lui a donné confiance dans la capacité du site Décennie de l'Océanà mobiliser diverses connaissances et parties prenantes.

***

Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO

La Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO (COI-UNESCO) encourage la coopération internationale dans le domaine des sciences de la mer afin d'améliorer la gestion de l'océan, des côtes et des ressources marines. La COI permet à ses 150 États membres de travailler ensemble en coordonnant des programmes de développement des capacités, d'observation et de services océaniques, d'océanographie et d'alerte aux tsunamis. Le travail de la COI contribue à la mission de l'UNESCO qui est de promouvoir le progrès de la science et de ses applications pour développer les connaissances et les capacités, clés du progrès économique et social, fondement de la paix et du développement durable.

Décennie des Nations unies pour l'océanographie au service du développement durable

Proclamée en 2017 par l'Assemblée générale des Nations unies, la Décennie des Nations unies pour les sciences océaniques au service du développement durable (2021-2030) (" Décennie de l'Océan") vise à stimuler la science océanique et la production de connaissances afin d'inverser le déclin de l'état du système océanique et de catalyser de nouvelles opportunités pour le développement durable de ce gigantesque écosystème marin. La vision du site Décennie de l'Océan est "la science dont nous avons besoin pour l'océan que nous voulons". Le site Décennie de l'Océan fournit un cadre de rassemblement pour les scientifiques et les parties prenantes de divers secteurs afin de développer les connaissances scientifiques et les partenariats nécessaires pour accélérer et exploiter les progrès de l'océanographie afin de parvenir à une meilleure compréhension du système océanique, et de fournir des solutions fondées sur la science pour réaliser l'Agenda 2030. L'Assemblée générale des Nations unies a chargé la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l'UNESCO de coordonner les préparatifs et la mise en œuvre de la Décennie.

Plus d'informations :

Photo : Île de Taumako, îles Salomon, par Marianne "Mimi" George

LA DÉCENNIE DE L'OCÉAN

La science dont nous avons besoin pour l'océan que nous voulons

CONTACTEZ-NOUS

PROCHAINS ÉVÉNEMENTS

S'INSCRIRE À NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Rejoignez #OceanDecade

Préférences en matière de protection de la vie privée

Lorsque vous visitez notre site web, celui-ci peut stocker des informations à travers votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Vous pouvez ici modifier vos préférences en matière de protection de la vie privée. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir une incidence sur votre expérience de notre site web et sur les services que nous sommes en mesure d'offrir.

Pour des raisons de performance et de sécurité, nous utilisons Cloudflare
requis

Activer/désactiver le code de suivi de Google Analytics dans le navigateur

Activer / désactiver l'utilisation des polices Google dans le navigateur

Activer/désactiver l'intégration de vidéos dans le navigateur

Politique de confidentialité

Notre site web utilise des cookies, provenant principalement de services tiers. Définissez vos préférences en matière de confidentialité et/ou acceptez notre utilisation des cookies.