Vision 2030

Le processus de définition de l'ambition stratégique de Décennie de l'Océanà l'horizon 2030

Qu'est-ce que la Vision 2030?

Pour renforcer l'élan en faveur de solutions fondées sur la connaissance des océans, le site Décennie de l'Océan a lancé un processus de définition d'ambitions stratégiques afin d'identifier une mesure commune de la réussite pour chacun des 10 défis du site Décennie de l'Océan à l'horizon 2030.

Il fera le point sur les tendances actuelles, les lacunes et les besoins prioritaires des utilisateurs et identifiera des objectifs et des étapes clés pour mesurer les progrès et renforcer l'impact collectif de la Décennie.

Le processus Vision 2030 apportera une réponse à la question : À quoi ressemble la réussite de ces défis à la fin de la décennie ?

Comment cela fonctionne-t-il ?

Pour définir une ambition stratégique globale et visionnaire, le processus déterminera les besoins des utilisateurs, les ensembles de données prioritaires, les lacunes scientifiques résiduelles, ainsi que les connaissances scientifiques, les ressources ou les infrastructures, les partenariats, le développement des capacités, les solutions technologiques et les infrastructures nécessaires pour chaque défi afin qu'il puisse être relevé d'ici à la fin du site Décennie de l'Océan , en 2030.

Grâce à des indicateurs et des méthodologies concrets, le processus Vision 2030 contribuera à l'évaluation de l'impact du site Décennie de l'Océan, identifiera les priorités en matière de mobilisation des ressources et garantira la pertinence continue des défis au fil du temps.

Découvrez les enregistrements des deux sessions virtuelles ci-dessous.

Cliquez ici pour accéder aux diapositives de la présentation. pour accéder aux diapositives de la présentation.

Comment est-elle structurée ?

Le processus Vision 2030 est coordonné par la COI/UNESCO en tant que coordinateur du site Décennie de l'Océan et dirigé par 10 groupes de travail d'experts, chacun dédié à un défi spécifique.

Ces groupes multipartites, composés de représentants de Actions de la Décennie, de gouvernements, d'organisations intergouvernementales, du secteur privé, de communautés autochtones et locales, de professionnels de l'océan en début de carrière, d'organisations non gouvernementales, d'universités et de fondations philanthropiques, et représentant divers groupes démographiques, de sexe et d'âge, sont dirigés par deux coprésidents experts.

Published in Juin 2024, the 10 Vision 2030 White Papers, each focusing on a specific Ocean Decade Challenge, represent a collaborative effort to develop the science we need for the ocean we want by 2030.

Each White Paper delves into the resources, infrastructure, partnerships, capacity development, and technology solutions necessary to achieve our goals by 2030, providing strategic recommendations to ensure we meet these challenges and pave the way for a sustainable future for our ocean.

Présentation des groupes de travail

Groupe de travail 1 : Comprendre et combattre la pollution marine

Co-présidents :

Capture d'écran 2023-08-25 à 11.29.22 (1)

Rosemary Rayfuse

Rosemary Rayfuse est professeur émérite de droit international à la faculté de droit et de justice de l'UNSW Sydney (Université de Nouvelle-Galles du Sud, Sydney, Australie). Elle est membre de l'Académie des sciences sociales d'Australie, membre du Groupe mixte d'experts sur les aspects scientifiques de la protection de l'environnement marin (GESAMP), professeur invité honoraire à l'École de commerce, d'économie et de droit de l'Université de Göteborg (Suède), professeur adjoint à l'Université de Tasmanie, membre du Comité de l'Association de droit international sur le droit international et l'élévation du niveau de la mer et arbitre dans le cadre du protocole environnemental du traité sur l'Antarctique. Généraliste du droit international public, elle est spécialisée dans le droit de la mer et la protection de l'environnement marin, en particulier les océans polaires, les pêcheries de haute mer, la pollution marine, la biodiversité marine dans les zones situées au-delà de la juridiction nationale, ainsi que le changement climatique et les océans. Elle a publié plus de 300 ouvrages et a conseillé un certain nombre de gouvernements, d'organisations internationales et d'organisations non gouvernementales internationales.

sans nom

Vanessa Hatje

Vanessa Hatje est océanographe et titulaire d'un doctorat en sciences marines. Ses recherches portent sur les métaux traces et le cycle biogéochimique du carbone, ainsi que sur l'influence des processus naturels et anthropiques sur ces éléments. Son groupe de recherche développe de nouvelles techniques analytiques pour détecter les métaux traces, y compris les éléments des terres rares et les contaminants organiques dans les matrices marines. Elle et ses étudiants appliquent ces méthodes nouvelles et préexistantes pour mieux comprendre les facteurs qui influencent le cycle des contaminants à l'état de traces, les transferts aux interfaces continent-océan et les interactions avec les composants biotiques et abiotiques dans les écosystèmes côtiers. Ses projets les plus récemment financés comprennent l'étude des éléments critiques pour la technologie (par exemple, les ETR) dans les environnements marins tropicaux, les isotopes des ETR et du Nd en Antarctique, et la dynamique du Bleu C dans les mangroves et les herbiers marins. Entre 2014 et 2020, elle a été membre du comité scientifique du programme international GEOTRACES. Entre 2019 et 2021, elle a été membre du Groupe consultatif permanent sur les applications nucléaires (SAGNA) de l'AIEA et du Comité de renforcement des capacités du Comité scientifique pour la recherche océanique (SCOR) entre 2017 et 2022. Elle est membre du GESAMP et présidente du groupe de travail du GESAMP WG45 - Climate Change and Greenhouse Gas Related Impacts on Contaminants in the Ocean (Impacts du changement climatique et des gaz à effet de serre sur les contaminants dans l'océan). Elle est rédactrice en chef adjointe de la revue Limnology & Oceanography.

Membres experts :

GT1_Peter_Kershaw

Peter Kershaw

Peter Kershaw est un scientifique indépendant spécialisé dans l'environnement marin et basé au Royaume-Uni. De 1980 à 2014, il a travaillé au Centre for Environment, Fisheries and Aquaculture Science (Cefas) à Lowestoft, où il a participé à un large éventail de projets et d'initiatives de recherche nationaux, européens et internationaux. Ceux-ci portaient sur de nombreux aspects différents de la protection de l'environnement marin, des processus environnementaux spécifiques, des contaminants et des activités aux systèmes socio-écologiques et à l'interface science-politique. Depuis 2014, il travaille en tant que consultant indépendant, principalement dans le domaine international, avec un accent particulier sur les plastiques. Il s'est impliqué dans le GESAMP en 2008, a été président/co-président du WG40 sur les sources, le devenir et les effets des plastiques dans l'environnement marin depuis 2012, et est un ancien président du GESAMP (2013 - 2019). Il a représenté le GESAMP dans plusieurs activités Décennie de l'Océan : i) coprésident de l'atelier sur l'océan propre lors de la réunion de planification mondiale à Copenhague, en mai 2019 ; ii) coprésident du GT1 sur l'océan propre lors de la réunion de planification régionale de l'Atlantique Nord à Halifax, en janvier 2020 ; et iii) conférencier au laboratoire virtuel sur l'océan propre en novembre 2021, dirigeant la séance en petits groupes sur "La quête du changement - la nécessité du partage des connaissances et du renforcement des capacités". Actuellement, il coorganise une session spéciale lors de la conférence scientifique annuelle de la PICES (octobre 2023, Seattle), à titre de contribution à l'objectif "Océan propre", sur : 'L'émergence et l'impact écologique des polluants émergents dans l'environnement marin côtier'.

Paco Bustamante

Paco Bustamante

Paco Bustamante est professeur titulaire à l'université de La Rochelle, où il est également directeur adjoint de l'école doctorale. Ses recherches portent sur la bioaccumulation et le transfert de polluants dans les réseaux alimentaires marins, avec une attention particulière pour les différents compartiments supérieurs, les céphalopodes, les poissons, les oiseaux et les mammifères marins. Outre l'écotoxicologie marine, il travaille sur l'écologie trophique des organismes marins en utilisant des traceurs trophiques (isotopes stables, oligo-éléments, lipides). Il a publié plus de 300 articles dans des revues à comité de lecture dans ces domaines. De 2017 à 2022, il a été membre senior de l'IUF (Institut Universitaire de France), et depuis 2022, il sert d'expert scientifique pour l'OESG (Open-ended Scientific Group) sur l'évaluation de l'efficacité de la Convention de Minamata sur le mercure. principes.

GT1_Lara_Pinheiro

Lara Pinheiro

Lara Pinheiro est une biologiste titulaire d'une maîtrise et d'un doctorat en océanographie, qui ont été principalement axés sur la pollution plastique dans l'environnement marin. Ses recherches vont de l'évaluation de la contamination par les macro- et microplastiques dans les systèmes côtiers (plages de sable, marais salants et mangroves) à la compréhension de l'impact de ces polluants sur les invertébrés, en passant par ses travaux actuels visant à développer des alternatives sûres aux plastiques à base de pétrole en s'appuyant sur les principes de l'économie circulaire.

GT1_Heidi_Fiedler

Heidelore "Heidi" Fiedler

Heidelore "Heidi" Fiedler est professeur de chimie à la retraite de l'université d'Örebro, en Suède (2015-2021). Avant cette affectation, elle a travaillé pendant 15 ans au service des produits chimiques du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) à Genève, en Suisse. Elle a commencé sa carrière universitaire à l'université de Bayreuth, à la chaire de chimie écologique et de géochimie, et à l'Institut bavarois de recherche sur les déchets à Augsbourg, en Allemagne. Titulaire d'une maîtrise en chimie et d'un doctorat en sciences naturelles, elle concentre ses recherches sur la chimie environnementale, depuis l'identification et la quantification des sources de polluants environnementaux (organiques persistants) jusqu'à leur devenir dans l'environnement et leur transport ultérieur jusqu'à l'exposition humaine et aux effets sur l'homme et l'environnement. Après avoir commencé par les dibenzodioxines et les furanes polychlorés, elle a dirigé ces dernières années un projet de surveillance mondiale des substances alkylées perfluorées (PFAS) pour le PNUE dans 42 pays. Elle est également professeur invité à l'université de Tsinghua (Pékin, Chine) et à l'université de Jinan (Jinan, Chine), et a reçu un doctorat honorifique de l'université d'Örebro (2009). Elle possède de nombreuses années d'expérience dans la gestion de projets, la publication, l'organisation de conférences (Symposium international sur les polluants organiques persistants halogénés, Dioxin20xx), et a siégé au conseil d'administration de nombreuses institutions nationales et internationales.

GT1_Maxi_Castrillejo

Maxi Castrillejo

Maxi Castrillejo est un océanographe qui s'intéresse à la façon dont l'océan prend, redistribue et stocke des propriétés qui sont d'une importance cruciale pour le climat et les écosystèmes marins. D'une part, ses recherches portent sur la quantification et la compréhension de l'origine et du devenir de la radioactivité marine. Par exemple, il a participé à la quantification des rejets radioactifs des centrales nucléaires endommagées de Fukushima Daiichi dans l'océan Pacifique et des rejets des installations nucléaires européennes dans l'océan Atlantique et la mer Méditerranée. D'autre part, il utilise la radioactivité naturelle et anthropique pour comprendre comment les eaux océaniques se déplacent et se mélangent dans les bassins océaniques. Par ailleurs, il a également contribué à des études utilisant la radioactivité pour quantifier la force de la pompe biologique marine et les apports atmosphériques de micronutriments essentiels dans l'océan. Dans ma vie quotidienne, vous pouvez trouver Maxi dans des expéditions océanographiques en mer, en train de développer de nouvelles méthodes dans un laboratoire de chimie ou d'analyser les résultats des modèles de circulation générale des océans.

GT1_Rebecca_Zitoun

Rebecca Zitoun

Rebecca Zitoun est chercheuse postdoctorale au GEOMAR Helmholtz Centre for Ocean Research Kiel. Elle travaille sur la biogéochimie des métaux traces et les impacts environnementaux des activités minières en eaux profondes. Son expérience comprend la spéciation des métaux traces, la toxicologie, l'acidification des océans et la paléocéanographie. Elle est un membre actif du Konsortium Deutsche Meeresforschung (KDM) et a travaillé comme consultante pour l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur des questions marines, notamment les plastiques marins. Ces dernières années, elle s'est également intéressée au renforcement des capacités dans les petits États insulaires en développement, à la connaissance des océans, à l'interface avec la politique scientifique et à l'engagement des professionnels des océans en début de carrière (ECOP) dans la Décennie des Nations unies. Elle a été jeune ambassadrice de l'European Marine Board, présidente du comité SCOR pour le développement des capacités, coprésidente élue de l'Ocean Best Practice System (OBPS), coresponsable de l'équipe de travail sur la connaissance des océans du programme ECOP de la décennie des Nations unies et experte invitée du groupe de travail 45 du GESAMP "Climate Change and Greenhouse Gas Related Impacts on Contaminants in the Ocean" (Impacts du changement climatique et des gaz à effet de serre sur les contaminants dans l'océan). Elle est titulaire d'un doctorat et d'un diplôme de troisième cycle de l'université d'Otago (Nouvelle-Zélande), d'une maîtrise de l'université d'Oldenburg (Allemagne) et d'une licence de l'université de Francfort (Allemagne).

JIANG_Chunhua_WG1

Chunhua Jiang

Elle se concentre sur le transport des microplastiques dans les estuaires et sur les méthodologies d'échantillonnage des plastiques sur les berges des rivières et les plages pour la science citoyenne. Elle travaille bénévolement en tant que coordinatrice de l'ECOP (Early Career Ocean Professionals) Chine pour aider à renforcer les ECOP, participe à l'éducation à l'océan pour l'Aisa, est membre du Centre régional de formation et de recherche sur les débris marins plastiques et les microplastiques, COI/UNESCO, et membre de l'Institut du recyclage et de l'innovation en matière de plastique.
Elle a huit ans d'expérience dans le domaine maritime et a obtenu un master académique du State Key Laboratory of Estuarine and Coastal Research et du Plastic Marine Debris Research Center de l'East China Normal University. Elle est titulaire d'une licence en sciences et technologies de la pêche marine de l'Université des océans de Chine. Elle commencera un stage au CJN - Centre conjoint FAO/AIEA des techniques nucléaires dans l'alimentation et l'agriculture - Laboratoire de gestion des sols et de l'eau et de nutrition des cultures (SWMCNL) pour effectuer des recherches sur les microplastiques dans les sols agricoles.

GT1_Charles_Goddard

Charles Goddard

Charles Goddard est directeur exécutif de Back to Blue, une initiative d'Economic Impact et de la Nippon Foundation. Charles imagine et met en place les initiatives phares d'Economic Impact, dont l'objectif est de catalyser les progrès sur les questions clés du moment. Il travaille en étroite collaboration avec des partenaires sur des thèmes allant du vieillissement et de la longévité à la santé des océans, en se concentrant particulièrement sur les soins de santé, l'Anthropocène et l'économie bleue. Basé à Hong Kong, Charles était auparavant directeur éditorial pour l'Asie à l'Economist Intelligence Unit, directeur de la recherche en Asie et directeur général de l'Economist Corporate Network, un réseau de pairs pour les cadres supérieurs. Il est également directeur exécutif de la World Ocean Initiative.

GT1 Andrei Polejack

Andrei Polejack

Andrei Polejack est conseiller principal en matière d'océan auprès du ministère brésilien des sciences, de la technologie et de l'innovation. Il est titulaire d'un doctorat en affaires maritimes de l'université maritime mondiale et d'une licence et d'une maîtrise en écologie de l'université de Brasilia. Très impliqué dans l'interface science-politique, il est notamment chargé de coordonner les programmes nationaux de recherche océanique et polaire, de fournir des conseils techniques en matière de gouvernance, de formuler et de mettre en œuvre des politiques publiques, de gérer le budget et de négocier des accords internationaux. En tant que chercheur transdisciplinaire, Andrei s'intéresse à la diplomatie scientifique océanique en tant que champ d'étude, cherchant à comprendre l'interaction complexe entre les scientifiques océaniques et les diplomates, ainsi que la sphère politique de la dynamique du pouvoir et des intérêts dans le domaine marin. Il est théoriquement passionné par le raisonnement post-colonial et décolonial appliqué aux relations internationales et par les nombreux liens qu'il entretient avec l'océanographie. Latino dans l'âme, il est fier d'être le père de trois des meilleurs êtres humains et il aime les chiens, les chats, les macareux moines, la bière et les fikas.

WG1_Kenneth_Leung

Kenneth Leung

Kenneth Leung est titulaire d'une chaire au département de chimie de la City University of Hong Kong, où il est également directeur du State Key Laboratory of Marine Pollution et doyen associé (recherche et enseignement postuniversitaire) du College of Science. Ses recherches portent sur la pollution marine, l'écotoxicologie, l'écologie marine, la conservation de la biodiversité et la restauration écologique à l'aide de l'éco-ingénierie. Il a publié plus de 280 articles dans des revues à comité de lecture dans ces domaines, avec un indice H de 57 et plus de 10 500 citations. En juin 2021, sa proposition de lancer le programme de surveillance mondiale des estuaires (GEM) a été approuvée par les Nations unies en tant qu'action Décennie de l'Océan pour la Décennie des Nations unies pour l'océanographie au service du développement durable (2021-2030). Le professeur Leung a reçu de nombreux prix et distinctions pour ses contributions à l'écologie aquatique et à la toxicologie environnementale dans la région Asie-Pacifique. Il a été nommé membre de la Society of Environmental Toxicology and Chemistry (SETAC) en 2017 et a reçu le 19e prix Biwako pour l'écologie décerné par la Société écologique du Japon. En 2018, il a été reconnu comme l'un des 100 meilleurs scientifiques asiatiques par le magazine Asian Scientist. En 2022, le professeur Leung a été élu membre de la Société royale de chimie et de la Société royale de biologie.

Mahesh PRADHAN

Mahesh Pradhan

Fort de près de trois décennies d'expérience au sein du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), Mahesh occupe actuellement le poste de coordinateur de l'Organe de coordination pour les mers d'Asie de l'Est (COBSEA), un mécanisme intergouvernemental réunissant neuf pays (Cambodge, République populaire de Chine, Indonésie, République de Corée, Malaisie, Philippines, Thaïlande, Singapour et Viêt Nam) pour la protection et la conservation de la région des mers d'Asie de l'Est. Le programme pour les mers régionales comprend 18 conventions et plans d'action pour les mers régionales au niveau mondial, et son 50e anniversaire sera célébré en 2024. La COBSEA fait partie des 7 conventions et plans d'action pour les mers régionales administrés par le PNUE. En avril 2023, les pays participant à la COBSEA ont approuvé un nouveau cadre sur les écosystèmes marins et côtiers, sous le thème général de l'économie bleue durable. Ce cadre se concentre sur la planification de l'espace marin et côtier, les zones marines protégées, ainsi que la conservation et la restauration des habitats (récifs coralliens, mangroves, herbiers marins et zones humides côtières) à l'appui des objectifs et des cibles du Cadre mondial pour la biodiversité de Kunming-Montréal (K-M GBF). Les pays participant au programme COBSEA ont précédemment approuvé un plan d'action régional sur les déchets marins (RAP MALI), qui est mis à jour tous les deux ans. Le PAR MALI de la COBSEA est étroitement lié aux efforts déployés au niveau mondial pour élaborer un nouveau traité juridiquement contraignant sur les plastiques et les déchets marins dans le cadre du processus du Comité de négociation intergouvernemental (CNI). Le COBSEA héberge le nœud régional d'Asie de l'Est du Partenariat mondial sur les plastiques et les déchets marins (GPML), qui est une plateforme de connaissances comprenant également une base de données de recherche de plus de 700 publications scientifiques et de données sur la pollution plastique dans la région des mers d'Asie de l'Est.

GT1_Kathryn_Sheps

Kathryn Sheps

Kathryn est une scientifique marine de formation et une facilitatrice et une rassembleuse dans l'âme. Après avoir obtenu une maîtrise en sciences de la mer à l'université de Floride du Sud, Kathryn a partagé son temps entre le terrain et le laboratoire, travaillant pour une petite entreprise de recherche et développement. Le développement de nouvelles technologies marines liées au climat et le fait de passer beaucoup de temps sur les eaux de la baie de Tampa et de ses environs lui ont insufflé un sentiment d'urgence face au changement climatique et une passion pour l'élaboration de solutions climatiques, en particulier celles qui impliquent l'océan. De retour à Vancouver, Kathryn a suivi sa passion au Morris J Wosk Centre for Dialogue de l'université Simon Fraser, où elle a travaillé comme organisatrice, facilitatrice et gestionnaire de programme dans le cadre du programme de solutions climatiques, réunissant des personnes d'horizons et d'expériences divers dans le cadre d'un dialogue transformateur et axé sur les solutions autour de questions, d'idées et de politiques cruciales. Au Décennie de l'Océan Collaborative Center for the NE Pacific, Kathryn reste attachée à l'idée qu'en travaillant ensemble, il n'y a pas de défis qui ne puissent être résolus.

GT1_Soraya_Silva

Soraya Silva

Soraya J. Silva est chercheuse associée, responsable du laboratoire de phytoplancton, au Centre d'océanologie et d'études antarctiques (COEA) de l'Institut vénézuélien de recherche scientifique (IVIC). Elle est également le deuxième point de contact pour la COI/UNESCO et l'une des vice-présidents de la sous-commission de la COI/UNESCO pour les Caraïbes et les régions adjacentes (IOCARIBE). Elle est titulaire d'un doctorat en océanographie et sciences côtières et a étudié les effets du diesel et du cuivre sur la communauté phytobenthique d'une zone côtière, en analysant les pigments photosynthétiques de différents taxons à l'aide de la chromatographie liquide à haute résolution (HPLC). Ses recherches portent sur l'océanographie biologique et plus particulièrement sur la dynamique du phytoplancton et les efflorescences algales nuisibles. Elle possède une grande expérience dans la culture des microalgues et gère actuellement une collection de cultures de microalgues et de cyanobactéries provenant de différentes sources et coordonne plusieurs projets de recherche, tant au niveau national que régional. Parallèlement à la coordination et à l'exécution de projets de recherche, elle mène des activités de transfert de connaissances aux communautés côtières et intègre des activités d'enseignement, de tutorat et de formation pour les étudiants de premier et de deuxième cycle.

GT1_Joana_Akrofi

Joana Akrofi

Joana Akrofi est responsable de la gestion des programmes au Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), division des sciences, branche "Big Data". Elle dirige actuellement la co-conception du système mondial de surveillance de l'environnement sur les océans (GEMS Ocean) avec des partenaires afin de mettre à disposition des données, des analyses et des informations pertinentes pour guider les actions de conservation et d'utilisation durable des océans et des côtes. Il s'agit notamment de coordonner la création et la convocation d'une communauté mondiale de praticiens composée d'experts et de la société dans son ensemble, afin de fournir des capacités, des analyses, des innovations et des informations synthétisées aux décideurs et aux responsables politiques, à la société civile et aux organisations internationales du monde entier, dans le cadre d'une approche globale visant à préserver la santé et la productivité des océans et des zones côtières. Le GEMS Océan promeut et convoque une approche de partenariat transdisciplinaire comprenant des partenaires des Nations Unies et de la société civile, des fournisseurs de données, des systèmes d'observation et des détenteurs d'actifs de connaissances pour traduire les connaissances et l'expertise collectives sur les océans et les côtes en informations durables et ciblées pour les décideurs, et pour déclencher une action transformatrice à l'échelle axée sur l'utilisation durable des côtes et des océans et la santé des écosystèmes, ainsi que pour informer des développements tels que l'économie bleue durable et l'aménagement de l'espace marin. Dans le cadre de ses fonctions au sein de la division des sciences, elle a également participé à des évaluations scientifiques de l'environnement marin et côtier, notamment dans le cadre de l'étude sur l'avenir de l'environnement mondial (GEO), de l'évaluation des océans dans le monde (WOA) et de l'évaluation des eaux transfrontalières par le FEM (GEF-TWAP). Elle est également secrétaire technique du Groupe mixte d'experts chargé d'étudier les aspects scientifiques de la protection de l'environnement marin (GESAMP) pour le PNUE et point focal pour l'évaluation mondiale des océans (WOA). Elle est diplômée de l'université Kwame Nkrumah des sciences et technologies de Kumasi, au Ghana, et de l'université de Hull, au Royaume-Uni.

Dimitris Faloutsos-petit

Dimitris Faloutsos

Dimitris Faloutsos est le coordinateur régional adjoint du Partenariat mondial pour l'eau - Méditerranée et le coordinateur adjoint du Partenariat mondial pour l'eau sur le thème de la coopération en matière d'eaux transfrontalières. Il est spécialiste de l'environnement et titulaire d'une maîtrise en océanographie. Il a vingt ans d'expérience dans la conception et la mise en œuvre de processus et de projets dans le domaine de la gestion intégrée des ressources en eau dans un contexte allant de la source à la mer. Il a beaucoup travaillé avec des partenariats multipartites et a élaboré plusieurs documents stratégiques et plans de gestion. Son travail a permis de renforcer la coopération transfrontalière dans un certain nombre de bassins partagés, notamment par la signature d'accords juridiques pertinents. Il coordonne la mise en œuvre du programme "Des rivières saines pour des océans sains" approuvé par les Nations unies ( Décennie de l'Océan).

GT1_Daniel_Jones

Daniel Jones

Daniel Jones est biologiste des grands fonds et directeur associé du groupe de biogéosciences de l'océan au Centre national d'océanographie de Southampton, au Royaume-Uni. Il est spécialisé dans la compréhension des schémas temporels et spatiaux des écosystèmes d'eaux profondes, y compris ceux qui sont affectés par des perturbations anthropogéniques. Il met à profit son expérience des grands fonds marins pour améliorer l'évaluation et la gestion de l'environnement, notamment dans les secteurs de l'exploitation minière en eaux profondes et de l'énergie offshore. Il conseille régulièrement les gouvernements et participe à l'élaboration des politiques. Il a participé à plus de trente expéditions de recherche, y compris des voyages dans deux zones clés d'intérêt minier, la zone de Clarion Clipperton dans le Pacifique et la dorsale médio-atlantique. Ses plus de 140 articles scientifiques portent principalement sur la description des modèles et des processus dans les écosystèmes d'eau profonde. Il joue un rôle clé dans de nombreuses initiatives internationales de recherche axées sur les aspects environnementaux de l'exploitation minière en eaux profondes et dirige un programme de recherche britannique de 5 millions de livres, SMARTEX, qui étudie les réactions des écosystèmes aux perturbations de l'exploitation minière en eaux profondes.

WG1_Thorsten_Kiefer

Thorsten Kiefer

Thorsten est le directeur exécutif de l'initiative de programmation conjointe pour des mers et des océans sains et productifs (JPI Oceans). La JPI Oceans est une plateforme intergouvernementale paneuropéenne qui renforce la recherche et l'innovation marines et maritimes grâce à la coopération transnationale par le biais d'appels conjoints à la recherche et à l'innovation, de groupes d'experts, de partage d'infrastructures et d'actions coordonnées ayant un impact sur les politiques. L'éventail thématique est large. Les actions conjointes transnationales soutiennent, entre autres, la santé écologique, s'attaquent à la pollution par les microplastiques, le bruit, la lumière, les produits chimiques et les munitions, aident à l'adaptation au changement du niveau de la mer et à la gestion du budget carbone, étayent les réglementations relatives à l'exploitation minière en eaux profondes et à la transformation durable de l'économie océanique, et poussent à une meilleure observation des océans. Avant de rejoindre la JPI Oceans en 2019, Thorsten était directeur du Future Earth Global Hub à Paris. Future Earth est un réseau mondial de chercheurs et d'innovateurs en faveur de la durabilité dans les secteurs environnementaux et sociétaux. En remontant plus loin, Thorsten a été directeur exécutif du programme Past Global Changes (PAGES), facilitant la recherche mondiale et la synthèse des changements environnementaux antérieurs aux mesures systématiques en utilisant des archives telles que les coraux fossiles, les cernes de croissance des arbres, les sédiments ou les carottes de glace. Les racines de Thorsten se trouvent dans la recherche dans le domaine de la paléocéanographie. Aux universités de Kiel, en Allemagne, et de Cambridge, au Royaume-Uni, il a analysé des sédiments des grands fonds marins pour étudier les changements océanographiques et climatiques importants qui se sont produits au cours des derniers milliers, voire des derniers milliers d'années.

Groupe de travail 2 : Protéger et restaurer les écosystèmes et la biodiversité

Co-présidents :

GT2_Frank_Muller-Kager

Frank E. Müller-Karger

Frank E. Müller-Karger est professeur au College of Marine Science de l'université de Floride du Sud (États-Unis). Il étudie les écosystèmes marins, notamment les liens entre la qualité de l'eau, la production biologique et la biodiversité dans les environnements marins côtiers, et la manière dont ces éléments peuvent être liés au changement climatique et aux activités humaines. Il utilise la télédétection et le travail de terrain pour mieux comprendre l'impact des grands fleuves comme l'Amazone, l'Orénoque et le Mississippi sur la biogéochimie des océans, pour cartographier les récifs coralliens et les zones humides, pour évaluer l'importance des marges continentales dans le bilan mondial du carbone et pour mieux comprendre comment le flux descendant de carbone particulaire affecte la vie marine sur les dorsales médio-océaniques et le fond de l'océan. M. Muller-Karger codirige le réseau américain et international d'observation de la biodiversité marine (MBON), le programme Marine Life 2030 approuvé par la Décennie des Nations unies pour les sciences de la mer au service du développement durable, et le groupe de travail sur les indicateurs climatiques du NOAA Climate Program Office/Sanctuaries Climate Indicator Task Force. Il a publié plus de 340 articles évalués par des pairs. Il a reçu le prix individuel William T. Pecora en 2021, est membre de l'AAAS et a siégé à la Commission américaine sur la politique océanique. Muller-Karger promeut la science et la technologie en tant qu'élément intégral de la société, en travaillant avec le public et les communautés de recherche et d'application pour créer des avantages sociaux et faire progresser la conservation de l'environnement, localement, nationalement et internationalement.

sans nom (1)

Aileen Tan

Le professeur Dato' Dr. Aileen Tan Shau Hwai (AT) est une scientifique marine très accomplie, réputée pour ses contributions significatives aux sciences marines et à l'engagement communautaire. Elle est professeur à l'École des sciences biologiques de l'Universiti Sains Malaysia (USM) et directrice du Centre d'études marines et côtières (CEMACS). Depuis 2015, AT est également directeur exécutif du réseau Asia-Pacific University-Community Engagement Network (APUCEN). AT est une scientifique marine respectée dans le monde entier, qui excelle à rendre la science complexe accessible aux communautés et à susciter des transformations positives à l'échelle mondiale. Son impact multiforme s'étend à l'éducation, à la défense des communautés, à l'environnement et à l'humanitaire. Elle est notamment devenue la première femme présidente de l'UNITAS Malacologica, favorisant la durabilité dans la région Asie-Pacifique. Elle occupe des postes importants au sein d'organismes mondiaux tels que la sous-commission de la COI pour le Pacifique occidental (WESTPAC) et le Partenariat pour l'observation des océans mondiaux (POGO). Le dévouement d'AT s'étend à l'autonomisation des communautés côtières par le biais d'initiatives telles que la conservation des palourdes géantes. L'accent qu'elle met sur la collaboration, le respect et les connaissances locales alimente les pratiques durables et la réduction de la pauvreté. Son engagement lui a valu le prestigieux prix Top Research Scientist Malaysia (TRSM) en 2020. L'influence d'AT dépasse les frontières de la Malaisie, puisqu'elle promeut à l'échelle mondiale l'aquaculture durable et la conservation de l'environnement. Elle envisage que les scientifiques marins donnent la priorité aux environnements et aux communautés, soulignant ainsi son impact transformateur sur les sciences marines, l'autonomisation des communautés et le bien-être environnemental.

Membres experts :

GT2_Joana_Soares

Joana Soares

Joana Soares est diplômée en sciences aquatiques et titulaire d'un doctorat en sciences biomédicales de l'université de Porto. Elle possède une solide expérience de la recherche en écotoxicologie et en perturbation endocrinienne, ainsi qu'une solide expérience en biologie moléculaire et en toxicogénomique. Au cours des dernières années, elle a travaillé en tant que chercheuse dans plusieurs projets de recherche internationaux avec des équipes multidisciplinaires. Les changements globaux, dans une approche intégrée de l'espace, du climat et de l'océan dans l'Atlantique, en mettant l'accent sur la conservation de la biodiversité marine, sont des thèmes émergents de son travail. Elle est actuellement secrétaire exécutive du Réseau d'observation de la biodiversité marine (MBON) du Réseau d'observation de la biodiversité du Groupe sur l'observation de la Terre (GEO BON) et chargée de projet au Laboratoire d'observation de la Terre du Centre de recherche international de l'Atlantique (AIR Centre).

GT2_Steven_Bograd

Steven Bograd

Steven Bograd est océanographe au NOAA Southwest Fisheries Science Center à Monterey, en Californie, où il dirige le groupe Climat-Ecosystème. Il est également professeur adjoint au département des sciences océaniques de l'université de Californie-Santa Cruz et chercheur associé à la Scripps Institution of Oceanography. Les recherches de Steven portent sur l'impact du climat sur les écosystèmes marins, et plus particulièrement sur les systèmes de remontée d'eau de la frontière orientale. Steven copréside actuellement le programme scientifique phare de l'Organisation des sciences de la mer pour le Pacifique Nord (PICES), FUTURE, et est rédacteur en chef du journal Fisheries Oceanography. Il codirige également deux programmes de la Décennie des Nations unies pour les sciences de la mer (SmartNet et SUPREME). Steven est titulaire d'une licence en physique (Université de l'Arizona), d'une maîtrise en sciences atmosphériques (Université de Washington) et d'un doctorat en océanographie physique (Université de Colombie-Britannique). Il a effectué un post-doc à la Scripps Institution of Oceanography avant de rejoindre la NOAA en 2001. Steven est né et a grandi dans le Mississippi, aux États-Unis, mais il a passé la majeure partie de sa vie d'adulte sur la côte ouest.

anthony

Anthony B. Ndah

Anthony B. Ndah est un scientifique spécialiste des écosystèmes basé au Plymouth Marine Laboratory au Royaume-Uni, où il est également coordinateur du nœud régional pour l'Afrique dans le cadre du Programme des professionnels de l'océan en début de carrière (ECOP), COI-UNESCO. Anthony a obtenu un diplôme de troisième cycle en océanographie d'observation à l'Alfred Wegener Institute for Polar & Marine Research dans le cadre du programme NF-POGO. Au cours de ses recherches postdoctorales, il s'est spécialisé dans le développement d'indicateurs et de méthodologies basés sur le zooplancton pour les évaluations écologiques en mer du Nord allemande dans le cadre de la directive-cadre "Stratégie pour le milieu marin" de l'UE. Anthony est titulaire d'un doctorat en études environnementales, avec une spécialisation en biogéochimie marine et en étude du CO2 dans la mer de Chine méridionale, de l'université de Brunei Darussalam. Il a également travaillé en tant qu'assistant diplômé dans cette même université. Il est titulaire d'une maîtrise en affaires marines de l'université de Xiamen, en Chine, où il a travaillé sur la gestion intégrée des zones côtières, et d'une licence en géographie de l'université de Buea, au Cameroun.

GT2_Paula_Spiniello

Paula Spiniello

Née et élevée au Venezuela. Elle a obtenu une licence en biologie à l'Universidad Central de Venezuela, un master en ingénierie environnementale à l'université du Connecticut, aux États-Unis, et un doctorat en écologie à l'Universidad Central de Venezuela. Elle a été professeur associé à l'Institut de zoologie et d'écologie tropicale (IZET) de l'Université centrale du Venezuela, où elle est restée pendant 15 ans. Mme Spiniello a également été professeure auxiliaire en sciences de l'environnement et en océanographie au Golden West College (Californie-États-Unis) et au State College of Florida (États-Unis). Depuis 2019, le Dr Spiniello est professeur adjoint au département de biologie, d'écologie et de conservation de l'université St. George's, Grenade, W.I. Le Dr Spiniello s'intéresse à l'écologie marine et cherche à comprendre les facteurs qui contrôlent les structures des communautés marines et l'efficacité du transfert trophique dans les eaux côtières. Les recherches du Dr Spiniello se sont concentrées sur l'évaluation des effets des impacts naturels et humains sur la diversité et la distribution du plancton, et sur le rôle du plancton dans les cycles biogéochimiques, la pêche et en tant qu'indicateur de la santé de l'écosystème côtier. En plus de faciliter et de soutenir le travail de chercheurs invités provenant d'institutions du monde entier, le Dr Spiniello a supervisé une variété de projets de recherche de premier et de deuxième cycle de l'Université St. George et de l'Université centrale du Venezuela.

GT2_Harriet Harden-Davies

Harriet Harden-Davies

Harriet Harden-Davies est directrice du programme Ocean Voices de la Nippon Foundation et de l'université d'Édimbourg. Ses recherches se situent à l'intersection du droit des océans et de la science, notamment la gouvernance internationale des océans et l'équité, la conservation marine et le développement durable, le renforcement des capacités et l'intendance des océans. Harriet a cofondé le programme des professionnels de l'océan en début de carrière sous l'égide des Nations unies ( Décennie de l'Océan ) et est membre du groupe d'experts COI/UNESCO sur le renforcement des capacités. Son doctorat et ses recherches postdoctorales ont porté sur l'élaboration d'un nouveau traité des Nations unies sur la biodiversité marine au-delà de la juridiction nationale. Elle est coresponsable de la Deep Ocean Stewardship Initiative, membre du comité de rédaction de Marine Policy et directrice adjointe du Nippon Foundation Ocean Nexus Centre. Auparavant, elle a été chargée de recherche à l'Australian National Centre for Ocean Resources and Security, à l'université de Wollongong, chargée de mission en diplomatie scientifique à l'université de Tufts, chercheuse invitée au Marine Policy Centre du Woods Hole Oceanographic Institute et responsable de la politique et des projets à l'Académie australienne des sciences technologiques et de l'ingénierie.

GT2_Virni_Arifanti

Virni Budi Arifanti

Virni Budi Arifanti, docteur en sciences, est chercheur principal à l'Agence nationale de la recherche et de l'innovation de la République d'Indonésie (BRIN). Auparavant, elle a travaillé comme chercheur au ministère indonésien de l'environnement et des forêts. Au sein de BRIN, elle dirige un groupe de recherche sur la restauration et la conservation des écosystèmes de mangrove (MERCi). En 2023, Virni a été nommée secrétaire du comité de mise en œuvre du programme de l'UNESCO sur l'homme et la biosphère (MAB) pour l'Indonésie. Depuis 2022, Virni a été nommée point focal de l'Indonésie pour le Groupe d'évaluation scientifique et technique (GEST) de la Convention de Ramsar. En 2023, elle a été nommée experte technique du GEST de la Convention de Ramsar pour la période triennale 2023-2025. Elle est spécialisée dans les écosystèmes tropicaux de mangrove, l'écologie des zones humides, le carbone bleu, l'inventaire des gaz à effet de serre et les études sur le changement climatique. Elle s'intéresse particulièrement à la dynamique du carbone et aux solutions basées sur la nature (NbS) pour les écosystèmes des zones humides. Elle a participé à plusieurs collaborations internationales en matière de recherche et a publié des articles dans diverses revues internationales à comité de lecture. Virni est titulaire d'un doctorat en écologie des zones humides de l'université d'État de l'Oregon, aux États-Unis. Elle a obtenu une maîtrise en sciences géospatiales forestières à l'université de Gand, en Belgique.

GT2_Dominique_Pelletier

Dominique Pelletier

Dominique Pelletier est chercheur principal à l'Institut français pour l'exploitation de la mer (Ifremer) où elle a successivement dirigé des projets transdisciplinaires sur la modélisation des pêcheries et sur le suivi et l'évaluation de l'efficacité de la gestion des aires marines protégées dans les écosystèmes tempérés et les récifs coralliens. Elle a développé un protocole de suivi par vidéo qui est largement utilisé pour les habitats benthiques et les poissons. Elle est experte auprès du Pôle national français sur la biodiversité, qui développe des outils d'analyse et de diffusion des données sur la biodiversité, et membre du Réseau d'observation de la biodiversité marine et du BON français.

GT2_Maria_ Lourdes_San Diego

Maria Lourdes San Diego-McGlone

Maria Lourdes San Diego-McGlone est une pionnière de l'océanographie chimique aux Philippines. À l'Institut des sciences de la mer de l'Université des Philippines (UP MSI), elle a créé le laboratoire de biogéochimie marine, équipé pour les enquêtes sur le terrain, l'analyse des paramètres de l'eau, etc. Ses recherches portent sur l'évolution de la qualité des eaux côtières, la dynamique des nutriments, les réponses des écosystèmes aux facteurs de stress, l'estimation du carbone bleu et l'atténuation des efflorescences algales nuisibles. Elle s'intéresse également à la mortalité des poissons et aux effets de la mariculture sur l'environnement. Elle a été un mentor pour les études internationales sur les zones côtières et un chef de file dans la recherche sur l'acidification des océans. Elle est experte en matière de qualité de l'eau et a été l'une des principales intervenantes dans les discussions sur le changement climatique. Mme San Diego-McGlone a publié 70 articles et 5 chapitres de livres. Elle a été nommée scientifique de l'UP en 2007, titulaire de la chaire/subvention du centenaire de l'UP de 2008 à 2021, a reçu un prix de divulgation d'invention en 2016 et est devenue professeur émérite en 2020. Elle a été le mentor de plusieurs étudiants de premier et de deuxième cycle, ainsi que de stagiaires de l'enseignement supérieur et de l'enseignement secondaire. Titulaire d'un doctorat en océanographie chimique de l'Université Old Dominion, elle a reçu le prix du meilleur diplômé de doctorat en océanographie (1991).

Alex David Rogers

Alex David Rogers

Alex est un écologiste marin qui s'intéresse à la répartition de la biodiversité dans l'océan, en particulier dans les grands fonds et sur les récifs coralliens tropicaux. Il s'intéresse également à l'impact de l'homme sur l'océan et à la manière de gérer les activités humaines afin d'atténuer ou de réduire la dégradation des écosystèmes marins. Ses travaux l'ont conduit dans l'Atlantique, l'océan Indien, l'océan Austral et les Caraïbes, où il a étudié les écosystèmes des récifs coralliens, les monts sous-marins et les cheminées hydrothermales en eaux profondes. Alex a travaillé avec des gouvernements, des organisations intergouvernementales et non gouvernementales pour faire connaître les impacts humains, en particulier ceux de la pêche en eaux profondes et du changement climatique, et pour développer des solutions politiques à ces problèmes. Il est directeur scientifique d'Ocean Census. Alex a récemment publié le livre The Deep : The Hidden Wonders of Our Ocean and How We Can Protect Them Wildfire (2019).

GT2_Rebecca_Martone

Rebecca Martone

Basée près de Victoria, en Colombie-Britannique, au Canada, Rebecca Martone est la directrice exécutive du Décennie de l'Océan Collaborative Center for the NE Pacific, une contribution de la Tula Foundation. Au cours des 20 dernières années, Mme Martone a travaillé comme écologiste marine appliquée sur diverses questions relatives aux écosystèmes côtiers de la côte ouest de l'Amérique du Nord, notamment l'aménagement de l'espace marin, la durabilité de la pêche à petite échelle, les impacts cumulatifs sur les écosystèmes côtiers et la surveillance en vue d'une gestion fondée sur les écosystèmes. M. Martone est titulaire d'un doctorat en sciences biologiques de l'université de Stanford, d'un master en gestion de l'environnement de l'université de Duke et d'une licence en sciences de l'environnement de l'université de Northwestern. En tant qu'ancienne directrice scientifique adjointe du Center for Ocean Solutions de l'université de Stanford en Californie, elle a l'habitude de relier la science à la prise de décision et de co-développer la science en vue de trouver des solutions. Avant de travailler au Décennie de l'Océan Collaborative Center, Rebecca a travaillé en tant que biologiste marine pour la province de la Colombie-Britannique afin d'aider à mettre en œuvre le Marine Plan Partnership et à développer un réseau d'aires marines protégées en collaboration avec 17 Premières nations côtières dans le nord de la Colombie-Britannique. Rebecca est passionnée par le travail avec une communauté diversifiée de scientifiques, de membres de la communauté, de représentants de l'industrie et de praticiens des océans et des côtes pour résoudre les principaux défis auxquels sont confrontés nos océans, et pour aider à protéger nos côtes et nos océans tout en soutenant les moyens de subsistance et les liens culturels des gens.

veronica

Veronica Relano

Veronica est titulaire d'un doctorat sur les océans et la pêche de l'université de Colombie-Britannique, sous la direction de Daniel Pauly. Elle s'intéresse à la conservation marine, à la connectivité et aux problèmes socio-écologiques résultant d'une mauvaise gestion des ressources marines. L'une des composantes importantes de sa recherche est de comprendre comment mieux communiquer les actions de conservation à un public plus large afin d'obtenir des changements sur le terrain. Son projet "SOS - Somos OceanoS (histoires d'océan pour la conservation)" a été approuvé par l'ONU Décennie de l'Océan. Il explore les besoins des personnes vivant à l'intérieur et autour des "zones marines protégées en papier", en faisant entendre les voix locales et en trouvant des moyens d'entamer une conversation sur la gestion équitable et la conservation des ressources marines. Veronica met ses compétences au service du travail de l'ONG Onewater en tant que responsable du programme sur les océans.

Louise Allcock

Louise Allcock

Louise Allcock est professeur de zoologie à l'université de Galway, en Irlande. Elle est membre du comité national de la décennie pour l'Irlande, présidente du groupe de travail régional de l'Atlantique Nord du programme des Nations unies Décennie de l'Océan "Challenger 150" et vice-présidente de l'action des Nations unies Décennie de l'Océan "Marine Animal Forest of the World". Louise est membre du groupe de spécialistes des mollusques de la CSE de l'UICN et a dirigé l'évaluation de la liste rouge de 750 espèces de céphalopodes. Elle a présidé, au nom de l'Irlande, les évaluations de l'état des habitats d'EMV en eau profonde inscrits sur la liste OSPAR des espèces menacées/déclinantes, en collaboration avec des experts internationaux de toute l'Europe. Elle est membre du groupe consultatif irlandais sur les zones marines protégées (MPA), qui conseille le gouvernement sur l'expansion des MPA. Louise est coauteur de deux livres richement illustrés : Octopus, Squid and Cuttlefish (University of Chicago Press, 2018) et Deep Ocean (Princeton University Press, 2023). Elle est membre de l'Académie royale irlandaise.

Audrey Darnaude

Audrey Darnaude

Audrey Darnaude est une scientifique marine travaillant pour le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), dans l'unité mixte de recherche MARBEC (Center for MARine Biodiversity, Exploitation & Conservation), qui regroupe des scientifiques de divers instituts de recherche français (CNRS, Ifremer, IRD, INRAE) à l'Université de Montpellier (France). Spécialisée à l'origine dans l'écologie des poissons, elle a étudié la diversité du cycle de vie (stratégies de croissance, d'alimentation et de migration) de diverses espèces marines, ainsi que la structure du réseau trophique dans de nombreuses régions du monde, principalement en utilisant des marqueurs biogéochimiques individuels. Outre la présidence d'une vaste initiative internationale visant à faire progresser la recherche sur la connectivité marine (le projet européen COST Action & UN Décennie de l'Océan SEA-UNICORN : www.sea-unicorn.com)elle étudie actuellement les stratégies de vie et la structure des populations de divers poissons à haute valeur économique, en lien avec le fonctionnement du réseau trophique côtier et la connectivité des habitats à l'interface mer-continent. Elle enseigne également l'écologie des poissons, la structure des réseaux alimentaires et la biogéochimie à l'université de Montpellier, et participe à divers groupes d'experts nationaux et internationaux, s'engageant à fournir des conseils sur la conservation de la biodiversité et l'aménagement durable de l'espace maritime, en relation avec les questions de connectivité.

costello

Mark John Costello

Écologiste spécialisé dans la biogéographie, les zones marines protégées et les effets du changement climatique sur la biodiversité, y compris les interactions entre l'aquaculture et l'environnement. Il a été l'un des pionniers de l'"informatique de la biodiversité océanique", notamment en dirigeant la création du Registre mondial des espèces marines et des bases de données du Système d'information sur la biodiversité océanique. Il a joué un rôle de premier plan dans de nombreuses organisations internationales, notamment en tant qu'auteur principal du6erapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, dont il a codirigé le chapitre transversal sur les points chauds de la biodiversité ; en tant que coprésident du réseau d'observation de la biodiversité marine du Groupe des observations de la Terre pendant 10 ans ; en tant que président et secrétaire de l'Association internationale d'océanographie biologique; en tant que vice-président du comité scientifique du Fonds mondial d'information sur la biodiversité. Mark a supervisé plus de 70 étudiants de troisième cycle. Il a plus de 270 publications évaluées par des pairs (total supérieur à 500, cité 19 000 fois), et un indice H de 68(57 depuis 2018). Il dirige actuellement l'initiative MBON Europe visant à établir un réseau à long terme de surveillance de la biodiversité marine en Europe, et MPA Europe, un projet cartographiant les meilleurs endroits pour protéger la biodiversité et les réserves de carbone dans toutes les mers européennes. Originaire d'Irlande, sa fascination pour la vie sauvage l'a conduit à étudier à Galway (BSc Hon.), puis à passer un doctorat dans la seule réserve marine d'Irlande, à faire des études postdoctorales à la Marine Biological Association de Plymouth (Angleterre), au Scottish Office d'Aberdeen et à l'université Napier d'Édimbourg (Écosse), à donner des cours au Trinity College de Dublin, à créer la société de conseil en environnement EcoServe et à occuper le poste de directeur exécutif du Huntsman Marine Science Centre au Canada, avant de reprendre un poste universitaire à Auckland (Nouvelle-Zélande). Il est actuellement professeur à la Nord University, dans l'Arctique norvégien, et professeur invité à l'Ocean University of China, à Qingdao.

admin-ajax

Britt Dupuis

Plus de détails à venir.

Alice

Alice Terpereau

Diplômée en économie et en mathématiques, Alice a poursuivi son parcours académique dans le domaine du développement territorial durable. Intéressée par de nombreux domaines à la croisée des sciences environnementales et sociales, elle a approfondi son expertise sur les solutions basées sur la nature et les catastrophes climatiques à travers des projets de recherche dans différentes régions du monde. Actuellement en stage à la Commission européenne, elle s'occupe de projets informatiques.

Martina H. Stiasny

Martina H. Stiasny

Martina H. Stiasny est une biologiste marine qui travaille sur l'écologie des poissons (larves), l'écologie évolutive et la science interdisciplinaire de la pêche. Martina s'intéresse aux questions liées à l'équilibre entre la sécurité alimentaire et la durabilité dans la gestion de la pêche, aux effets du changement climatique sur les populations de poissons et à la manière d'intégrer les contraintes économiques et sociales dans la gestion de la pêche, tout en se basant sur des données et des théories écologiques solides. Elle est diplômée de l'université de St Andrews (BSc) en Écosse et de l'université de Kiel (MSc. en océanographie biologique basée au GEOMAR) dans le nord de l'Allemagne, où elle a également obtenu son doctorat en biologie des poissons et des pêcheries. Après avoir occupé des postes de post-doctorante en Allemagne et en Norvège et travaillé pendant un an pour la Commission européenne à Bruxelles, Martina a récemment commencé à enseigner à l'université de Southampton, en Angleterre. Elle a créé son propre groupe de recherche, poursuivant son travail dans l'aquarium de recherche du National Oceanography Centre, en étudiant les effets du changement climatique et d'autres facteurs de stress anthropogéniques sur les poissons des zones tempérées.

Lina Mtwana Nordlund GT2
Lina Mtwana Nordlund

Lina Mtwana Nordlund est professeur associé en ressources naturelles et développement durable à l'université d'Uppsala en Suède. Mme Nordlund s'appuie sur la théorie des systèmes socio-écologiques et se concentre sur les environnements côtiers et marins. Son expertise porte principalement sur les approches interdisciplinaires et transdisciplinaires pour un avenir côtier durable. Elle a mené des recherches approfondies en Afrique de l'Est et dans l'océan Indien occidental, en se concentrant particulièrement sur les écosystèmes intertidaux, les herbiers marins, la pêche, la gestion et la politique. Ses recherches dans la mer Baltique portent sur la surveillance intégrée du milieu marin et les aliments bleus. Elle a précédemment travaillé en tant que gestionnaire d'une zone marine protégée et s'intéresse vivement aux connaissances écologiques locales et à la réflexion sur l'avenir. Mme Nordlund est coresponsable du groupe d'experts sur la biologie et les écosystèmes du Système mondial d'observation de l'océan (COI/UNESCO) et directrice du réseau Indo-Pacific Seagrass Network.

Ward Appeltans

Ward Appeltans

M. Ward Appeltans est le point focal pour la biodiversité marine à la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l'UNESCO, où il gère le système d'information sur la biodiversité des océans (OBIS) et soutient le groupe sur la biologie et les écosystèmes du système mondial d'observation de l'océan (GOOS BioEco). M. Appeltans gère également deux projets d'ADN électronique, l'un dans les îles du Pacifique pour détecter les espèces marines envahissantes et l'autre, plus récent, pour évaluer la biodiversité dans les sites marins du patrimoine mondial de l'UNESCO. M. Appeltans est également membre du groupe de pilotage du réseau d'observation de la biodiversité marine (MBON) et de l'équipe de coordination du programme Marine Life 2030 de l'ONU ( Décennie de l'Océan ).

Linwood Pendleton

Linwood Pendleton

Linwood Pendleton est directeur exécutif du Réseau d'action pour la connaissance des océans et professeur à l'Institut européen d'études marines. Il a fait partie du comité exécutif de planification et du conseil consultatif provisoire de la Décennie des Nations unies pour l'océanographie au service du développement durable et siège actuellement au conseil consultatif de la Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes. Il a été premier vice-président chargé des sciences au Centre pour la quatrième révolution industrielle, responsable mondial des sciences océaniques au WWF et économiste en chef par intérim à la National Oceanic and Atmospheric Administration de 2011 à 2013.

Groupe de travail 3 : Nourrir durablement la population mondiale

Co-présidents :

WG3_Erik_Olsen

Erik Olsen

Erik Olsen dirige le groupe de recherche sur le développement durable à l'Institut de recherche marine de Bergen, en Norvège, où il travaille depuis 1999. Il a obtenu un doctorat en biologie de la pêche à l'université de Bergen (2002). Erik est membre du conseil d'administration du portefeuille des océans au sein du Conseil norvégien de la recherche. Il est activement impliqué dans l'ONU Décennie de l'Océan, à la fois en tant que chef du projet ClimeFOOD Décennie de l'Océan et en tant que membre du comité national norvégien Décennie de l'Océan . Il a une grande expérience de l'organisation et de la direction d'enquêtes et de recherches scientifiques dans les eaux norvégiennes, ainsi qu'en Afrique et en Asie. La gestion intégrée des océans, la modélisation des écosystèmes et l'aménagement de l'espace marin constituent également un domaine de travail essentiel, et Erik a participé activement à l'élaboration des plans de gestion intégrée norvégiens.

GT3_Vera_Agostini

Vera Agostini

Vera Agostini est directrice adjointe de la division des pêches et de l'aquaculture à l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), où elle assure la supervision, le leadership stratégique et le soutien technique. De 2007 à 2017, Vera a travaillé pour The Nature Conservancy, d'abord en tant que scientifique principale au sein de l'équipe Global Oceans, puis en tant que directrice de la science et directrice de l'adaptation au climat au sein de l'équipe des Caraïbes. Mme Agostini est une spécialiste de la pêche de formation qui a occupé des postes dans trois secteurs (non gouvernemental, gouvernemental et universitaire/éducatif) en assurant un leadership technique et stratégique dans le cadre d'une série d'efforts multidisciplinaires dans le monde entier. Son expérience va de la recherche globale sur les écosystèmes à la politique générale et à la planification. Bien qu'elle ait commencé à travailler sur les systèmes tempérés, elle a consacré une grande partie de sa carrière aux régions tropicales.

Membres experts :

GT3_Shakuntala_Thilste

Shakuntala Haraksingh Thilsted

Shakuntala Haraksingh Thilsted est directrice de la plateforme du domaine d'impact "Nutrition, santé et sécurité alimentaire" du CGIAR. Elle était auparavant responsable mondiale de la nutrition et de la santé publique chez WorldFish. Elle a reçu le Prix mondial de l'alimentation 2021 pour ses recherches révolutionnaires, ses points de vue critiques et ses innovations marquantes dans le développement d'approches holistiques et sensibles à la nutrition pour les systèmes alimentaires aquatiques. Elle a reçu le prix Arrell Global Food Innovation Award 2021 pour son innovation en matière de recherche. Elle est présidente du Comité consultatif scientifique (CCS) du Centre de coordination des systèmes alimentaires des Nations unies. Elle est membre du comité directeur du groupe d'experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition (HLPE) du Comité des Nations unies sur la sécurité alimentaire mondiale (CSA). Elle a été vice-présidente du Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires 2021 : Action Track 4 - Advance Equitable Livelihoods, et a également été championne des systèmes alimentaires. En 2022, Shakuntala a été nommée coprésidente de la Commission EAT-Lancet 2.0. Shakuntala est titulaire d'un doctorat de l'Université royale vétérinaire et agricole du Danemark. Elle est titulaire de doctorats honorifiques de l'Université suédoise des sciences agricoles et de l'Université des Antilles.

GT3_Christopher_Costello

Christopher Costello

Christopher Costello est professeur d'économie de l'environnement et des ressources et directeur du laboratoire des marchés de l'environnement à l'université de Californie, Santa Barbara, et chercheur associé au NBER. Il a obtenu son doctorat à l'université de Californie à Berkeley en 2000 et mène des recherches sur l'économie des ressources naturelles et la politique concernant les droits de propriété, en mettant l'accent sur la prise de décision en situation d'incertitude, l'information, la valeur des actifs et la rareté des ressources naturelles. Son travail combine la théorie appliquée avec la modélisation et l'analyse empirique, souvent pour informer la politique dans les domaines de l'océan, de l'utilisation des terres, du climat et de la conception du marché environnemental. Le travail de Costello est mondial, mais comprend des projets récents en Polynésie française, aux Seychelles, au Pérou, au Mexique et en Indonésie. M. Costello siège au conseil d'administration de l'Environmental Defense Fund et de The Nature Conservancy (Californie), ainsi qu'au Conseil des conseillers économiques du gouverneur de Californie. Il a publié plus de 100 articles évalués par des pairs dans des revues économiques et scientifiques et a été le principal conseiller de plus de 30 doctorants et post-doctorants.

eddieallison

Edward Allison

Eddie Allison travaille à l'interface entre la recherche, la politique et la pratique du développement, en se concentrant sur la gouvernance des systèmes alimentaires aquatiques afin de lutter contre la pauvreté, la malnutrition et l'inégalité par le biais des transformations du système alimentaire et de la gouvernance des océans. Eddie a travaillé pour des organisations internationales de développement (FCDO et FAO) et en tant que consultant, et a occupé des postes de professeur d'université en études du développement à l'université d'East Anglia, au Royaume-Uni, et en affaires marines à l'université de Washington, aux États-Unis. Il est titulaire d'un doctorat en évaluation et gestion des pêches de l'université de Liverpool, au Royaume-Uni. Il a publié plus de 250 articles de recherche et fait partie du 0,1 % des scientifiques interdisciplinaires les plus influents au monde, d'après le nombre de citations de ses travaux sur Clarivate. Il a été l'un des principaux auteurs du livre bleu du groupe de haut niveau sur l'avenir de l'économie des océans, intitulé "The Human Relationship with the Oceans", et a contribué à la rédaction des documents sur l'équité et la transformation de la gouvernance des océans. Il dirige actuellement l'unité scientifique "Systèmes alimentaires aquatiques durables" de WorldFish et est basé à Penang, en Malaisie. Il est également professeur adjoint et invité à l'université de Washington, à Seattle, aux États-Unis, et à l'université de Lancaster, au Royaume-Uni. 

GT3_David_Obura

David Obura

David Obura est l'un des directeurs fondateurs de CORDIO Afrique de l'Est, une organisation de la connaissance qui soutient la durabilité des récifs coralliens et des systèmes marins dans l'océan Indien occidental. CORDIO met la recherche au service de la gestion et de la politique, renforce les capacités et travaille avec les parties prenantes, les gestionnaires et les décideurs. Les recherches de David portent principalement sur la résilience des récifs coralliens, la biogéographie et les impacts du changement climatique, et s'orientent désormais vers la science de la durabilité en utilisant les récifs coralliens comme modèle et en encadrant la science des systèmes terrestres.
À la frontière entre la science et l'action, David s'efforce d'intégrer la conservation et le développement à toutes les échelles, dans le contexte des objectifs mondiaux de durabilité. Il travaille depuis l'échelle locale, en encourageant les actions innovantes pour promouvoir la durabilité, jusqu'à l'échelle mondiale, en passant par l'alignement et l'intégration à l'échelle régionale, en apportant des connaissances et des pratiques locales-régionales dans les contextes de prise de décision. David siège à la Commission de la Terre, copréside l'évaluation Nexus de l'IPBES (2022-2024) et a participé activement à l'intégration de la science de la durabilité dans le cadre mondial pour la biodiversité de Kunming-Montréal et d'autres processus internationaux sur la biodiversité, les océans et le changement climatique, ainsi qu'à l'identification des priorités, des opportunités et des positions africaines en vue de parvenir à un avenir durable. David a reçu la distinction nationale du Kenya, le Moran of the Burning Spear, en décembre 2021, et le Coral Reef Conservation Award de l'International Coral Reef Society en 2022.

Janet Coetzee

Janet Coetzee

Janet Coetzee est une scientifique chevronnée du département des forêts, de la pêche et de l'environnement du Cap, en Afrique du Sud. Elle est spécialisée dans les méthodes d'étude hydroacoustique, les pêcheries de poissons fourrage et la dynamique des écosystèmes. Elle a participé activement à l'évaluation et à la gestion des ressources en poissons fourrage de l'Afrique du Sud au cours des 30 dernières années et a contribué à la compréhension de leur importance écologique et du rôle qu'ils jouent dans l'économie et la sécurité alimentaire du pays. Elle a participé à des collaborations de recherche interdisciplinaires au sein du grand écosystème marin du courant de Benguela et ailleurs, a exploré de nouvelles pêcheries potentielles et a formulé des politiques qui favorisent la durabilité des pêcheries de poissons fourrage existantes. Elle possède des connaissances et une expérience approfondies dans ce domaine, ainsi qu'une approche équilibrée des conflits entre les industries de la pêche et les organismes de protection de la nature.

WG3_Flower_Msuya

Fleur Msuya

Flower Msuya, chercheuse et consultante indépendante (elle a travaillé pendant 33 ans à l'université de Dar es Salaam, en Tanzanie), est experte en aquaculture d'algues marines, avec plus de 30 ans d'expérience. Elle mène des recherches sur l'aquaculture des algues marines, notamment sur le développement des moyens de subsistance, le changement climatique et les questions de santé, ainsi que sur l'intégration des algues marines avec les animaux marins pour améliorer la production alimentaire. Mme Msuya est la fondatrice et la présidente de l'initiative "Zanzibar Seaweed Cluster", dans le cadre de laquelle elle met en relation les agriculteurs et les petits transformateurs avec la recherche, le gouvernement et le secteur privé. Elle a fabriqué le premier produit à valeur ajoutée à base d'algues marines en 2006. Les produits sont actuellement commercialisés dans toute l'Afrique de l'Est et comprennent des produits alimentaires. Elle participe au développement de technologies agricoles intelligentes sur le plan climatique pour la culture d'algues et d'autres organismes marins en eaux profondes afin de réduire l'impact du changement climatique et de produire des aliments à base d'algues dans le cadre des efforts de l'économie bleue. Mme Msuya est membre des organes de certaines organisations internationales, dont le comité directeur de la Safe Seaweed Coalition, le conseil scientifique de la Global Seaweed Coalition et le conseil d'administration de l'International Marine Biotechnology Association.

GT3_Stefan_Gelcich

Stefan Gelcich

Stefan Gelcich est un biologiste marin basé à l'Universidad Catolica de Chile. Il étudie les liens et les rétroactions entre les systèmes sociaux et écologiques. Il s'intéresse particulièrement à l'avancement de la science qui contribue à la gestion durable des océans côtiers. Au cours des 20 dernières années, il a participé à de nombreux projets et centres interdisciplinaires où il a mené des recherches axées sur le comportement humain, les services écosystémiques et l'écologie. Dans tous les projets, Stefan contribue à lier les dimensions sociales et écologiques. Les thèmes des projets actuels comprennent la conservation et la gestion du milieu marin, la capacité d'adaptation des industries côtières et la pêche illégale, entre autres. La recherche a été financée par des institutions nationales et internationales. Stefan est le directeur de l'Instituto Milenio en Socio-ecologia Costera.

GT3_Michael_Fabinyi

Michael Fabinyi

Michael Fabinyi est professeur associé au Centre de recherche sur le climat, la société et l'environnement de l'Université de technologie de Sydney. De 2010 à 2016, il a travaillé au Centre d'excellence du Conseil australien de la recherche pour l'étude des récifs coralliens, à l'université James Cook. Il a vécu et travaillé en Chine, en Indonésie, en Malaisie, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, aux Philippines et dans les Îles Salomon. Il est spécialiste des sciences sociales de l'environnement et ses recherches portent principalement sur les moyens de subsistance côtiers, la sécurité alimentaire dans les contextes côtiers et le commerce des produits de la mer.

GT3_Michael_Fabinyi

Andreea L. Cojocaru

Andreea L. Cojocaru est professeur associé à l'université de Stavanger en Norvège. Elle a une formation en sciences actuarielles et en statistiques de l'Université de Toronto et de la KU Leuven, complétée par un doctorat en économie industrielle de l'UiS. Ses recherches portent sur l'économie des océans, et plus particulièrement sur l'aquaculture, la pêche, les marchés des produits de la mer et les communautés côtières. Originaire de Roumanie, Andreea a vécu, étudié et travaillé au Canada, en Belgique, en Norvège et aux États-Unis. Elle s'efforce de participer à des collaborations interdisciplinaires qui reconnaissent les nombreuses facettes des questions liées aux ressources naturelles, tout en restant consciente de la complexité des systèmes socio-environnementaux.

GT3_Michelle_Tigchelaar

Michelle Tigchelaar

Michelle Tigchelaar est chercheuse au Center for Ocean Solutions de l'université de Stanford. Elle est une climatologue interdisciplinaire dont le travail se concentre sur les impacts du changement climatique sur les systèmes alimentaires, à la fois aquatiques et terrestres, écologiques et humains. Depuis 2020, Michelle coordonne l'évaluation des aliments bleus, une évaluation intégrée du rôle des aliments aquatiques dans les transformations vers des systèmes alimentaires sains, durables, justes et résilients, et soutient l'Aquatic/Blue Food Coalition en apportant des idées sur les aliments bleus dans les arènes politiques clés. Ses recherches actives portent sur le développement d'outils d'évaluation du risque climatique bleu-vert pour la nutrition et sur l'identification des impacts climatiques et des adaptations pour la santé des travailleurs de l'alimentation.

GT3_Maria_Darias

Maria Darias

Maria Darias est chercheuse permanente à l'Institut national de recherche pour le développement durable (IRD). Elle s'intéresse principalement au développement de pratiques aquacoles durables dans les pays à revenu faible et intermédiaire, et plus particulièrement à l'aquaculture sensible à la nutrition. Ses recherches portent sur l'interaction entre les conditions d'aquaculture, en particulier la nutrition, et la composition nutritionnelle des aliments aquatiques. Mme Darias est codirectrice du Laboratoire interdisciplinaire africain d'aquaculture marine durable et sensible à la nutrition (LIMAQUA), une initiative interdisciplinaire de recherche et de formation coordonnée conjointement par l'Afrique du Sud et la France, qui s'attaque aux problèmes de nutrition et de durabilité auxquels est confrontée l'aquaculture marine dans la région. En outre, le Dr Darias dirige le programme des Nations unies Décennie de l'Océan "Nutrition-Sensitive Marine Aquaculture in Africa" (AfriMAQUA).

GT3_Katherine_Mills

Katherine Mills

Katherine Mills est chercheur principal au Gulf of Maine Research Institute à Portland, dans le Maine. Elle a obtenu son doctorat en ressources naturelles à l'université de Cornell. En tant qu'écologiste quantitative des pêches, Kathy étudie les changements de l'écosystème marin et les relations entre les poissons, l'écosystème et la pêcherie, en se concentrant sur le golfe du Maine et les régions du plateau continental du nord-est des États-Unis. Plus précisément, ses recherches portent sur (1) l'évolution des conditions physiques et écosystémiques ; (2) la manière dont ces changements affectent les populations de poissons, les communautés biologiques et les pêcheries marines ; et (3) la manière dont les pêcheries et les communautés de pêcheurs peuvent y répondre efficacement. Une grande partie de son travail est interdisciplinaire et collaboratif. Elle travaille avec des scientifiques et des parties prenantes pour comprendre et informer la gestion des pêcheries en tant que systèmes socio-écologiques couplés et pour soutenir l'adaptation au climat et la résilience des pêcheries marines. Elle dirige un programme de l'ONU Décennie de l'Océan - FisheriesStrategies for Changing Oceans and Resilient Ecosystems by 2030 (FishSCORE), est l'auteur principal du chapitre "Ocean Ecosystems and Marine Resources" de la cinquième évaluation nationale du climat des États-Unis et préside l'initiative stratégique CIEM-PICES sur les impacts du changement climatique sur les écosystèmes marins (SICCME).

GT3_Beth_Fulton

Beth Fulton

Beth Fulton est chercheuse en chef au CSIRO. Beth est le chef du domaine de recherche du CSIRO pour la gestion intégrée des océans et l'économie bleue. En définissant l'orientation stratégique de la recherche du CSIRO dans ce domaine, elle s'appuie sur plus de 20 ans de travail pour développer divers outils de modélisation des systèmes permettant d'étudier les écosystèmes marins et la durabilité. Beth est également professeur adjoint et directrice adjointe du Centre de socio-écologie marine, qui s'attache à trouver des solutions transdisciplinaires, équitables et durables aux problèmes auxquels sont confrontés les côtes et les océans. Le thème commun aux travaux de Beth est le développement d'outils d'aide à la décision à l'échelle du système pour soutenir la gestion durable d'utilisations potentiellement concurrentes des environnements marins et l'adaptation au changement global.

GT3_Fatima_Zohra_HASSOUNI

Fatima Zohra Hassouni

Chef de la division de la durabilité et de la gestion des ressources halieutiques, au sein du département des pêches maritimes, il a plus de 23 ans d'expérience dans le domaine du développement et de la gestion des ressources halieutiques et plus de 15 ans d'expérience au sein d'organisations régionales et internationales de gestion des pêches (CGPM, CICTA, COPACE, FAO, etc.). Membre du comité et point focal de plusieurs projets portant sur la gestion durable des ressources marines et la préservation des écosystèmes et de la biodiversité, la planification de l'espace maritime, les aires marines protégées et l'économie bleue. Point focal national pour la biodiversité marine et côtière.

Groupe de travail 4 : Développer une économie océanique durable et équitable

Co-présidents :

GT4_Peter_ Haugan

Peter M. Haugan

Institut de recherche marine, Norvège. Plus de détails à venir.

GT4_Andrew_John_Rhodes_ Espinoza

Andrew John Rhodes Espinoza

Andrew John Rhodes Espinoza travaille actuellement en tant que coordinateur océanique, rattaché au sous-secrétariat aux affaires multilatérales et aux droits de l'homme du ministère mexicain des relations extérieures, et fait office de sous-sherpa pour le groupe d'experts de haut niveau pour une économie océanique durable. Avant cette affectation, il a occupé des postes de direction au sein de la Commission nationale des zones naturelles protégées (CONANP), en tant que commissaire national (chef d'agence), directeur général du développement institutionnel et de la promotion, et directeur des stratégies de changement climatique. En outre, il a été directeur général du système Pronatura et coordinateur central du Fonds pour les zones naturelles protégées au sein du Fonds mexicain pour la conservation de la nature AC. Enfin, Andrew Rhodes est le vice-président de la Commission mondiale des aires protégées de l'Union internationale pour la conservation de la nature.

Membres experts :

WG4_Georgia_Park

Parc de Géorgie

Georgia est gestionnaire principale du programme Science in Public Life de la Royal Society, qui facilite le transfert de connaissances et de personnes entre le monde universitaire et le monde politique. Le volet "Ocean Science Policy" offre une plateforme aux chercheurs en début de carrière, aux professionnels et aux décideurs politiques dans le domaine des sciences marines et océaniques au Royaume-Uni pour accéder aux connaissances et aux réseaux à l'interface science-politique. Les possibilités de développement professionnel offertes par le programme permettent de constituer un vivier de talents pour les futurs conseillers scientifiques et les fonctionnaires à formation scientifique au sein du gouvernement. Le programme "Ocean Science Policy" est considéré comme une contribution officielle à la Décennie des Nations unies pour les sciences de la mer au service du développement durable (2021-2030). Avant de travailler à la Royal Society, Georgia a travaillé dans l'édition universitaire pour Macmillan et Oxford University Press. Elle est titulaire d'une licence en géographie de l'université de Southampton et d'une maîtrise en sciences de l'université Napier d'Édimbourg.

GT4_Rafael_Gonzales_Quiros

Rafael Gonzales-Quiros

Rafael est le directeur du Centro Oceanográfico de Gijón, l'un des neuf laboratoires côtiers de l'Institut espagnol d'océanographie (IEO-CSIC). Sa carrière de chercheur est axée sur la relation entre l'écosystème, la dynamique des populations de poissons et l'écologie du plancton, et il a toujours été impliqué dans des programmes multidisciplinaires d'observation à long terme de l'océan. Au cours des huit dernières années, il a assumé différentes responsabilités à l'Institut espagnol d'océanographie, qui est la plus grande institution d'Espagne exclusivement consacrée aux sciences océaniques et qui a pour mission de fournir au gouvernement espagnol des conseils scientifiques sur les politiques océaniques, en particulier dans les domaines de la pêche et de l'environnement. Avant d'être directeur à Gijón, il a été chef du domaine de l'environnement marin (l'un des trois domaines de recherche et de conseil de l'IEO avec la pêche et l'aquaculture), directeur adjoint pour la recherche et temporairement directeur de l'IEO (avec un chevauchement avec le poste de directeur adjoint). Rafael joue également un rôle actif de représentation dans différentes organisations et processus internationaux et nationaux liés aux sciences de la mer et à la durabilité des océans. Il est, entre autres, chef de la délégation espagnole à la Commission océanographique intergouvernementale depuis 2017, membre du groupe d'experts pour le troisième cycle de l'évaluation de l'océan mondial, coordinateur du comité national de la décennie et d'un groupe de travail sur les données marines en Espagne.

Joel Mokenye

Joel Mokenye

M. Joel Mokenye est titulaire d'un MSc. en sciences et gestion marines et lacustres et d'une licence en sciences halieutiques et aquatiques. en sciences halieutiques et aquatiques. Il travaille depuis plus de 15 ans dans le domaine de la gestion des pêches côtières et marines. Il a d'abord travaillé comme associé de recherche au KMFRI entre 2011 et 2018, puis comme chargé de cours à temps partiel à l'Université technique de Mombasa dans le département des sciences de l'environnement et de la santé, section des sciences marines (jusqu'à présent) et actuellement comme spécialiste de la biodiversité aquatique au Bureau interafricain des ressources animales de l'Union africaine (AU-IBAR) depuis 2022. L'expérience de M. Mokenye couvre la recherche scientifique, la gestion des pêcheries, la gestion des écosystèmes aquatiques par l'utilisation d'AMP, de SCM et de cadres de PSM, ainsi qu'un large éventail de services de conseil aux niveaux national, régional et international. Son expérience pluridisciplinaire dans le domaine des sciences marines et halieutiques va de l'écologie marine et halieutique à l'océanographie, en passant par l'évaluation de l'impact environnemental et social des projets, l'économie bleue conceptuelle, l'environnement benthique, la pollution environnementale et la pollution marine par les plastiques. Il a effectué un certain nombre de missions, notamment : le projet de développement côtier du Kenya (KCDP) financé par la Banque mondiale ; l'étude diagnostique sur les sources, les voies et les impacts des déchets marins dans le projet côtier du Kenya, financé par la Banque mondiale et exécuté en partenariat avec Cardno Emerging Markets Ltd" le long du littoral kényan ; Small Scale Fisheries Management in the Transboundary conservation area in Southern Kenya - WCS- BAF-Project ; Standing Stock Marine Litter Survey along Kenya's coastline" (enquête conjointe entre le CSIRO et le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE)) ; Développement d'un programme de conservation et formation de groupes de conservation locaux sur l'établissement de LMMA/CCA/CMA dans la partie inférieure de la rivière Tana, sur la côte nord du Kenya ; coordination d'un projet communautaire de restauration des zones humides dans la zone de cogestion de Kilelengwani, dans la partie inférieure de la rivière Tana, sur la côte nord du Kenya ; et mise en œuvre actuelle du projet "Conservation de la biodiversité aquatique dans l'économie bleue africaine" à l'UA-BIRA où les communautés économiques régionales (CER), les ORGP, les BM et les États membres de l'UA sont des partenaires de mise en œuvre.

GT4_Susanna_DeBeauville_Scott

Susanna DeBeauville-Scott

Susanna possède plus de 20 ans d'expérience dans le domaine de la conservation et du développement durable. Elle a une expérience directe dans les domaines suivants : développement et mise en œuvre de mesures d'adaptation au changement climatique et de réduction des risques de catastrophe ; gestion des zones protégées ; gestion de la biodiversité ; gestion de la pêche ; gestion intégrée des zones côtières ; gouvernance des océans et planification de l'espace marin ; évaluation de l'impact sur l'environnement ; gestion des déchets ; et élaboration de politiques. Elle est également une gestionnaire de projet certifiée, avec une expérience dans la gestion de projets nationaux et régionaux dans les Caraïbes. Susanna travaille actuellement avec la Commission de l 'Organisation des États des Caraïbes orientales (OECS ), où elle apporte un soutien technique et gère des projets sur les questions d'économie bleue, notamment la gestion des déchets et la réduction de la pollution.

Emma Hospes

Emma Hospes

Emma est directrice de l'environnement stratégique et des permis et travaille depuis plus de 15 ans sur des sujets liés à la gestion de l'impact environnemental et écologique dans l'environnement marin et côtier. Ørsted est l'une des plus grandes entreprises d'énergie renouvelable au monde et le leader mondial de l'énergie éolienne offshore. En 2021, Ørsted s'est fixé une ambition de premier plan en matière de biodiversité. La même année, elle est devenue la première entreprise énergétique à voir son objectif de consommation nette zéro validé par l'initiative Science-Based Targets. L'entreprise a été à l'avant-garde de la transition vers l'énergie verte et de la gestion durable des océans, et défend l'intégration des actions sur le climat et la biodiversité. Le rôle d'Emma chez Ørsted englobe un large éventail de sujets liés à l'environnement marin et océanique. Elle représente les équipes mondiales d'Ørsted chargées de l'environnement et des autorisations, qui comprennent plus de 120 scientifiques spécialistes de la mer et de l'environnement, des experts en politique et des gestionnaires de parties prenantes travaillant avec les communautés locales et l'identification et la gestion de l'impact sur l'environnement dans les pays du monde entier. Son équipe est également responsable de la gestion du programme de recherche mondial d'Ørsted sur l'environnement marin et de la mise en œuvre du programme mondial d'Ørsted sur la biodiversité, qui est à la pointe de l'industrie. Avant de rejoindre Ørsted, Emma a travaillé dans le domaine du conseil environnemental et a occupé des postes dans le domaine de la politique marine et environnementale au sein du gouvernement national et local du Royaume-Uni. Elle est titulaire d'une licence en biologie marine et océanographie de l'université de Southampton et d'une maîtrise en gestion écologique de l'Imperial College de Londres.

Erik Giercksky

Erik Giercksky

Erik Giercksky dirige les travaux du Pacte mondial des Nations unies sur l'océan depuis janvier 2018. L'UNGC est le principal organe de coopération de l'ONU avec les entreprises internationales et constitue, avec ses 12 000 entreprises signataires et ses 4 000 organisations de la société civile, la plus grande initiative mondiale en matière de développement durable. Le conseil d'administration de l'UNGC est présidé par le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. La Coalition pour la gestion des océans de l'UNGC est composée d'entreprises maritimes de premier plan au niveau mondial, ainsi que d'institutions académiques, d'organisations centrales des Nations unies et d'ONG. Depuis sa création, le travail a été un facteur normatif important pour le travail de durabilité dans les industries liées à l'océan. L'établissement des principes de l'océan durable lors de l'Assemblée générale des Nations unies en 2019 revêt une importance particulière. Giercksky est également l'auteur principal du document de référence sur les obligations bleues, un document de référence pour les travaux du marché obligataire sur la durabilité des entreprises liées à l'océan et qui fait partie de l'approche de la Banque mondiale. M. Giercksky a précédemment travaillé comme directeur de la communication au sein de l'Association des armateurs norvégiens et a occupé des postes de direction dans un certain nombre d'entreprises et d'organisations. Giercksky a commencé sa carrière en tant que diplomate norvégien et a fait partie de l'équipe qui a dirigé les travaux de la Norvège sur les processus de paix dans différentes parties du monde. Il est titulaire d'un master de la London School of Economics et de l'université d'Oslo.

Torsten Thiele

Torsten Thiele

Torsten Thiele est membre honoraire du laboratoire marin de Plymouth (Royaume-Uni) et chercheur affilié à l'Institut de recherche sur la durabilité, Helmholtz (Allemagne). et chercheur affilié à l'Institut de recherche sur la durabilité, Helmholtz Centre Potsdam, Allemagne. Il travaille sur la gouvernance des océans et la sur la gouvernance des océans et la finance bleue durable, en s'appuyant sur plus de 20 ans d'expérience dans le dans le financement de projets et d'infrastructures au sein d'institutions financières de premier plan, ainsi qu'une dizaine d'années de recherche sur les océans. de recherche sur les océans. Il est fondateur du Global Ocean Trust, conseiller stratégique auprès de la Blue Natural Capital Financing Facility de l'UICN. conseiller stratégique auprès de la Blue Natural Capital Financing Facility de l'UICN et conseiller principal auprès de l'Ocean Risk and Resilience Fund de l'UICN. conseiller principal auprès de l'Ocean Risk and Resilience Action Alliance (ORRAA). Il est également consultant auprès de gouvernements et d'autres acteurs du secteur des océans. Ses publications récentes traitent de la politique climatique, des infrastructures côtières, des solutions fondées sur la nature et du financement innovant des océans (H-In). solutions fondées sur la nature et le financement innovant des océans (H-Index 15, 1099 citations). Torsten Thiele est diplômé des universités de Cambridge, Bonn et Harvard, Bonn et Harvard

admin-ajax

Erika Harms

Plus de détails à venir.

joe

Joseph Appiott

Joe Appiott coordonne les travaux sur la biodiversité marine, côtière et insulaire au sein du secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (CDB). Au sein du secrétariat de la CDB, Joe travaille avec les gouvernements, les organisations internationales et d'autres parties prenantes pour soutenir la mise en œuvre de la Convention. Son travail consiste notamment à faciliter la description et la cartographie des zones marines d'importance écologique ou biologique, à coordonner les activités de renforcement des capacités et à synthétiser les conseils politiques relatifs aux pressions exercées sur la biodiversité marine. Le travail de Joe comprend également la coordination et la contribution à d'autres agences des Nations unies et processus multilatéraux en ce qui concerne les questions liées à la biodiversité marine, côtière et insulaire. 

GT4_Vivienne_Solis_Rivera

Vivienne Solis Rivera

Vivienne Solis Rivera est biologiste à l'université du Costa Rica. Elle est titulaire d'une maîtrise en systématique et en écologie de l'université de Lawrence/Kansas (États-Unis). Biologie. Elle a plus de 30 ans d'expérience dans la conservation de la biodiversité en Méso-Amérique et dans les Caraïbes. Au cours des 30 dernières années, elle a travaillé dans le domaine de la conservation marine et des droits de l'homme, en dirigeant les contributions de la société civile, des gouvernements et des organisations de pêche pour la mise en œuvre des lignes directrices du SSF dans sa région et en promouvant des modèles de gouvernance IPLC pour une conservation marine plus équitable, plus efficace et plus efficiente. Elle fait partie de CoopeSoliDar R.L, une coopérative de solidarité sociale basée au Costa Rica qui promeut la conservation de la diversité biologique et culturelle en tant qu'atout principal pour la résilience des peuples autochtones et des communautés locales face aux nouveaux défis et aux nouvelles opportunités. Elle fait partie du conseil d'administration du Collectif international pour le soutien des travailleurs de la pêche et est membre honoraire du Consortium ICCA, des commissions de l'UICN sur les aires protégées et la protection de l'environnement, ainsi que du groupe majeur de l'ONU Femmes, entre autres au niveau international.

GT3_Stefan_Gelcich

Stefan Gelcich

Stefan Gelcich est un biologiste marin basé à l'Universidad Catolica de Chile. Il étudie les liens et les rétroactions entre les systèmes sociaux et écologiques. Il s'intéresse particulièrement à l'avancement de la science qui contribue à la gestion durable des océans côtiers. Au cours des 20 dernières années, il a participé à de nombreux projets et centres interdisciplinaires où il a mené des recherches axées sur le comportement humain, les services écosystémiques et l'écologie. Dans tous les projets, Stefan contribue à lier les dimensions sociales et écologiques. Les thèmes des projets actuels comprennent la conservation et la gestion du milieu marin, la capacité d'adaptation des industries côtières et la pêche illégale, entre autres. La recherche a été financée par des institutions nationales et internationales. Stefan est le directeur de l'Instituto Milenio en Socio-ecologia Costera.

Louise Heaps

Louise Heaps

Louise Heaps est le chef de file mondial du WWF pour l'économie bleue durable. Elle s'attache à influencer le financement général et les facilitateurs politiques, ainsi qu'à lever les obstacles à la mise en place d'une économie bleue durable et inclusive au niveau des communautés côtières. Louise travaille dans le domaine de la conservation des océans et de la gestion des ressources naturelles depuis plus de 25 ans. Elle a dirigé des politiques océaniques et des programmes sur le terrain dans le nord et le sud du monde, et a passé cinq ans dans la région des îles du Pacifique en tant que directrice de la conservation du WWF Pacifique Sud. Elle a ensuite dirigé le programme national et international de WWF-UK sur les océans avant de devenir leur conseillère en chef pour les questions marines. Après avoir obtenu un MBA à l'Université d'Exeter en 2016, Louise a dirigé le processus d'élaboration des principes de financement de l'économie bleue durable en partenariat avec la Commission européenne, la Banque européenne d'investissement et l'unité internationale de durabilité du Prince de Galles. Elle est aujourd'hui membre du groupe de pilotage de l'Initiative de financement de l'économie bleue durable de l'UNEP FI et du Conseil directeur de l'Alliance pour l'action sur les risques et la résilience des océans.

WG4_William_Kostka

William N Kostka

William N. Kostka est un écologiste dévoué et un défenseur des initiatives de développement durable en Micronésie. Depuis qu'il a rejoint le Micronesia Conservation Trust (MCT) en 2006, il a joué un rôle essentiel dans la transformation de l'organisation en un leader mondial reconnu dans le domaine de la conservation et de l'adaptation au changement climatique. Le leadership visionnaire de M. Kostka a conduit à des réalisations remarquables, faisant du MCT l'une des rares entités accréditées au niveau national pour le Fonds d'adaptation et le Fonds vert pour le climat dans le Pacifique. Ce succès souligne son engagement à garantir le financement de projets de conservation cruciaux. Sous la direction de M. Kostka, le MCT a obtenu plus de 50 millions de dollars en subventions et en fonds, encourageant les efforts de collaboration avec les partenaires régionaux. Ce soutien financier a permis la mise en œuvre d'initiatives de conservation efficaces qui sauvegardent le patrimoine naturel de la Micronésie, encouragent le développement durable et renforcent la résilience des écosystèmes et des communautés. Les contributions de M. Kostka ont été reconnues par la prestigieuse Pew Marine Fellowship en 2006, en reconnaissance de son rôle déterminant dans le lancement de la Micronesia Challenge Initiative, une initiative historique dans le domaine de la conservation des ressources naturelles. Son engagement témoigne de sa volonté de relever les défis environnementaux et de sa capacité à rassembler les parties prenantes autour d'un objectif commun. Au-delà du MCT, Kostka s'engage activement dans des conseils et des réseaux nationaux, régionaux et internationaux. En tant que membre fondateur de la Pacific Islands Managed and Protected Areas Community et des Micronesians in Island Conservation Peer Learning Networks, il encourage la collaboration et le partage des connaissances entre les praticiens de la conservation du Pacifique. Son engagement se manifeste également dans ses rôles au sein de conseils tels que le sous-comité sous-régional du PIFS sur le régionalisme, le conseil consultatif du Global Greengrants Fund pour le Pacifique et l'UICN-WCPA. Le profond dévouement de M. Kostka à l'égard de l'épanouissement des leaders émergents se manifeste par la mise en place de stages, de bourses d'études et de bourses de recherche par l'intermédiaire du MCT. Ces opportunités permettent aux talents de Micronésie de contribuer à la conservation et au développement durable. Le profond dévouement de William N. Kostka, son leadership stratégique et son engagement actif dans les initiatives de conservation régionales et internationales lui ont valu une place respectée dans la communauté mondiale de la conservation. Grâce à ses efforts incessants, il continue à susciter des changements positifs, garantissant la préservation des ressources naturelles de la Micronésie pour les générations futures.

Ronnie Noonan-Birch

Ronnie Noonan-Birch

Ronnie Noonan-Birch est une socio-écologiste marine basée à l'Ocean Frontier Institute à Halifax, en Nouvelle-Écosse, au Canada. Son travail se concentre sur l'intersection entre l'homme et l'océan, en particulier sur la façon dont le bien-être humain est intrinsèquement lié à la santé des océans. Ronnie a récemment terminé sa recherche de maîtrise qui a opérationnalisé les ODD pour créer une norme d'économie bleue pour le Canada qui soit socialement équitable, écologiquement durable et économiquement viable. Ronnie est également l'une des cofondatrices d'ECOP Canada, un nœud national du programme de réseau ECOP approuvé par la Décennie des Nations unies.

Aboud S. Jumbe

Aboud S. Jumbe

Aboud S. Jumbe est secrétaire principal au ministère de l'économie bleue et de la pêche de Zanzibar, en République-Unie de Tanzanie. Il a participé à divers processus de dialogue et de développement dans le cadre de la mise en œuvre de la gouvernance des océans, de l'économie bleue et de la planification de l'espace marin, en se concentrant sur l'océan Indien occidental (WIO) et la zone de la convention de Nairobi du PNUE. En outre, M. Jumbe a également participé à des programmes liés à des initiatives d'économie bleue dans la région de l'océan Indien occidental, soutenus par la Commission de l'océan Indien (COI), la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (UNECA), l'Indian Ocean Rim Association (IORA) et le PNUD. Dans le cadre de la convention de Nairobi du PNUE, M. Jumbe a participé à plusieurs initiatives de forums sur les régions marines et à l'élaboration d'une stratégie de gouvernance des océans dans le cadre des programmes sur les mers régionales, en vue de créer un partenariat efficace et multilatéral pour la gestion future des zones situées au-delà de la juridiction nationale, en particulier dans la région de l'océan Indien occidental. M. Jumbe a été membre de différentes plateformes sur l'océan dans la région de l'Océan Indien occidental, notamment le "Forum des régions marines" et "Notre avenir bleu". Il est titulaire d'un BSc. (général) en botanique, chimie et zoologie de l'université de Delhi (2000). Il est également titulaire d'une maîtrise et d'un doctorat en sciences de l'environnement de l'université de Bangalore (Inde).

GT4_Marie-Mai Jeremie

Marie-Mai Jeremie

Marie-Mai Jeremie est directrice générale du Seychelles Conservation and Climate Adaptation Trust (SeyCCAT). Marie-Mai est titulaire d'un master en environnement de l'université de Melbourne et d'un diplôme de premier cycle en sciences biologiques de l'université Edith Cowan. Mme Jeremie est une cadre supérieure hautement qualifiée qui possède un intérêt et une expérience marqués pour la conservation de la biodiversité, la gouvernance des océans, la promotion de l'application de la science à la politique, ainsi que la création et la gestion de zones protégées aux Seychelles. Biologiste de formation, elle a participé activement à la conservation de la biodiversité nationale et à la gestion de l'environnement, ainsi qu'à l'élaboration de politiques et de législations environnementales aux Seychelles. Au cours des 13 dernières années, elle a participé à des travaux de conservation tant au niveau gouvernemental qu'au niveau des organisations non gouvernementales. Mme Jeremie est également une négociatrice chevronnée dans le cadre d'accords multilatéraux sur l'environnement, notamment la Convention sur la diversité biologique, la Convention de Nairobi, la CITES et la biodiversité au-delà de la juridiction nationale (BBNJ). Avant de rejoindre la SeyCCAT, Marie-Mai a été directrice générale de la division de la conservation et de la gestion de la biodiversité, où elle s'est concentrée sur l'établissement et la mise en œuvre de toutes les politiques et législations liées à la biodiversité. Elle a joué un rôle déterminant en tant que responsable politique de la gouvernance des océans, notamment dans le cadre du plan d'aménagement de l'espace marin des Seychelles, dont elle fait toujours partie du comité directeur. Mme Jeremie est également l'actuelle présidente du conseil d'administration de l'Association des sciences de la mer de l'océan Indien occidental (WIOMSA).

Groupe de travail 5 : Débloquer des solutions océaniques pour lutter contre le changement climatique

Co-présidents :

GT5_Carol_Robinson

Carol Robinson

Carol Robinson est professeur de sciences marines à l'université d'East Anglia au Royaume-Uni. Elle dirige une équipe de recherche qui étudie le rôle des bactéries marines, du phytoplancton et du zooplancton dans le cycle mondial du carbone et de l'oxygène, et la manière dont ce rôle varie en fonction de l'évolution des conditions environnementales, telles que l'augmentation de l'apport en nutriments, de la température et du dioxyde de carbone, et la diminution de l'oxygène dissous. Carol est membre de la Royal Society of Biology, ancienne présidente de la Challenger Society for Marine Science et ancienne présidente du réseau mondial de recherche SCOR/Future Earth IMBeR (Integrated Marine Biosphere Research). Elle est actuellement coprésidente du groupe d'experts de la COI sur la recherche intégrée sur le carbone océanique (IOC-R) et coprésidente du programme de la décennie des Nations unies sur les émissions de carbone négatif dans l'océan (ONCE).

GT5_Christopher_Sabine

Christopher Sabine

Christopher L. Sabine est vice-recteur par intérim à la recherche et aux études de l'université d'Hawaï à Mānoa et professeur titulaire au département d'océanographie. Il a obtenu son doctorat en océanographie chimique à l'UHM en 1992. Depuis, il a publié plus de 160 articles et chapitres de livres sur le cycle du carbone, le changement climatique et l'acidification des océans. Ses recherches actuelles portent sur la compréhension du cycle global du carbone, le rôle de l'océan dans l'absorption du CO2 libéré par l'activité humaine et l'acidification des océans. Il a été conseiller scientifique pour un certain nombre de programmes nationaux sur le carbone aux États-Unis et dans le monde. Il a reçu plusieurs prix, dont la médaille d'or du ministère américain du commerce pour ses recherches pionnières qui ont conduit à la découverte d'une acidification accrue des océans. Le Programme intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a reconnu sa contribution au GIEC en lui décernant le prix Nobel de la paix en 2007.

Membres experts :

Courtney McGeachy

Courtney McGeachy

Courtney McGeachy est actuellement directrice du centre de collaboration Ocean Visions - UN Decade Collaborative Center for Ocean Climate Solutions. Courtney a précédemment dirigé le programme GOLD+ (planetGOLD) à Conservation International. Avant de rejoindre Conservation International, Courtney a été directrice du programme Pew Marine Fellows à Pew Charitable Trusts, ainsi que gestionnaire du portefeuille de conservation marine à la National Fish and Wildlife Foundation. Pendant son séjour à la National Fish Wildlife Foundation, Courtney a géré plusieurs programmes de conservation marine, notamment le Fishing for Energy Program, le Coral Reef Conservation Program et le Emergency Prescott Grants Program, pour n'en citer que quelques-uns. Courtney est titulaire d'une licence en sciences marines et environnementales de l'université de Hampton et d'une maîtrise en sciences marines et estuariennes de l'université du Maryland Eastern Shore. Courtney a également occupé le poste de coprésidente pour l'intégrité, la diversité et l'équité au sein de la Citizen Science Association.

Fangli Qiao

Fangli Qiao

Fangli Qiao, membre de l'Academia Europaea (MAE), académicien de l'Académie internationale des sciences de l'Eurasie et rédacteur en chef de Ocean Modelling, est professeur titulaire de la chaire d'océanographie physique et directeur général adjoint du premier institut d'océanographie (FIO) du ministère chinois des ressources naturelles. Ses recherches portent sur le développement de modèles océaniques et climatiques, la dynamique des océans, la turbulence et l'interaction air-mer, etc.. Il a découvert les rôles clés des ondes de surface à petite échelle dans la circulation océanique à grande échelle et le système climatique mondial par la modulation de la turbulence océanique (Bv) et des flux air-mer, appelée théorie de Qiao. Cette théorie a été utilisée par des dizaines de centres de recherche de différents pays et tous les modèles océaniques et climatiques ont été considérablement améliorés. Il a mis au point le premier modèle océanique de nouvelle génération entièrement couplé aux vagues de surface et à la marée (FIO-COM), qui permet de surmonter les difficultés rencontrées depuis un demi-siècle, à savoir la trop faible profondeur de la couche de mélange simulée dans la partie supérieure de l'océan et la surestimation de la température de surface de la mer, en particulier en été, le modèle couplé atmosphère-océan-vagues pour les typhons/ouragans (FIO-AOW), qui améliore considérablement la capacité de prévision de l'intensité des typhons, un goulet d'étranglement depuis plusieurs décennies, et le modèle du système terrestre incluant les vagues de surface (FIO-ESM v1.0 et 2.0) qui élimine plus de la moitié des biais tropicaux de longue date. M. Qiao est membre du groupe exécutif de planification et du conseil consultatif de la Décennie des Nations unies pour l'océanographie au service du développement durable. Il a reçu de nombreux prix académiques, notamment le prix Wooster de PICES, le prix national de l'innovation de Chine, etc. Il a publié plus de 400 articles dans des revues scientifiques à comité de lecture.

sam

Dhrubajyoti Samanta (Dhruba)

Dhrubajyoti Samanta (Dhruba) est chercheur principal à l'Observatoire de la Terre de Singapour à l'Université technologique de Nanyang (NTU), Singapour. Il est également chercheur affilié au Cooperative Institute for Research in Environmental Sciences de l'université du Colorado Boulder, aux États-Unis. Avant de rejoindre la NTU, Dhruba a travaillé comme chercheur postdoctoral à l'université d'Aizu, au Japon, et à l'université Texas A&M au Qatar. Dhruba a obtenu son doctorat à l'Institut indien de technologie de Kharagpur, en Inde. Dhruba est membre du CLIVAR Pacific Region Panel et membre du groupe de travail international Past Global Changes (PAGES) CoralHydro2K. Il est membre à vie de l'Ocean Society of India et de l'Indian Science Congress Association. Dhruba a travaillé sur plusieurs projets interdisciplinaires dans six pays (Inde, Qatar, Japon, Singapour, États-Unis et Norvège). Il a contribué de manière significative à la compréhension de la dynamique des océans et du climat dans la région tropicale de l'Indo-Pacifique et à l'amélioration de leurs simulations dans les modèles climatiques. Trois des publications récentes de Dhruba, dont il est le premier auteur, sont citées dans le 6e rapport d'évaluation du GIEC (AR6). Il a participé activement aux processus de révision de plusieurs chapitres du 6e rapport d'évaluation du GIEC. Il a examiné plusieurs subventions et plus de 130 publications dans des revues internationales réputées. Dhruba a reçu plusieurs récompenses telles que celles d'examinateur exceptionnel et d'examinateur de confiance pour son engagement en faveur de l'intégrité scientifique. Il participe activement à l'enseignement, à la supervision, à l'acquisition de fonds de recherche et à des activités de sensibilisation. Les recherches de Dhruba portent sur la dynamique des océans et du climat et leur représentation dans les modèles climatiques. Son objectif principal est de comprendre et de prédire le rôle de la dynamique océanique qui a déterminé les changements climatiques tropicaux dans le passé et qui façonnera ces changements à l'avenir. Ses recherches portent plus particulièrement sur la modélisation du climat, l'étude du niveau de la mer, les moussons, les cyclones tropicaux et les interactions entre l'océan et l'atmosphère.

Richard Bellerby

Richard Bellerby

Richard Bellerby est scientifique en chef à l'Institut norvégien de recherche sur l'eau, à Bergen (Norvège), directeur du Centre SKLEC-NIVA pour la recherche marine et côtière, à l'Université normale de Chine orientale, à Shanghai (Chine), et professeur adjoint à la Faculté des sciences appliquées de l'Université UCSI, à Kuala Lumpur (Malaisie). Biogéochimiste marin de formation, il étudie l'interaction entre le changement climatique et océanique, les écosystèmes marins et les services écosystémiques, en mettant de plus en plus l'accent sur la socio-écologie. Il a publié plus de 150 articles de recherche et chapitres de livres. Il dirige le groupe de travail AMAP sur l'acidification des océansIl est l'un des principaux auteurs du groupe d'experts sur le climat d'AMAP Climate Expert Groupco-responsable du groupe de travail IMBeR-Future Earth Coasts Groupe de travail sur les marges continentalesmembre du comité exécutif du réseau mondial d'observation de l'acidification des océans Réseau mondial d'observation de l'acidification des océansmembre du comité directeur du de l'Asie du Sud sur l'acidification des océans, co-champion du réseau d'observation de l'acidification des océans.sur l'acidification des océans, co-champion du programme de la Décennie de l'OARS programme de la décennie OARS et coordinateur régional du programme programme de la décennie GO-BC.

Sonia Batten

Sonia Batten

Sonia Batten a une formation scientifique d'océanographe biologique, étudiant le plancton et son rôle dans l'écosystème océanique. Elle est à l'origine de l'enquête sur les enregistreurs continus de plancton (CPR) dans le Pacifique Nord, dont elle a été la coordinatrice de 2000 à 2020, et a contribué à la rédaction de plus de 35 articles basés sur les données de l'enquête. Au cours de la dernière partie de son mandat, elle a également été membre du groupe Bio-Eco du GOOS et a présidé l'Alliance mondiale des relevés CPR. En avril 2020, elle est devenue secrétaire exécutive de l'Organisation des sciences de la mer pour le Pacifique Nord (PICES). La PICES est une organisation scientifique intergouvernementale qui encourage la recherche marine collaborative dans le nord du Pacifique Nord et les mers adjacentes dans les six pays membres qui bordent la région (Canada, Japon, République populaire de Chine, République de Corée, Fédération de Russie et États-Unis d'Amérique). Les priorités de la PICES sont de promouvoir la collecte et l'échange rapide d'informations scientifiques sur l'environnement océanique, le changement climatique, les ressources vivantes et leurs écosystèmes, ainsi que l'impact des activités humaines dans le Pacifique Nord. La PICES parraine et organise des conférences internationales et des activités de développement des capacités, ainsi que sa propre réunion annuelle, afin de faciliter, de promouvoir et de diffuser les connaissances scientifiques sur ces questions.

Liliana Bastian

Liliana Bastian

Liliana Bastian, PhD, est chargée de programme à Ocean Visions, où elle soutient les initiatives stratégiques du Centre de collaboration Ocean Visions-Décennie des Nations unies pour les solutions océaniques et climatiques et de l'écosystème mondial pour les solutions océaniques (GEOS), une action approuvée par la Décennie des Nations unies. Elle est spécialiste des sciences sociales de la mer et possède une formation en géographie humaine et en développement durable. Avant de rejoindre Ocean Visions, Liliana a mené des recherches participatives sur la justice maritime et mis en œuvre des projets multisectoriels de renforcement des capacités en matière de développement durable et de résilience climatique aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Asie du Sud-Est. Liliana est titulaire d'un doctorat en géographie humaine de l'université d'Exeter, d'un master en affaires marines de l'université de Washington et d'une licence en géosciences de l'environnement de l'université A&M du Texas. 

Galen McKinley

Galen McKinley

Galen McKinley est professeur de sciences de la terre et de l'environnement à l'université de Columbia et à l'observatoire de la terre Lamont-Doherty. de Lamont-Doherty. Elle est directrice adjointe du Center for Learning the Earth with Artificial Intelligence and Physics (LEAP), un Science Technology Center (STC) de la NSF pour 2021-2026. Le professeur McKinley est un scientifique spécialiste des océans, du cycle du carbone et du climat dont les recherches se concentrent sur les moteurs physiques, chimiques et écologiques du puits de carbone anthropique de l'océan à des échelles allant du régional au mondial. Ses outils de recherche comprennent des modèles de l'océan et du climat, des ensembles de données in situ et par satellite, et l'apprentissage automatique. Le professeur McKinley est titulaire d'une licence en génie civil de l'université de Rice et d'un doctorat en physique et chimie du climat du MIT. Elle est membre du Conseil des études océaniques et de la Table ronde sur la sécurité climatique des Académies nationales américaines. Parmi les distinctions qu'elle a reçues, citons le prix 2020 Ocean Science Voyager de l'American Geophysical Union et, en 2011, le Class of 1955 Teaching Award de l'université du Wisconsin à Madison.

WG5_VVSS-Sarma

V.V.S.S. Sarma

V.V.S.S. Sarma est scientifique en chef et directeur régional du CSIR-National Institute of Oceanography pour son centre régional de Visakhapatnam et professeur à l'Academy of Scientific and Innovative Research (AcSIR). Il a obtenu son doctorat en océanographie chimique à l'université de Goa en 1999. Depuis, il a publié plus de 175 articles et chapitres de livres sur le cycle du carbone, de l'oxygène et de l'azote, le changement climatique, la chimie des aérosols et l'acidification des océans, grâce à des observations, à la télédétection et à des modèles numériques. Ses recherches actuelles portent sur les échanges air-mer de CO2 dans l'océan Indien, la zone de minimum d'oxygène, l'acidification des océans et le rôle de l'impact humain sur la biogéochimie des cycles du carbone, de l'azote et de l'oxygène dans l'océan Indien. Il est membre du comité consultatif de recherche de plusieurs laboratoires en Inde et à l'étranger, ainsi que du comité consultatif d'experts pour le thème des océans du groupe de travail sur la durabilité du climat dans le cadre du G20, du ministère de l'environnement, des forêts et du changement climatique, et du comité directeur national sur l'azote chargé de mettre en œuvre la résolution de l'UNEA4 sur la gestion durable de l'azote en Inde, du ministère de l'environnement, des forêts et du changement climatique. Il fait partie du groupe d'experts des Nations unies. Il a reçu plusieurs prix nationaux et internationaux, notamment le prix national des sciences et technologies océaniques, le prix Hidaka de la publication exceptionnelle et le prix du jeune scientifique. Il est membre de l'Académie nationale des sciences de Bengaluru, en Inde.

Kelly Ortega

Kelly Ortega

Kelly est chercheuse au département des sciences biologiques de l'université du Cap. Elle a une formation en biologie et en sciences halieutiques, et ses recherches se concentrent sur l'utilisation de la modélisation des écosystèmes pour étudier le fonctionnement des écosystèmes marins et soutenir la gestion basée sur les écosystèmes. Ses recherches portent également sur l'influence de la variabilité environnementale et du changement climatique sur les écosystèmes marins, ainsi que sur la vulnérabilité et la capacité d'adaptation des écosystèmes au changement climatique. Kelly est coordinatrice des modèles régionaux du projet FishMIP (Fisheries and Marine Ecosystems Model Intercomparison Project), qui vise à mieux comprendre et prévoir les impacts du changement climatique sur les pêcheries et les écosystèmes marins.

Robert Blasiak

Robert Blasiak

Robert est chercheur au Stockholm Resilience Centre (SRC) de l'Université de Stockholm, où il se concentre sur différents aspects de l'océanographie, notamment la vulnérabilité et les risques associés au changement climatique, l'évolution des normes de gestion des océans et les questions d'équité et de transparence associées à l'utilisation des ressources génétiques marines et de la biotechnologie. Robert est membre du comité scientifique de la plate-forme océanique et climatique, membre du comité de rédaction du Journal of Marine Science du CIEM, participant à la coalition pour la bonne gestion des océans du Pacte mondial des Nations unies, membre du comité d'experts pour l'indice de bonne gestion des produits de la mer et coordonne les contributions scientifiques à l'initiative SeaBOS (Seafood Business for Ocean Stewardship). Il dirige actuellement le projet FORMAS sur "L'industrie des biotechnologies marines et la gouvernance équitable des ressources génétiques marines" et codirige le thème de recherche "Océan humain" du CRS. Avant de rejoindre le CRS, Robert a travaillé comme chercheur au laboratoire des sciences halieutiques mondiales de l'université de Tokyo et comme chargé de communication à l'université des Nations unies. Il a également été chercheur principal pour le programme NEREUS de la Nippon Foundation, ainsi que chercheur invité à l'université de Tokyo et à l'université des Nations unies.

Andrea Lira Loarca

Andrea Lira Loarca

Andrea est spécialiste des zones côtières et chargée de recherche au sein du groupe de recherche MeteOcean de l'université de Gênes, en Italie. Elle est titulaire d'un doctorat de l'université de Grenade (Espagne) et de l'université de Parme (Italie), avec une spécialisation en gestion côtière. Ses recherches portent sur la modélisation à haute résolution des vagues et des ondes de tempête et leur évolution en raison des effets du changement climatique et des impacts côtiers dus aux risques composés. Andrea a récemment reçu une bourse du Sceau d'excellence des jeunes chercheurs du ministère italien de l'Université et de la Recherche pour développer un projet axé sur l'évaluation améliorée des futurs risques côtiers multiples et des risques composés dans la mer Méditerranée. Andrea a participé à plusieurs projets de recherche internationaux et collabore avec des chercheurs du monde entier. Elle est la coordinatrice nationale guatémaltèque pour les professionnels de l'océan en début de carrière d'Amérique centrale de l'ONU Décennie de l'Océan. Elle a publié plus de 35 articles dans des revues et des conférences internationales de premier plan consacrées aux sciences côtières et au climat.

richardsanders

Richard Sanders

Richard travaille à NORCE à Bergen et coordonne le projet Horizon Europe OceanICU. Il a participé à un large éventail de projets de pompage biologique des océans au cours des 25 dernières années et a récemment assumé un rôle plus orienté vers la politique en tant que directeur du centre thématique sur les océans dans le cadre du système intégré d'observation du carbone. Avant de s'installer à Bergen, il était président du groupe de recherche sur la biogéochimie des océans et les écosystèmes au National Oceanography Centre du Royaume-Uni. Il est titulaire d'une chaire honorifique en biogéochimie des océans à l'université de Southampton, au Royaume-Uni.

Sophia Laarissa

Sophia Laarissa

Sophia Laarissa est doctorante en droit de la mer à l'Université Cadi Ayyad de Marrakech, au Maroc. Titulaire d'une bourse nationale d'excellence, sa thèse porte sur "La définition et le règlement des différends liés aux investissements en mer". Sophia contribue activement en tant que membre du Laboratoire de recherche sur la coopération internationale pour le développement et du Réseau africain des chercheurs en eaux profondes. En outre, elle est coordinatrice de l'équipe de travail de l'ECOP Afrique sur la maîtrise des océans et le renforcement des capacités. Elle participe activement à des événements nationaux et internationaux tels que la formation en plein air de l'Académie de droit international de La Haye sur le droit de la mer, la conférence "Women In The Law of the Sea" organisée par l'Autorité internationale des fonds marins, et elle a récemment animé la "Journée africaine des mers et des océans" organisée par ECOP Afrique en collaboration avec la COI-Afrique. Sophia a également présenté des communications sur des sujets tels que "l'éducation aux océans" et "le chevauchement des mécanismes de règlement des différends dans le droit de la mer et le droit de l'OMC". Elle croit au rôle essentiel de la transdisciplinarité pour comprendre la complexité et la diversité des composantes du système océanique et pour relever les défis actuels et futurs dans le contexte du développement du processus de la Vision Décennie de l'Océan .

Jess Melbourne-Thomas

Jess Melbourne-Thomas

Jess Melbourne-Thomas est chercheuse transdisciplinaire et courtière en connaissances. Elle dirige une équipe chargée des systèmes socio-écologiques marins au sein du CSIRO Environment à Hobart. Elle a une formation en modélisation mathématique et en science du changement climatique en Antarctique, et son travail consiste à relier la recherche à la prise de décision en matière de durabilité et d'adaptation au changement climatique. Jess a été l'un des principaux auteurs du rapport spécial 2019 du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) sur les océans et la cryosphère dans un climat en évolution et elle est co-convocatrice du programme international MEASO (Évaluation de l'écosystème marin de l'océan Austral).

Groupe de travail 6 : Renforcer la résilience des communautés face aux risques océaniques

Co-présidents :

Srinivasa_Kumar(1)

Srinivasa Kumar Tummala

Srinivasa Kumar Tummala est titulaire d'un doctorat en sciences marines et a apporté des contributions importantes dans le domaine de l'océanographie opérationnelle et des systèmes d'alerte précoce multirisques pour les zones côtières. Travaillant depuis 2004 au Centre national indien pour les services d'information océanique (INCOIS) du ministère des sciences de la Terre, basé à Hyderabad, il a été chargé de la mise en œuvre de plusieurs projets importants, notamment les avis sur les zones de pêche potentielles, la cartographie de la vulnérabilité multirisque, le système d'alerte au blanchiment des récifs coralliens, la recherche côtière et océanographique par satellite, etc. Après le tsunami de 2004, il a coordonné la mise en place du système indien d'alerte précoce aux tsunamis, dans le cadre d'un projet multi-institutionnel. Le centre d'alerte précoce aux tsunamis, basé à l'INCOIS, est identifié comme l'un des fournisseurs de services aux tsunamis dans le cadre du Système d'alerte aux tsunamis et d'atténuation de leurs effets dans l'océan Indien (IOTWMS) de la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l'UNESCO. Entre octobre 2016 et août 2020, il a travaillé avec la COI-UNESCO en tant que chef du secrétariat de l'IOTWMS à Perth, en Australie. Pendant cette période, il a contribué au renforcement du système régional d'alerte précoce aux tsunamis en collaboration active avec 28 États membres, à l'harmonisation mondiale des opérations de veille aux tsunamis et à la mise en œuvre du programme de reconnaissance de la communauté Tsunami Ready. Après avoir commencé sa carrière scientifique par un bref passage à l'Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), M. Tummala est actuellement directeur de l'INCOIS. Il est également vice-président de la COI pour la région IV, coprésident du comité de collaboration mixte COI-OMM et président du comité scientifique du programme sur les tsunamis ( Décennie de l'Océan ).

Nadia Pinardi

Nadia Pinardi

Nadia Pinardi, Département de physique et d'astronomie, Université de Bologne. Nadia PINARDI est titulaire d'un doctorat en physique appliquée de l'université de Harvard et est professeur d'océanographie à l'université de Bologne. Sa principale réalisation est la conception et la mise en œuvre pratique de systèmes de prévision océanique en haute mer et dans les zones côtières. De 2012 à 2019, elle a été coprésidente du Comité mixte pour l'océanographie et la météorologie maritime (JCOMM) de l'UNESCO-COI et de l'OMM et, depuis 2019, elle est élue vice-présidente de la Commission des systèmes d'observation, d'infrastructure et d'information (Commission de l'infrastructure) de l'OMM. Elle est présidente du programme "CoastPredict" de la Décennie des Nations unies pour les sciences océaniques et directrice du Centre de collaboration de la Décennie des Nations unies pour la résilience côtière, hébergé par l'Université de Bologne.

Membres experts :

Hellen J. Kizenga

Hellen J. Kizenga

Hellen J. Kizenga est une scientifique marine en début de carrière et une assistante à l'Institut des sciences marines de l'Université de Dar es Salaam, en Tanzanie. Elle est titulaire d'une licence en microbiologie et d'une maîtrise en sciences marines de l'université de Dar es Salaam. Elle est également titulaire d'un certificat de troisième cycle en océanographie d'observation obtenu dans le cadre du programme du Centre d'excellence NF-POGO de l'Institut Alfred Wegener pour la recherche polaire et marine, en Allemagne. Ses recherches portent sur les ressources marines et côtières et se concentrent principalement sur la productivité primaire (phytoplancton), la biogéochimie marine, la télédétection et les pêcheries de petits pélagiques. Dans ses recherches, elle s'intéresse particulièrement à l'application de la télédétection, des observations in situ et des sciences sociales pour s'assurer que la science collabore avec les connaissances traditionnelles afin de générer des informations concrètes sur la durabilité des ressources marines et côtières.

Enrique Alvarez Fanjul

Enrique Alvarez Fanjul

Enrique Alvarez Fanjul est le coordinateur technique du centre de collaboration OceanPrediction Decade, chez Mercator Ocean International. Il a plus de 33 ans d'expérience en océanographie opérationnelle, ayant développé des services de prévisions océaniques opérationnelles et géré des réseaux de mesures océaniques. Il a coordonné plusieurs projets nationaux et européens. Il est l'auteur de plus de 100 publications évaluées par des pairs.

Leonardo Valenzuela Perez

Leonardo Valenzuela Perez

Leonardo Valenzuela Perez est directeur des partenariats internationaux et de l'écosystème mondial pour les solutions océaniques (GEOS) à Ocean Visions. Le GEOS est un programme approuvé par la Décennie des Nations unies pour l'océanographie au service du développement durable, qui articule un réseau mondial multisectoriel dédié au développement et au déploiement de solutions équitables et évolutives basées sur l'océan pour faire face au changement climatique et aux principaux défis du développement durable. Auparavant, il a dirigé des initiatives internationales de justice climatique en collaboration avec des organisations locales dans les secteurs de l'énergie et de l'exploitation minière. Leonardo travaille depuis près de vingt ans à l'intersection des droits des autochtones, de l'activisme climatique et de la recherche sur la justice environnementale à l'échelle mondiale. Leonardo est titulaire d'un doctorat en géographie humaine de l'Université de Sydney, ainsi que d'une maîtrise en établissements humains et environnement et d'une licence en sociologie de l'Université catholique pontificale du Chili.

Martina Müller

Martina Muller

En tant que responsable de la gestion des programmes au Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophe, Martina Müller fournit des conseils politiques et des orientations de fond aux États membres afin d'intégrer le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe et le développement durable tenant compte des risques dans les décisions intergouvernementales. Mme Müller a servi les Nations unies à divers titres pendant cinq ans, notamment en surveillant la performance du système de développement des Nations unies dans les domaines de l'environnement et du climat et en soutenant les négociations intergouvernementales sur le Programme de développement durable à l'horizon 2030. Elle a également été conseillère internationale auprès du secrétaire d'État à l'environnement de São Paulo entre 2015 et 2017, reliant le global au local en développant des politiques pionnières et des projets de coopération ; et en tant que gestionnaire au sein de l'organisation à but non lucratif de développement durable Ceres, en tirant parti des efforts des entreprises pour lutter contre la déforestation tropicale. Mme Müller est titulaire d'une maîtrise en politique publique (Université de Harvard) et est avocate diplômée (Université de São Paulo / Université Ludwig-Maximilian) spécialisée en droit de l'environnement. Elle parle anglais, espagnol, français, allemand et portugais.

Iris Monnereau

Iris Monnereau

Iris Monnereau est actuellement chargée des pêches (chocs et urgences) au siège de la FAO. Elle aide les pays du monde entier à améliorer la prévention des catastrophes, la préparation, la réponse et la réhabilitation du secteur de la pêche et de l'aquaculture. Cela couvre les catastrophes naturelles, technologiques et biologiques ainsi que les situations d'urgence complexes. Elle fournit également du contenu et met à jour les stratégies et la planification de l'IFN sur la gestion des risques de catastrophe pour la pêche et l'aquaculture et soutient la mobilisation des ressources. De 2017 à 2022, elle a été chargée de projet à la FAO-SLC à la Barbade, coordonnant le projet Climate Change Adaptation in the Eastern Caribbean Fisheries Sector (CC4FISH). Ce projet de 5,5 millions USD a été mené dans 7 pays des Caraïbes orientales et a soutenu le renforcement de la résilience du secteur de la pêche face au changement climatique, y compris le travail sur le renforcement des capacités des pêcheurs et des aquaculteurs, la gestion des risques de catastrophe, le développement de la pêche et de l'aquaculture et l'intégration du changement climatique et de la gestion des risques de catastrophe dans les plans et les politiques de pêche. Iris Monnereau a obtenu un doctorat en 2012 de l'Université d'Amsterdam, Pays-Bas, Faculté des Sciences Sociales et Comportementales, pour lequel elle a étudié les impacts de différents systèmes de gouvernance et de chaînes de valeur de la pêche à la langouste sur le bien-être des pêcheurs au Belize, au Nicaragua et en Jamaïque. Elle a effectué un post-doc de deux ans (2012-2014) à l'Université des Indes occidentales, au Centre pour la gestion des ressources et les études environnementales (CERMES) à la Barbade, où elle a étudié la vulnérabilité au changement climatique du secteur de la pêche dans les petits États insulaires en développement. Elle a publié de nombreux articles sur les impacts du changement climatique et la vulnérabilité du secteur de la pêche dans la région des Caraïbes, à la fois en tant que chercheuse et à la FAO.

Lorette

Loreto Duffy-Mayers

Loreto Duffy-Mayers est une professionnelle distinguée qui possède une grande expertise dans les domaines du tourisme, de la durabilité environnementale et de l'efficacité énergétique. D'origine irlandaise et barbadienne, elle a consacré sa carrière à encourager les changements positifs dans la région des Caraïbes et au-delà. Forte d'un parcours remarquable, Loreto a joué un rôle central dans divers programmes régionaux. Elle a été chef de projet pour l'initiative de refroidissement des Caraïbes des Nations unies pour l'environnement, un projet visionnaire qui s'est penché sur l'efficacité énergétique et les solutions respectueuses du climat dans le secteur du refroidissement dans les pays des Caraïbes. La passion de Loreto pour le tourisme durable l'a poussée à contribuer de manière significative au développement de pratiques respectueuses de l'environnement dans l'industrie hôtelière des Caraïbes. Elle a notamment géré le programme de la BID sur l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables dans les hôtels des Caraïbes (CHENACT), qui encourage l'efficacité énergétique et les solutions en matière d'énergies renouvelables dans les hôtels de la région. Oratrice prolifique, Mme Loreto a participé à de nombreuses conférences internationales, partageant ses idées sur le tourisme durable, l'environnement, l'énergie et le changement climatique. Au-delà de ses réalisations professionnelles, Loreto est activement impliquée dans divers comités et organisations dédiés au développement durable. Elle est membre du conseil d'administration de l'Alliance caribéenne pour le tourisme durable, de l'Association pour l'énergie thermique des océans et du groupe de travail de la Décennie des océans de la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO. L'engagement de Loreto à créer un avenir plus vert et plus résilient pour les Caraïbes lui a valu de nombreuses récompenses dans les Caraïbes, tant dans le domaine de l'énergie que dans celui du tourisme. Son approche holistique, associée à des compétences exceptionnelles en matière de communication et de leadership, continue d'avoir un impact durable dans les domaines du tourisme, de l'environnement et de l'énergie.

Alessandra Burgos

Alessandra Burgos

Alessandra (Ali) Burgos a terminé ses études de premier cycle à l'Université Rutgers en 2016, obtenant une licence en météorologie. Elle a ensuite poursuivi ses études de troisième cycle à l'Université Old Dominion, où elle a obtenu un Master of Science en océanographie en 2018. Elle a consacré ses recherches à la reconstitution de l'élévation relative du niveau de la mer au 20e siècle et à la modélisation des futures inondations nuisibles à Norfolk, en Virginie. Désireuse de s'orienter vers la politique scientifique, Ali a été acceptée dans le cadre de l'estimable Sea Grant Knauss Fellowship et a passé une année à Washington D.C. au siège de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA). Elle y a travaillé à l'amélioration du portefeuille de résilience côtière, en soutenant l'engagement du Congrès et la gestion des subventions. Ali travaille actuellement à l'université d'État de l'Oregon en tant que chef de projet pour le projet financé par la National Science Foundation "The Cascadia Coastlines and People's Hazards Research Hub", dont l'objectif est d'accroître la résilience côtière des communautés côtières du nord-ouest du Pacifique.

Joel Kamdoum Ngueuko

Joel Kamdoum Ngueuko

Joel Kamdoum Ngueuko est un spécialiste de l'environnement, du changement climatique et de la planification des océans. Il milite également en faveur de la maîtrise des données spatiales et de l'équilibre entre les sexes. Il a plus de dix ans d'expérience dans des programmes multidisciplinaires, ainsi que dans le développement de méthodologies quantitatives et qualitatives pour la planification et la mise en œuvre de politiques publiques spatiales, le renforcement des capacités et le développement durable. Les activités de M. Kamdoum comprennent, entre autres, ses travaux antérieurs en tant que stagiaire de la COI-UNESCO et consultant international dans les cadres LME/IW : LEARN et MSPglobal. Il est l'auteur d'articles scientifiques et co-auteur du rapport technique sur l'état de la vulnérabilité côtière dans les pays d'Afrique centrale (série technique n° 152, dossier ICAM, COI-UNESCO). Il est titulaire d'une licence en génie chimique/environnemental, d'un diplôme de troisième cycle en télédétection/SIG et d'une maîtrise Erasmus Mundus en planification de l'espace maritime.

Purificació Canals

Purificació Canals

Purificació Canals est titulaire d'une licence et d'un doctorat en sciences biologiques de l'université de Barcelone (1986 et 1996). Elle travaille comme consultante internationale indépendante sur la conservation marine et côtière et comme professeur associé de physiologie à l'université Rovira i Virgili (Tarragone). Depuis 2009, elle est présidente de MedPAN (Mediterranean Network of Marine Protected Areas Managers). De 2016 à 2019, elle a contribué aux réseaux d'AMP de part et d'autre de l'Atlantique en tant que chef d'équipe du projet de réseau transatlantique d'AMP de l'UE, élargi à l'Asie du Sud-Est depuis 2020 dans le cadre du projet de gouvernance des océans de l'UE. Elle est également membre du Conseil consultatif pour le développement durable de Catalogne (CADS) depuis 2014, du Conseil scientifique du Conservatoire du littoral depuis 2004 et de la Commission mondiale des aires protégées de l'UICN depuis 2007. Elle a notamment été conseillère régionale de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) pour l'Europe occidentale (2000-2008) ; vice-présidente de l'UICN (2004-2008) ; présidente du comité préparatoire du IVe Congrès mondial de la nature organisé par l'UICN à Barcelone (2006-2008) ; présidente de la Ligue pour la défense du patrimoine naturel (DEPANA) (1994-2010) et du Conseil ibérique pour la défense de la nature (CIDN) (1998-2010). En 2020, elle a été décorée de la Croix de Saint-Georges par le gouvernement de Catalogne pour son travail sur la conservation côtière et marine, et en 2022, elle a reçu la médaille Alfred Toepfer, de la Fédération EUROPARC, pour sa contribution à la conservation de la nature en Europe.

Giovanni Coppini

Giovanni Coppini

Scientifique principal et directeur de la division "Prédictions et applications océaniques" de la fondation Centro Euro-Mediterraneo sui Cambiamenti Climatici (CMCC) à Lecce, en Italie. Il est titulaire d'un doctorat en sciences de l'environnement : protection et gestion des ressources naturelles de l'université de Bologne. Depuis 2003, il travaille dans le domaine du développement d'applications d'océanographie opérationnelle. Il a été co-président de MONGOOS (Réseau méditerranéen d'océanographie pour le Système mondial d'observation de l'océan-GOOS) et il est le gestionnaire du Bureau de réponse d'urgence de l'accord MONGOOS-REMPEC. Il a été membre de l'équipe spéciale de la JCOMM sur la sécurité maritime et président de l'équipe d'experts de la JCOMM sur les interventions d'urgence dans le domaine de l'environnement marin. Depuis mai 2015, il dirige le service européen Copernicus Marine (CMEMS) pour le Centre de surveillance et de prévision de la Méditerranée (MFC) qui fournit des prévisions océaniques pour la mer Méditerranée. Il a été directeur adjoint du Centre de surveillance et de prévision de la mer Noire. Il a publié 45 articles dans des revues internationales à comité de lecture. Au CMCC, il a coordonné et contribué au développement de plusieurs applications relatives à la sécurité maritime et à l'environnement marin basées sur les données CMEMS, notamment Sea-Conditions, VISIR, WITOIL et OCEAN-SAR. Depuis juin 2021, il est membre du comité directeur du programme CoastPredict UN Décennie de l'Océan et depuis juin 2022, il coordonne l'action PredictOnTime UN Décennie de l'Océan .

andreavalentini

Andrea Valentini

Andrea Valentini est ingénieur en environnement et titulaire d'un doctorat dans le domaine du contrôle et de la modélisation des systèmes environnementaux. Il est actuellement scientifique en chef et expert de programme au Centre de collaboration de la Décennie des Nations unies pour la résilience côtière, hébergé par l'Université de Bologne. Précédemment chef de l'unité de prévision numérique marine et côtière du service hydrométéorologique et climatique de l'agence régionale pour la prévention, l'environnement et l'énergie de la région d'Émilie-Romagne, il possède une solide expérience de la dynamique et de la modélisation des océans et des côtes, du changement climatique, des systèmes d'observation et de l'analyse des données marines. Chef de projet de plusieurs projets de recherche et de coopération de l'UE, principalement liés au changement climatique et aux plans d'adaptation pour les zones côtières, à l'évaluation, à la réduction et à l'atténuation des risques côtiers, ainsi qu'à la gestion et à la prévention de la pollution marine. Professeur adjoint de technologies avancées et de systèmes d'aide à la décision dans le domaine de la gestion de l'eau et des zones côtières à l'université de Bologne - département des sciences biologiques, géologiques et environnementales. Membre de plusieurs groupes de travail nationaux et internationaux dans le domaine des systèmes d'observation des océans, de la gestion de la qualité des eaux de baignade et de la pollution de l'eau à court terme.

admin-ajax

Antoine Queval

Plus de détails à venir.

sunanda

Sunanda Manneela

Mme Sunanda Manneela travaille comme scientifique au Centre national indien pour les services d'information sur les océans (INCOIS), ministère des sciences de la terre, gouvernement indien, Hyderabad. Ses domaines de recherche comprennent la tectonique des plaques, les mécanismes des tremblements de terre dans les zones de subduction, la prévision des tsunamis à l'aide du GNSS et la gestion des catastrophes. Elle a contribué de manière significative à la mise en place du système indien d'alerte précoce aux tsunamis. Elle a supervisé le module sismique du système d'alerte aux tsunamis depuis la création du centre d'alerte. Mme Sunanda a représenté l'INCOIS au sein du groupe intergouvernemental de coordination du système d'alerte aux tsunamis et d'atténuation de leurs effets dans l'océan Indien (ICG/IOTWMS) de l'UNESCO. Elle est actuellement vice-présidente du groupe de travail sous-régional pour le nord-ouest de l'océan Indien. Elle est également membre de Décennie de l'Océan Vision 2030 WG-6 : Coastal Resilience et du groupe de travail sur l'augmentation du GNSS pour l'alerte aux tsunamis du système mondial d'observation géodésique (GGOS), de l'Union internationale de géodésie et de géophysique (UGGI). Mme Sunanda participe au programme UNESCO-COI Tsunami Ready depuis qu'il a été piloté dans la région de l'océan Indien (Inde) et se passionne pour l'expansion du programme. Pour ses contributions significatives au système indien d'alerte précoce aux tsunamis, elle a reçu le "National Geoscience Award" pour l'année 2010 et le prestigieux "Young Achiever Award for 2016" qui est décerné une fois tous les quatre ans.

martin

Martin Smith

Martin D. Smith est professeur émérite d'économie de l'environnement à la Nicholas School of the Environment et au département d'économie de l'université Duke. Il a obtenu un doctorat en économie agricole et des ressources à l'université de Californie à Davis (2001) et une licence en politique publique à l'université de Stanford (1992). M. Smith étudie l'économie des océans et travaille principalement sur la bioéconomie de la pêche, l'économie des marchés et du commerce mondiaux des produits de la mer et l'économie de l'adaptation au changement climatique des zones côtières. Il a été rédacteur en chef de la revue Économie des ressources marines et membre du Conseil des études océaniques des Académies nationales des sciences, de l'ingénierie et de la médecine des États-Unis, membre du comité scientifique et statistique du Conseil de gestion des pêcheries de la région médio-atlantique et président de l'Institut international de l'économie et du commerce des pêches. M. Smith a publié plus de 100 articles scientifiques, chapitres de livres et revues, notamment dans les publications suivantes The American Economic Review, Nature, Scienceet PNAS. Il a fait des apparitions à la National Public Radio et à la BBC Radio pour discuter des questions relatives aux produits de la mer et a reçu des prix nationaux et internationaux, notamment une bourse Aldo Leopold Leadership Fellowship, Quality of Research Discovery de l'Agricultural and Applied Economics Association, et Fellow de l'Institut international de l'économie et du commerce des produits de la pêche. Ses recherches ont été financées par la National Science Foundation et la National Oceanic and Atmospheric Administration.

davidcabana

David Cabana

David Cabana est un scientifique interdisciplinaire qui se concentre sur les multiples dimensions de la conservation marine et de la durabilité des océans. Fort d'une longue expérience dans le domaine de la recherche et du conseil, il s'attache actuellement à mieux comprendre les dimensions humaines des zones côtières. Il est basé au Climate Service Center Germany (GERICS), une institution du Helmholtz-Zentrum Hereon, où il aide les communautés côtières à s'adapter au changement climatique. Il s'intéresse notamment à l'intégration des services climatiques dans la gouvernance et la gestion des zones côtières, ainsi qu'à la promotion d'approches communautaires pour faire face aux impacts du changement climatique sur les régions côtières.

jason

Jason Holt

Jason Holt dirige le groupe de modélisation des systèmes marins au National Oceanography Centre (Royaume-Uni ; noc.ac.uk). Depuis les années 1990, il participe activement au développement de la modélisation des océans côtiers pour la recherche, le climat et l'océanographie opérationnelle. Ses recherches portent sur les impacts du changement climatique sur la physique des mers côtières et des mers épicontinentales, et sur les conséquences pour la biogéochimie, en étudiant les "surprises climatiques" potentielles dans les mers épicontinentales du monde entier. Il défend les approches globales de la modélisation des océans côtiers et des études d'impact sur le climat. Il dirige le programme scientifique international de la capacité nationale du CNO : États futurs de l'océan côtier mondial : Understanding for Solutions (FOCUS ; noc.ac.uk/projects/focus) et participe à la direction du projet Future Coastal Ocean Climates (FLAME) de la Décennie des Nations unies pour l'étude des océans, qui fait partie du programme COASTPREDICT (coastpredict.org). Il est professeur honoraire invité à l'université de Liverpool et membre du comité directeur de NEMO. Il a été responsable ou co-responsable de plus de 30 projets de recherche au Royaume-Uni et a publié 88 articles dans des revues à comité de lecture.

Joseph

Joseph Ansong

Joseph K. Ansong est actuellement maître de conférences au département de mathématiques de l'université du Ghana, à Legon. Il est titulaire d'un doctorat en mathématiques appliquées de l'université d'Alberta au Canada, d'une maîtrise en mathématiques de l'ingénierie de l'université de Twente (Pays-Bas) et d'une licence en mathématiques de l'université de Cape Coast (Ghana). Son domaine de recherche est celui des mathématiques appliquées, en particulier la dynamique des fluides, la modélisation mathématique et l'océanographie physique. Il s'intéresse à l'application des mathématiques pour comprendre les écoulements géophysiques, les ondes de gravité internes/surface océaniques et la dynamique des panaches turbulents. Il aime également utiliser l'expérimentation en laboratoire pour comprendre les écoulements induits par la flottabilité. Il participe au développement des capacités dans le domaine des sciences océaniques. Il est coorganisateur de l'école d'été sur l'environnement océanique côtier au Nigeria et au Ghana (COESSING ; https://coessing.org/), qui vise à renforcer les capacités en sciences océanographiques et environnementales au Ghana et au Nigeria, ainsi que dans d'autres pays de la sous-région de l'Afrique de l'Ouest. M. Ansong est réviseur pour plusieurs revues scientifiques : Journal of Fluid Mechanics, Journal of Physical Oceanography, Geophysical Research Letters, Ocean Modeling, Journal of Advances in Modeling Earth Systems, Scientific Data et Frontiers in Marine Science. Il est également examinateur des propositions de la National Science Foundation (États-Unis).

Juliet Hermes_WG6

Juliet Hermes

Juliet dirige une équipe chargée de l'observation, de la modélisation et de la recherche sur l'environnement marin autour de l'Afrique australe, dans le cadre du réseau sud-africain d'observation de l'environnement (South African Environmental Observation Network). Juliet est également professeur à l'université du Cap et à l'université Nelson Mandela. Elle possède une grande expérience dans le développement et la gestion d'observations océaniques multidisciplinaires nationales, régionales et internationales. Elle se passionne pour la promotion des collaborations régionales et internationales ainsi que pour le développement des capacités. Juliet se concentre sur le développement en assurant la génération et le partage des connaissances, ainsi qu'en développant une cohorte diversifiée de scientifiques marins. Juliet a fait partie du groupe régional CLIVAR pour l'océan Indien, du GEO Blue Planet, de l'Indian Ocean Rim Association, du SMOC et du soutien des experts du groupe des négociateurs africains. Elle soutient les systèmes mondiaux d'observation de l'océan par l'intermédiaire du Groupe de coordination des observations du GOOS, ainsi que leurs normes et meilleures pratiques par l'intermédiaire du Groupe des meilleures pratiques de l'océan de la COI/GOOS.

Mitchell_Harley_WG6

Mitchell Harley

Mitchell Harley est un chercheur international de premier plan dans le domaine des risques côtiers, de la technologie de surveillance des côtes et des prévisions côtières. Il a publié plus de 50 articles dans des revues à comité de lecture, notamment dans Nature Geoscience, Nature Communications, Journal of Geophysical Research et Coastal Engineering. En 2017, il a fondé le programme CoastSnap, une technique de surveillance des plages par la foule à l'aide de smartphones, qui fonctionne désormais dans plus de 25 pays à travers le monde. Récemment, le Dr Harley s'est vu décerner le prix inaugural Coastal Achievement Award lors de la conférence internationale sur les sédiments côtiers, en reconnaissance de sa contribution au domaine de la recherche côtière au cours des sept dernières années.

Dwikorita_Karnawati_WG6

Dwikorita Karnawati

Dwikorita Karnawati (Rita) Ph.D., a été nommée à la tête de l'Agence indonésienne de météorologie, de climatologie et de géophysique (BMKG), depuis novembre 2017, après avoir terminé son mandat de présidente de l'Universitas Gadjah Mada (UGM), une université de premier plan qui compte 55 000 étudiants en Indonésie. En effet, elle est très active dans la promotion et le développement du système national d'alerte précoce multirisque (MHEWS), et très respectée comme l'une des figures clés dans la préparation du décret présidentiel sur le système indonésien d'alerte précoce aux tsunamis (InaTEWS) (décret présidentiel, numéro 93 de 2019). Après avoir obtenu un doctorat en sciences de la terre à l'université de Leeds (Royaume-Uni) en 1996, elle a poursuivi ses recherches sur la prévision des catastrophes hydrométéorologiques dans le cadre du programme post-doctoral de l'université d'agriculture et de technologie de Tokyo (Japon) en 1997. Par la suite, le professeur Rita a toujours travaillé sur le développement des capacités et les programmes d'éducation pour l'atténuation des catastrophes depuis 1997. Entre 2004 et 2014, elle a été coordinatrice du réseau universitaire de l'ANASE - Programme d'enseignement de l'ingénierie en Asie du Sud-Est (AUN Seed Net) dans le domaine de l'atténuation des catastrophes (y compris les catastrophes hydrométéorologiques). Elle a reçu le prix Leverhulme Professorship pour développer ses recherches sur le système communautaire d'alerte précoce aux glissements de terrain, à l'Institute for Advanced Studies, à l'université de Bristol, au Royaume-Uni, en 2003. En effet, grâce à ses travaux extraordinaires dans les programmes d'éducation basés sur la recherche pour l'atténuation des catastrophes, elle a reçu une série de bourses de recherche de la Banque mondiale, ainsi que de l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA) et du British Council, ce qui a été très important pour soutenir le processus de développement du système d'alerte précoce multirisque, en particulier en ce qui concerne les catastrophes hydrométéorologiques, les tremblements de terre et les tsunamis en Indonésie, en ce qui concerne la survie des personnes et la protection de l'environnement. En octobre 2011, ses recherches sur le système communautaire d'alerte précoce aux glissements de terrain ont été sélectionnées comme l'une des meilleures recherches sur la réduction des risques de glissements de terrain par le Consortium international sur les glissements de terrain, ce qui a conduit à la nomination de son université UGM comme Centre mondial d'excellence pour la réduction des risques de glissements de terrain. En outre, elle a reçu le Fulbright Senior Research Program pour développer l'intégration des capteurs techniques et humains pour le système d'alerte précoce des glissements de terrain, réalisé dans le Visualization Center-Department of Geology, à l'Université d'État de San Diego, Californie, États-Unis en 2011-2012. Depuis 2015, le professeur Rita a été nommée vice-présidente du Consortium international sur les glissements de terrain (ICL). À ce titre, elle a activement promu et développé l'intégration des capteurs techniques et des capteurs humains pour le système d'alerte précoce hydrométéorologique, dans lequel l'un des produits innovants de son équipe est devenu une référence internationale (ISO 22327) en 2018. En 2019, elle a été élue membre du Conseil exécutif de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et présidente du Groupe intergouvernemental de coordination du Système d'alerte aux tsunamis et d'atténuation de leurs effets dans l'océan Indien (GIC/IOTWMS). Elle a également été nommée membre du comité directeur du Système mondial d'observation de l'océan (GOOS) en tant que représentante de l'OMM en 2021. Dans le cadre de ses récentes fonctions à la tête de l'Agence, elle s'emploie activement à promouvoir l'innovation dans le domaine des technologies d'alerte précoce et des systèmes de prévision basés sur l'impact pour la météorologie, la climatologie et la géophysique, en s'appuyant sur le Big Data, l'intelligence artificielle (IA) et l'internet des objets (IOT), qui sont également connectés aux médias sociaux, aux applications mobiles et à You Tube. Elle promeut également activement le programme de sensibilisation des communautés à l'adaptation climatique par le biais d'une école de terrain sur le climat pour les pêcheurs et les agriculteurs, qui sont considérés comme les communautés les plus vulnérables pendant cette pandémie de Covid-19. En outre, elle facilite le développement et la mise en œuvre d'un système d'inondation côtière pour réduire le risque de pertes socio-économiques dans la zone côtière de la baie de Jakarta. Aujourd'hui, elle joue un rôle de premier plan dans la modernisation et le renforcement du système national d'observations et de prévisions marines et atmosphériques dans la région maritime indonésienne, afin de soutenir l'amélioration du développement économique maritime et de la résilience dans le pays. Reconnue par ses homologues nationaux et locaux ainsi que par diverses organisations internationales pour son travail, elle a également été invitée à prononcer des discours et des exposés lors de conférences, de réunions et d'événements dans diverses universités et institutions aux États-Unis, en Europe, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Inde, au Japon, en Chine et en Afrique, afin de partager les meilleures pratiques issues de son expérience en matière de réduction des risques de catastrophe et de système d'alerte précoce.

Groupe de travail 7 : étendre le système mondial d'observation de l'océan

Co-présidents :

Patricia Miloslavich (Département du changement climatique, de l'énergie, de l'environnement et de l'eau, Australie)

Patricia Miloslavich

Patricia Miloslavich est responsable du programme de surveillance de l'Antarctique oriental au sein de la division australienne de l'Antarctique. Ce programme vise à mettre en œuvre des observations scientifiques soutenues et à long terme de variables biologiques, physiques et biogéochimiques essentielles dans l'Antarctique oriental et l'océan Austral. Entre 2020 et 2023, Patricia a été directrice exécutive du Comité scientifique de la recherche océanique (SCOR), un organisme international visant à faire progresser la science océanique et à traiter les problèmes mondiaux nécessitant une approche multidisciplinaire.
Elle est biologiste marine, titulaire d'un doctorat en océanographie de l'Université du Québec à Rimouski, et professeur principal à la retraite de l'Université Simon Bolivar au Venezuela. Au cours des 30 dernières années, elle a travaillé dans le cadre de programmes internationaux portant sur les défis scientifiques, technologiques, de développement des capacités et de durabilité liés à la biodiversité marine et à l'océanographie biologique.
Elle a été responsable du projet international du groupe "Biologie et écosystèmes" du système mondial d'observation de l'océan (GOOS), qui coordonne les activités visant à mettre en œuvre des observations continues de la biodiversité et des écosystèmes marins à l'échelle mondiale. Patricia a joué un rôle clé dans le cadre du programme Census of Marine Life, du comité exécutif du SCOR et du réseau d'observation de la biodiversité marine du GEO-BON. Elle a contribué aux sections COI/UNESCO sur les sciences océaniques et les observations océaniques, aux conférences des Nations unies sur les océans, à l'évaluation globale de l'IPBES et aux évaluations des océans mondiaux I et II des Nations unies, entre autres. Elle a été présidente de l'Association internationale d'océanographie biologique (IABO). Patricia a reçu en 2015 le prix national vénézuélien de la science.

Joe_O'Callaghan(1)

Joe O'Callaghan

Le bonheur de Joe, c'est d'être dans l'océan ou sur l'océan. Joe O'Callaghan est une chercheuse scientifique qui a 20 ans d'expérience. Elle utilise une approche fondée sur l'observation pour mieux comprendre les zones océaniques où les gens travaillent et se divertissent. Joe est le directeur d'Oceanly Science, une société scientifique indépendante qui mène des recherches dans toute la région d'Aotearoa, en Nouvelle-Zélande, et au niveau international. Il s'agit plus particulièrement d'océanographie biophysique qui régule les écosystèmes tropicaux dans les océans Pacifique et Atlantique. Joe a passé 15 ans au NIWA où elle a entrepris des recherches sur l'océanographie côtière, l'océanographie du plateau continental et l'océanographie des grands fonds. Elle a dirigé un changement de paradigme dans l'observation des océans grâce à la technologie autonome pour l'Aotearoa Nouvelle-Zélande. Ses recherches portent sur les interactions terre-mer, l'impact de l'exploitation minière en eaux profondes, le mélange océanique dans les tempêtes et les vagues de chaleur marines. Elle sait parfaitement comment relier les observations et les approches de modélisation afin de maximiser leurs avantages scientifiques mutuels pour la société et l'économie bleue. Joe comprend les besoins et les contraintes de l'observation des océans à l'échelle locale, tout en ayant une vision stratégique pour parvenir à une connectivité mondiale pour les défis de la Vision 2030 sur le site Décennie de l'Océan .

Membres experts :

Jérôme Aucan

Jérôme Aucun

Jerome Aucan dirige le Centre de la Communauté du Pacifique pour les sciences océaniques, à la Communauté du Pacifique (CPS). Jérôme apporte des décennies d'expérience en sciences océaniques dans la région de l'océan Pacifique. Avant d'occuper son poste à la CPS, Jérôme était chercheur à l'Institut français de recherche et de développement (IRD). Ses recherches s'appuyaient sur l'observation et la modélisation de l'océan pour répondre à des questions essentielles pour le Pacifique, relatives aux variations du niveau de la mer et à la circulation océanique. Avant de travailler pour l'IRD, Jérôme a travaillé pendant 10 ans au sein du Centre du niveau de la mer de l'Université d'Hawaï, en charge de l'entretien des marégraphes dans les îles du Pacifique. Durant cette période, Jérôme a mis en place un nouveau réseau de bouées de surveillance des vagues, qui a ensuite constitué l'épine dorsale du système d'observation océanique des îles du Pacifique. Jerome est membre de plusieurs comités et conseils scientifiques, et il préside le comité scientifique de la task force conjointe chargée d'étudier l'utilisation des câbles de télécommunications sous-marins pour la surveillance des océans et du climat et l'alerte en cas de catastrophe (SMART Cables). Jérôme est titulaire d'un doctorat en océanographie physique de l'université d'Hawaï, d'un diplôme de troisième cycle en mathématiques appliquées et en physique de l'université James Cook à Townsville, en Australie, et d'un master en ingénierie de l'environnement marin de l'École nationale supérieure des techniques avancées (ENSTA Paris, France).

admin-ajax

Mathieu Belbeoch

Plus de détails à venir.

Emma Heslop

Dr Emma Heslop

Emma est la spécialiste du programme pour le Système mondial d'observation de l'océan (GOOS) et la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l'UNESCO. Elle est océanographe physicienne et possède une grande expertise en matière de développement stratégique et commercial. Une première carrière dans l'industrie technologique lui a permis d'acquérir des compétences en matière de développement de nouveaux marchés et de communication. La voile l'a profondément sensibilisée à l'importance des océans et à l'impact de l'homme sur ceux-ci. Elle a obtenu un doctorat en océanographie physique et se passionne pour la nécessité d'une surveillance continue des océans et pour l'utilité des données océaniques pour les applications scientifiques, gouvernementales et industrielles, aujourd'hui et à l'avenir.

Son expérience englobe la variabilité de la circulation, les nouvelles technologies telles que les planeurs, la validation des modèles, les systèmes d'observation océanique multiplateformes, l'économie des données océaniques et les produits de données océaniques. Elle a fait la preuve de son leadership en matière de recherche, de collaboration internationale et d'application des pratiques commerciales pour combler le fossé entre la science océanique et les applications sociétales.

En 2018, elle a rejoint la COI de l'UNESCO pour soutenir le développement du Système mondial d'observation de l'océan (GOOS), en particulier la mise en œuvre de son ambitieuse Stratégie 2030. L'océan a un rôle clé à jouer dans notre avenir durable et les observations océaniques sont le fondement pour y parvenir.

Michelle Heupel

Michelle Heupel

Michelle Heupel est directrice du système intégré d'observation marine (IMOS) de l'Australie. Chercheuse scientifique, elle a plus de 25 ans d'expérience dans le domaine de l'écologie, de la conservation et de la gestion des prédateurs marins, principalement les requins et les poissons. Sa carrière s'est déroulée dans différents secteurs des sciences marines (université, agence de recherche financée par des fonds publics, laboratoire de recherche privé à but non lucratif, coentreprises). Elle est un ancien membre du Comité scientifique des espèces menacées du Commonwealth et a été membre de la délégation australienne aux réunions du Mémorandum d'entente sur les requins de la Convention sur les espèces migratrices en 2016 et 2018. En 2022, elle a été invitée à prendre la parole lors de la vingt-deuxième réunion du processus consultatif informel ouvert à tous sur les océans et le droit de la mer, au siège des Nations unies à New York, et elle est vice-présidente de l'Alliance régionale mondiale du Système mondial d'observation de l'océan. Elle est considérée comme un leader national et international dans l'application des données océaniques à l'appui de la politique et de la prise de décision.

marco

Marcos Fontela

Océanographe et biologiste passionné par le cycle du carbone dans un océan en mutation. Océanographe chimiste en début de carrière, spécialisé dans la biogéochimie et les processus à grande échelle dans l'océan Atlantique, en particulier dans la péninsule ibérique (Espagne/Portugal). Lignes de recherche comportant une forte composante d'océanographie opérationnelle et de collecte de données multidisciplinaires in situ, principalement à bord de navires. Membre du nœud ECOPs Espagne. Ancien membre du groupe de travail Euromarine OYSTER - Orienting Young Scientist Through Euromarine, qui soutient les chercheurs en début de carrière dans le domaine des sciences de la mer. 

Aridane G. González GT7

Aridane Gonzalez

Il a obtenu un diplôme en sciences de la mer, une maîtrise en océanographie et un doctorat en sciences de la mer à l'Université de Las Palmas de Gran Canaria (ULPGC). Après avoir terminé la thèse de doctorat (2011), il a fait une série de postdocs à l'ULPGC (Espagne), Toulouse et Brest (France), Cinq ans plus tard, en 2017, ils sont retournés à Gran Canaria avec un contrat postdoctoral à l'ULPGC. Depuis 2020, il est maître de conférences dans la même institution. Actuellement, il est également directeur de la recherche et du développement technologique. En outre, il coordonne l'expert en économie circulaire dans les territoires isolés.

Avec plus de 60 publications indexées par le JCR, plus de 120 présentations lors de conférences nationales et internationales, et la participation à divers projets européens et nationaux, leurs contributions académiques sont substantielles. Ils ont participé activement à de nombreuses campagnes océanographiques, notamment dans l'Arctique et aux îles Canaries, où ils ont été impliqués dans les éruptions volcaniques de Tagoro (El Hierro) et de Tajogaite (La Palma). En tant que membre du groupe QUIMA, il participe également au réseau canarien sur le système de CO2 et l'acidification (inclus dans le programme ICOS). Ses recherches portent également sur l'étude des cycles biogéochimiques des métaux dans les eaux naturelles, principalement dans les océans, sur l'exploration du rôle des composés organiques dans la chimie et la spéciation des métaux, et sur la recherche de nouveaux bioindicateurs de la pollution marine. Tous ces travaux sont menés dans un monde en mutation en raison de l'impact du changement climatique et de l'acidification des océans.

En termes de gestion, il est le président du comité scientifique du gouvernement des îles Canaries sur le changement climatique, l'économie circulaire et l'économie bleue depuis 2018. Ce rôle de leader a présenté une opportunité significative pour favoriser une coopération intense entre les universités, les centres de recherche, les entreprises privées et les entités publiques.

admin-ajax

Laura Lorenzoni

Plus de détails à venir.

TMc @ 60e - recadré

Terry McConnell

Avec plus de trente-cinq ans d'expérience dans la collecte et l'extraction de connaissances à partir de données de télédétection sur la terre et son infrastructure culturelle, Terry a récemment rejoint la COI-UNESCO en tant que responsable du Centre de collaboration de la décennie pour l'observation de l'océan.

Terry n'est pas un nouveau venu dans la Décennie. Détaché par Fugro NV, une société néerlandaise de géodonnées, il a travaillé pendant six mois en tant que responsable de la gestion des données et des connaissances au sein de l'unité de coordination Décennie de l'Océan . Il y a travaillé à la création d'un cadre stratégique pour l'écosystème de données numériques de base nécessaire au soutien de l'ONU Décennie de l'Océan.

iSA

Isa Olalekan Elegbede

Isa Olalekan Elegbede (PhD) a tracé une voie sans précédent dans l'observation des ressources océaniques pour la durabilité. Titulaire d'un doctorat en sciences de l'environnement de l'université technologique de Brandebourg (BTU), en Allemagne, ses contributions ont été déterminantes pour faire progresser l'étude et la protection des écosystèmes marins. Poussé par la résilience et un engagement inébranlable envers le monde marin, M. Elegbede a commencé son parcours académique par une licence en pêche à l'université d'État de Lagos, au Nigeria. Pour étancher sa soif de connaissances, il a obtenu une maîtrise en sciences marines à l'université de Lagos et une autre maîtrise en gestion de l'environnement et des ressources à BTU, en Allemagne. Son parcours éducatif comprend également de nombreuses formations et certifications professionnelles internationales. Outre son rôle de professeur auxiliaire au département des sciences de l'environnement de la National Open University of Nigeria, M. Elegbede a transmis avec passion ses connaissances au département de la pêche de l'université d'État de Lagos. Son expérience antérieure en matière de recherche et d'enseignement à BTU, en Allemagne, a été marquée par ses conférences sur la durabilité marine, qui ont laissé une marque indélébile sur le sujet. Ses affiliations internationales viennent enrichir son portfolio académique : Visiting Fellow et Scholar à l'Ocean Frontier Institute (OFI) et au Robin Rigby Trust (RRT), soutenu par le Marine Environmental Observation, Prediction and Response Network (MEOPAR) à l'Université Dalhousie, Halifax, Canada, ancien élève du programme d'études supérieures en océanographie à l'Institut océanographique de l'Université de São, Brésil. Les prouesses de M. Elegbede en matière de leadership sont évidentes dans les rôles multiples qu'il a joués : Coprésident du groupe de travail sur les pêches de la planète bleue du GEO BON, vice-président du groupe de travail UICN/CEESP/TGER, Suisse, membre de la Future Earth Coast (FEC), membre de la division des pêches de la Deep Ocean Stewardship Initiative (DOSI), membre du groupe de travail sur la recherche scientifique régionale dans l'Atlantique central et sud, coresponsable du réseau africain de chercheurs en eaux profondes de Challenger 150, coresponsable du programme régional d'Afrique de l'Ouest pour les professionnels de l'océan en début de carrière (ECOP). M. Elegbede tire parti de son expérience interdisciplinaire en matière d'observation, d'innovation et de gestion des données océaniques. Conscient de l'impérieuse nécessité de diffuser les connaissances en Afrique, il a travaillé en tant qu'expert de la diaspora avec des institutions allemandes de premier plan : la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH et l'Agence fédérale allemande pour l'emploi. Lauréat de nombreux prix, l'engagement mondial de M. Elegbede se traduit par des contributions et du bénévolat en faveur de plusieurs objectifs de développement durable (ODD). Son statut de membre honoraire de l'Indigenous and Community Conserved Area (ICCA) en Suisse témoigne de son engagement en faveur de la durabilité des océans. Dans le paysage marin en constante évolution, les contributions du Dr Isa Olalekan Elegbede restent inégalées, façonnant un avenir plus radieux et plus durable pour notre planète bleue.

nicholasrome

Nicholas Rome

M. Nicholas Rome a rejoint le Consortium for Ocean Leadership en 2009 et est le Senior Program Manager du Center for Ocean Leadership d'UCAR. M. Rome assure la planification stratégique et la gestion de tous les programmes d'observation de l'océan au COL, ce qui inclut la planification et l'exécution d'OceanObs'19 et la coordination de plusieurs activités connexes de l'ONU Décennie de l'Océan . M. Rome assure la gestion des programmes de diverses initiatives en matière de sciences et de technologies océaniques au COL et dirige les partenariats, la collaboration et l'engagement des parties prenantes dans le domaine de l'observation des océans. Avant de rejoindre le COL, il a obtenu une maîtrise en politique environnementale internationale et a travaillé comme analyste politique pour l'Institut de recherche de l'aquarium de la baie de Monterey.

Erin Satterthwaite GT8

Erin Satterthwaite

Erin Satterthwaite, PhD, est spécialiste de la vulgarisation au California Sea Grant et écologiste marin à la Scripps Institution of Oceanography. Ses travaux portent sur l'utilisation et la gestion durables des ressources marines dans un contexte de changement climatique. Erin est la coordinatrice du California Cooperative Oceanic Fisheries Investigations (CalCOFI), une série chronologique à long terme sur l'écosystème marin qui a 72 ans d'histoire et qui apporte des informations précieuses sur les effets du changement climatique sur l'écosystème du courant californien et les communautés côtières. Son expertise couvre les questions de durabilité des océans, y compris la biodiversité marine, les observations océaniques, l'océanographie biologique, la gestion basée sur les écosystèmes, les systèmes socio-écologiques, la recherche participative, l'engagement diversifié et la gouvernance des océans. Erin s'est engagée auprès d'institutions telles que The Oceanography Society (TOS), le Comité interagences d'observation de l'océan (IOOC), le Système mondial d'observation de l'océan (GOOS) et l'Organisation des sciences de la mer pour le Pacifique Nord (PICES). En outre, Erin joue un rôle dans les initiatives internationales, contribuant à la Décennie des Nations unies pour les sciences océaniques au service du développement durable par le biais du programme des professionnels de l'océan en début de carrière, du programme Global Ecosystem for Ocean Solutions, du programme SmartNet et du Centre de collaboration des Nations unies pour le Pacifique Nord ( Décennie de l'Océan ). Erin Satterthwaite contribue à faire progresser notre compréhension des écosystèmes marins et à promouvoir des pratiques durables dans un monde en mutation. Erin a obtenu un doctorat et une maîtrise en écologie à l'université de Californie à Davis et une licence en sciences au Juniata College.

Irene Schloss

Irene Schloss

Irene Schloss dirige le laboratoire d'océanographie biologique du Centre austral de recherche scientifique du Conseil national argentin de la recherche scientifique (CONICET), basé à Ushuaia, en Argentine. Elle est également chercheur à l'Institut antarctique argentin et professeur à l'université nationale de la Terre de Feu. Au cours des 25 dernières années, elle a développé une grande expertise dans la dynamique du plancton marin polaire et subpolaire, les variations temporelles et spatiales des communautés de plancton et la réponse des variables physicochimiques au changement climatique mondial à partir de données de terrain, de travaux expérimentaux et de modélisation. Elle a joué un rôle de premier plan dans de nombreux projets de recherche internationaux, établissant un lien entre le changement climatique et les flux de CO2 entre l'atmosphère et l'océan, les effets du rayonnement UVB et le rôle du plancton marin. Mme Schloss s'est engagée à promouvoir la coopération scientifique internationale, notamment en ce qui concerne la recherche dans les régions polaires, et elle est actuellement vice-présidente du SOOS.

Pierre Testor

Pierre Testor

Pierre Testor est océanographe physicien à LOCEAN, Paris, France. Il a été le premier en Europe à déployer des gliders en 2004 et participe depuis à l'animation scientifique de la communauté mondiale des gliders, notamment à travers le réseau EGO. Il a contribué au lancement d'OceanGliders en tant que programme associé au GOOS en 2016 et en est actuellement le co-président. Sur le plan scientifique, il s'intéresse à la variabilité des océans en mettant l'accent sur les observations de la circulation et du mélange océaniques à l'aide de diverses plateformes, et des planeurs en particulier. Il s'intéresse plus particulièrement 1) à l'océanographie régionale de la mer Méditerranée et au développement d'observatoires océaniques à long terme dans ce point chaud du changement climatique et de la biodiversité (il coordonne une composante nord-ouest, le Système méditerranéen d'observation de l'océan pour l'environnement, MOOSE), 2) aux phénomènes à méso-échelle et sous-méso-échelle et à leur rôle dans les échanges entre les pentes, la formation des eaux hivernales et le couplage physique-biologique.

pierre.testor@locean.ipsl.fr, https://www.researchgate.net/profile/Pierre-Testor.

stevevision

Steve Widdicombe

Le professeur Steve Widdicombe est un écologiste marin qui possède plus de 30 ans d'expérience dans l'utilisation d'observations sur le terrain et d'expériences de manipulation à grande échelle pour aborder les questions relatives à l'écologie marine, au changement climatique, à la biodiversité et à la fonction des écosystèmes. Pendant deux décennies, il a joué un rôle déterminant dans la compréhension de l'acidification des océans et de ses effets sur l'environnement marin. Steve est actuellement coprésident du conseil exécutif du réseau mondial d'observation de l'acidification des océans (GOA-ON), un réseau international de collaboration regroupant un millier de scientifiques de plus de 100 pays. L'objectif de GOA-ON est de détecter, de comprendre et de prévoir les moteurs et les impacts de l'acidification des océans. Le réseau est essentiel pour donner l'alerte rapide sur les effets de l'acidification des océans sur les écosystèmes naturels, la pêche sauvage et l'aquaculture, la protection des côtes, le tourisme et les économies locales. Steve a représenté le GOA-ON au sein du groupe de correspondance intersessionnel d'OSPAR sur l'acidification des océans et a rédigé le chapitre sur l'acidification des océans dans le rapport sur l'état de la qualité de 2023. Steve codirige le programme "Ocean Acidification Research for Sustainability" (GOA-ON : OARS), approuvé par les Nations unies ( Décennie de l'Océan ), qui vise à fournir à la société les données d'observation et les preuves scientifiques nécessaires pour identifier, surveiller, atténuer et s'adapter durablement à l'acidification des océans, de l'échelle locale à l'échelle mondiale. Steve contribue régulièrement à des discussions politiques de haut niveau, notamment lors des réunions des Nations unies sur le changement climatique, les COP de la CCNUCC, en tant que modérateur d'un dialogue de la conférence des Nations unies sur les océans de 2022, en coprésidant une réunion précédente du groupe d'experts internationaux de la CDB et en faisant une présentation lors de la COP15 de la CDB. Il est actuellement membre du groupe d'experts techniques ad hoc de la Convention des Nations unies sur la diversité biologique (CDB) sur les indicateurs pour le cadre mondial de biodiversité Kunming-Montréal, du comité de programme de la conférence des Nations unies Décennie de l'Océan (2024) et du pool d'experts de la troisième évaluation mondiale des océans des Nations unies.

Groupe de travail 8 : Créer une représentation numérique de l'océan

Co-présidents :

GT8_Paula_Sierra_Correa

Paula Cristina Sierra-Correa

Depuis 1996, Paula Cristina Sierra-Correa travaille à INVEMAR. Elle a fait partie de l'équipe qui a élaboré la politique environnementale de la zone côtière en Colombie. Depuis 2009, elle a une carrière importante dans les activités liées à l'information et aux projets de données dans le Fonds fiduciaire de l'UNESCO en Flandre (FUST), tels que : 1) Point focal pour le projet SPINCAM "Red de Información del Pacífico Sur en apoyo a la Gestión Integrada de Áreas Costeras (Chile, Colombia, Ecuador, Panamá y Perú)" ; 2) participation active à la recherche sur l'Atlas marin des Caraïbes (CMA) lié à CLME+ et à la coopération sud-sud avec l'Afrique (Atlas ACMA) ; 3) Depuis 2014, elle est coordinatrice du RTC dans le cadre de la stratégie OTGA de la COI/IODE/UNESCO ; 4) elle a fait partie du comité de rédaction du Global Ocean Science Report II dirigé par la COI/UNESCO ; ainsi que 5) elle a fait partie du Clearing House Mechanism, maintenant OIH/ODIS pour la région de l'Amérique latine et des Caraïbes. Depuis 2012, elle est secrétaire ad hoc du conseil d'administration d'INVEMAR. Actuellement, elle dirige le projet FEM "Conservation et utilisation durable de la Ciénaga Grande de Santa Marta, Colombie 2023-2028". Elle dirige également une action de l'Union européenne sur les mangroves, les herbiers marins et les communautés locales dans les Caraïbes 2017-2023 (MAPCO en espagnol). D'autre part, elle a participé à la mise en œuvre de la politique colombienne en matière de zones côtières en élaborant, en exécutant et en coordonnant plus de 30 projets de recherche (au moins 5 projets internationaux en Amérique latine). Auteur de plus de 20 publications scientifiques. Responsable technique et administratif d'une équipe de recherche d'au moins 40 personnes. Elle a fait partie des délégations nationales officielles à la conférence des Nations unies sur les océans, à la conférence des parties à la convention de Ramsar sur les zones humides marines et côtières et à la convention sur le changement climatique.

Jan-Bart Calewaert

Jan-Bart Calewaert

Jan-Bart Calewaert a suivi une formation de bio-ingénieur en biotechnologie cellulaire et génétique (Université de Gand, 2001). Après avoir travaillé brièvement pour une grande entreprise agrochimique, il a repris ses études et a obtenu une maîtrise supplémentaire en gestion de l'environnement marin à l'Université libre de Bruxelles et à l'Université d'Anvers (2004). Depuis lors, Jan-Bart coordonne une série de projets de recherche multidisciplinaires, d'initiatives et d'organes consultatifs en matière de politique scientifique pour soutenir la recherche marine, la gestion durable des environnements marins et côtiers, et les cadres politiques connexes au niveau national, régional et mondial. Pendant plus de six ans, Jan-Bart a coordonné, au sein du secrétariat du Conseil maritime européen, des activités de prospective et d'élaboration de politiques sur toute une série de questions marines, avant de créer, en 2013, le secrétariat du réseau européen d'observation et de données du milieu marin (EMODnet) afin de coordonner ses activités, en soutien à la direction générale des affaires maritimes et de la pêche de la Commission européenne (DG MARE). En 2017, Jan-Bart a cofondé Seascape Belgium, à la tête d'une équipe professionnelle de spécialistes des sciences et des données marines dévoués, assurant et gérant des fonds pour des projets et des initiatives de connaissances marines collaboratives multipartenaires au niveau national, européen et international. Depuis le début de la Décennie des sciences de la mer au service du développement durable, Jan-Bart a soutenu ses progrès, notamment en tant que coprésident du groupe de coordination des données de la Décennie (DCG), qui a produit la première version de la stratégie de données et d'information de la Décennie, publiée en mai 2023 (https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000385542). Depuis juin 2023, Jan-Bart s'est vu confier une nouvelle mission en tant que chef de file du Bureau de coordination de la Décennie (DCO) sur le partage des données océaniques (ODS) afin d'établir le DCO sur des bases solides, de soutenir les acteurs de la Décennie sur les défis et les opportunités liés au partage des données et de l'information et d'assurer le financement de la poursuite de la croissance et de l'évolution du DCO. Il se réjouit à l'idée d'établir le DCO et de conduire le développement de la composante de partage des données de l'écosystème numérique nécessaire pour soutenir la mise en œuvre réussie des ambitions de la Décennie.

Membres experts :

dickschaap

Dick Schaap

Titulaire d'une maîtrise en génie côtier, Dick a commencé sa carrière en 1980 en tant qu'ingénieur de projet à la direction de la mer du Nord du Rijkswaterstaat (ministère néerlandais des travaux publics). Depuis la fin des années 80, il est directeur général de la fondation MARIS et, plus tard, de la société MARIS, issue du projet gouvernemental MARIS qui visait à améliorer la vue d'ensemble et l'accès aux données marines. À ce titre, il possède une vaste expérience dans la coordination de nombreux projets nationaux et européens sur les infrastructures de gestion des données marines. C'est un véritable expert européen, tant sur le plan technique qu'organisationnel, qui organise et gère des coopérations à l'échelle transnationale. Il est cofondateur et coordinateur technique de SeaDataNet, le réseau paneuropéen des CNDO. Il est également très impliqué dans la conception et le déploiement d'EMODnet en tant qu'infrastructure européenne de premier plan pour les produits de données marines. Il est coordinateur technique d'EMODnet Bathymetry et Chemistry, coordinateur d'EMODnet Ingestion et partenaire d'EMODnet Physics. Il a également été coordinateur technique des projets ODIP 1 et 2 (Ocean Data Interoperability Platform), qui rassemblent les principales infrastructures MDM d'Europe, des États-Unis et d'Australie. En outre, il est coordinateur technique du projet Horizon Europe Blue-Cloud 2026 et participe à plusieurs autres projets de l'UE, notamment sur FAIRness, l'interopérabilité des données, les infrastructures intelligentes et l'European Open Science Cloud (EOSC).

Martin Visbeck

Martin Visbeck

Martin Visbeck dirige l'unité de recherche Océanographie physique au GEOMAR Helmholtz Centre for Ocean Research Kiel et est professeur à l'université de Kiel, en Allemagne. Ses recherches portent sur le rôle de l'océan dans le système climatique, la circulation océanique, les systèmes de remontée d'eau, l'observation intégrée de l'océan mondial, les jumeaux numériques de l'océan et la dimension océanique du développement durable. Il participe activement à la Décennie des Nations unies pour l'océanographie au service du développement durable (2021-2030) et à la promotion d'observations océaniques durables et de jumeaux numériques de l'océan. Il est membre de plusieurs comités consultatifs nationaux et internationaux, notamment du conseil d'administration du Conseil international de la science (CSI), du comité scientifique conjoint du Programme mondial de recherche sur le climat (PMRC), du conseil de recherche de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), du conseil de direction du Réseau pour des solutions de développement durable (SDSN), et ancien membre du conseil consultatif intérimaire de la Décennie des Nations unies pour l'océanographie au service du développement durable (2021-2030) et de l'assemblée du conseil de mission de l'Union européenne pour l'océanographie. Il a été élu membre de l'AGU, de l'AMS, du TOS, de l'ISC et de l'Académie européenne des sciences.

GT8_Iain_Shepherd

Iain Shepherd

Iain Shepherd est un cadre supérieur actif au sein de la direction générale des affaires maritimes et de la pêche de la Commission européenne. Diplômé en physique, il a travaillé pendant de nombreuses années au Centre commun de recherche de la Commission, où il a soutenu la politique de l'UE par des travaux scientifiques sur des questions telles que la sûreté nucléaire, l'aide humanitaire, le déminage, la gestion et le contrôle de la pêche et la prévention des armes de destruction massive. Depuis qu'il a rejoint la direction générale des affaires maritimes et de la pêche, il a contribué à des questions telles que les données environnementales et économiques marines, les déchets marins, l'investissement dans l'économie bleue, le changement climatique et (dernièrement) l'observation des océans.

GT8_Véronique_Jégat

Véronique Jégat

Véronique Jégat est ingénieur senior en géodonnées chez Fugro. Elle a plus de 20 ans d'expérience en hydrographie, couvrant un large éventail d'applications : télédétection, traitement de l'acquisition de données multifaisceaux et lidar, cartographie nautique et renforcement des capacités. Basée dans la région de Toronto, elle dirige actuellement des projets d'observation de la terre pour des applications marines. Elle est titulaire d'un diplôme d'ingénieur (Master of Science eq.) de l'ENSTA Bretagne (FIG/IHO/ICA S-5 Catégorie A).

admin-ajax

Alain Arnaud

Plus de détails à venir.

Gustav Kågesten

Gustav Kågesten

Gustav Kågesten est directeur des données chez HUB Ocean, une fondation à but non lucratif qui s'efforce de débloquer les données océaniques mondiales pour un océan plus sain. Avec une formation en ingénierie environnementale et en sciences océaniques, Gustav a plus de 15 ans d'expérience dans les secteurs privé et gouvernemental en matière de données géospatiales sur les océans. Ses compétences spécifiques comprennent la cartographie de l'habitat des fonds marins et les évaluations d'impact cumulatif basées sur les écosystèmes dans divers contextes à l'échelle mondiale, réalisant le besoin de données ouvertes dans la gouvernance des océans. Il a récemment co-dirigé une coalition internationale dans le cadre de la convention de Nairobi, développant un outil scientifique et politique "WIO Symphony" pour la planification de l'espace marin dans l'océan Indien occidental.

GT8_Marc_Taconet

Marc Taconet

Marc Taconet est le chef de l'équipe de gestion de l'information et des connaissances à la Division des pêches et de l'aquaculture de la FAO, au siège de Rome. Ingénieur agronome spécialisé dans les pêches, il a travaillé pendant 15 ans dans les Caraïbes, en Afrique de l'Ouest, dans l'océan Indien occidental et en Afrique du Nord en tant que biostatisticien et expert en SIG participant à des activités de développement des capacités. Il a ensuite assumé diverses responsabilités pendant 24 ans au sein du département des pêches et de l'aquaculture de la FAO (Rome), y compris chef de la branche des statistiques et de l'information, dirigeant le système mondial d'information sur les pêches de la FAO (FIGIS), secrétaire du partenariat du système de surveillance des pêches et des ressources (FIRMS), secrétaire intérimaire du groupe de coordination des statistiques sur les pêches (CWP) pendant les années 2015-2019, président du conseil d'administration d'iMarine et point focal suppléant pour l'indicateur SDG14.4.1.

WG8_REN_Xingyuan

Ren Xingyuan

Titulaire d'une maîtrise en informatique, chef de la division de la planification et de la gestion des sciences et des technologies du NMDIS. Il se consacre principalement à la conception et à la construction de l'ingénierie de l'information marine, à la conception de l'architecture de l'informatique en nuage et à la sécurité de l'information, au développement et à l'intégration des systèmes d'information, ainsi qu'à la coopération internationale. Ces dernières années, en tant que chef de file de plusieurs projets nationaux, des résultats fructueux ont été obtenus dans la démonstration et la construction de l'ingénierie océanique intelligente, la conception de haut niveau de l'informatisation marine, la construction et la gestion des réseaux d'information océanique, et la construction de plates-formes d'informatique en nuage océanique.

WG8_SUN_Miao

Sun Miao

Doctorat en système d'information géographique, poste de gestion des affaires étrangères au sein du NMDIS. Ses recherches portent notamment sur l'exploration, le partage et l'application des données marines. A participé au projet national de recherche et développement "Recherche et développement de techniques d'analyse et de prévision des données marines" et au projet "Développement du système ODINWESTPAC" dans le cadre de l'IODE.

Mike Smit

Mike Smit

Mike Smit étudie l'intersection des personnes, de l'information et de la technologie, en s'appuyant sur les sciences de l'information et de l'informatique pour explorer la manière dont nous utilisons les technologies émergentes au profit des personnes, des organisations et de la société. La plupart de ses travaux récents visent à garantir la disponibilité, l'accessibilité et l'utilisation des données relatives aux océans, à l'environnement et au climat. Il est directeur scientifique adjoint de l'Ocean Frontier Institute, directeur de l'Association régionale de l'Atlantique du Système canadien intégré d'observation de l'océan, et a récemment été l'un des principaux responsables de l'élaboration de la proposition "Transformer l'action pour le climat". Proposition de transformation de l'action climatique. Il est le doyen par intérim de la faculté de gestion de l'université Dalhousie, ainsi qu'un chercheur et instructeur interdisciplinaire primé.

Toru Suzuki

Toru Suzuki

Toru Suzuki est directeur général du Centre de recherche sur l'information marine de l'Association hydrographique du Japon. Sa formation scientifique est l'océanographie physique, et son travail se concentre sur la gestion, le sauvetage et le contrôle de la qualité des données et informations océanographiques, avec près de 25 ans d'expérience. Il est membre de plusieurs groupes directeurs de l'IODE de l'UNESCO/COI et du comité technique sur l'échange de données de l'Organisation des sciences de la mer du Pacifique Nord.

Steve Hall

Steve Hall

Steve Hall travaille dans le domaine des sciences, des technologies et des politiques océaniques depuis 1990, date à laquelle il a rejoint le Natural Environment Research Council britannique pour travailler sur l'expérience de la circulation océanique mondiale. À la fin des années 90, il gérait le programme de missions scientifiques Autosub AUV, basé dans ce qui est aujourd'hui le National Oceanography Centre. Son travail s'est concentré sur l'observation durable des océans, les systèmes robotiques, la gestion des risques pour les amarrages en eaux profondes et la liaison avec les écoles, jusqu'à ce qu'il passe à la politique en 2006. Il a rédigé des documents de synthèse et répondu à des consultations gouvernementales dans des domaines allant du démantèlement des sous-marins nucléaires et de la sécurité des opérations AUV à la réglementation du dragage des coquilles Saint-Jacques, au développement des énergies marines renouvelables, à la réforme de la pêche et à la gestion de l'espace marin. Il a rejoint la délégation britannique auprès de l'UNESCO-COI, est devenu chef de délégation en 2013 et a été élu vice-président de la COI en 2015. À ce titre, il a participé à la contribution de la COI à l'élaboration de la politique de la haute mer au sein des Nations unies et à la création du site Décennie de l'Océan. En 2017, il est passé au secteur privé en tant que PDG de la Society for Underwater Technology, en 2021 en tant que PDG du Pembrokeshire Coastal Forum & Marine Energy Wales, en 2022 en tant que consultant privé travaillant principalement pour le projet Seabed 2030 de la Nippon Foundation / GEBCO et des clients dans les domaines de la technologie, de la politique et de la gouvernance marines. Steve est membre de l'IMarEST et de la SUT, Chartered Marine Scientist, et membre de la Marine Technology Society, de la Challenger Society for Marine Science et de la Scottish Association for Marine Science. Il est un opérateur de drone certifié et a filmé des séquences pour des clients tels que le New York Times au Groenland et des entrepreneurs en archéologie au Pays de Galles.

Peter Teye Busumprah

Peter Teye Busumprah

Peter Teye Busumprah est le coordinateur du nœud pour les professionnels de l'océan en début de carrière (nœud du Ghana) (UN OCEAN DECADE). Je suis actuellement étudiant à l'Association internationale de géodésie (UGGI) (Allemagne) et à l'Association pour les sciences de la limnologie et de l'océanographie (Texas, États-Unis), qui travaillent sur les défis 8 et 9 du site Décennie de l'Océan de l'ONU afin de créer une représentation numérique de l'océan et des compétences, des connaissances et des technologies pour tous. Peter Teye Busumprah est membre de l'Association internationale des sciences hydrologiques (UGGI) (Allemagne), de l'American Fisheries Society (États-Unis), Réseau africain de chercheurs en eaux profondes et Système mondial d'observation de l'océan. Son certificat universitaire et ses certificats supplémentaires portent sur la pêche, la marine, l'aquaculture et les technologies de l'information (I.T.). Peter Teye Busumprah est actuellement affilié au ministère de la pêche et du développement de l'aquaculture (gouvernement du Ghana) et est étudiant au National Aquaculture Center (GHANA). Peter est très motivé et consciencieux dans les domaines de l'informatique et des simulations utilisant l'outil de traitement d'images SNAP de l'ESA, de la programmation, du développement de sites web, de Copernicus (imagerie satellite), du piratage informatique, de la télédétection et de l'analyse de données. Il s'efforce d'acquérir de nouvelles compétences et de se perfectionner.

Gerben J. de Boer

Gerben J. de Boer

Gerben J. de Boer a plus de 20 ans d'expérience dans les systèmes d'information marine et côtière. Après avoir obtenu un diplôme d'ingénieur hydraulique, il a obtenu un doctorat en océanographie côtière à l'université de technologie de Delft. Pendant 12 ans, il a travaillé à l'institut de recherche Deltares en tant que consultant expert en télédétection, en modélisation numérique 3D et en gestion de données. Financé par le consortium néerlandais Building with Nature, il a cofondé la communauté OpenEarth afin de répandre l'utilisation de normes ouvertes et d'outils open source pour permettre le partage de données multidisciplinaires. De 2010 à 2015, il a été membre du groupe d'exportation de données marines MODEG auprès de la Commission européenne, qui a donné des conseils sur EMODnet ; il est actuellement membre du groupe d'experts MKEG qui lui a succédé, du point de vue de l'industrie. En 2014, Gerben a rejoint Van Oord, un entrepreneur maritime pour l'énergie offshore, le dragage et l'adaptation climatique côtière. Chez Van Oord, il a créé le Datalab, qu'il a développé pour en faire un département interne de 20 ETP qui développe des applications innovantes pour transformer les données en valeur. Depuis 2023, il est directeur de la R&D et de l'innovation chez Van Oord.

WG8_Kate_Crosman

Kate Crosman

Kate est la boursière André Hoffman en Big Data pour le programme d'action sur les océans du Forum économique mondial et le département des technologies marines de l'Université norvégienne des sciences et technologies, basée à Trondheim, en Norvège. Ses recherches actuelles portent sur l'utilisation de la technologie du big data dans la gouvernance et la prise de décision pour les océans et les côtes, en particulier sur la façon dont la technologie du big data et les processus connexes interagissent avec les perceptions et les jugements de confiance des parties prenantes. Des travaux antérieurs connexes examinent l'équité sociale dans la gouvernance des océans, ainsi que les connaissances, les attitudes, les incitations et la prise de décision des parties prenantes dans la gouvernance complexe des océans et du climat. Les travaux de Kate s'inspirent des politiques publiques, des sciences politiques, de la gestion collaborative, des ressources communes, de la sociologie organisationnelle, de la cognition et du comportement humains, ainsi que des études sur le risque et la durabilité, et s'appuient sur une collaboration interdisciplinaire. Elle travaille avec des méthodes qualitatives et quantitatives, et son expérience sur le terrain varie de la co-création de la recherche sur les systèmes socio-écologiques avec la nation indienne Quinault sur la côte extérieure de l'État de Washington à l'observation participante du déploiement de la technologie de surveillance des océans par le big data à Svalbard, en Norvège. Kate est titulaire d'un doctorat en politique et gestion publiques de l'Université de Washington et d'une maîtrise en ressources naturelles et environnement de l'Université du Michigan.

Ann-Christine Zinkann

Ann-Christine Zinkann

Ann-Christine Zinkann a rejoint la NOAA en 2020 en tant que Sea Grant Knauss Fellow et a poursuivi son travail en tant que spécialiste de projet à l'UCAR CPAESS et au Programme mondial de surveillance et d'observation de l'océan de la NOAA, en soutenant les objectifs d'observation de l'océan dans le cadre du Système mondial d'observation de l'océan de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), de la Commission océanographique intergouvernementale (COI), du Groupe de coordination des observations, du Système d'observation de l'Atlantique Nord, du site Décennie de l'Océan et des données. Ann représente les professionnels de l'océan en début de carrière (ECOP) dans les deux programmes Décennie de l'Océan Ocean Observing Co-Design et Digital Twins of the Ocean. Elle est membre du groupe de coordination des observations dans le cadre du GOOS et du nouveau groupe consultatif pour les océans au sein de l'OMM. Elle est titulaire d'un doctorat en biologie marine de l'université d'Alaska Fairbanks et a précédemment travaillé sur la dynamique du réseau alimentaire polaire en utilisant l'analyse des isotopes stables et la modélisation du réseau alimentaire.

Tanya_Haddad_WG8

Tanya Haddad

Tanya Haddad est spécialiste des systèmes d'information au sein du programme de gestion côtière de l'Oregon, avec une formation en biologie/science de l'environnement et en informatique. Elle est titulaire d'une maîtrise en gestion de l'environnement côtier de l'université de Duke et est une gestionnaire de données expérimentée, spécialisée dans la gestion côtière, l'aménagement de l'espace marin et la mise en œuvre technique. Tanya est impliquée dans la sensibilisation au partage des données, des informations et des connaissances, à la fois au niveau local en tant que responsable de la mise en œuvre du cadre côtier et marin de l'Oregon, et au niveau régional en tant que responsable technique du portail de données océaniques de la côte ouest. Elle est également coprésidente de l'ICAN, le réseau international d'atlas côtiers, un projet de l'IODE.

Groupe de travail 9 : Compétences, connaissances et technologies pour tous

Co-présidents :

WG9_Edem_Mahu

Edem Mahu

Edem Mahu est maître de conférences en biogéochimie marine à l'université du Ghana. Son enseignement et ses recherches portent sur les reconstitutions paléoclimatiques et environnementales des écosystèmes marins, la pollution marine, la conservation et les approches fondées sur la nature pour atténuer les risques côtiers induits par le climat. Elle dirige actuellement les projets de restauration et de conservation des récifs d'huîtres pour la protection des moyens de subsistance et des écosystèmes, et de mangroves en tant que solutions naturelles aux risques côtiers au Ghana. Elle est membre du programme ARISE de l'Union africaine et de l'Union européenne et du programme FLAIR de la Royal Society. Elle est membre du conseil d'administration du Partenariat pour l'observation de l'océan mondial. Elle est très impliquée dans les activités de développement des capacités en sciences océaniques en Afrique et est co-organisatrice de l'école d'été sur l'océan côtier au Ghana et au Nigéria (COESSING) depuis 2015. Elle siège au conseil d'administration de quatre (4) programmes approuvés par l'ONU Décennie de l'Océan, à savoir CoastPredict, Global Ocean Corps and Conveyor, EQUISEA et Ocean Best Practices System. Grâce au soutien de la National Geographic Society et d'autres organisations partenaires, elle aide l'université du Ghana à accueillir le symposium ouest-africain sur les sciences de la mer. Ce symposium, qui vise à favoriser les partenariats pour faire progresser les sciences de la mer en Afrique de l'Ouest, est le premier du genre à se tenir dans la sous-région et a été approuvé en tant qu'activité de la Décennie. Mahu a reçu en 2022 le prix de l'Union géophysique américaine (AGU) pour l'excellence de la recherche en océanographie. Elle est passionnée par le mentorat de la prochaine génération de scientifiques marins en Afrique et par la création d'opportunités pour les professionnels de l'océan en début de carrière sur le continent.

GT9_Brian_Arbic

Brian Arbic 

Arbic est un ancien volontaire du Corps de la Paix américain et un océanographe physique. Les recherches de son groupe, financées par la NASA, la NOAA, le DOE, la NSF et l'Office of Naval Research, se concentrent sur les marées, les ondes de gravité internes, les tourbillons à méso-échelle et le rôle de l'océan dans les conditions météorologiques et le climat. M. Arbic a fondé le Coastal Ocean Environment Summer School in Ghana(COESSING), qui se déroule chaque année pendant une semaine depuis 2015, ainsi que le Global Ocean Corps and Conveyor, un effort mondial visant à augmenter le nombre d'océanographes issus de pays moins bien dotés en ressources. Les équipes de COESSING et d'Ocean Corps comprennent de nombreux scientifiques en début de carrière et des scientifiques issus de pays moins bien dotés. COESSING est un projet approuvé par les Nations unies ( Décennie de l'Océan ) pour le développement durable, et Ocean Corps est un programme mondial approuvé par la Décennie.

Membres experts :

WG9_Zhen_Sun

Zhen Sun
Zhen Sun, professeur associé (recherche/durabilité, gouvernance et gestion des océans), WMU-Sasakawa Global Ocean Institute, World Maritime University.
Les principaux domaines de recherche de Zhen Sun sont le droit de la mer, la réglementation internationale du transport maritime, l'égalité des sexes dans la gouvernance des océans, les actions climatiques et la protection de l'environnement marin. Elle a contribué à la mise en œuvre du programme de maîtrise et de doctorat en affaires maritimes en s'engageant de manière substantielle dans l'enseignement et la supervision. Zhen a contribué au travail éditorial de deux projets de livres et a publié un certain nombre de chapitres de livres et d'articles de journaux sur divers sujets relatifs au droit de la mer et à la gouvernance des océans. À l'UMM, Zhen a joué un rôle actif dans le lancement et l'exécution d'un certain nombre de programmes de recherche de haut niveau, notamment en tant que co-chercheur principal pour le programme Empowering Women for the United Nations Decade of Ocean Science for Sustainable Development (Autonomiser les femmes pour la Décennie des Nations unies pour les sciences océaniques au service du développement durable). Le programme Empowering Women a été approuvé en tant que Action de la Décennie (niveau programme) par la COI/UNESCO.

GT9_Samina_Kidwai

Samina Kidwai

Samina Kidwai est l'actuel directeur général de l'Institut national d'océanographie du ministère de la science et de la technologie du gouvernement pakistanais. Chercheur en sciences de la mer (océanographie biologique) depuis plus de 29 ans, dont plus de 26 ans à l'Institut national d'océanographie et plus de 15 ans d'expérience post-doctorale. Maîtrise en sciences marines et halieutiques (Université d'Aberdeen). Sciences marines et halieutiques (Université d'Aberdeen, Écosse), doctorat en biologie marine, Université de Karachi, formation post-doctorale en océanographie d'observation, Bermuda Atlantic Time-Series, BIOS, Bermudes. Intérêts de recherche en océanographie biologique. Maîtrise en administration des affaires, IoBM, spécialisation en gestion des ressources humaines. Intéressé par le développement et le renforcement des capacités nationales dans le domaine des sciences océaniques au Pakistan et par la préparation du Pakistan à des programmes internationaux. Il participe à la diplomatie scientifique internationale et à la coordination nationale pour le progrès de l'océanographie. Il a été chercheur invité à l'Institut danois de recherche sur la pêche DFRIS (aujourd'hui DFU) et à la Rosenstiel School of Marine and Atmospheric Research (RSMAS), à Miami, aux États-Unis. A obtenu des bourses de formation postdoctorale et de DIFRES dans le cadre d'un concours international ouvert. A représenté le Pakistan au Bangladesh, en Belgique, aux Bermudes, en Chine, au Danemark, en Inde (SAARC), en Italie, au Koweït, au Liban, en Malaisie, en Norvège, à Oman, au Sri Lanka, en Thaïlande, au Royaume-Uni et aux États-Unis d'Amérique. Membre du Comité national du SCOR (Commission scientifique de la recherche océanographique) depuis 2005, membre de l'IOCINDIO de l'UNESCO, à titre personnel membre de l'équipe spéciale de renforcement des capacités (CBTT) de l'IMBeR (Integrated Marine Biogeochemistry & Ecosystem Research) depuis 2010, membre du Conseil exécutif de la COI/UNESCO (PAKISTAN-Groupe IV). Récipiendaire de plusieurs prix internationaux, dont le CERTIFICAT DE RECONNAISSANCE POUR JEUNES SCIENTIFIQUES (IHDP, IGBP, WCRP), Washington, États-Unis, pour sa publication. Coordinatrice pour le Pakistan de deux collaborations internationales entre le NIO et des institutions de recherche chinoises. Plus de 60 publications scientifiques (revues scientifiques avec facteur d'impact, chapitres de livres, rapports techniques/de projet, etc.) et plus de 200 jours d'expérience en mer. Chef d'équipe dans de nombreux projets de recherche et de conseil de la NIO. Directeur de projet pour deux projets de développement du secteur public, GOP, expérience du cycle de gestion de projet et des marchés publics.

GT9_Evgeniia_Kostianaia

Evgeniia Kostianaia

Evgeniia est la coordinatrice mondiale du programme pour les professionnels de l'océan en début de carrière ("Programme ECOP"), approuvé par l'ONU ( Décennie de l'Océan ), et consultante auprès de la COI/UNESCO. L'objectif du programme est de soutenir les professionnels de l'océan en début de carrière dans le développement de leurs capacités et de leur travail en leur proposant des réseaux, des formations, un développement professionnel, des opportunités de financement et en créant des capacités de coopération et d'échange de connaissances. Evgeniia est gestionnaire de l'environnement marin et s'intéresse à la pollution marine, aux groupements océaniques, aux liens entre le changement climatique et la sécurité alimentaire, ainsi qu'à l'impact du changement climatique sur le tourisme côtier et les infrastructures ferroviaires. Evgeniia est également le point focal de Moscou de l'Institut international de l'océan (Malte). Elle est membre d'un groupe de travail sur le développement durable de la région de la mer Caspienne et du réseau scientifique intégré de la mer Caspienne (CASPISNET). Co-éditrice d'un ouvrage en deux volumes intitulé "Plastics in the Aquatic Environment" (Springer, 2022).

GT9_Sophie_Seeyave

Sophie Seeyave

Sophie Seeyave est directrice générale du Partenariat pour l'observation de l'océan mondial (POGO), basé au laboratoire marin de Plymouth au Royaume-Uni. Sa formation scientifique porte sur l'écologie du phytoplancton, avec un doctorat sur les efflorescences algales nuisibles dans les systèmes de remontée d'eau, obtenu à l'université de Southampton. Depuis 2009, elle participe à la gestion de programmes scientifiques, d'abord dans le cadre de l'étude SOLAS (Surface Ocean Lower Atmosphere Study). Sophie dirige le POGO, en tant qu'organisation internationale et association caritative britannique, et supervise le travail du secrétariat, une équipe de quatre autres membres du personnel situés au Royaume-Uni et au Portugal. Les membres du POGO sont 55 institutions de recherche océanographique dans 29 pays, qui travaillent ensemble à l'observation des océans à l'échelle mondiale. La mission du POGO s'articule autour de trois piliers : l'innovation, le développement des capacités et la sensibilisation/plaidoyer. Le POGO est un partenaire de mise en œuvre de la Décennie, et l'un de ses objectifs dans ce contexte est d'aider à accroître la participation des pays en développement à la Décennie. Le POGO est également l'organisation chef de file du réseau d'observation biomoléculaire de l'océan (OBON), un programme approuvé par la Décennie. Sophie contribue à la supervision de programmes scientifiques tels que l'Expérience internationale sur les océans calmes (IQOE), OBON, et précédemment l'Initiative Planète bleue du GEO, pour laquelle elle a été coprésidente de 2016 à 2020. Elle représente également le POGO au sein d'organisations intergouvernementales, telles que le Groupe sur l'observation de la Terre (GEO), la Commission océanographique intergouvernementale (COI/UNESCO) et la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

WG9_Aidy_Muslim

Aidy M Musulmane

Aidy M Muslim est professeur titulaire à l'Institut d'océanographie et d'environnement de l'Universiti Malaysia Terengganu, en Malaisie. Aidy est impliqué dans diverses recherches sur l'application de la technologie spatiale et la gestion des données, en particulier dans le domaine de la télédétection, des SIG et des technologies connexes. Son groupe de recherche a reçu des financements de la part d'organismes internationaux et nationaux dans divers secteurs, notamment les ressources nationales, la gestion de l'environnement et des catastrophes, et la planification stratégique. Aidy s'est établi au niveau international, notamment au sein de la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO. Depuis 2015, il est coprésident de l'Académie mondiale OceanTeacher et membre de plusieurs groupes de pilotage internationaux, dont le cadre de gestion de la qualité de la COI, le groupe d'experts de la COI sur le développement des capacités (GE-CD) et le système de données et d'informations océaniques de la COI (ODIS).

GT9_Sarah_Mahadeo

Sarah Mahadeo

Chercheur. Sasakawa Global Ocean Institute, World Maritime University, Malmö, Suède. Sarah est urbaniste et possède une formation en biologie, en planification urbaine, en planification de l'espace marin (MSP) et en économie bleue. Elle travaille actuellement comme chercheuse sur la planification de l'espace marin dans les Caraïbes orientales sur des thèmes tels que l'engagement des parties prenantes, la planification transfrontalière, les interactions terre-mer et le développement de la planification de l'espace marin dans les petits États insulaires en développement (PEID). Avant de se consacrer à la recherche, elle a travaillé dans le domaine de la planification avec l'État à Trinité-et-Tobago, son pays d'origine. Elle a également collaboré avec l'initiative MSP Global de la COI-UNESCO dans le cadre d'activités de développement des capacités en matière de MSP et d'économie bleue. Elle a également été rédactrice en chef d'une série de notes d'information relatives à la MSP sur un éventail de sujets, notamment le changement climatique, la gouvernance des océans, l'économie bleue et le développement des capacités. Sarah a également de l'expérience dans la planification et l'animation d'ateliers sur la planification bleue, participant à des événements de formation pour les PEID des Caraïbes et les pays de l'océan Indien occidental.

GT9_Pamela_Buchan

Pamela Buchan

Chercheur, Université d'Exeter, Royaume-Uni. Buchan est un chercheur en sciences sociales marines et un activiste qui travaille sur l'interface interdisciplinaire et multisectorielle entre l'homme et l'océan. Buchan a remporté le prix Impact Prize 2022 de l'ESRC et dirige l'activité Co-conceptualising Marine Identities ( Décennie de l'Océan ). En tant que chercheur, Buchan s'attache à comprendre les motivations de la citoyenneté marine et à démocratiser la gouvernance marine, afin de relever le défi 10 des Nations unies ( Décennie de l'Océan). Avec une formation en biologie marine et en gestion des zones côtières, ses recherches actuelles couvrent la géographie humaine, la psychologie environnementale et le droit de l'environnement, entre autres disciplines. Pour soutenir cette mission, Mme Buchan occupe également des fonctions publiques au sein de la Devon & Severn Inshore Fisheries and Conservation Authority et de la Cattewater Harbour Commissioners, qui gèrent respectivement la pêche côtière régionale dans les zones marines protégées et le port commercial de Plymouth, au Royaume-Uni.

GT9_Kristina_Alexander

Kristina Alexander

Kristina Alexander est titulaire de la chaire de politique et de droit maritimes au Harte Research Institute for Gulf of Mexico Studies (HRI) à Corpus Christi, au Texas. Elle a pratiqué le droit des ressources naturelles pendant plus de 20 ans, notamment au sein du Congressional Research Service à Washington, D.C., et de Sea Grant. Actuellement, elle se concentre sur la communication de questions juridiques liées à la gestion de la pêche, à la résilience côtière, au dessalement et à d'autres questions marines, par le biais de l'enseignement et de la publication de l'HRI intitulée Third Coast Lines.

GT9_Juliet_Hermes

Juliet Hermes

Juliet dirige une équipe chargée de l'observation, de la modélisation et de la recherche sur l'environnement marin autour de l'Afrique australe, dans le cadre du réseau sud-africain d'observation de l'environnement (South African Environmental Observation Network). Juliet est également professeur à l'université du Cap et à l'université Nelson Mandela. Elle possède une grande expérience dans le développement et la gestion d'observations océaniques multidisciplinaires nationales, régionales et internationales. Elle se passionne pour la promotion des collaborations régionales et internationales ainsi que pour le développement des capacités. Juliet se concentre sur le développement en assurant la génération et le partage des connaissances, ainsi qu'en développant une cohorte diversifiée de scientifiques marins. Juliet a fait partie du groupe régional CLIVAR pour l'océan Indien, du GEO Blue Planet, de l'Indian Ocean Rim Association, du SMOC et du soutien des experts du groupe des négociateurs africains. Elle soutient les systèmes mondiaux d'observation de l'océan par l'intermédiaire du Groupe de coordination des observations du GOOS, ainsi que leurs normes et meilleures pratiques par l'intermédiaire du Groupe des meilleures pratiques de l'océan de la COI/GOOS.

WG9_Xin_Lin

Xin Lin

Professeur associé au Collège des sciences de la terre et de l'océan de l'université de Xiamen.
Xin est biologiste marin. Ses recherches, financées par la National Natural Science Foundation of China et le National Key Research and Development Program of China, portent sur la biodiversité marine, la physiologie et l'écologie du phytoplancton, les efflorescences algales nuisibles, la symbiose corallienne et l'écosystème du carbone bleu. Xin est membre du comité du 70.8 Media Lab, premier média marin créé conjointement par des institutions de recherche de premier plan et des médias faisant autorité en Chine, et destiné à devenir une plateforme innovante pour la diffusion des connaissances en sciences marines, la formation de talents scientifiques et la transformation des réalisations scientifiques et technologiques. Xin est le membre de l'IPO du projet COASTAL-SOS, qui est un projet approuvé par les Nations unies ( Décennie de l'Océan ) pour le développement durable. Cette initiative articule une approche novatrice de partenariat intersectoriel pour concevoir, mener et fournir "la science dont nous avons besoin pour l'océan que nous voulons". Nous nous associons à de multiples parties prenantes, y compris des institutions universitaires de premier plan, des entreprises industrielles, des fondations à but non lucratif et des ONG/IGO, des pays d'Asie de l'Est pour co-concevoir efficacement la mise en œuvre du projet.

WG9_Li_Li

Li Li

Li est directrice de la division de la coopération internationale au premier institut d'océanographie (FIO) du ministère chinois des ressources naturelles. Elle a de l'expérience dans l'organisation de formations, d'activités et de conférences internationales, ainsi que dans la gestion et la coordination de projets scientifiques internationaux. Elle est également géochimiste marine et ses recherches portent sur les processus de cycle biogéochimique des oligo-éléments dans le système marin. Elle a dirigé un certain nombre de projets fondés par le CNSF, le COMRA et le MOST en Chine. Elle est actuellement la représentante du Comité national chinois de la Décennie.

GT9_Elígio_de_Raús_Maúre

Elígio de Raús Maúre

Océanographe possédant une vaste expérience des croisières océanographiques et travaillant actuellement au développement de solutions géospatiales dans Google Earth Engine (GEE). Ancien chercheur du Northwest Pacific Region Environmental Cooperation Center(NPEC), une organisation à but non lucratif située à Toyama, au Japon, où il a passé plus de quatre ans à travailler sur l'application de l'imagerie satellitaire à la surveillance de la qualité de l'eau et à la promotion de la connaissance des océans par le biais de formations à l'analyse des données de télédétection par satellite à l'aide de Google Earth Engine et de Python. Il a contribué à la création de Global Eutrophication Watch, une application GEE pour la surveillance de l'eutrophisation à l'aide de l'imagerie satellite. Il s'agit de la première application de ce type, développée dans le cadre du projet "Marine Coastal Eutrophication", qui fait partie de l'initiative visant à offrir un accès gratuit à GEE par le Groupe sur l'observation de la Terre (GEO), afin d'accroître l'utilisation des observations de la Terre pour relever les plus grands défis du monde. Depuis 2022, il dirige un groupe de professionnels de l'océan en début de carrière (ECOP) à travers l'Afrique sur le développement de ressources de formation dans l'analyse des données de couleur de l'océan pour aider les ECOP africains à mieux relever les défis Décennie de l'Océan . Il est titulaire d'un doctorat en études environnementales (océanographie) et d'un diplôme de troisième cycle en études environnementales cliniques de l'université de Nagoya (Japon). Ses recherches doctorales ont porté sur l'impact des tourbillons à méso-échelle sur la productivité du phytoplancton.

GT9_Cosmas_Nzaka_Munga

Cosmas Nzaka Munga

Cosmas Nzaka Munga est maître de conférences à l'Université technique de Mombasa (TUM) en tant que président du département des sciences de l'environnement et de la santé. Dans le cadre de ce département, il gère depuis 2019, soit depuis 4 ans, 5 programmes académiques : Santé publique, Santé communautaire, Sciences de l'environnement, Nutrition et diététique, et Marine et pêche avec un total de 13 membres du personnel académique à temps plein et à tout moment un total de 8 conférenciers à temps partiel. Depuis plus de 18 ans, il travaille sur l'écologie, la biologie et l'évaluation des stocks de la pêche artisanale et semi-industrielle le long de la côte du Kenya. Il s'agit plus particulièrement de répondre aux questions de recherche sur l'état d'exploitation des espèces de poissons et de crustacés pêchés à des fins commerciales, afin de promouvoir une utilisation durable. Ceci s'ajoute à l'application de l'approche écosystémique pour répondre aux questions de recherche liées à la durabilité de l'environnement et à la promotion du bien-être humain.

Gail Sant

Gail Sant

Gail Sant est une Maltaise qui est personnellement et professionnellement motivée par un amour de longue date pour l'océan. Elle a une formation en biologie et en politique mondiale des océans et du climat et travaille en tant que responsable du programme Ocean Voices de la Nippon Foundation et de l'université d'Édimbourg. En outre, Gail travaille sur des projets environnementaux à différents niveaux organisationnels dans le cadre de son activité de consultante indépendante. Elle a notamment travaillé avec la CCNUCC, le Earth Negotiations Bulletin et The Conservation Collective. Tout au long de son travail, Gail constate qu'elle revient toujours à la base. Cette notion découle d'une profonde appréciation et d'une reconnaissance concrète du fait que les communautés en première ligne des défis océaniques et environnementaux doivent être les chefs de file de mouvements mondiaux plus vastes. Pendant son travail et les nombreuses heures qu'elle passe à l'extérieur, Gail cherche à en savoir plus sur la relation entre l'humanité et la nature et sur la manière dont nos systèmes peuvent refléter la conviction qu'il n'y a pas de véritable séparation entre les deux groupes. Elle espère qu'à travers son travail, elle pourra jouer un petit rôle dans le changement de paradigme vers une planète équitable et saine pour tous.

Groupe de travail 10 : Changer la relation de l'humanité avec l'océan

Co-présidents :

WG10_Diz_Glithero

Diz Glithero

Le travail de Diz en tant qu'éducateur interdisciplinaire, chercheur en sciences sociales et chef de projet est spécialisé dans l'apprentissage et l'engagement civique dans les domaines de l'océan, du climat et de la durabilité. Au cours de ses 20 années d'expérience en tant qu'éducateur, chercheur, professeur auxiliaire (Université d'Ottawa) et consultant, Diz a dirigé plusieurs projets régionaux et nationaux. En 2017, Diz a été responsable de l'éducation pour Canada C3, une expédition de 150 jours à bord d'un navire, de Toronto à Victoria en passant par le passage du Nord-Ouest. Depuis 2018, Diz est responsable national de la Coalition canadienne pour la connaissance des océans, codirigeant l'étudeUnderstanding Ocean Literacy in Canada (2019-2020), coauteur de Land, Water, Ocean, Us : A Canadian Ocean Literacy Strategy (mars 2021), et cofondateur de la Semaine de l'océan au Canada. Diz fait partie de la communauté des champions du Canada ( Décennie de l'Océan ). Au niveau international, Diz codirige l'initiative Ocean Literacy Research Community (OLRC). Elle est également membre du comité directeur du programme Ocean Literacy With All dirigé par la COI et l'UNESCO, experte au sein du groupe de travail Ocean Citizen Awareness de la All-Atlantic Ocean Research and Innovation Alliance, membre du comité de programme de la conférence UN Décennie de l'Océan 2024 et coprésidente du groupe de travail 10 dans le cadre du processus Vision 2030 sur le siteDécennie de l'Océan . Diz est la mère d'un fils et d'une fille extraordinaires, et est une passionnée de ski, de paddle, de natation en eau libre et de lecture.

WG10_Nicola_Bridge

Nicola Bridge

Nicola Bridge est responsable du plaidoyer et de l'engagement en faveur des océans à l'Ocean Conservation Trust (OCT). Biologiste de la conservation, Nicola a plus de 17 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation environnementale formelle et informelle, de l'engagement et de la communication scientifique, en particulier dans le domaine de l'environnement marin. Nicola a consacré sa carrière à aider les gens à se connecter à l'océan, à accéder aux avantages qu'il offre, tout en favorisant leur propre compréhension de la façon dont ils peuvent eux-mêmes contribuer à la prospérité de l'océan. Grâce à son travail, des milliers de personnes ont pu faire l'expérience directe de l'océan. Nicola est membre du groupe de travail Defra Ocean Literacy et cofondatrice du réseau We Are Ocean. Nicola est présidente de l'EMSEA (European Marine Science Educators Association) et dirige l'organisation dans sa mission d'agir comme une plaque tournante pour la communauté européenne de l'éducation marine, en promouvant la connaissance de l'océan dans la société et en travaillant avec les scientifiques, les enseignants, les décideurs politiques et le public. Elle est passionnée par le changement de discours sur ce qui constitue la conservation, reconnaissant que chaque habitant de la planète est responsable de la santé du monde naturel qui nous nourrit, et que la protection des habitats et des espèces n'est dans de nombreux cas qu'une question de comportement humain. Nicola aime aussi l'océan !

Membres experts :

Louisa Hooper

Louisa Hooper

Louisa a eu une carrière longue et variée à la Fondation et, depuis 2010, elle a été à l'origine de programmes dans le cadre du pilier de financement environnemental de la branche britannique. Ces dernières années, elle s'est concentrée sur la valorisation de l'océan, en soutenant de nouveaux réseaux et de nouvelles approches pour promouvoir un engagement efficace en faveur de la protection du milieu marin, en collaboration avec des collègues du Portugal et du secteur de la conservation. Louisa a joué un rôle déterminant dans la création du groupe Marine CoLABoration. Elle fait partie de plusieurs groupes consultatifs, notamment pour la Décennie des Nations unies pour les sciences de la mer et le développement durable et pour le groupe de travail britannique sur la connaissance des océans (Ocean Literacy Working Group). Louisa a été secrétaire des administrateurs du Saint Sarkis Charitable Trust (également créé par Calouste Gulbenkian) de 2003 à 2013 et possède une expérience dans les domaines de la communication, de l'édition et de l'éducation. Ses premiers travaux pour la Fondation ont porté sur la production de l'anthologie sur l'art et l'environnement, Wild Reckoning, et de Saudade : Une anthologie de la poésie fado avec des traductions originales par les plus grands noms de la poésie anglaise d'aujourd'hui. Louisa a enseigné au Japon et a travaillé pour l'Office national du tourisme japonais. Louisa a étudié l'anglais à Cambridge et a publié des poèmes. Elle a été juge pour les Koestler Awards et a édité le magazine Brittle Star pour les nouveaux écrivains pendant de nombreuses années.

GT10_Judy_Mann

Judy Mann-Lang

Judy est passionnée par les océans. Elle a commencé sa carrière à l'Association sud-africaine pour la recherche biologique marine (SAAMBR) à Durban en 1992, où elle a occupé divers postes, notamment ceux de directrice de l'éducation, de directrice de l'uShaka Sea World, de première femme directrice générale de la SAAMBR et de stratège en matière de conservation. Elle est aujourd'hui directrice des projets stratégiques de la Two Oceans Aquarium Foundation au Cap. Elle est titulaire d'une maîtrise en ichtyologie, d'une licence en administration des affaires et d'un doctorat en culture et apprentissage environnemental de l'université du Queensland, en Australie. Elle est présidente de l'International Zoo Educators Association (IZE) et siège au conseil de l'Association mondiale des zoos et aquariums (WAZA).

carlie

Carlie Wiener

Carlie Wiener est directrice de la communication et de la stratégie d'engagement du Schmidt Ocean Institute. IDans ce rôle de direction, elle a attiré l'attention internationale sur les travaux scientifiques réalisés dans le cadre du programme de navires de l'institut et a élargi les partenariats mondiaux. Mme Wiener a Wiener a plus de quinze ans d'expérience en communication dans le domaine des sciences de la mer. Elle a travaillé sur la stratégie, la recherche, la sensibilisation de la communauté, l'évaluation et le leadership professionnel. Elle est titulaire d'une licence en communication, d'une maîtrise et d'un doctorat en études environnementales de l'université York de Toronto, au Canada. Ses recherches antérieures ont porté sur l'intégration des sciences naturelles et sociales dans la gestion marine, l'éducation environnementale, l'apprentissage par l'expérience et le tourisme lié aux mammifères marins. Carlie a également animé le podcast mensuel sur les sciences de la mer, All Things Marine pendant six ans, et a donné plusieurs cours sur la communication des sciences océaniques au public. Elle est l'auteur de plus de douze publications évaluées par des pairs et portant sur la gestion des écosystèmes, l'analyse qualitative, l'impact sur l'environnement et l'enseignement des sciences.

WG10_ACHARE ELVIS AYAMBA

Achare Elvis Ayamba

Titulaire d'une maîtrise en sciences halieutiques et aquatiques, Achare Elvis Ayamba est un professionnel de l'océan en début de carrière (ECOP) avec plus de 6 ans d'expérience dans la conservation des écosystèmes d'eau douce, côtiers et marins, travaillant avec les populations autochtones et les communautés locales (IPLC), les jeunes et les jeunes femmes. Il est le fondateur de la Fondation Environnement et Alimentation (E2F), dont la mission est de minimiser et de réduire la dégradation des écosystèmes marins, côtiers et d'eau douce et de construire un avenir dans lequel les humains auront le bon état d'esprit pour vivre en harmonie avec la nature en utilisant le pouvoir de l'éducation, de l'activisme, du plaidoyer politique et de l'éducation : L'éducation, l'activisme, le plaidoyer politique, l'économie circulaire, la recherche et la conservation. Ayamba est un créateur de changement passionné, impliqué dans : la mise en place de nouvelles approches de la conservation qui prennent en compte les droits, les valeurs et les cultures des communautés autochtones et locales, ainsi que les perspectives critiques des jeunes sur la conservation de la nature et de la diversité biologique, la création d'un espace inclusif, diversifié et équitable pour tous les acteurs et la promotion d'une cogestion efficace et d'une gouvernance équitable dans les aires marines protégées et les zones de conservation. Ayamba s'engage à construire un avenir durable pour le Cameroun et l'Afrique où les gens et la nature prospèrent, en s'efforçant de suivre une voie claire vers un développement durable, à faible émission de carbone et résilient. Ayamba est membre de plus de 20 réseaux et coalitions internationaux : Membre expert du groupe de travail 10 pour le processus Décennie de l'Océan Vision 2030 de la COI de l'UNESCO. Membre de la Global Ghost Gear Initiative (GGGI). Membre de Prevent Waste Alliance. Membre des commissions de l'UICN pour la CMAP, la CEC et la CEM. Membre de l'Alliance des OSC africaines pour la biodiversité (ACBA). Membre du nœud régional africain de l'ECOP. Ayamba a également remporté 4 prix internationaux exceptionnels, notamment lauréate du Commonwealth Youth Award for Excellence in Development Work, lauréate du EE 30 Under 30, lauréate du Top 100 Young African Conservation Leaders et lauréate du Youth Innovation Challenge.

WG10_Easkey_ Britton

Easkey Britton

Easkey Britton est une surfeuse irlandaise de renom et une spécialiste des sciences sociales de la mer qui voue un amour et une passion profonds à la mer. Spécialisée dans la "santé bleue" et les interdépendances entre les océans et les humains, elle apporte son expertise à des projets de recherche nationaux et internationaux, notamment le projet INCLUSEA, financé par Erasmus+, qui vise à favoriser l'intégration des personnes handicapées dans la pratique du surf en Europe. Mme Easkey a publié de nombreux articles dans des revues à comité de lecture et est l'auteur de plusieurs ouvrages sur la relation entre l'homme et l'océan, notamment "Saltwater in the Blood" (2021), "50 Things to Do By the Sea" (2021) et "Ebb and Flow : Connect with the Patterns and Power of Water" (2023). Son expertise combinée en tant qu'ambassadrice professionnelle du surf et chercheuse s'étend au-delà du monde académique à des partenariats de recherche appliquée et d'action et à des projets communautaires co-créatifs, notamment son rôle de membre du conseil d'administration de Save the Waves International ; la facilitation d'expériences basées sur le genre de l'espace bleu au Moyen-Orient ; le projet Seasuit, la conception de vêtements de sport visant à créer une plus grande diversité et une meilleure inclusion pour les femmes dans les sports nautiques.

WG10_Sebastian_Thomas

Sebastian Thomas

Sebastian Thomas est un conseiller stratégique et un chercheur de premier plan dans le domaine du changement climatique, de l'économie bleue, du carbone bleu, de la transition énergétique et de la science de la durabilité. Il travaille à la fois avec l'industrie et le monde universitaire et possède une expérience significative dans des secteurs tels que le développement international, les énergies renouvelables, les ressources et l'environnement, ainsi que l'éducation. Il est directeur de Blue Praxis, un cabinet de conseil international qui propose une veille organisationnelle stratégique et une formation dans les domaines du changement climatique, de la durabilité des océans, des marchés du carbone, des technologies émergentes, de la transformation et de la résilience des entreprises, ainsi que de la politique environnementale. Il est également responsable du climat et de l'environnement à la QIC (Queensland Investment Corporation), où il dirige la décarbonisation du portefeuille d'investissement mondial de la QIC, d'une valeur de 60 milliards de dollars américains. Il est professeur associé à l'université Curtin et membre du conseil d'administration de l'International Sustainable Development Society (ISDRS). Sebastian est instructeur de plongée et plongeur technique, randonneur et lecteur passionné, et père de deux fils et d'un border collie.

GT10_Diaz Costanzo

Guadalupe Diaz Costanzo 

Guadalupe Díaz Costanzo est directrice des musées, expositions et foires du ministère argentin des sciences, de la technologie et de l'innovation et directrice exécutive du Centre culturel des sciences (C3) depuis 2017. Elle travaille depuis 2014 dans le domaine de la vulgarisation scientifique et des expositions muséales. L'exposition Ocean, qui a été présentée pour la première fois en octobre 2021 et a été développée sous sa coordination, a reçu le prix international de l'ICOM (Conseil international des musées) pour avoir "établi une norme inspirante pour les musées de sciences sur la façon dont ils devraient développer des expositions et des programmes à l'avenir". Elle est chargée de l'élaboration et de la mise en œuvre des politiques publiques nationales en matière d'enseignement scientifique et de sensibilisation. Entre autres initiatives, elle a été chargée de créer le premier prix national pour les femmes scientifiques dans le domaine de la communication scientifique, en collaboration avec l'ambassade de France en Argentine, ainsi que le programme national des écoles bleues, qui encourage les écoles à travailler sur des sujets liés aux océans et à l'environnement au sein de leurs communautés. Elle est titulaire d'un doctorat en physique de l'université de Buenos Aires et a bénéficié d'une bourse Erasmus à l'université de Groningue, aux Pays-Bas. Elle a également obtenu un diplôme de troisième cycle en éducation et nouvelles technologies à l'École latino-américaine des sciences sociales (FLACSO). Elle participe fréquemment à des conférences et réunions nationales et internationales sur la vulgarisation scientifique, les centres scientifiques et les politiques publiques. Elle a été consultante pour des organisations internationales telles que la Banque interaméricaine de développement et l'Inter-Academy Partnership. Elle est l'experte argentine représentant la culture océanique dans le cadre du projet européen AANCHOR. Elle a récemment été invitée par le Département d'État des États-Unis à participer à l'International Visitor Leadership Program.

Olga Mashkina

Olga Mashkina

En tant qu'expert senior de ACTeon avec plus de 15 ans d'expérience en économie marine et de l'eau, en politique, en gouvernance (internationale des océans) et en éducation aux océans, Olga dirige les activités marines et océaniques d'ACTeon en apportant un soutien régulier à des projets de recherche et de conseil pour la CE (DG MARE et EG ENV en particulier). Les domaines d'expertise d'Olga comprennent l'analyse socio-économique, l'évaluation des politiques et l'évaluation d'impact. Dans le cadre de son travail, Olga a également beaucoup travaillé sur l'engagement de différents publics (décideurs politiques, jeunes, secteur privé, recherche et société dans son ensemble) dans les questions liées au milieu marin. Depuis près de 10 ans, Olga se concentre sur la connaissance des océans et la communication marine. Elle a coordonné le projet ResponSEAble www.responseable.eu et depuis 2020, elle est coordinatrice de la coalition EU4Ocean www.eu-oceanliteracy.eu.

GT10_April_Peebler

Avril Peebler

Après avoir quitté son cabinet d'avocat pour s'assurer que ses enfants reçoivent une éducation significative dans laquelle les problèmes du monde réel sont abordés, en 2016, Avril a soutenu ses enfants en lançant Heirs To Our Ocean (H2OO) avec 11 autres préadolescents qui étaient préoccupés par la planète dont ils héritent. Avril a assumé les rôles de directrice exécutive et de directrice des programmes, donnant de son temps dans les deux cas, et a appliqué à la programmation de H2OO le modèle d'apprentissage interdisciplinaire basé sur des projets et axé sur des thèmes du monde réel qu'elle avait mis au point en 2010. H2OO sert des jeunes du monde entier, sur tous les continents habitables, et Avril travaille sans relâche pour s'assurer que les 4/5 des jeunes participants sont issus de circonstances et de milieux traditionnellement marginalisés et qu'ils reçoivent des bourses complètes en fonction de leurs besoins pour participer à la programmation de H2OO. Tous les programmes H2OO reposent sur un leadership empathique, sont holistiques et complets, relient les jeunes au-delà des barrières et donnent la priorité aux jeunes les plus vulnérables à l'heure actuelle. Avril croit fermement que la survie de l'humanité dépend de l'abandon par l'éducation des modèles qui mettent l'accent sur le profit compétitif et le "succès" axé sur le statut, ou sur le "je" et le "moi". Avril est un leader d'opinion en matière d'éducation pour l'avenir, partageant l'idée que l'éducation qui fait progresser l'humanité repose sur un leadership empathique, axé sur le "nous", où tous les jeunes ont la possibilité de comprendre la valeur des sources de vie intactes sur notre planète, de réaliser les impacts humains sur ces sources de vie aujourd'hui, et de développer des compétences réelles pour naviguer efficacement dans ce qu'ils hériteront. Plus important encore, l'éducation doit offrir aux jeunes d'aujourd'hui la possibilité de résoudre ensemble les plus grands défis auxquels leur génération est confrontée, et ce dès le collège, afin qu'une base de connaissances soit développée et que des compétences soient acquises bien avant qu'ils ne choisissent leur parcours professionnel et n'entrent à l'université.

WG10_Rachel_Kelly

Rachel Kelly

Rachel Kelly est socioécologiste marine et courtier en connaissances au Centre de socioécologie marine de l'Université de Tasmanie. Elle supervise l'approche du centre en ce qui concerne l'engagement des utilisateurs finaux et l'utilisation de la recherche dans le contexte de l'information sur les questions et les solutions marines, côtières et climatiques. Elle mène également des recherches dans le cadre de ses fonctions. Les recherches de Rachel portent sur les dimensions humaines de la durabilité et sont principalement inter/transdisciplinaires. Elle travaille avec diverses équipes pour développer des solutions durables aux défis océaniques et climatiques, notamment dans le cadre de Future Seas 2030 et des programmes Curious Climate Tasmania et Curious Climate Schools . Elle a largement collaboré, notamment dans le cadre de l'Université maritime mondiale en Suède, du consortium Future Oceans and Coastal Infrastructures (FOCI) au Canada, de l'iDiv en Allemagne, du NESP Climate Systems Hub, de l'Australian National University et d'autres groupes interdisciplinaires internationaux. Rachel a également fait preuve d'un grand leadership en tant que chercheur en début de carrière, comme en témoigne le fait qu'elle ait été reconnue comme l'un des 40 meilleurs chercheurs en début de carrière et l'un des 5 meilleurs dans le domaine des sciences sociales en Australie. En mettant l'accent sur les connaissances théoriques et appliquées et en adoptant une approche hautement interdisciplinaire, Rachel est une ambassadrice convaincue et enthousiaste de la recherche et de la pratique en matière de durabilité marine.

GT10_Natalie_Hart

Natalie Hart

Natalie Hart est directrice de l'unité "Ocean Insight and Strategy" de Communications Inc. Elle s'occupe de la recherche et de la stratégie de communication pour la flottille OneOcean, un réseau d'une centaine d'organisations océaniques à travers le monde. Elle est spécialisée dans l'utilisation de la communication, de la narration et du récit pour lutter contre certains des problèmes les plus complexes au monde. Natalie a une grande expérience de la conception et de la mise en œuvre de campagnes de changement de comportement dans le monde entier, y compris plusieurs années passées au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. En tant qu'auteur, Natalie s'intéresse personnellement au rôle de la littérature dans le changement social. Elle vit en Cornouailles, au Royaume-Uni, avec un chien appelé Slug.

Romney McPhie

Romney McPhie

Romney McPhie (elle/il) est biologiste marine, éducatrice, artiste et collaboratrice enthousiaste de la conservation des océans. Elle est titulaire d'une maîtrise en biologie marine de l'université Dalhousie et d'un diplôme de premier cycle en sciences de l'environnement de l'université de Colombie-Britannique. En tant que coordinatrice scientifique du Centre de collaboration pour le Pacifique Nord-Est de la Fondation Tula ( Décennie de l'Océan ) et de l'Institut Hakai, elle travaille aux côtés d'une équipe passionnée pour soutenir et faciliter la co-conception et la co-production de connaissances afin de trouver des solutions collaboratives aux défis océaniques dans la région du Pacifique Nord-Est. Au cours des 20 dernières années, elle a mené une carrière variée : elle a fait progresser la reconstitution d'espèces en danger, s'est efforcée de mieux comprendre et de protéger la diversité biologique et a aidé les gens à utiliser de manière durable les environnements côtiers et marins. Elle a travaillé avec enthousiasme en tant que scientifique de terrain et plongeuse d'expédition, biologiste spécialiste des requins pour le ministère canadien des pêches et des océans (MPO), consultante environnementale spécialisée dans les écosystèmes côtiers et la restauration des habitats, coordinatrice de projet régional et planificatrice marine pour le Partenariat pour le plan marin de la côte nord du Pacifique (MaPP), et biologiste principale et planificatrice de la reconstitution des espèces en péril pour le MPO, avec une attention particulière pour la grande mégafaune marine. Elle participe actuellement à la gestion du Northeast Pacific Biodiversity Action Network, un réseau transfrontalier de praticiens de l'océan, approuvé par Décennie de l'Océan, qui s'efforce de faire progresser les connaissances et les actions en matière de biodiversité marine dans la mer des Salish et au-delà. Grâce à ce rôle et à d'autres, elle a acquis de l'expérience dans l'établissement de liens entre la science et la prise de décision, et elle aime rassembler les gens pour qu'ils élaborent ensemble des solutions scientifiques et de vulgarisation. Elle est membre du groupe nord-américain de spécialistes des requins de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et dessine chaque fois qu'elle le peut, prêtant sa plume à des projets axés sur la science et la conservation aussi souvent que son travail le lui permet.

WG10_Paul_ Anderson

Paul Anderson

Le professeur Paul Anderson occupe actuellement le poste de doyen de l'école de design du Royal College of Art (RCA). Le RCA est en tête du classement des 200 meilleures universités du monde pour l'étude de l'art et du design dans le QS World University Subject Rankings de 2023 et a occupé cette position au cours des neuf dernières années. Avec un rôle de direction exécutive dans l'enseignement supérieur, le professeur Anderson possède une vaste expertise académique et réelle, contribuant à la pratique du design et offrant des services de conseil à la fois à l'industrie et au gouvernement britannique. Reconnu au niveau international pour ses recherches pionnières sur les interfaces 3D, l'haptique, le son 3D et l'interaction gestuelle, le professeur Anderson jouit d'une réputation mondiale. L'importance de ses recherches est reconnue par des entités prestigieuses telles que la Ford Motor Company et QinetiQ (anciennement British Defence Evaluation Research Agency), ce qui a donné lieu à d'importantes collaborations. Il a personnellement généré un revenu de recherche de 8,1 millions de livres sterling provenant de sources telles que l'EPSRC, le NESTA et l'AHRC. Il a publié plus de 69 livres, revues, rapports stratégiques, actes de conférence et brevets évalués par des pairs sur le thème de la visualisation 3D avancée et de la recherche sur l'interaction dans de nombreux domaines. Ses recherches portent sur la simulation en temps réel, la résilience de la conception, le développement avancé de produits, la conception pour la sécurité, le commandement et le contrôle, ainsi que sur les systèmes complexes et critiques liés aux environnements, à l'anatomie humaine et aux plates-formes complexes. Le professeur Anderson siège actuellement au conseil consultatif international de Design for Good et est membre du conseil d'administration et du comité technique d'AidLab (établissement du premier laboratoire de conception alimenté par l'IA au monde avec le RCA et l'université polytechnique de Hong Kong (PolyU)). Il est également responsable de l'établissement du RCA en tant que partenaire de l'UNESCO Décennie de l'Océan pour soutenir NEMO (un nouveau modèle économique pour les océans du monde) au sein de l'école de design du RCA.  

turra

Alexander Turra

Je suis professeur à l'Institut océanographique de l'Université de São Paulo et coordinatrice de la Chaire UNESCO pour la durabilité des océans. Je mène des recherches interdisciplinaires et intégrées, axées sur des thèmes tels que la biodiversité marine, la gouvernance, la gestion intégrée, la conservation marine et l'impact environnemental, le changement climatique et la pollution marine (déchets marins). Je cherche à promouvoir l'intégration entre la science et la société et à promouvoir la connaissance des océans, en soutenant l'éducation formelle et non formelle par le biais du renforcement des capacités des enseignants et de la production de matériel d'appui. Mon travail vise également à établir un dialogue avec le secteur privé pour le développement technologique et l'innovation appliqués à l'océan. J'ai travaillé dans des forums et des organisations nationales (par exemple, le ministère de l'environnement, le ministère des sciences, de la technologie et de l'innovation, le secrétariat interministériel pour les ressources de la mer, le secrétariat de l'État de São Paulo pour l'infrastructure et l'environnement, le BPBES) et internationales (par exemple, le GESAMP, l'UNESCO, le PNUE, l'UNEA, l'Institut interaméricain de recherche sur le changement global, Décennie de l'Océan, Regular Process) avec des approches multidisciplinaires et transdisciplinaires visant à intégrer la science et la prise de décision.

WG10_Ken_Paul

Ken Paul

Ken est membre de la Première nation Wolastoqey, dans la communauté de Neqotkuk, dont le territoire traditionnel est situé sur la côte nord de l'Atlantique, à la frontière entre le Canada et les États-Unis, entre le Maine, le Nouveau-Brunswick et le Québec, y compris la baie de Fundy et les abords du golfe du Maine. Au cours des 11 dernières années, il a occupé les postes de directeur des pêches à l'Assemblée des Premières Nations et de chef de l'Atlantic Policy Congress of First Nations Chiefs. Ken a défendu les intérêts des Premières nations aux niveaux régional, national et international sur tous les aspects liés à la pêche, à l'aquaculture, à la protection des océans et aux ressources aquatiques, dans la mesure où ils sont liés aux droits, à la législation et aux politiques autochtones inhérents et protégés par les traités. Cela inclut les systèmes de connaissances indigènes, la prospérité économique, l'engagement communautaire, la navigation, l'énergie renouvelable et la gestion des ressources. Auparavant, il a travaillé pendant 10 ans dans le domaine de la cartographie des océans sur le terrain avec le Service hydrographique du Canada et pendant 10 autres années avec Parcs Canada en tant que conseiller principal en matière de politiques dans le Canada atlantique et directeur de l'unité de gestion dans les Territoires du Nord-Ouest. Ken est titulaire d'un MBA de l'université St Mary's et d'une licence de l'université Dalhousie à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Il a reçu une formation approfondie en matière de leadership, d'élaboration de politiques, de médiation, de relations professionnelles, de gouvernance des Premières nations et d'enseignements traditionnels. Parmi ses autres initiatives, Ken est négociateur en chef des pêches et coordinateur de la recherche pour la nation Wolastoqey du Nouveau-Brunswick.

WG10_Ray_Yen

Ray Yen

M. Yen est diplômé du programme de doctorat de l'Institut de gestion des ressources humaines de l'Université centrale nationale (2008-2013) et de l'Institut du tourisme/département de l'Université de la culture chinoise (1999-2005). Il est actuellement directeur du Centre de planification et de formation de l'Académie nationale de recherche marine (depuis 2022), professeur associé à l'Institut supérieur d'éducation/Centre de formation des enseignants de l'Université nationale océanique de Taïwan (depuis 2015), président du comité de formation de l'Association internationale des croisières de Taïwan (depuis 2020), secrétaire général de l'Association des éducateurs maritimes d'Asie (AMEA) (depuis 2017), directeur exécutif de l'Association de développement du district commercial de l'île de Keelung Zhengbin Heping (depuis 2022), directeur de l'Association d'échange pour le développement durable de Taïwan (depuis 2021).
Ancien chercheur invité à l'Université de Californie, Berkeley (2019), chercheur postdoctoral (2013-2015) et responsable de l'élaboration des politiques (2015-2017) du Centre d'éducation marine de Taïwan, chargé de la formation des professionnels de la mer, y compris de l'élaboration de la politique de formation des talents de l'industrie de la croisière. Il a participé à la première et à la deuxième phase des projets énergétiques nationaux, responsable de la formation des talents dans le domaine de l'énergie éolienne et des projets de vulgarisation des sciences de l'énergie (2009-2013). Il enseigne principalement des cours tels que l'éducation maritime, la gestion des ressources humaines, le séminaire d'éducation au tourisme maritime, la culture des talents professionnels maritimes et l'organisation de l'apprentissage. Il guide les étudiants pour qu'ils investissent dans la création locale, l'innovation et l'esprit d'entreprise, et a obtenu d'excellents résultats dans de nombreux concours nationaux.

WG1

Groupe de travail 1 : Comprendre et combattre la pollution marine

Co-présidents :

Capture d'écran 2023-08-25 à 11.29.22 (1)

Rosemary Rayfuse

Rosemary Rayfuse est professeur émérite de droit international à la faculté de droit et de justice de l'UNSW Sydney (Université de Nouvelle-Galles du Sud, Sydney, Australie). Elle est membre de l'Académie des sciences sociales d'Australie, membre du Groupe mixte d'experts sur les aspects scientifiques de la protection de l'environnement marin (GESAMP), professeur invité honoraire à l'École de commerce, d'économie et de droit de l'Université de Göteborg (Suède), professeur adjoint à l'Université de Tasmanie, membre du Comité de l'Association de droit international sur le droit international et l'élévation du niveau de la mer et arbitre dans le cadre du protocole environnemental du traité sur l'Antarctique. Généraliste du droit international public, elle est spécialisée dans le droit de la mer et la protection de l'environnement marin, en particulier les océans polaires, les pêcheries de haute mer, la pollution marine, la biodiversité marine dans les zones situées au-delà de la juridiction nationale, ainsi que le changement climatique et les océans. Elle a publié plus de 300 ouvrages et a conseillé un certain nombre de gouvernements, d'organisations internationales et d'organisations non gouvernementales internationales.

sans nom

Vanessa Hatje

Vanessa Hatje est océanographe et titulaire d'un doctorat en sciences marines. Ses recherches portent sur les métaux traces et le cycle biogéochimique du carbone, ainsi que sur l'influence des processus naturels et anthropiques sur ces éléments. Son groupe de recherche développe de nouvelles techniques analytiques pour détecter les métaux traces, y compris les éléments des terres rares et les contaminants organiques dans les matrices marines. Elle et ses étudiants appliquent ces méthodes nouvelles et préexistantes pour mieux comprendre les facteurs qui influencent le cycle des contaminants à l'état de traces, les transferts aux interfaces continent-océan et les interactions avec les composants biotiques et abiotiques dans les écosystèmes côtiers. Ses projets les plus récemment financés comprennent l'étude des éléments critiques pour la technologie (par exemple, les ETR) dans les environnements marins tropicaux, les isotopes des ETR et du Nd en Antarctique, et la dynamique du Bleu C dans les mangroves et les herbiers marins. Entre 2014 et 2020, elle a été membre du comité scientifique du programme international GEOTRACES. Entre 2019 et 2021, elle a été membre du Groupe consultatif permanent sur les applications nucléaires (SAGNA) de l'AIEA et du Comité de renforcement des capacités du Comité scientifique pour la recherche océanique (SCOR) entre 2017 et 2022. Elle est membre du GESAMP et présidente du groupe de travail du GESAMP WG45 - Climate Change and Greenhouse Gas Related Impacts on Contaminants in the Ocean (Impacts du changement climatique et des gaz à effet de serre sur les contaminants dans l'océan). Elle est rédactrice en chef adjointe de la revue Limnology & Oceanography.

Membres experts :

GT1_Peter_Kershaw

Peter Kershaw

Peter Kershaw est un scientifique indépendant spécialisé dans l'environnement marin et basé au Royaume-Uni. De 1980 à 2014, il a travaillé au Centre for Environment, Fisheries and Aquaculture Science (Cefas) à Lowestoft, où il a participé à un large éventail de projets et d'initiatives de recherche nationaux, européens et internationaux. Ceux-ci portaient sur de nombreux aspects différents de la protection de l'environnement marin, des processus environnementaux spécifiques, des contaminants et des activités aux systèmes socio-écologiques et à l'interface science-politique. Depuis 2014, il travaille en tant que consultant indépendant, principalement dans le domaine international, avec un accent particulier sur les plastiques. Il s'est impliqué dans le GESAMP en 2008, a été président/co-président du WG40 sur les sources, le devenir et les effets des plastiques dans l'environnement marin depuis 2012, et est un ancien président du GESAMP (2013 - 2019). Il a représenté le GESAMP dans plusieurs activités Décennie de l'Océan : i) coprésident de l'atelier sur l'océan propre lors de la réunion de planification mondiale à Copenhague, en mai 2019 ; ii) coprésident du GT1 sur l'océan propre lors de la réunion de planification régionale de l'Atlantique Nord à Halifax, en janvier 2020 ; et iii) conférencier au laboratoire virtuel sur l'océan propre en novembre 2021, dirigeant la séance en petits groupes sur "La quête du changement - la nécessité du partage des connaissances et du renforcement des capacités". Actuellement, il coorganise une session spéciale lors de la conférence scientifique annuelle de la PICES (octobre 2023, Seattle), à titre de contribution à l'objectif "Océan propre", sur : 'L'émergence et l'impact écologique des polluants émergents dans l'environnement marin côtier'.

Paco Bustamante

Paco Bustamante

Paco Bustamante est professeur titulaire à l'université de La Rochelle, où il est également directeur adjoint de l'école doctorale. Ses recherches portent sur la bioaccumulation et le transfert de polluants dans les réseaux alimentaires marins, avec une attention particulière pour les différents compartiments supérieurs, les céphalopodes, les poissons, les oiseaux et les mammifères marins. Outre l'écotoxicologie marine, il travaille sur l'écologie trophique des organismes marins en utilisant des traceurs trophiques (isotopes stables, oligo-éléments, lipides). Il a publié plus de 300 articles dans des revues à comité de lecture dans ces domaines. De 2017 à 2022, il a été membre senior de l'IUF (Institut Universitaire de France), et depuis 2022, il sert d'expert scientifique pour l'OESG (Open-ended Scientific Group) sur l'évaluation de l'efficacité de la Convention de Minamata sur le mercure. principes.

GT1_Lara_Pinheiro

Lara Pinheiro

Lara Pinheiro est une biologiste titulaire d'une maîtrise et d'un doctorat en océanographie, qui ont été principalement axés sur la pollution plastique dans l'environnement marin. Ses recherches vont de l'évaluation de la contamination par les macro- et microplastiques dans les systèmes côtiers (plages de sable, marais salants et mangroves) à la compréhension de l'impact de ces polluants sur les invertébrés, en passant par ses travaux actuels visant à développer des alternatives sûres aux plastiques à base de pétrole en s'appuyant sur les principes de l'économie circulaire.

GT1_Heidi_Fiedler

Heidelore "Heidi" Fiedler

Heidelore "Heidi" Fiedler est professeur de chimie à la retraite de l'université d'Örebro, en Suède (2015-2021). Avant cette affectation, elle a travaillé pendant 15 ans au service des produits chimiques du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) à Genève, en Suisse. Elle a commencé sa carrière universitaire à l'université de Bayreuth, à la chaire de chimie écologique et de géochimie, et à l'Institut bavarois de recherche sur les déchets à Augsbourg, en Allemagne. Titulaire d'une maîtrise en chimie et d'un doctorat en sciences naturelles, elle concentre ses recherches sur la chimie environnementale, depuis l'identification et la quantification des sources de polluants environnementaux (organiques persistants) jusqu'à leur devenir dans l'environnement et leur transport ultérieur jusqu'à l'exposition humaine et aux effets sur l'homme et l'environnement. Après avoir commencé par les dibenzodioxines et les furanes polychlorés, elle a dirigé ces dernières années un projet de surveillance mondiale des substances alkylées perfluorées (PFAS) pour le PNUE dans 42 pays. Elle est également professeur invité à l'université de Tsinghua (Pékin, Chine) et à l'université de Jinan (Jinan, Chine), et a reçu un doctorat honorifique de l'université d'Örebro (2009). Elle possède de nombreuses années d'expérience dans la gestion de projets, la publication, l'organisation de conférences (Symposium international sur les polluants organiques persistants halogénés, Dioxin20xx), et a siégé au conseil d'administration de nombreuses institutions nationales et internationales.

GT1_Maxi_Castrillejo

Maxi Castrillejo

Maxi Castrillejo est un océanographe qui s'intéresse à la façon dont l'océan prend, redistribue et stocke des propriétés qui sont d'une importance cruciale pour le climat et les écosystèmes marins. D'une part, ses recherches portent sur la quantification et la compréhension de l'origine et du devenir de la radioactivité marine. Par exemple, il a participé à la quantification des rejets radioactifs des centrales nucléaires endommagées de Fukushima Daiichi dans l'océan Pacifique et des rejets des installations nucléaires européennes dans l'océan Atlantique et la mer Méditerranée. D'autre part, il utilise la radioactivité naturelle et anthropique pour comprendre comment les eaux océaniques se déplacent et se mélangent dans les bassins océaniques. Par ailleurs, il a également contribué à des études utilisant la radioactivité pour quantifier la force de la pompe biologique marine et les apports atmosphériques de micronutriments essentiels dans l'océan. Dans ma vie quotidienne, vous pouvez trouver Maxi dans des expéditions océanographiques en mer, en train de développer de nouvelles méthodes dans un laboratoire de chimie ou d'analyser les résultats des modèles de circulation générale des océans.

GT1_Rebecca_Zitoun

Rebecca Zitoun

Rebecca Zitoun est chercheuse postdoctorale au GEOMAR Helmholtz Centre for Ocean Research Kiel. Elle travaille sur la biogéochimie des métaux traces et les impacts environnementaux des activités minières en eaux profondes. Son expérience comprend la spéciation des métaux traces, la toxicologie, l'acidification des océans et la paléocéanographie. Elle est un membre actif du Konsortium Deutsche Meeresforschung (KDM) et a travaillé comme consultante pour l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur des questions marines, notamment les plastiques marins. Ces dernières années, elle s'est également intéressée au renforcement des capacités dans les petits États insulaires en développement, à la connaissance des océans, à l'interface avec la politique scientifique et à l'engagement des professionnels des océans en début de carrière (ECOP) dans la Décennie des Nations unies. Elle a été jeune ambassadrice de l'European Marine Board, présidente du comité SCOR pour le développement des capacités, coprésidente élue de l'Ocean Best Practice System (OBPS), coresponsable de l'équipe de travail sur la connaissance des océans du programme ECOP de la décennie des Nations unies et experte invitée du groupe de travail 45 du GESAMP "Climate Change and Greenhouse Gas Related Impacts on Contaminants in the Ocean" (Impacts du changement climatique et des gaz à effet de serre sur les contaminants dans l'océan). Elle est titulaire d'un doctorat et d'un diplôme de troisième cycle de l'université d'Otago (Nouvelle-Zélande), d'une maîtrise de l'université d'Oldenburg (Allemagne) et d'une licence de l'université de Francfort (Allemagne).

JIANG_Chunhua_WG1

Chunhua Jiang

Elle se concentre sur le transport des microplastiques dans les estuaires et sur les méthodologies d'échantillonnage des plastiques sur les berges des rivières et les plages pour la science citoyenne. Elle travaille bénévolement en tant que coordinatrice de l'ECOP (Early Career Ocean Professionals) Chine pour aider à renforcer les ECOP, participe à l'éducation à l'océan pour l'Aisa, est membre du Centre régional de formation et de recherche sur les débris marins plastiques et les microplastiques, COI/UNESCO, et membre de l'Institut du recyclage et de l'innovation en matière de plastique.
Elle a huit ans d'expérience dans le domaine maritime et a obtenu un master académique du State Key Laboratory of Estuarine and Coastal Research et du Plastic Marine Debris Research Center de l'East China Normal University. Elle est titulaire d'une licence en sciences et technologies de la pêche marine de l'Université des océans de Chine. Elle commencera un stage au CJN - Centre conjoint FAO/AIEA des techniques nucléaires dans l'alimentation et l'agriculture - Laboratoire de gestion des sols et de l'eau et de nutrition des cultures (SWMCNL) pour effectuer des recherches sur les microplastiques dans les sols agricoles.

GT1_Charles_Goddard

Charles Goddard

Charles Goddard est directeur exécutif de Back to Blue, une initiative d'Economic Impact et de la Nippon Foundation. Charles imagine et met en place les initiatives phares d'Economic Impact, dont l'objectif est de catalyser les progrès sur les questions clés du moment. Il travaille en étroite collaboration avec des partenaires sur des thèmes allant du vieillissement et de la longévité à la santé des océans, en se concentrant particulièrement sur les soins de santé, l'Anthropocène et l'économie bleue. Basé à Hong Kong, Charles était auparavant directeur éditorial pour l'Asie à l'Economist Intelligence Unit, directeur de la recherche en Asie et directeur général de l'Economist Corporate Network, un réseau de pairs pour les cadres supérieurs. Il est également directeur exécutif de la World Ocean Initiative.

GT1 Andrei Polejack

Andrei Polejack

Andrei Polejack est conseiller principal en matière d'océan auprès du ministère brésilien des sciences, de la technologie et de l'innovation. Il est titulaire d'un doctorat en affaires maritimes de l'université maritime mondiale et d'une licence et d'une maîtrise en écologie de l'université de Brasilia. Très impliqué dans l'interface science-politique, il est notamment chargé de coordonner les programmes nationaux de recherche océanique et polaire, de fournir des conseils techniques en matière de gouvernance, de formuler et de mettre en œuvre des politiques publiques, de gérer le budget et de négocier des accords internationaux. En tant que chercheur transdisciplinaire, Andrei s'intéresse à la diplomatie scientifique océanique en tant que champ d'étude, cherchant à comprendre l'interaction complexe entre les scientifiques océaniques et les diplomates, ainsi que la sphère politique de la dynamique du pouvoir et des intérêts dans le domaine marin. Il est théoriquement passionné par le raisonnement post-colonial et décolonial appliqué aux relations internationales et par les nombreux liens qu'il entretient avec l'océanographie. Latino dans l'âme, il est fier d'être le père de trois des meilleurs êtres humains et il aime les chiens, les chats, les macareux moines, la bière et les fikas.

WG1_Kenneth_Leung

Kenneth Leung

Kenneth Leung est titulaire d'une chaire au département de chimie de la City University of Hong Kong, où il est également directeur du State Key Laboratory of Marine Pollution et doyen associé (recherche et enseignement postuniversitaire) du College of Science. Ses recherches portent sur la pollution marine, l'écotoxicologie, l'écologie marine, la conservation de la biodiversité et la restauration écologique à l'aide de l'éco-ingénierie. Il a publié plus de 280 articles dans des revues à comité de lecture dans ces domaines, avec un indice H de 57 et plus de 10 500 citations. En juin 2021, sa proposition de lancer le programme de surveillance mondiale des estuaires (GEM) a été approuvée par les Nations unies en tant qu'action Décennie de l'Océan pour la Décennie des Nations unies pour l'océanographie au service du développement durable (2021-2030). Le professeur Leung a reçu de nombreux prix et distinctions pour ses contributions à l'écologie aquatique et à la toxicologie environnementale dans la région Asie-Pacifique. Il a été nommé membre de la Society of Environmental Toxicology and Chemistry (SETAC) en 2017 et a reçu le 19e prix Biwako pour l'écologie décerné par la Société écologique du Japon. En 2018, il a été reconnu comme l'un des 100 meilleurs scientifiques asiatiques par le magazine Asian Scientist. En 2022, le professeur Leung a été élu membre de la Société royale de chimie et de la Société royale de biologie.

Mahesh PRADHAN

Mahesh Pradhan

Fort de près de trois décennies d'expérience au sein du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), Mahesh occupe actuellement le poste de coordinateur de l'Organe de coordination pour les mers d'Asie de l'Est (COBSEA), un mécanisme intergouvernemental réunissant neuf pays (Cambodge, République populaire de Chine, Indonésie, République de Corée, Malaisie, Philippines, Thaïlande, Singapour et Viêt Nam) pour la protection et la conservation de la région des mers d'Asie de l'Est. Le programme pour les mers régionales comprend 18 conventions et plans d'action pour les mers régionales au niveau mondial, et son 50e anniversaire sera célébré en 2024. La COBSEA fait partie des 7 conventions et plans d'action pour les mers régionales administrés par le PNUE. En avril 2023, les pays participant à la COBSEA ont approuvé un nouveau cadre sur les écosystèmes marins et côtiers, sous le thème général de l'économie bleue durable. Ce cadre se concentre sur la planification de l'espace marin et côtier, les zones marines protégées, ainsi que la conservation et la restauration des habitats (récifs coralliens, mangroves, herbiers marins et zones humides côtières) à l'appui des objectifs et des cibles du Cadre mondial pour la biodiversité de Kunming-Montréal (K-M GBF). Les pays participant au programme COBSEA ont précédemment approuvé un plan d'action régional sur les déchets marins (RAP MALI), qui est mis à jour tous les deux ans. Le PAR MALI de la COBSEA est étroitement lié aux efforts déployés au niveau mondial pour élaborer un nouveau traité juridiquement contraignant sur les plastiques et les déchets marins dans le cadre du processus du Comité de négociation intergouvernemental (CNI). Le COBSEA héberge le nœud régional d'Asie de l'Est du Partenariat mondial sur les plastiques et les déchets marins (GPML), qui est une plateforme de connaissances comprenant également une base de données de recherche de plus de 700 publications scientifiques et de données sur la pollution plastique dans la région des mers d'Asie de l'Est.

GT1_Kathryn_Sheps

Kathryn Sheps

Kathryn est une scientifique marine de formation et une facilitatrice et une rassembleuse dans l'âme. Après avoir obtenu une maîtrise en sciences de la mer à l'université de Floride du Sud, Kathryn a partagé son temps entre le terrain et le laboratoire, travaillant pour une petite entreprise de recherche et développement. Le développement de nouvelles technologies marines liées au climat et le fait de passer beaucoup de temps sur les eaux de la baie de Tampa et de ses environs lui ont insufflé un sentiment d'urgence face au changement climatique et une passion pour l'élaboration de solutions climatiques, en particulier celles qui impliquent l'océan. De retour à Vancouver, Kathryn a suivi sa passion au Morris J Wosk Centre for Dialogue de l'université Simon Fraser, où elle a travaillé comme organisatrice, facilitatrice et gestionnaire de programme dans le cadre du programme de solutions climatiques, réunissant des personnes d'horizons et d'expériences divers dans le cadre d'un dialogue transformateur et axé sur les solutions autour de questions, d'idées et de politiques cruciales. Au Décennie de l'Océan Collaborative Center for the NE Pacific, Kathryn reste attachée à l'idée qu'en travaillant ensemble, il n'y a pas de défis qui ne puissent être résolus.

GT1_Soraya_Silva

Soraya Silva

Soraya J. Silva est chercheuse associée, responsable du laboratoire de phytoplancton, au Centre d'océanologie et d'études antarctiques (COEA) de l'Institut vénézuélien de recherche scientifique (IVIC). Elle est également le deuxième point de contact pour la COI/UNESCO et l'une des vice-présidents de la sous-commission de la COI/UNESCO pour les Caraïbes et les régions adjacentes (IOCARIBE). Elle est titulaire d'un doctorat en océanographie et sciences côtières et a étudié les effets du diesel et du cuivre sur la communauté phytobenthique d'une zone côtière, en analysant les pigments photosynthétiques de différents taxons à l'aide de la chromatographie liquide à haute résolution (HPLC). Ses recherches portent sur l'océanographie biologique et plus particulièrement sur la dynamique du phytoplancton et les efflorescences algales nuisibles. Elle possède une grande expérience dans la culture des microalgues et gère actuellement une collection de cultures de microalgues et de cyanobactéries provenant de différentes sources et coordonne plusieurs projets de recherche, tant au niveau national que régional. Parallèlement à la coordination et à l'exécution de projets de recherche, elle mène des activités de transfert de connaissances aux communautés côtières et intègre des activités d'enseignement, de tutorat et de formation pour les étudiants de premier et de deuxième cycle.

GT1_Joana_Akrofi

Joana Akrofi

Joana Akrofi est responsable de la gestion des programmes au Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), division des sciences, branche "Big Data". Elle dirige actuellement la co-conception du système mondial de surveillance de l'environnement sur les océans (GEMS Ocean) avec des partenaires afin de mettre à disposition des données, des analyses et des informations pertinentes pour guider les actions de conservation et d'utilisation durable des océans et des côtes. Il s'agit notamment de coordonner la création et la convocation d'une communauté mondiale de praticiens composée d'experts et de la société dans son ensemble, afin de fournir des capacités, des analyses, des innovations et des informations synthétisées aux décideurs et aux responsables politiques, à la société civile et aux organisations internationales du monde entier, dans le cadre d'une approche globale visant à préserver la santé et la productivité des océans et des zones côtières. Le GEMS Océan promeut et convoque une approche de partenariat transdisciplinaire comprenant des partenaires des Nations Unies et de la société civile, des fournisseurs de données, des systèmes d'observation et des détenteurs d'actifs de connaissances pour traduire les connaissances et l'expertise collectives sur les océans et les côtes en informations durables et ciblées pour les décideurs, et pour déclencher une action transformatrice à l'échelle axée sur l'utilisation durable des côtes et des océans et la santé des écosystèmes, ainsi que pour informer des développements tels que l'économie bleue durable et l'aménagement de l'espace marin. Dans le cadre de ses fonctions au sein de la division des sciences, elle a également participé à des évaluations scientifiques de l'environnement marin et côtier, notamment dans le cadre de l'étude sur l'avenir de l'environnement mondial (GEO), de l'évaluation des océans dans le monde (WOA) et de l'évaluation des eaux transfrontalières par le FEM (GEF-TWAP). Elle est également secrétaire technique du Groupe mixte d'experts chargé d'étudier les aspects scientifiques de la protection de l'environnement marin (GESAMP) pour le PNUE et point focal pour l'évaluation mondiale des océans (WOA). Elle est diplômée de l'université Kwame Nkrumah des sciences et technologies de Kumasi, au Ghana, et de l'université de Hull, au Royaume-Uni.

Dimitris Faloutsos-petit

Dimitris Faloutsos

Dimitris Faloutsos est le coordinateur régional adjoint du Partenariat mondial pour l'eau - Méditerranée et le coordinateur adjoint du Partenariat mondial pour l'eau sur le thème de la coopération en matière d'eaux transfrontalières. Il est spécialiste de l'environnement et titulaire d'une maîtrise en océanographie. Il a vingt ans d'expérience dans la conception et la mise en œuvre de processus et de projets dans le domaine de la gestion intégrée des ressources en eau dans un contexte allant de la source à la mer. Il a beaucoup travaillé avec des partenariats multipartites et a élaboré plusieurs documents stratégiques et plans de gestion. Son travail a permis de renforcer la coopération transfrontalière dans un certain nombre de bassins partagés, notamment par la signature d'accords juridiques pertinents. Il coordonne la mise en œuvre du programme "Des rivières saines pour des océans sains" approuvé par les Nations unies ( Décennie de l'Océan).

GT1_Daniel_Jones

Daniel Jones

Daniel Jones est biologiste des grands fonds et directeur associé du groupe de biogéosciences de l'océan au Centre national d'océanographie de Southampton, au Royaume-Uni. Il est spécialisé dans la compréhension des schémas temporels et spatiaux des écosystèmes d'eaux profondes, y compris ceux qui sont affectés par des perturbations anthropogéniques. Il met à profit son expérience des grands fonds marins pour améliorer l'évaluation et la gestion de l'environnement, notamment dans les secteurs de l'exploitation minière en eaux profondes et de l'énergie offshore. Il conseille régulièrement les gouvernements et participe à l'élaboration des politiques. Il a participé à plus de trente expéditions de recherche, y compris des voyages dans deux zones clés d'intérêt minier, la zone de Clarion Clipperton dans le Pacifique et la dorsale médio-atlantique. Ses plus de 140 articles scientifiques portent principalement sur la description des modèles et des processus dans les écosystèmes d'eau profonde. Il joue un rôle clé dans de nombreuses initiatives internationales de recherche axées sur les aspects environnementaux de l'exploitation minière en eaux profondes et dirige un programme de recherche britannique de 5 millions de livres, SMARTEX, qui étudie les réactions des écosystèmes aux perturbations de l'exploitation minière en eaux profondes.

WG1_Thorsten_Kiefer

Thorsten Kiefer

Thorsten est le directeur exécutif de l'initiative de programmation conjointe pour des mers et des océans sains et productifs (JPI Oceans). La JPI Oceans est une plateforme intergouvernementale paneuropéenne qui renforce la recherche et l'innovation marines et maritimes grâce à la coopération transnationale par le biais d'appels conjoints à la recherche et à l'innovation, de groupes d'experts, de partage d'infrastructures et d'actions coordonnées ayant un impact sur les politiques. L'éventail thématique est large. Les actions conjointes transnationales soutiennent, entre autres, la santé écologique, s'attaquent à la pollution par les microplastiques, le bruit, la lumière, les produits chimiques et les munitions, aident à l'adaptation au changement du niveau de la mer et à la gestion du budget carbone, étayent les réglementations relatives à l'exploitation minière en eaux profondes et à la transformation durable de l'économie océanique, et poussent à une meilleure observation des océans. Avant de rejoindre la JPI Oceans en 2019, Thorsten était directeur du Future Earth Global Hub à Paris. Future Earth est un réseau mondial de chercheurs et d'innovateurs en faveur de la durabilité dans les secteurs environnementaux et sociétaux. En remontant plus loin, Thorsten a été directeur exécutif du programme Past Global Changes (PAGES), facilitant la recherche mondiale et la synthèse des changements environnementaux antérieurs aux mesures systématiques en utilisant des archives telles que les coraux fossiles, les cernes de croissance des arbres, les sédiments ou les carottes de glace. Les racines de Thorsten se trouvent dans la recherche dans le domaine de la paléocéanographie. Aux universités de Kiel, en Allemagne, et de Cambridge, au Royaume-Uni, il a analysé des sédiments des grands fonds marins pour étudier les changements océanographiques et climatiques importants qui se sont produits au cours des derniers milliers, voire des derniers milliers d'années.

WG2

Groupe de travail 2 : Protéger et restaurer les écosystèmes et la biodiversité

Co-présidents :

GT2_Frank_Muller-Kager

Frank E. Müller-Karger

Frank E. Müller-Karger est professeur au College of Marine Science de l'université de Floride du Sud (États-Unis). Il étudie les écosystèmes marins, notamment les liens entre la qualité de l'eau, la production biologique et la biodiversité dans les environnements marins côtiers, et la manière dont ces éléments peuvent être liés au changement climatique et aux activités humaines. Il utilise la télédétection et le travail de terrain pour mieux comprendre l'impact des grands fleuves comme l'Amazone, l'Orénoque et le Mississippi sur la biogéochimie des océans, pour cartographier les récifs coralliens et les zones humides, pour évaluer l'importance des marges continentales dans le bilan mondial du carbone et pour mieux comprendre comment le flux descendant de carbone particulaire affecte la vie marine sur les dorsales médio-océaniques et le fond de l'océan. M. Muller-Karger codirige le réseau américain et international d'observation de la biodiversité marine (MBON), le programme Marine Life 2030 approuvé par la Décennie des Nations unies pour les sciences de la mer au service du développement durable, et le groupe de travail sur les indicateurs climatiques du NOAA Climate Program Office/Sanctuaries Climate Indicator Task Force. Il a publié plus de 340 articles évalués par des pairs. Il a reçu le prix individuel William T. Pecora en 2021, est membre de l'AAAS et a siégé à la Commission américaine sur la politique océanique. Muller-Karger promeut la science et la technologie en tant qu'élément intégral de la société, en travaillant avec le public et les communautés de recherche et d'application pour créer des avantages sociaux et faire progresser la conservation de l'environnement, localement, nationalement et internationalement.

sans nom (1)

Aileen Tan

Le professeur Dato' Dr. Aileen Tan Shau Hwai (AT) est une scientifique marine très accomplie, réputée pour ses contributions significatives aux sciences marines et à l'engagement communautaire. Elle est professeur à l'École des sciences biologiques de l'Universiti Sains Malaysia (USM) et directrice du Centre d'études marines et côtières (CEMACS). Depuis 2015, AT est également directeur exécutif du réseau Asia-Pacific University-Community Engagement Network (APUCEN). AT est une scientifique marine respectée dans le monde entier, qui excelle à rendre la science complexe accessible aux communautés et à susciter des transformations positives à l'échelle mondiale. Son impact multiforme s'étend à l'éducation, à la défense des communautés, à l'environnement et à l'humanitaire. Elle est notamment devenue la première femme présidente de l'UNITAS Malacologica, favorisant la durabilité dans la région Asie-Pacifique. Elle occupe des postes importants au sein d'organismes mondiaux tels que la sous-commission de la COI pour le Pacifique occidental (WESTPAC) et le Partenariat pour l'observation des océans mondiaux (POGO). Le dévouement d'AT s'étend à l'autonomisation des communautés côtières par le biais d'initiatives telles que la conservation des palourdes géantes. L'accent qu'elle met sur la collaboration, le respect et les connaissances locales alimente les pratiques durables et la réduction de la pauvreté. Son engagement lui a valu le prestigieux prix Top Research Scientist Malaysia (TRSM) en 2020. L'influence d'AT dépasse les frontières de la Malaisie, puisqu'elle promeut à l'échelle mondiale l'aquaculture durable et la conservation de l'environnement. Elle envisage que les scientifiques marins donnent la priorité aux environnements et aux communautés, soulignant ainsi son impact transformateur sur les sciences marines, l'autonomisation des communautés et le bien-être environnemental.

Membres experts :

GT2_Joana_Soares

Joana Soares

Joana Soares est diplômée en sciences aquatiques et titulaire d'un doctorat en sciences biomédicales de l'université de Porto. Elle possède une solide expérience de la recherche en écotoxicologie et en perturbation endocrinienne, ainsi qu'une solide expérience en biologie moléculaire et en toxicogénomique. Au cours des dernières années, elle a travaillé en tant que chercheuse dans plusieurs projets de recherche internationaux avec des équipes multidisciplinaires. Les changements globaux, dans une approche intégrée de l'espace, du climat et de l'océan dans l'Atlantique, en mettant l'accent sur la conservation de la biodiversité marine, sont des thèmes émergents de son travail. Elle est actuellement secrétaire exécutive du Réseau d'observation de la biodiversité marine (MBON) du Réseau d'observation de la biodiversité du Groupe sur l'observation de la Terre (GEO BON) et chargée de projet au Laboratoire d'observation de la Terre du Centre de recherche international de l'Atlantique (AIR Centre).

GT2_Steven_Bograd

Steven Bograd

Steven Bograd est océanographe au NOAA Southwest Fisheries Science Center à Monterey, en Californie, où il dirige le groupe Climat-Ecosystème. Il est également professeur adjoint au département des sciences océaniques de l'université de Californie-Santa Cruz et chercheur associé à la Scripps Institution of Oceanography. Les recherches de Steven portent sur l'impact du climat sur les écosystèmes marins, et plus particulièrement sur les systèmes de remontée d'eau de la frontière orientale. Steven copréside actuellement le programme scientifique phare de l'Organisation des sciences de la mer pour le Pacifique Nord (PICES), FUTURE, et est rédacteur en chef du journal Fisheries Oceanography. Il codirige également deux programmes de la Décennie des Nations unies pour les sciences de la mer (SmartNet et SUPREME). Steven est titulaire d'une licence en physique (Université de l'Arizona), d'une maîtrise en sciences atmosphériques (Université de Washington) et d'un doctorat en océanographie physique (Université de Colombie-Britannique). Il a effectué un post-doc à la Scripps Institution of Oceanography avant de rejoindre la NOAA en 2001. Steven est né et a grandi dans le Mississippi, aux États-Unis, mais il a passé la majeure partie de sa vie d'adulte sur la côte ouest.

anthony

Anthony B. Ndah

Anthony B. Ndah est un scientifique spécialiste des écosystèmes basé au Plymouth Marine Laboratory au Royaume-Uni, où il est également coordinateur du nœud régional pour l'Afrique dans le cadre du Programme des professionnels de l'océan en début de carrière (ECOP), COI-UNESCO. Anthony a obtenu un diplôme de troisième cycle en océanographie d'observation à l'Alfred Wegener Institute for Polar & Marine Research dans le cadre du programme NF-POGO. Au cours de ses recherches postdoctorales, il s'est spécialisé dans le développement d'indicateurs et de méthodologies basés sur le zooplancton pour les évaluations écologiques en mer du Nord allemande dans le cadre de la directive-cadre "Stratégie pour le milieu marin" de l'UE. Anthony est titulaire d'un doctorat en études environnementales, avec une spécialisation en biogéochimie marine et en étude du CO2 dans la mer de Chine méridionale, de l'université de Brunei Darussalam. Il a également travaillé en tant qu'assistant diplômé dans cette même université. Il est titulaire d'une maîtrise en affaires marines de l'université de Xiamen, en Chine, où il a travaillé sur la gestion intégrée des zones côtières, et d'une licence en géographie de l'université de Buea, au Cameroun.

GT2_Paula_Spiniello

Paula Spiniello

Née et élevée au Venezuela. Elle a obtenu une licence en biologie à l'Universidad Central de Venezuela, un master en ingénierie environnementale à l'université du Connecticut, aux États-Unis, et un doctorat en écologie à l'Universidad Central de Venezuela. Elle a été professeur associé à l'Institut de zoologie et d'écologie tropicale (IZET) de l'Université centrale du Venezuela, où elle est restée pendant 15 ans. Mme Spiniello a également été professeure auxiliaire en sciences de l'environnement et en océanographie au Golden West College (Californie-États-Unis) et au State College of Florida (États-Unis). Depuis 2019, le Dr Spiniello est professeur adjoint au département de biologie, d'écologie et de conservation de l'université St. George's, Grenade, W.I. Le Dr Spiniello s'intéresse à l'écologie marine et cherche à comprendre les facteurs qui contrôlent les structures des communautés marines et l'efficacité du transfert trophique dans les eaux côtières. Les recherches du Dr Spiniello se sont concentrées sur l'évaluation des effets des impacts naturels et humains sur la diversité et la distribution du plancton, et sur le rôle du plancton dans les cycles biogéochimiques, la pêche et en tant qu'indicateur de la santé de l'écosystème côtier. En plus de faciliter et de soutenir le travail de chercheurs invités provenant d'institutions du monde entier, le Dr Spiniello a supervisé une variété de projets de recherche de premier et de deuxième cycle de l'Université St. George et de l'Université centrale du Venezuela.

GT2_Harriet Harden-Davies

Harriet Harden-Davies

Harriet Harden-Davies est directrice du programme Ocean Voices de la Nippon Foundation et de l'université d'Édimbourg. Ses recherches se situent à l'intersection du droit des océans et de la science, notamment la gouvernance internationale des océans et l'équité, la conservation marine et le développement durable, le renforcement des capacités et l'intendance des océans. Harriet a cofondé le programme des professionnels de l'océan en début de carrière sous l'égide des Nations unies ( Décennie de l'Océan ) et est membre du groupe d'experts COI/UNESCO sur le renforcement des capacités. Son doctorat et ses recherches postdoctorales ont porté sur l'élaboration d'un nouveau traité des Nations unies sur la biodiversité marine au-delà de la juridiction nationale. Elle est coresponsable de la Deep Ocean Stewardship Initiative, membre du comité de rédaction de Marine Policy et directrice adjointe du Nippon Foundation Ocean Nexus Centre. Auparavant, elle a été chargée de recherche à l'Australian National Centre for Ocean Resources and Security, à l'université de Wollongong, chargée de mission en diplomatie scientifique à l'université de Tufts, chercheuse invitée au Marine Policy Centre du Woods Hole Oceanographic Institute et responsable de la politique et des projets à l'Académie australienne des sciences technologiques et de l'ingénierie.

GT2_Virni_Arifanti

Virni Budi Arifanti

Virni Budi Arifanti, docteur en sciences, est chercheur principal à l'Agence nationale de la recherche et de l'innovation de la République d'Indonésie (BRIN). Auparavant, elle a travaillé comme chercheur au ministère indonésien de l'environnement et des forêts. Au sein de BRIN, elle dirige un groupe de recherche sur la restauration et la conservation des écosystèmes de mangrove (MERCi). En 2023, Virni a été nommée secrétaire du comité de mise en œuvre du programme de l'UNESCO sur l'homme et la biosphère (MAB) pour l'Indonésie. Depuis 2022, Virni a été nommée point focal de l'Indonésie pour le Groupe d'évaluation scientifique et technique (GEST) de la Convention de Ramsar. En 2023, elle a été nommée experte technique du GEST de la Convention de Ramsar pour la période triennale 2023-2025. Elle est spécialisée dans les écosystèmes tropicaux de mangrove, l'écologie des zones humides, le carbone bleu, l'inventaire des gaz à effet de serre et les études sur le changement climatique. Elle s'intéresse particulièrement à la dynamique du carbone et aux solutions basées sur la nature (NbS) pour les écosystèmes des zones humides. Elle a participé à plusieurs collaborations internationales en matière de recherche et a publié des articles dans diverses revues internationales à comité de lecture. Virni est titulaire d'un doctorat en écologie des zones humides de l'université d'État de l'Oregon, aux États-Unis. Elle a obtenu une maîtrise en sciences géospatiales forestières à l'université de Gand, en Belgique.

GT2_Dominique_Pelletier

Dominique Pelletier

Dominique Pelletier est chercheur principal à l'Institut français pour l'exploitation de la mer (Ifremer) où elle a successivement dirigé des projets transdisciplinaires sur la modélisation des pêcheries et sur le suivi et l'évaluation de l'efficacité de la gestion des aires marines protégées dans les écosystèmes tempérés et les récifs coralliens. Elle a développé un protocole de suivi par vidéo qui est largement utilisé pour les habitats benthiques et les poissons. Elle est experte auprès du Pôle national français sur la biodiversité, qui développe des outils d'analyse et de diffusion des données sur la biodiversité, et membre du Réseau d'observation de la biodiversité marine et du BON français.

GT2_Maria_ Lourdes_San Diego

Maria Lourdes San Diego-McGlone

Maria Lourdes San Diego-McGlone est une pionnière de l'océanographie chimique aux Philippines. À l'Institut des sciences de la mer de l'Université des Philippines (UP MSI), elle a créé le laboratoire de biogéochimie marine, équipé pour les enquêtes sur le terrain, l'analyse des paramètres de l'eau, etc. Ses recherches portent sur l'évolution de la qualité des eaux côtières, la dynamique des nutriments, les réponses des écosystèmes aux facteurs de stress, l'estimation du carbone bleu et l'atténuation des efflorescences algales nuisibles. Elle s'intéresse également à la mortalité des poissons et aux effets de la mariculture sur l'environnement. Elle a été un mentor pour les études internationales sur les zones côtières et un chef de file dans la recherche sur l'acidification des océans. Elle est experte en matière de qualité de l'eau et a été l'une des principales intervenantes dans les discussions sur le changement climatique. Mme San Diego-McGlone a publié 70 articles et 5 chapitres de livres. Elle a été nommée scientifique de l'UP en 2007, titulaire de la chaire/subvention du centenaire de l'UP de 2008 à 2021, a reçu un prix de divulgation d'invention en 2016 et est devenue professeur émérite en 2020. Elle a été le mentor de plusieurs étudiants de premier et de deuxième cycle, ainsi que de stagiaires de l'enseignement supérieur et de l'enseignement secondaire. Titulaire d'un doctorat en océanographie chimique de l'Université Old Dominion, elle a reçu le prix du meilleur diplômé de doctorat en océanographie (1991).

Alex David Rogers

Alex David Rogers

Alex est un écologiste marin qui s'intéresse à la répartition de la biodiversité dans l'océan, en particulier dans les grands fonds et sur les récifs coralliens tropicaux. Il s'intéresse également à l'impact de l'homme sur l'océan et à la manière de gérer les activités humaines afin d'atténuer ou de réduire la dégradation des écosystèmes marins. Ses travaux l'ont conduit dans l'Atlantique, l'océan Indien, l'océan Austral et les Caraïbes, où il a étudié les écosystèmes des récifs coralliens, les monts sous-marins et les cheminées hydrothermales en eaux profondes. Alex a travaillé avec des gouvernements, des organisations intergouvernementales et non gouvernementales pour faire connaître les impacts humains, en particulier ceux de la pêche en eaux profondes et du changement climatique, et pour développer des solutions politiques à ces problèmes. Il est directeur scientifique d'Ocean Census. Alex a récemment publié le livre The Deep : The Hidden Wonders of Our Ocean and How We Can Protect Them Wildfire (2019).

GT2_Rebecca_Martone

Rebecca Martone

Basée près de Victoria, en Colombie-Britannique, au Canada, Rebecca Martone est la directrice exécutive du Décennie de l'Océan Collaborative Center for the NE Pacific, une contribution de la Tula Foundation. Au cours des 20 dernières années, Mme Martone a travaillé comme écologiste marine appliquée sur diverses questions relatives aux écosystèmes côtiers de la côte ouest de l'Amérique du Nord, notamment l'aménagement de l'espace marin, la durabilité de la pêche à petite échelle, les impacts cumulatifs sur les écosystèmes côtiers et la surveillance en vue d'une gestion fondée sur les écosystèmes. M. Martone est titulaire d'un doctorat en sciences biologiques de l'université de Stanford, d'un master en gestion de l'environnement de l'université de Duke et d'une licence en sciences de l'environnement de l'université de Northwestern. En tant qu'ancienne directrice scientifique adjointe du Center for Ocean Solutions de l'université de Stanford en Californie, elle a l'habitude de relier la science à la prise de décision et de co-développer la science en vue de trouver des solutions. Avant de travailler au Décennie de l'Océan Collaborative Center, Rebecca a travaillé en tant que biologiste marine pour la province de la Colombie-Britannique afin d'aider à mettre en œuvre le Marine Plan Partnership et à développer un réseau d'aires marines protégées en collaboration avec 17 Premières nations côtières dans le nord de la Colombie-Britannique. Rebecca est passionnée par le travail avec une communauté diversifiée de scientifiques, de membres de la communauté, de représentants de l'industrie et de praticiens des océans et des côtes pour résoudre les principaux défis auxquels sont confrontés nos océans, et pour aider à protéger nos côtes et nos océans tout en soutenant les moyens de subsistance et les liens culturels des gens.

veronica

Veronica Relano

Veronica est titulaire d'un doctorat sur les océans et la pêche de l'université de Colombie-Britannique, sous la direction de Daniel Pauly. Elle s'intéresse à la conservation marine, à la connectivité et aux problèmes socio-écologiques résultant d'une mauvaise gestion des ressources marines. L'une des composantes importantes de sa recherche est de comprendre comment mieux communiquer les actions de conservation à un public plus large afin d'obtenir des changements sur le terrain. Son projet "SOS - Somos OceanoS (histoires d'océan pour la conservation)" a été approuvé par l'ONU Décennie de l'Océan. Il explore les besoins des personnes vivant à l'intérieur et autour des "zones marines protégées en papier", en faisant entendre les voix locales et en trouvant des moyens d'entamer une conversation sur la gestion équitable et la conservation des ressources marines. Veronica met ses compétences au service du travail de l'ONG Onewater en tant que responsable du programme sur les océans.

Louise Allcock

Louise Allcock

Louise Allcock est professeur de zoologie à l'université de Galway, en Irlande. Elle est membre du comité national de la décennie pour l'Irlande, présidente du groupe de travail régional de l'Atlantique Nord du programme des Nations unies Décennie de l'Océan "Challenger 150" et vice-présidente de l'action des Nations unies Décennie de l'Océan "Marine Animal Forest of the World". Louise est membre du groupe de spécialistes des mollusques de la CSE de l'UICN et a dirigé l'évaluation de la liste rouge de 750 espèces de céphalopodes. Elle a présidé, au nom de l'Irlande, les évaluations de l'état des habitats d'EMV en eau profonde inscrits sur la liste OSPAR des espèces menacées/déclinantes, en collaboration avec des experts internationaux de toute l'Europe. Elle est membre du groupe consultatif irlandais sur les zones marines protégées (MPA), qui conseille le gouvernement sur l'expansion des MPA. Louise est coauteur de deux livres richement illustrés : Octopus, Squid and Cuttlefish (University of Chicago Press, 2018) et Deep Ocean (Princeton University Press, 2023). Elle est membre de l'Académie royale irlandaise.

Audrey Darnaude

Audrey Darnaude

Audrey Darnaude est une scientifique marine travaillant pour le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), dans l'unité mixte de recherche MARBEC (Center for MARine Biodiversity, Exploitation & Conservation), qui regroupe des scientifiques de divers instituts de recherche français (CNRS, Ifremer, IRD, INRAE) à l'Université de Montpellier (France). Spécialisée à l'origine dans l'écologie des poissons, elle a étudié la diversité du cycle de vie (stratégies de croissance, d'alimentation et de migration) de diverses espèces marines, ainsi que la structure du réseau trophique dans de nombreuses régions du monde, principalement en utilisant des marqueurs biogéochimiques individuels. Outre la présidence d'une vaste initiative internationale visant à faire progresser la recherche sur la connectivité marine (le projet européen COST Action & UN Décennie de l'Océan SEA-UNICORN : www.sea-unicorn.com)elle étudie actuellement les stratégies de vie et la structure des populations de divers poissons à haute valeur économique, en lien avec le fonctionnement du réseau trophique côtier et la connectivité des habitats à l'interface mer-continent. Elle enseigne également l'écologie des poissons, la structure des réseaux alimentaires et la biogéochimie à l'université de Montpellier, et participe à divers groupes d'experts nationaux et internationaux, s'engageant à fournir des conseils sur la conservation de la biodiversité et l'aménagement durable de l'espace maritime, en relation avec les questions de connectivité.

costello

Mark John Costello

Écologiste spécialisé dans la biogéographie, les zones marines protégées et les effets du changement climatique sur la biodiversité, y compris les interactions entre l'aquaculture et l'environnement. Il a été l'un des pionniers de l'"informatique de la biodiversité océanique", notamment en dirigeant la création du Registre mondial des espèces marines et des bases de données du Système d'information sur la biodiversité océanique. Il a joué un rôle de premier plan dans de nombreuses organisations internationales, notamment en tant qu'auteur principal du6erapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, dont il a codirigé le chapitre transversal sur les points chauds de la biodiversité ; en tant que coprésident du réseau d'observation de la biodiversité marine du Groupe des observations de la Terre pendant 10 ans ; en tant que président et secrétaire de l'Association internationale d'océanographie biologique; en tant que vice-président du comité scientifique du Fonds mondial d'information sur la biodiversité. Mark a supervisé plus de 70 étudiants de troisième cycle. Il a plus de 270 publications évaluées par des pairs (total supérieur à 500, cité 19 000 fois), et un indice H de 68(57 depuis 2018). Il dirige actuellement l'initiative MBON Europe visant à établir un réseau à long terme de surveillance de la biodiversité marine en Europe, et MPA Europe, un projet cartographiant les meilleurs endroits pour protéger la biodiversité et les réserves de carbone dans toutes les mers européennes. Originaire d'Irlande, sa fascination pour la vie sauvage l'a conduit à étudier à Galway (BSc Hon.), puis à passer un doctorat dans la seule réserve marine d'Irlande, à faire des études postdoctorales à la Marine Biological Association de Plymouth (Angleterre), au Scottish Office d'Aberdeen et à l'université Napier d'Édimbourg (Écosse), à donner des cours au Trinity College de Dublin, à créer la société de conseil en environnement EcoServe et à occuper le poste de directeur exécutif du Huntsman Marine Science Centre au Canada, avant de reprendre un poste universitaire à Auckland (Nouvelle-Zélande). Il est actuellement professeur à la Nord University, dans l'Arctique norvégien, et professeur invité à l'Ocean University of China, à Qingdao.

admin-ajax

Britt Dupuis

Plus de détails à venir.

Alice

Alice Terpereau

Diplômée en économie et en mathématiques, Alice a poursuivi son parcours académique dans le domaine du développement territorial durable. Intéressée par de nombreux domaines à la croisée des sciences environnementales et sociales, elle a approfondi son expertise sur les solutions basées sur la nature et les catastrophes climatiques à travers des projets de recherche dans différentes régions du monde. Actuellement en stage à la Commission européenne, elle s'occupe de projets informatiques.

Martina H. Stiasny

Martina H. Stiasny

Martina H. Stiasny est une biologiste marine qui travaille sur l'écologie des poissons (larves), l'écologie évolutive et la science interdisciplinaire de la pêche. Martina s'intéresse aux questions liées à l'équilibre entre la sécurité alimentaire et la durabilité dans la gestion de la pêche, aux effets du changement climatique sur les populations de poissons et à la manière d'intégrer les contraintes économiques et sociales dans la gestion de la pêche, tout en se basant sur des données et des théories écologiques solides. Elle est diplômée de l'université de St Andrews (BSc) en Écosse et de l'université de Kiel (MSc. en océanographie biologique basée au GEOMAR) dans le nord de l'Allemagne, où elle a également obtenu son doctorat en biologie des poissons et des pêcheries. Après avoir occupé des postes de post-doctorante en Allemagne et en Norvège et travaillé pendant un an pour la Commission européenne à Bruxelles, Martina a récemment commencé à enseigner à l'université de Southampton, en Angleterre. Elle a créé son propre groupe de recherche, poursuivant son travail dans l'aquarium de recherche du National Oceanography Centre, en étudiant les effets du changement climatique et d'autres facteurs de stress anthropogéniques sur les poissons des zones tempérées.

Lina Mtwana Nordlund GT2
Lina Mtwana Nordlund

Lina Mtwana Nordlund est professeur associé en ressources naturelles et développement durable à l'université d'Uppsala en Suède. Mme Nordlund s'appuie sur la théorie des systèmes socio-écologiques et se concentre sur les environnements côtiers et marins. Son expertise porte principalement sur les approches interdisciplinaires et transdisciplinaires pour un avenir côtier durable. Elle a mené des recherches approfondies en Afrique de l'Est et dans l'océan Indien occidental, en se concentrant particulièrement sur les écosystèmes intertidaux, les herbiers marins, la pêche, la gestion et la politique. Ses recherches dans la mer Baltique portent sur la surveillance intégrée du milieu marin et les aliments bleus. Elle a précédemment travaillé en tant que gestionnaire d'une zone marine protégée et s'intéresse vivement aux connaissances écologiques locales et à la réflexion sur l'avenir. Mme Nordlund est coresponsable du groupe d'experts sur la biologie et les écosystèmes du Système mondial d'observation de l'océan (COI/UNESCO) et directrice du réseau Indo-Pacific Seagrass Network.

Ward Appeltans

Ward Appeltans

M. Ward Appeltans est le point focal pour la biodiversité marine à la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l'UNESCO, où il gère le système d'information sur la biodiversité des océans (OBIS) et soutient le groupe sur la biologie et les écosystèmes du système mondial d'observation de l'océan (GOOS BioEco). M. Appeltans gère également deux projets d'ADN électronique, l'un dans les îles du Pacifique pour détecter les espèces marines envahissantes et l'autre, plus récent, pour évaluer la biodiversité dans les sites marins du patrimoine mondial de l'UNESCO. M. Appeltans est également membre du groupe de pilotage du réseau d'observation de la biodiversité marine (MBON) et de l'équipe de coordination du programme Marine Life 2030 de l'ONU ( Décennie de l'Océan ).

Linwood Pendleton

Linwood Pendleton

Linwood Pendleton est directeur exécutif du Réseau d'action pour la connaissance des océans et professeur à l'Institut européen d'études marines. Il a fait partie du comité exécutif de planification et du conseil consultatif provisoire de la Décennie des Nations unies pour l'océanographie au service du développement durable et siège actuellement au conseil consultatif de la Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes. Il a été premier vice-président chargé des sciences au Centre pour la quatrième révolution industrielle, responsable mondial des sciences océaniques au WWF et économiste en chef par intérim à la National Oceanic and Atmospheric Administration de 2011 à 2013.

WG3

Groupe de travail 3 : Nourrir durablement la population mondiale

Co-présidents :

WG3_Erik_Olsen

Erik Olsen

Erik Olsen dirige le groupe de recherche sur le développement durable à l'Institut de recherche marine de Bergen, en Norvège, où il travaille depuis 1999. Il a obtenu un doctorat en biologie de la pêche à l'université de Bergen (2002). Erik est membre du conseil d'administration du portefeuille des océans au sein du Conseil norvégien de la recherche. Il est activement impliqué dans l'ONU Décennie de l'Océan, à la fois en tant que chef du projet ClimeFOOD Décennie de l'Océan et en tant que membre du comité national norvégien Décennie de l'Océan . Il a une grande expérience de l'organisation et de la direction d'enquêtes et de recherches scientifiques dans les eaux norvégiennes, ainsi qu'en Afrique et en Asie. La gestion intégrée des océans, la modélisation des écosystèmes et l'aménagement de l'espace marin constituent également un domaine de travail essentiel, et Erik a participé activement à l'élaboration des plans de gestion intégrée norvégiens.

GT3_Vera_Agostini

Vera Agostini

Vera Agostini est directrice adjointe de la division des pêches et de l'aquaculture à l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), où elle assure la supervision, le leadership stratégique et le soutien technique. De 2007 à 2017, Vera a travaillé pour The Nature Conservancy, d'abord en tant que scientifique principale au sein de l'équipe Global Oceans, puis en tant que directrice de la science et directrice de l'adaptation au climat au sein de l'équipe des Caraïbes. Mme Agostini est une spécialiste de la pêche de formation qui a occupé des postes dans trois secteurs (non gouvernemental, gouvernemental et universitaire/éducatif) en assurant un leadership technique et stratégique dans le cadre d'une série d'efforts multidisciplinaires dans le monde entier. Son expérience va de la recherche globale sur les écosystèmes à la politique générale et à la planification. Bien qu'elle ait commencé à travailler sur les systèmes tempérés, elle a consacré une grande partie de sa carrière aux régions tropicales.

Membres experts :

GT3_Shakuntala_Thilste

Shakuntala Haraksingh Thilsted

Shakuntala Haraksingh Thilsted est directrice de la plateforme du domaine d'impact "Nutrition, santé et sécurité alimentaire" du CGIAR. Elle était auparavant responsable mondiale de la nutrition et de la santé publique chez WorldFish. Elle a reçu le Prix mondial de l'alimentation 2021 pour ses recherches révolutionnaires, ses points de vue critiques et ses innovations marquantes dans le développement d'approches holistiques et sensibles à la nutrition pour les systèmes alimentaires aquatiques. Elle a reçu le prix Arrell Global Food Innovation Award 2021 pour son innovation en matière de recherche. Elle est présidente du Comité consultatif scientifique (CCS) du Centre de coordination des systèmes alimentaires des Nations unies. Elle est membre du comité directeur du groupe d'experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition (HLPE) du Comité des Nations unies sur la sécurité alimentaire mondiale (CSA). Elle a été vice-présidente du Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires 2021 : Action Track 4 - Advance Equitable Livelihoods, et a également été championne des systèmes alimentaires. En 2022, Shakuntala a été nommée coprésidente de la Commission EAT-Lancet 2.0. Shakuntala est titulaire d'un doctorat de l'Université royale vétérinaire et agricole du Danemark. Elle est titulaire de doctorats honorifiques de l'Université suédoise des sciences agricoles et de l'Université des Antilles.

GT3_Christopher_Costello

Christopher Costello

Christopher Costello est professeur d'économie de l'environnement et des ressources et directeur du laboratoire des marchés de l'environnement à l'université de Californie, Santa Barbara, et chercheur associé au NBER. Il a obtenu son doctorat à l'université de Californie à Berkeley en 2000 et mène des recherches sur l'économie des ressources naturelles et la politique concernant les droits de propriété, en mettant l'accent sur la prise de décision en situation d'incertitude, l'information, la valeur des actifs et la rareté des ressources naturelles. Son travail combine la théorie appliquée avec la modélisation et l'analyse empirique, souvent pour informer la politique dans les domaines de l'océan, de l'utilisation des terres, du climat et de la conception du marché environnemental. Le travail de Costello est mondial, mais comprend des projets récents en Polynésie française, aux Seychelles, au Pérou, au Mexique et en Indonésie. M. Costello siège au conseil d'administration de l'Environmental Defense Fund et de The Nature Conservancy (Californie), ainsi qu'au Conseil des conseillers économiques du gouverneur de Californie. Il a publié plus de 100 articles évalués par des pairs dans des revues économiques et scientifiques et a été le principal conseiller de plus de 30 doctorants et post-doctorants.

eddieallison

Edward Allison

Eddie Allison travaille à l'interface entre la recherche, la politique et la pratique du développement, en se concentrant sur la gouvernance des systèmes alimentaires aquatiques afin de lutter contre la pauvreté, la malnutrition et l'inégalité par le biais des transformations du système alimentaire et de la gouvernance des océans. Eddie a travaillé pour des organisations internationales de développement (FCDO et FAO) et en tant que consultant, et a occupé des postes de professeur d'université en études du développement à l'université d'East Anglia, au Royaume-Uni, et en affaires marines à l'université de Washington, aux États-Unis. Il est titulaire d'un doctorat en évaluation et gestion des pêches de l'université de Liverpool, au Royaume-Uni. Il a publié plus de 250 articles de recherche et fait partie du 0,1 % des scientifiques interdisciplinaires les plus influents au monde, d'après le nombre de citations de ses travaux sur Clarivate. Il a été l'un des principaux auteurs du livre bleu du groupe de haut niveau sur l'avenir de l'économie des océans, intitulé "The Human Relationship with the Oceans", et a contribué à la rédaction des documents sur l'équité et la transformation de la gouvernance des océans. Il dirige actuellement l'unité scientifique "Systèmes alimentaires aquatiques durables" de WorldFish et est basé à Penang, en Malaisie. Il est également professeur adjoint et invité à l'université de Washington, à Seattle, aux États-Unis, et à l'université de Lancaster, au Royaume-Uni. 

GT3_David_Obura

David Obura

David Obura est l'un des directeurs fondateurs de CORDIO Afrique de l'Est, une organisation de la connaissance qui soutient la durabilité des récifs coralliens et des systèmes marins dans l'océan Indien occidental. CORDIO met la recherche au service de la gestion et de la politique, renforce les capacités et travaille avec les parties prenantes, les gestionnaires et les décideurs. Les recherches de David portent principalement sur la résilience des récifs coralliens, la biogéographie et les impacts du changement climatique, et s'orientent désormais vers la science de la durabilité en utilisant les récifs coralliens comme modèle et en encadrant la science des systèmes terrestres.
À la frontière entre la science et l'action, David s'efforce d'intégrer la conservation et le développement à toutes les échelles, dans le contexte des objectifs mondiaux de durabilité. Il travaille depuis l'échelle locale, en encourageant les actions innovantes pour promouvoir la durabilité, jusqu'à l'échelle mondiale, en passant par l'alignement et l'intégration à l'échelle régionale, en apportant des connaissances et des pratiques locales-régionales dans les contextes de prise de décision. David siège à la Commission de la Terre, copréside l'évaluation Nexus de l'IPBES (2022-2024) et a participé activement à l'intégration de la science de la durabilité dans le cadre mondial pour la biodiversité de Kunming-Montréal et d'autres processus internationaux sur la biodiversité, les océans et le changement climatique, ainsi qu'à l'identification des priorités, des opportunités et des positions africaines en vue de parvenir à un avenir durable. David a reçu la distinction nationale du Kenya, le Moran of the Burning Spear, en décembre 2021, et le Coral Reef Conservation Award de l'International Coral Reef Society en 2022.

Janet Coetzee

Janet Coetzee

Janet Coetzee est une scientifique chevronnée du département des forêts, de la pêche et de l'environnement du Cap, en Afrique du Sud. Elle est spécialisée dans les méthodes d'étude hydroacoustique, les pêcheries de poissons fourrage et la dynamique des écosystèmes. Elle a participé activement à l'évaluation et à la gestion des ressources en poissons fourrage de l'Afrique du Sud au cours des 30 dernières années et a contribué à la compréhension de leur importance écologique et du rôle qu'ils jouent dans l'économie et la sécurité alimentaire du pays. Elle a participé à des collaborations de recherche interdisciplinaires au sein du grand écosystème marin du courant de Benguela et ailleurs, a exploré de nouvelles pêcheries potentielles et a formulé des politiques qui favorisent la durabilité des pêcheries de poissons fourrage existantes. Elle possède des connaissances et une expérience approfondies dans ce domaine, ainsi qu'une approche équilibrée des conflits entre les industries de la pêche et les organismes de protection de la nature.

WG3_Flower_Msuya

Fleur Msuya

Flower Msuya, chercheuse et consultante indépendante (elle a travaillé pendant 33 ans à l'université de Dar es Salaam, en Tanzanie), est experte en aquaculture d'algues marines, avec plus de 30 ans d'expérience. Elle mène des recherches sur l'aquaculture des algues marines, notamment sur le développement des moyens de subsistance, le changement climatique et les questions de santé, ainsi que sur l'intégration des algues marines avec les animaux marins pour améliorer la production alimentaire. Mme Msuya est la fondatrice et la présidente de l'initiative "Zanzibar Seaweed Cluster", dans le cadre de laquelle elle met en relation les agriculteurs et les petits transformateurs avec la recherche, le gouvernement et le secteur privé. Elle a fabriqué le premier produit à valeur ajoutée à base d'algues marines en 2006. Les produits sont actuellement commercialisés dans toute l'Afrique de l'Est et comprennent des produits alimentaires. Elle participe au développement de technologies agricoles intelligentes sur le plan climatique pour la culture d'algues et d'autres organismes marins en eaux profondes afin de réduire l'impact du changement climatique et de produire des aliments à base d'algues dans le cadre des efforts de l'économie bleue. Mme Msuya est membre des organes de certaines organisations internationales, dont le comité directeur de la Safe Seaweed Coalition, le conseil scientifique de la Global Seaweed Coalition et le conseil d'administration de l'International Marine Biotechnology Association.

GT3_Stefan_Gelcich

Stefan Gelcich

Stefan Gelcich est un biologiste marin basé à l'Universidad Catolica de Chile. Il étudie les liens et les rétroactions entre les systèmes sociaux et écologiques. Il s'intéresse particulièrement à l'avancement de la science qui contribue à la gestion durable des océans côtiers. Au cours des 20 dernières années, il a participé à de nombreux projets et centres interdisciplinaires où il a mené des recherches axées sur le comportement humain, les services écosystémiques et l'écologie. Dans tous les projets, Stefan contribue à lier les dimensions sociales et écologiques. Les thèmes des projets actuels comprennent la conservation et la gestion du milieu marin, la capacité d'adaptation des industries côtières et la pêche illégale, entre autres. La recherche a été financée par des institutions nationales et internationales. Stefan est le directeur de l'Instituto Milenio en Socio-ecologia Costera.

GT3_Michael_Fabinyi

Michael Fabinyi

Michael Fabinyi est professeur associé au Centre de recherche sur le climat, la société et l'environnement de l'Université de technologie de Sydney. De 2010 à 2016, il a travaillé au Centre d'excellence du Conseil australien de la recherche pour l'étude des récifs coralliens, à l'université James Cook. Il a vécu et travaillé en Chine, en Indonésie, en Malaisie, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, aux Philippines et dans les Îles Salomon. Il est spécialiste des sciences sociales de l'environnement et ses recherches portent principalement sur les moyens de subsistance côtiers, la sécurité alimentaire dans les contextes côtiers et le commerce des produits de la mer.

GT3_Michael_Fabinyi

Andreea L. Cojocaru

Andreea L. Cojocaru est professeur associé à l'université de Stavanger en Norvège. Elle a une formation en sciences actuarielles et en statistiques de l'Université de Toronto et de la KU Leuven, complétée par un doctorat en économie industrielle de l'UiS. Ses recherches portent sur l'économie des océans, et plus particulièrement sur l'aquaculture, la pêche, les marchés des produits de la mer et les communautés côtières. Originaire de Roumanie, Andreea a vécu, étudié et travaillé au Canada, en Belgique, en Norvège et aux États-Unis. Elle s'efforce de participer à des collaborations interdisciplinaires qui reconnaissent les nombreuses facettes des questions liées aux ressources naturelles, tout en restant consciente de la complexité des systèmes socio-environnementaux.

GT3_Michelle_Tigchelaar

Michelle Tigchelaar

Michelle Tigchelaar est chercheuse au Center for Ocean Solutions de l'université de Stanford. Elle est une climatologue interdisciplinaire dont le travail se concentre sur les impacts du changement climatique sur les systèmes alimentaires, à la fois aquatiques et terrestres, écologiques et humains. Depuis 2020, Michelle coordonne l'évaluation des aliments bleus, une évaluation intégrée du rôle des aliments aquatiques dans les transformations vers des systèmes alimentaires sains, durables, justes et résilients, et soutient l'Aquatic/Blue Food Coalition en apportant des idées sur les aliments bleus dans les arènes politiques clés. Ses recherches actives portent sur le développement d'outils d'évaluation du risque climatique bleu-vert pour la nutrition et sur l'identification des impacts climatiques et des adaptations pour la santé des travailleurs de l'alimentation.

GT3_Maria_Darias

Maria Darias

Maria Darias est chercheuse permanente à l'Institut national de recherche pour le développement durable (IRD). Elle s'intéresse principalement au développement de pratiques aquacoles durables dans les pays à revenu faible et intermédiaire, et plus particulièrement à l'aquaculture sensible à la nutrition. Ses recherches portent sur l'interaction entre les conditions d'aquaculture, en particulier la nutrition, et la composition nutritionnelle des aliments aquatiques. Mme Darias est codirectrice du Laboratoire interdisciplinaire africain d'aquaculture marine durable et sensible à la nutrition (LIMAQUA), une initiative interdisciplinaire de recherche et de formation coordonnée conjointement par l'Afrique du Sud et la France, qui s'attaque aux problèmes de nutrition et de durabilité auxquels est confrontée l'aquaculture marine dans la région. En outre, le Dr Darias dirige le programme des Nations unies Décennie de l'Océan "Nutrition-Sensitive Marine Aquaculture in Africa" (AfriMAQUA).

GT3_Katherine_Mills

Katherine Mills

Katherine Mills est chercheur principal au Gulf of Maine Research Institute à Portland, dans le Maine. Elle a obtenu son doctorat en ressources naturelles à l'université de Cornell. En tant qu'écologiste quantitative des pêches, Kathy étudie les changements de l'écosystème marin et les relations entre les poissons, l'écosystème et la pêcherie, en se concentrant sur le golfe du Maine et les régions du plateau continental du nord-est des États-Unis. Plus précisément, ses recherches portent sur (1) l'évolution des conditions physiques et écosystémiques ; (2) la manière dont ces changements affectent les populations de poissons, les communautés biologiques et les pêcheries marines ; et (3) la manière dont les pêcheries et les communautés de pêcheurs peuvent y répondre efficacement. Une grande partie de son travail est interdisciplinaire et collaboratif. Elle travaille avec des scientifiques et des parties prenantes pour comprendre et informer la gestion des pêcheries en tant que systèmes socio-écologiques couplés et pour soutenir l'adaptation au climat et la résilience des pêcheries marines. Elle dirige un programme de l'ONU Décennie de l'Océan - FisheriesStrategies for Changing Oceans and Resilient Ecosystems by 2030 (FishSCORE), est l'auteur principal du chapitre "Ocean Ecosystems and Marine Resources" de la cinquième évaluation nationale du climat des États-Unis et préside l'initiative stratégique CIEM-PICES sur les impacts du changement climatique sur les écosystèmes marins (SICCME).

GT3_Beth_Fulton

Beth Fulton

Beth Fulton est chercheuse en chef au CSIRO. Beth est le chef du domaine de recherche du CSIRO pour la gestion intégrée des océans et l'économie bleue. En définissant l'orientation stratégique de la recherche du CSIRO dans ce domaine, elle s'appuie sur plus de 20 ans de travail pour développer divers outils de modélisation des systèmes permettant d'étudier les écosystèmes marins et la durabilité. Beth est également professeur adjoint et directrice adjointe du Centre de socio-écologie marine, qui s'attache à trouver des solutions transdisciplinaires, équitables et durables aux problèmes auxquels sont confrontés les côtes et les océans. Le thème commun aux travaux de Beth est le développement d'outils d'aide à la décision à l'échelle du système pour soutenir la gestion durable d'utilisations potentiellement concurrentes des environnements marins et l'adaptation au changement global.

GT3_Fatima_Zohra_HASSOUNI

Fatima Zohra Hassouni

Chef de la division de la durabilité et de la gestion des ressources halieutiques, au sein du département des pêches maritimes, il a plus de 23 ans d'expérience dans le domaine du développement et de la gestion des ressources halieutiques et plus de 15 ans d'expérience au sein d'organisations régionales et internationales de gestion des pêches (CGPM, CICTA, COPACE, FAO, etc.). Membre du comité et point focal de plusieurs projets portant sur la gestion durable des ressources marines et la préservation des écosystèmes et de la biodiversité, la planification de l'espace maritime, les aires marines protégées et l'économie bleue. Point focal national pour la biodiversité marine et côtière.

WG4

Groupe de travail 4 : Développer une économie océanique durable et équitable

Co-présidents :

GT4_Peter_ Haugan

Peter M. Haugan

Institut de recherche marine, Norvège. Plus de détails à venir.

GT4_Andrew_John_Rhodes_ Espinoza

Andrew John Rhodes Espinoza

Andrew John Rhodes Espinoza travaille actuellement en tant que coordinateur océanique, rattaché au sous-secrétariat aux affaires multilatérales et aux droits de l'homme du ministère mexicain des relations extérieures, et fait office de sous-sherpa pour le groupe d'experts de haut niveau pour une économie océanique durable. Avant cette affectation, il a occupé des postes de direction au sein de la Commission nationale des zones naturelles protégées (CONANP), en tant que commissaire national (chef d'agence), directeur général du développement institutionnel et de la promotion, et directeur des stratégies de changement climatique. En outre, il a été directeur général du système Pronatura et coordinateur central du Fonds pour les zones naturelles protégées au sein du Fonds mexicain pour la conservation de la nature AC. Enfin, Andrew Rhodes est le vice-président de la Commission mondiale des aires protégées de l'Union internationale pour la conservation de la nature.

Membres experts :

WG4_Georgia_Park

Parc de Géorgie

Georgia est gestionnaire principale du programme Science in Public Life de la Royal Society, qui facilite le transfert de connaissances et de personnes entre le monde universitaire et le monde politique. Le volet "Ocean Science Policy" offre une plateforme aux chercheurs en début de carrière, aux professionnels et aux décideurs politiques dans le domaine des sciences marines et océaniques au Royaume-Uni pour accéder aux connaissances et aux réseaux à l'interface science-politique. Les possibilités de développement professionnel offertes par le programme permettent de constituer un vivier de talents pour les futurs conseillers scientifiques et les fonctionnaires à formation scientifique au sein du gouvernement. Le programme "Ocean Science Policy" est considéré comme une contribution officielle à la Décennie des Nations unies pour les sciences de la mer au service du développement durable (2021-2030). Avant de travailler à la Royal Society, Georgia a travaillé dans l'édition universitaire pour Macmillan et Oxford University Press. Elle est titulaire d'une licence en géographie de l'université de Southampton et d'une maîtrise en sciences de l'université Napier d'Édimbourg.

GT4_Rafael_Gonzales_Quiros

Rafael Gonzales-Quiros

Rafael est le directeur du Centro Oceanográfico de Gijón, l'un des neuf laboratoires côtiers de l'Institut espagnol d'océanographie (IEO-CSIC). Sa carrière de chercheur est axée sur la relation entre l'écosystème, la dynamique des populations de poissons et l'écologie du plancton, et il a toujours été impliqué dans des programmes multidisciplinaires d'observation à long terme de l'océan. Au cours des huit dernières années, il a assumé différentes responsabilités à l'Institut espagnol d'océanographie, qui est la plus grande institution d'Espagne exclusivement consacrée aux sciences océaniques et qui a pour mission de fournir au gouvernement espagnol des conseils scientifiques sur les politiques océaniques, en particulier dans les domaines de la pêche et de l'environnement. Avant d'être directeur à Gijón, il a été chef du domaine de l'environnement marin (l'un des trois domaines de recherche et de conseil de l'IEO avec la pêche et l'aquaculture), directeur adjoint pour la recherche et temporairement directeur de l'IEO (avec un chevauchement avec le poste de directeur adjoint). Rafael joue également un rôle actif de représentation dans différentes organisations et processus internationaux et nationaux liés aux sciences de la mer et à la durabilité des océans. Il est, entre autres, chef de la délégation espagnole à la Commission océanographique intergouvernementale depuis 2017, membre du groupe d'experts pour le troisième cycle de l'évaluation de l'océan mondial, coordinateur du comité national de la décennie et d'un groupe de travail sur les données marines en Espagne.

Joel Mokenye

Joel Mokenye

M. Joel Mokenye est titulaire d'un MSc. en sciences et gestion marines et lacustres et d'une licence en sciences halieutiques et aquatiques. en sciences halieutiques et aquatiques. Il travaille depuis plus de 15 ans dans le domaine de la gestion des pêches côtières et marines. Il a d'abord travaillé comme associé de recherche au KMFRI entre 2011 et 2018, puis comme chargé de cours à temps partiel à l'Université technique de Mombasa dans le département des sciences de l'environnement et de la santé, section des sciences marines (jusqu'à présent) et actuellement comme spécialiste de la biodiversité aquatique au Bureau interafricain des ressources animales de l'Union africaine (AU-IBAR) depuis 2022. L'expérience de M. Mokenye couvre la recherche scientifique, la gestion des pêcheries, la gestion des écosystèmes aquatiques par l'utilisation d'AMP, de SCM et de cadres de PSM, ainsi qu'un large éventail de services de conseil aux niveaux national, régional et international. Son expérience pluridisciplinaire dans le domaine des sciences marines et halieutiques va de l'écologie marine et halieutique à l'océanographie, en passant par l'évaluation de l'impact environnemental et social des projets, l'économie bleue conceptuelle, l'environnement benthique, la pollution environnementale et la pollution marine par les plastiques. Il a effectué un certain nombre de missions, notamment : le projet de développement côtier du Kenya (KCDP) financé par la Banque mondiale ; l'étude diagnostique sur les sources, les voies et les impacts des déchets marins dans le projet côtier du Kenya, financé par la Banque mondiale et exécuté en partenariat avec Cardno Emerging Markets Ltd" le long du littoral kényan ; Small Scale Fisheries Management in the Transboundary conservation area in Southern Kenya - WCS- BAF-Project ; Standing Stock Marine Litter Survey along Kenya's coastline" (enquête conjointe entre le CSIRO et le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE)) ; Développement d'un programme de conservation et formation de groupes de conservation locaux sur l'établissement de LMMA/CCA/CMA dans la partie inférieure de la rivière Tana, sur la côte nord du Kenya ; coordination d'un projet communautaire de restauration des zones humides dans la zone de cogestion de Kilelengwani, dans la partie inférieure de la rivière Tana, sur la côte nord du Kenya ; et mise en œuvre actuelle du projet "Conservation de la biodiversité aquatique dans l'économie bleue africaine" à l'UA-BIRA où les communautés économiques régionales (CER), les ORGP, les BM et les États membres de l'UA sont des partenaires de mise en œuvre.

GT4_Susanna_DeBeauville_Scott

Susanna DeBeauville-Scott

Susanna possède plus de 20 ans d'expérience dans le domaine de la conservation et du développement durable. Elle a une expérience directe dans les domaines suivants : développement et mise en œuvre de mesures d'adaptation au changement climatique et de réduction des risques de catastrophe ; gestion des zones protégées ; gestion de la biodiversité ; gestion de la pêche ; gestion intégrée des zones côtières ; gouvernance des océans et planification de l'espace marin ; évaluation de l'impact sur l'environnement ; gestion des déchets ; et élaboration de politiques. Elle est également une gestionnaire de projet certifiée, avec une expérience dans la gestion de projets nationaux et régionaux dans les Caraïbes. Susanna travaille actuellement avec la Commission de l 'Organisation des États des Caraïbes orientales (OECS ), où elle apporte un soutien technique et gère des projets sur les questions d'économie bleue, notamment la gestion des déchets et la réduction de la pollution.

Emma Hospes

Emma Hospes

Emma est directrice de l'environnement stratégique et des permis et travaille depuis plus de 15 ans sur des sujets liés à la gestion de l'impact environnemental et écologique dans l'environnement marin et côtier. Ørsted est l'une des plus grandes entreprises d'énergie renouvelable au monde et le leader mondial de l'énergie éolienne offshore. En 2021, Ørsted s'est fixé une ambition de premier plan en matière de biodiversité. La même année, elle est devenue la première entreprise énergétique à voir son objectif de consommation nette zéro validé par l'initiative Science-Based Targets. L'entreprise a été à l'avant-garde de la transition vers l'énergie verte et de la gestion durable des océans, et défend l'intégration des actions sur le climat et la biodiversité. Le rôle d'Emma chez Ørsted englobe un large éventail de sujets liés à l'environnement marin et océanique. Elle représente les équipes mondiales d'Ørsted chargées de l'environnement et des autorisations, qui comprennent plus de 120 scientifiques spécialistes de la mer et de l'environnement, des experts en politique et des gestionnaires de parties prenantes travaillant avec les communautés locales et l'identification et la gestion de l'impact sur l'environnement dans les pays du monde entier. Son équipe est également responsable de la gestion du programme de recherche mondial d'Ørsted sur l'environnement marin et de la mise en œuvre du programme mondial d'Ørsted sur la biodiversité, qui est à la pointe de l'industrie. Avant de rejoindre Ørsted, Emma a travaillé dans le domaine du conseil environnemental et a occupé des postes dans le domaine de la politique marine et environnementale au sein du gouvernement national et local du Royaume-Uni. Elle est titulaire d'une licence en biologie marine et océanographie de l'université de Southampton et d'une maîtrise en gestion écologique de l'Imperial College de Londres.

Erik Giercksky

Erik Giercksky

Erik Giercksky dirige les travaux du Pacte mondial des Nations unies sur l'océan depuis janvier 2018. L'UNGC est le principal organe de coopération de l'ONU avec les entreprises internationales et constitue, avec ses 12 000 entreprises signataires et ses 4 000 organisations de la société civile, la plus grande initiative mondiale en matière de développement durable. Le conseil d'administration de l'UNGC est présidé par le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. La Coalition pour la gestion des océans de l'UNGC est composée d'entreprises maritimes de premier plan au niveau mondial, ainsi que d'institutions académiques, d'organisations centrales des Nations unies et d'ONG. Depuis sa création, le travail a été un facteur normatif important pour le travail de durabilité dans les industries liées à l'océan. L'établissement des principes de l'océan durable lors de l'Assemblée générale des Nations unies en 2019 revêt une importance particulière. Giercksky est également l'auteur principal du document de référence sur les obligations bleues, un document de référence pour les travaux du marché obligataire sur la durabilité des entreprises liées à l'océan et qui fait partie de l'approche de la Banque mondiale. M. Giercksky a précédemment travaillé comme directeur de la communication au sein de l'Association des armateurs norvégiens et a occupé des postes de direction dans un certain nombre d'entreprises et d'organisations. Giercksky a commencé sa carrière en tant que diplomate norvégien et a fait partie de l'équipe qui a dirigé les travaux de la Norvège sur les processus de paix dans différentes parties du monde. Il est titulaire d'un master de la London School of Economics et de l'université d'Oslo.

Torsten Thiele

Torsten Thiele

Torsten Thiele est membre honoraire du laboratoire marin de Plymouth (Royaume-Uni) et chercheur affilié à l'Institut de recherche sur la durabilité, Helmholtz (Allemagne). et chercheur affilié à l'Institut de recherche sur la durabilité, Helmholtz Centre Potsdam, Allemagne. Il travaille sur la gouvernance des océans et la sur la gouvernance des océans et la finance bleue durable, en s'appuyant sur plus de 20 ans d'expérience dans le dans le financement de projets et d'infrastructures au sein d'institutions financières de premier plan, ainsi qu'une dizaine d'années de recherche sur les océans. de recherche sur les océans. Il est fondateur du Global Ocean Trust, conseiller stratégique auprès de la Blue Natural Capital Financing Facility de l'UICN. conseiller stratégique auprès de la Blue Natural Capital Financing Facility de l'UICN et conseiller principal auprès de l'Ocean Risk and Resilience Fund de l'UICN. conseiller principal auprès de l'Ocean Risk and Resilience Action Alliance (ORRAA). Il est également consultant auprès de gouvernements et d'autres acteurs du secteur des océans. Ses publications récentes traitent de la politique climatique, des infrastructures côtières, des solutions fondées sur la nature et du financement innovant des océans (H-In). solutions fondées sur la nature et le financement innovant des océans (H-Index 15, 1099 citations). Torsten Thiele est diplômé des universités de Cambridge, Bonn et Harvard, Bonn et Harvard

admin-ajax

Erika Harms

Plus de détails à venir.

joe

Joseph Appiott

Joe Appiott coordonne les travaux sur la biodiversité marine, côtière et insulaire au sein du secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (CDB). Au sein du secrétariat de la CDB, Joe travaille avec les gouvernements, les organisations internationales et d'autres parties prenantes pour soutenir la mise en œuvre de la Convention. Son travail consiste notamment à faciliter la description et la cartographie des zones marines d'importance écologique ou biologique, à coordonner les activités de renforcement des capacités et à synthétiser les conseils politiques relatifs aux pressions exercées sur la biodiversité marine. Le travail de Joe comprend également la coordination et la contribution à d'autres agences des Nations unies et processus multilatéraux en ce qui concerne les questions liées à la biodiversité marine, côtière et insulaire. 

GT4_Vivienne_Solis_Rivera

Vivienne Solis Rivera

Vivienne Solis Rivera est biologiste à l'université du Costa Rica. Elle est titulaire d'une maîtrise en systématique et en écologie de l'université de Lawrence/Kansas (États-Unis). Biologie. Elle a plus de 30 ans d'expérience dans la conservation de la biodiversité en Méso-Amérique et dans les Caraïbes. Au cours des 30 dernières années, elle a travaillé dans le domaine de la conservation marine et des droits de l'homme, en dirigeant les contributions de la société civile, des gouvernements et des organisations de pêche pour la mise en œuvre des lignes directrices du SSF dans sa région et en promouvant des modèles de gouvernance IPLC pour une conservation marine plus équitable, plus efficace et plus efficiente. Elle fait partie de CoopeSoliDar R.L, une coopérative de solidarité sociale basée au Costa Rica qui promeut la conservation de la diversité biologique et culturelle en tant qu'atout principal pour la résilience des peuples autochtones et des communautés locales face aux nouveaux défis et aux nouvelles opportunités. Elle fait partie du conseil d'administration du Collectif international pour le soutien des travailleurs de la pêche et est membre honoraire du Consortium ICCA, des commissions de l'UICN sur les aires protégées et la protection de l'environnement, ainsi que du groupe majeur de l'ONU Femmes, entre autres au niveau international.

GT3_Stefan_Gelcich

Stefan Gelcich

Stefan Gelcich est un biologiste marin basé à l'Universidad Catolica de Chile. Il étudie les liens et les rétroactions entre les systèmes sociaux et écologiques. Il s'intéresse particulièrement à l'avancement de la science qui contribue à la gestion durable des océans côtiers. Au cours des 20 dernières années, il a participé à de nombreux projets et centres interdisciplinaires où il a mené des recherches axées sur le comportement humain, les services écosystémiques et l'écologie. Dans tous les projets, Stefan contribue à lier les dimensions sociales et écologiques. Les thèmes des projets actuels comprennent la conservation et la gestion du milieu marin, la capacité d'adaptation des industries côtières et la pêche illégale, entre autres. La recherche a été financée par des institutions nationales et internationales. Stefan est le directeur de l'Instituto Milenio en Socio-ecologia Costera.

Louise Heaps

Louise Heaps

Louise Heaps est le chef de file mondial du WWF pour l'économie bleue durable. Elle s'attache à influencer le financement général et les facilitateurs politiques, ainsi qu'à lever les obstacles à la mise en place d'une économie bleue durable et inclusive au niveau des communautés côtières. Louise travaille dans le domaine de la conservation des océans et de la gestion des ressources naturelles depuis plus de 25 ans. Elle a dirigé des politiques océaniques et des programmes sur le terrain dans le nord et le sud du monde, et a passé cinq ans dans la région des îles du Pacifique en tant que directrice de la conservation du WWF Pacifique Sud. Elle a ensuite dirigé le programme national et international de WWF-UK sur les océans avant de devenir leur conseillère en chef pour les questions marines. Après avoir obtenu un MBA à l'Université d'Exeter en 2016, Louise a dirigé le processus d'élaboration des principes de financement de l'économie bleue durable en partenariat avec la Commission européenne, la Banque européenne d'investissement et l'unité internationale de durabilité du Prince de Galles. Elle est aujourd'hui membre du groupe de pilotage de l'Initiative de financement de l'économie bleue durable de l'UNEP FI et du Conseil directeur de l'Alliance pour l'action sur les risques et la résilience des océans.

WG4_William_Kostka

William N Kostka

William N. Kostka est un écologiste dévoué et un défenseur des initiatives de développement durable en Micronésie. Depuis qu'il a rejoint le Micronesia Conservation Trust (MCT) en 2006, il a joué un rôle essentiel dans la transformation de l'organisation en un leader mondial reconnu dans le domaine de la conservation et de l'adaptation au changement climatique. Le leadership visionnaire de M. Kostka a conduit à des réalisations remarquables, faisant du MCT l'une des rares entités accréditées au niveau national pour le Fonds d'adaptation et le Fonds vert pour le climat dans le Pacifique. Ce succès souligne son engagement à garantir le financement de projets de conservation cruciaux. Sous la direction de M. Kostka, le MCT a obtenu plus de 50 millions de dollars en subventions et en fonds, encourageant les efforts de collaboration avec les partenaires régionaux. Ce soutien financier a permis la mise en œuvre d'initiatives de conservation efficaces qui sauvegardent le patrimoine naturel de la Micronésie, encouragent le développement durable et renforcent la résilience des écosystèmes et des communautés. Les contributions de M. Kostka ont été reconnues par la prestigieuse Pew Marine Fellowship en 2006, en reconnaissance de son rôle déterminant dans le lancement de la Micronesia Challenge Initiative, une initiative historique dans le domaine de la conservation des ressources naturelles. Son engagement témoigne de sa volonté de relever les défis environnementaux et de sa capacité à rassembler les parties prenantes autour d'un objectif commun. Au-delà du MCT, Kostka s'engage activement dans des conseils et des réseaux nationaux, régionaux et internationaux. En tant que membre fondateur de la Pacific Islands Managed and Protected Areas Community et des Micronesians in Island Conservation Peer Learning Networks, il encourage la collaboration et le partage des connaissances entre les praticiens de la conservation du Pacifique. Son engagement se manifeste également dans ses rôles au sein de conseils tels que le sous-comité sous-régional du PIFS sur le régionalisme, le conseil consultatif du Global Greengrants Fund pour le Pacifique et l'UICN-WCPA. Le profond dévouement de M. Kostka à l'égard de l'épanouissement des leaders émergents se manifeste par la mise en place de stages, de bourses d'études et de bourses de recherche par l'intermédiaire du MCT. Ces opportunités permettent aux talents de Micronésie de contribuer à la conservation et au développement durable. Le profond dévouement de William N. Kostka, son leadership stratégique et son engagement actif dans les initiatives de conservation régionales et internationales lui ont valu une place respectée dans la communauté mondiale de la conservation. Grâce à ses efforts incessants, il continue à susciter des changements positifs, garantissant la préservation des ressources naturelles de la Micronésie pour les générations futures.

Ronnie Noonan-Birch

Ronnie Noonan-Birch

Ronnie Noonan-Birch est une socio-écologiste marine basée à l'Ocean Frontier Institute à Halifax, en Nouvelle-Écosse, au Canada. Son travail se concentre sur l'intersection entre l'homme et l'océan, en particulier sur la façon dont le bien-être humain est intrinsèquement lié à la santé des océans. Ronnie a récemment terminé sa recherche de maîtrise qui a opérationnalisé les ODD pour créer une norme d'économie bleue pour le Canada qui soit socialement équitable, écologiquement durable et économiquement viable. Ronnie est également l'une des cofondatrices d'ECOP Canada, un nœud national du programme de réseau ECOP approuvé par la Décennie des Nations unies.

Aboud S. Jumbe

Aboud S. Jumbe

Aboud S. Jumbe est secrétaire principal au ministère de l'économie bleue et de la pêche de Zanzibar, en République-Unie de Tanzanie. Il a participé à divers processus de dialogue et de développement dans le cadre de la mise en œuvre de la gouvernance des océans, de l'économie bleue et de la planification de l'espace marin, en se concentrant sur l'océan Indien occidental (WIO) et la zone de la convention de Nairobi du PNUE. En outre, M. Jumbe a également participé à des programmes liés à des initiatives d'économie bleue dans la région de l'océan Indien occidental, soutenus par la Commission de l'océan Indien (COI), la Commission économique des Nations unies pour l'Afrique (UNECA), l'Indian Ocean Rim Association (IORA) et le PNUD. Dans le cadre de la convention de Nairobi du PNUE, M. Jumbe a participé à plusieurs initiatives de forums sur les régions marines et à l'élaboration d'une stratégie de gouvernance des océans dans le cadre des programmes sur les mers régionales, en vue de créer un partenariat efficace et multilatéral pour la gestion future des zones situées au-delà de la juridiction nationale, en particulier dans la région de l'océan Indien occidental. M. Jumbe a été membre de différentes plateformes sur l'océan dans la région de l'Océan Indien occidental, notamment le "Forum des régions marines" et "Notre avenir bleu". Il est titulaire d'un BSc. (général) en botanique, chimie et zoologie de l'université de Delhi (2000). Il est également titulaire d'une maîtrise et d'un doctorat en sciences de l'environnement de l'université de Bangalore (Inde).

GT4_Marie-Mai Jeremie

Marie-Mai Jeremie

Marie-Mai Jeremie est directrice générale du Seychelles Conservation and Climate Adaptation Trust (SeyCCAT). Marie-Mai est titulaire d'un master en environnement de l'université de Melbourne et d'un diplôme de premier cycle en sciences biologiques de l'université Edith Cowan. Mme Jeremie est une cadre supérieure hautement qualifiée qui possède un intérêt et une expérience marqués pour la conservation de la biodiversité, la gouvernance des océans, la promotion de l'application de la science à la politique, ainsi que la création et la gestion de zones protégées aux Seychelles. Biologiste de formation, elle a participé activement à la conservation de la biodiversité nationale et à la gestion de l'environnement, ainsi qu'à l'élaboration de politiques et de législations environnementales aux Seychelles. Au cours des 13 dernières années, elle a participé à des travaux de conservation tant au niveau gouvernemental qu'au niveau des organisations non gouvernementales. Mme Jeremie est également une négociatrice chevronnée dans le cadre d'accords multilatéraux sur l'environnement, notamment la Convention sur la diversité biologique, la Convention de Nairobi, la CITES et la biodiversité au-delà de la juridiction nationale (BBNJ). Avant de rejoindre la SeyCCAT, Marie-Mai a été directrice générale de la division de la conservation et de la gestion de la biodiversité, où elle s'est concentrée sur l'établissement et la mise en œuvre de toutes les politiques et législations liées à la biodiversité. Elle a joué un rôle déterminant en tant que responsable politique de la gouvernance des océans, notamment dans le cadre du plan d'aménagement de l'espace marin des Seychelles, dont elle fait toujours partie du comité directeur. Mme Jeremie est également l'actuelle présidente du conseil d'administration de l'Association des sciences de la mer de l'océan Indien occidental (WIOMSA).

WG5

Groupe de travail 5 : Débloquer des solutions océaniques pour lutter contre le changement climatique

Co-présidents :

GT5_Carol_Robinson

Carol Robinson

Carol Robinson est professeur de sciences marines à l'université d'East Anglia au Royaume-Uni. Elle dirige une équipe de recherche qui étudie le rôle des bactéries marines, du phytoplancton et du zooplancton dans le cycle mondial du carbone et de l'oxygène, et la manière dont ce rôle varie en fonction de l'évolution des conditions environnementales, telles que l'augmentation de l'apport en nutriments, de la température et du dioxyde de carbone, et la diminution de l'oxygène dissous. Carol est membre de la Royal Society of Biology, ancienne présidente de la Challenger Society for Marine Science et ancienne présidente du réseau mondial de recherche SCOR/Future Earth IMBeR (Integrated Marine Biosphere Research). Elle est actuellement coprésidente du groupe d'experts de la COI sur la recherche intégrée sur le carbone océanique (IOC-R) et coprésidente du programme de la décennie des Nations unies sur les émissions de carbone négatif dans l'océan (ONCE).

GT5_Christopher_Sabine

Christopher Sabine

Christopher L. Sabine est vice-recteur par intérim à la recherche et aux études de l'université d'Hawaï à Mānoa et professeur titulaire au département d'océanographie. Il a obtenu son doctorat en océanographie chimique à l'UHM en 1992. Depuis, il a publié plus de 160 articles et chapitres de livres sur le cycle du carbone, le changement climatique et l'acidification des océans. Ses recherches actuelles portent sur la compréhension du cycle global du carbone, le rôle de l'océan dans l'absorption du CO2 libéré par l'activité humaine et l'acidification des océans. Il a été conseiller scientifique pour un certain nombre de programmes nationaux sur le carbone aux États-Unis et dans le monde. Il a reçu plusieurs prix, dont la médaille d'or du ministère américain du commerce pour ses recherches pionnières qui ont conduit à la découverte d'une acidification accrue des océans. Le Programme intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a reconnu sa contribution au GIEC en lui décernant le prix Nobel de la paix en 2007.

Membres experts :

Courtney McGeachy

Courtney McGeachy

Courtney McGeachy est actuellement directrice du centre de collaboration Ocean Visions - UN Decade Collaborative Center for Ocean Climate Solutions. Courtney a précédemment dirigé le programme GOLD+ (planetGOLD) à Conservation International. Avant de rejoindre Conservation International, Courtney a été directrice du programme Pew Marine Fellows à Pew Charitable Trusts, ainsi que gestionnaire du portefeuille de conservation marine à la National Fish and Wildlife Foundation. Pendant son séjour à la National Fish Wildlife Foundation, Courtney a géré plusieurs programmes de conservation marine, notamment le Fishing for Energy Program, le Coral Reef Conservation Program et le Emergency Prescott Grants Program, pour n'en citer que quelques-uns. Courtney est titulaire d'une licence en sciences marines et environnementales de l'université de Hampton et d'une maîtrise en sciences marines et estuariennes de l'université du Maryland Eastern Shore. Courtney a également occupé le poste de coprésidente pour l'intégrité, la diversité et l'équité au sein de la Citizen Science Association.

Fangli Qiao

Fangli Qiao

Fangli Qiao, membre de l'Academia Europaea (MAE), académicien de l'Académie internationale des sciences de l'Eurasie et rédacteur en chef de Ocean Modelling, est professeur titulaire de la chaire d'océanographie physique et directeur général adjoint du premier institut d'océanographie (FIO) du ministère chinois des ressources naturelles. Ses recherches portent sur le développement de modèles océaniques et climatiques, la dynamique des océans, la turbulence et l'interaction air-mer, etc.. Il a découvert les rôles clés des ondes de surface à petite échelle dans la circulation océanique à grande échelle et le système climatique mondial par la modulation de la turbulence océanique (Bv) et des flux air-mer, appelée théorie de Qiao. Cette théorie a été utilisée par des dizaines de centres de recherche de différents pays et tous les modèles océaniques et climatiques ont été considérablement améliorés. Il a mis au point le premier modèle océanique de nouvelle génération entièrement couplé aux vagues de surface et à la marée (FIO-COM), qui permet de surmonter les difficultés rencontrées depuis un demi-siècle, à savoir la trop faible profondeur de la couche de mélange simulée dans la partie supérieure de l'océan et la surestimation de la température de surface de la mer, en particulier en été, le modèle couplé atmosphère-océan-vagues pour les typhons/ouragans (FIO-AOW), qui améliore considérablement la capacité de prévision de l'intensité des typhons, un goulet d'étranglement depuis plusieurs décennies, et le modèle du système terrestre incluant les vagues de surface (FIO-ESM v1.0 et 2.0) qui élimine plus de la moitié des biais tropicaux de longue date. M. Qiao est membre du groupe exécutif de planification et du conseil consultatif de la Décennie des Nations unies pour l'océanographie au service du développement durable. Il a reçu de nombreux prix académiques, notamment le prix Wooster de PICES, le prix national de l'innovation de Chine, etc. Il a publié plus de 400 articles dans des revues scientifiques à comité de lecture.

sam

Dhrubajyoti Samanta (Dhruba)

Dhrubajyoti Samanta (Dhruba) est chercheur principal à l'Observatoire de la Terre de Singapour à l'Université technologique de Nanyang (NTU), Singapour. Il est également chercheur affilié au Cooperative Institute for Research in Environmental Sciences de l'université du Colorado Boulder, aux États-Unis. Avant de rejoindre la NTU, Dhruba a travaillé comme chercheur postdoctoral à l'université d'Aizu, au Japon, et à l'université Texas A&M au Qatar. Dhruba a obtenu son doctorat à l'Institut indien de technologie de Kharagpur, en Inde. Dhruba est membre du CLIVAR Pacific Region Panel et membre du groupe de travail international Past Global Changes (PAGES) CoralHydro2K. Il est membre à vie de l'Ocean Society of India et de l'Indian Science Congress Association. Dhruba a travaillé sur plusieurs projets interdisciplinaires dans six pays (Inde, Qatar, Japon, Singapour, États-Unis et Norvège). Il a contribué de manière significative à la compréhension de la dynamique des océans et du climat dans la région tropicale de l'Indo-Pacifique et à l'amélioration de leurs simulations dans les modèles climatiques. Trois des publications récentes de Dhruba, dont il est le premier auteur, sont citées dans le 6e rapport d'évaluation du GIEC (AR6). Il a participé activement aux processus de révision de plusieurs chapitres du 6e rapport d'évaluation du GIEC. Il a examiné plusieurs subventions et plus de 130 publications dans des revues internationales réputées. Dhruba a reçu plusieurs récompenses telles que celles d'examinateur exceptionnel et d'examinateur de confiance pour son engagement en faveur de l'intégrité scientifique. Il participe activement à l'enseignement, à la supervision, à l'acquisition de fonds de recherche et à des activités de sensibilisation. Les recherches de Dhruba portent sur la dynamique des océans et du climat et leur représentation dans les modèles climatiques. Son objectif principal est de comprendre et de prédire le rôle de la dynamique océanique qui a déterminé les changements climatiques tropicaux dans le passé et qui façonnera ces changements à l'avenir. Ses recherches portent plus particulièrement sur la modélisation du climat, l'étude du niveau de la mer, les moussons, les cyclones tropicaux et les interactions entre l'océan et l'atmosphère.

Richard Bellerby

Richard Bellerby

Richard Bellerby est scientifique en chef à l'Institut norvégien de recherche sur l'eau, à Bergen (Norvège), directeur du Centre SKLEC-NIVA pour la recherche marine et côtière, à l'Université normale de Chine orientale, à Shanghai (Chine), et professeur adjoint à la Faculté des sciences appliquées de l'Université UCSI, à Kuala Lumpur (Malaisie). Biogéochimiste marin de formation, il étudie l'interaction entre le changement climatique et océanique, les écosystèmes marins et les services écosystémiques, en mettant de plus en plus l'accent sur la socio-écologie. Il a publié plus de 150 articles de recherche et chapitres de livres. Il dirige le groupe de travail AMAP sur l'acidification des océansIl est l'un des principaux auteurs du groupe d'experts sur le climat d'AMAP Climate Expert Groupco-responsable du groupe de travail IMBeR-Future Earth Coasts Groupe de travail sur les marges continentalesmembre du comité exécutif du réseau mondial d'observation de l'acidification des océans Réseau mondial d'observation de l'acidification des océansmembre du comité directeur du de l'Asie du Sud sur l'acidification des océans, co-champion du réseau d'observation de l'acidification des océans.sur l'acidification des océans, co-champion du programme de la Décennie de l'OARS programme de la décennie OARS et coordinateur régional du programme programme de la décennie GO-BC.

Sonia Batten

Sonia Batten

Sonia Batten a une formation scientifique d'océanographe biologique, étudiant le plancton et son rôle dans l'écosystème océanique. Elle est à l'origine de l'enquête sur les enregistreurs continus de plancton (CPR) dans le Pacifique Nord, dont elle a été la coordinatrice de 2000 à 2020, et a contribué à la rédaction de plus de 35 articles basés sur les données de l'enquête. Au cours de la dernière partie de son mandat, elle a également été membre du groupe Bio-Eco du GOOS et a présidé l'Alliance mondiale des relevés CPR. En avril 2020, elle est devenue secrétaire exécutive de l'Organisation des sciences de la mer pour le Pacifique Nord (PICES). La PICES est une organisation scientifique intergouvernementale qui encourage la recherche marine collaborative dans le nord du Pacifique Nord et les mers adjacentes dans les six pays membres qui bordent la région (Canada, Japon, République populaire de Chine, République de Corée, Fédération de Russie et États-Unis d'Amérique). Les priorités de la PICES sont de promouvoir la collecte et l'échange rapide d'informations scientifiques sur l'environnement océanique, le changement climatique, les ressources vivantes et leurs écosystèmes, ainsi que l'impact des activités humaines dans le Pacifique Nord. La PICES parraine et organise des conférences internationales et des activités de développement des capacités, ainsi que sa propre réunion annuelle, afin de faciliter, de promouvoir et de diffuser les connaissances scientifiques sur ces questions.

Liliana Bastian

Liliana Bastian

Liliana Bastian, PhD, est chargée de programme à Ocean Visions, où elle soutient les initiatives stratégiques du Centre de collaboration Ocean Visions-Décennie des Nations unies pour les solutions océaniques et climatiques et de l'écosystème mondial pour les solutions océaniques (GEOS), une action approuvée par la Décennie des Nations unies. Elle est spécialiste des sciences sociales de la mer et possède une formation en géographie humaine et en développement durable. Avant de rejoindre Ocean Visions, Liliana a mené des recherches participatives sur la justice maritime et mis en œuvre des projets multisectoriels de renforcement des capacités en matière de développement durable et de résilience climatique aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Asie du Sud-Est. Liliana est titulaire d'un doctorat en géographie humaine de l'université d'Exeter, d'un master en affaires marines de l'université de Washington et d'une licence en géosciences de l'environnement de l'université A&M du Texas. 

Galen McKinley

Galen McKinley

Galen McKinley est professeur de sciences de la terre et de l'environnement à l'université de Columbia et à l'observatoire de la terre Lamont-Doherty. de Lamont-Doherty. Elle est directrice adjointe du Center for Learning the Earth with Artificial Intelligence and Physics (LEAP), un Science Technology Center (STC) de la NSF pour 2021-2026. Le professeur McKinley est un scientifique spécialiste des océans, du cycle du carbone et du climat dont les recherches se concentrent sur les moteurs physiques, chimiques et écologiques du puits de carbone anthropique de l'océan à des échelles allant du régional au mondial. Ses outils de recherche comprennent des modèles de l'océan et du climat, des ensembles de données in situ et par satellite, et l'apprentissage automatique. Le professeur McKinley est titulaire d'une licence en génie civil de l'université de Rice et d'un doctorat en physique et chimie du climat du MIT. Elle est membre du Conseil des études océaniques et de la Table ronde sur la sécurité climatique des Académies nationales américaines. Parmi les distinctions qu'elle a reçues, citons le prix 2020 Ocean Science Voyager de l'American Geophysical Union et, en 2011, le Class of 1955 Teaching Award de l'université du Wisconsin à Madison.

WG5_VVSS-Sarma

V.V.S.S. Sarma

V.V.S.S. Sarma est scientifique en chef et directeur régional du CSIR-National Institute of Oceanography pour son centre régional de Visakhapatnam et professeur à l'Academy of Scientific and Innovative Research (AcSIR). Il a obtenu son doctorat en océanographie chimique à l'université de Goa en 1999. Depuis, il a publié plus de 175 articles et chapitres de livres sur le cycle du carbone, de l'oxygène et de l'azote, le changement climatique, la chimie des aérosols et l'acidification des océans, grâce à des observations, à la télédétection et à des modèles numériques. Ses recherches actuelles portent sur les échanges air-mer de CO2 dans l'océan Indien, la zone de minimum d'oxygène, l'acidification des océans et le rôle de l'impact humain sur la biogéochimie des cycles du carbone, de l'azote et de l'oxygène dans l'océan Indien. Il est membre du comité consultatif de recherche de plusieurs laboratoires en Inde et à l'étranger, ainsi que du comité consultatif d'experts pour le thème des océans du groupe de travail sur la durabilité du climat dans le cadre du G20, du ministère de l'environnement, des forêts et du changement climatique, et du comité directeur national sur l'azote chargé de mettre en œuvre la résolution de l'UNEA4 sur la gestion durable de l'azote en Inde, du ministère de l'environnement, des forêts et du changement climatique. Il fait partie du groupe d'experts des Nations unies. Il a reçu plusieurs prix nationaux et internationaux, notamment le prix national des sciences et technologies océaniques, le prix Hidaka de la publication exceptionnelle et le prix du jeune scientifique. Il est membre de l'Académie nationale des sciences de Bengaluru, en Inde.

Kelly Ortega

Kelly Ortega

Kelly est chercheuse au département des sciences biologiques de l'université du Cap. Elle a une formation en biologie et en sciences halieutiques, et ses recherches se concentrent sur l'utilisation de la modélisation des écosystèmes pour étudier le fonctionnement des écosystèmes marins et soutenir la gestion basée sur les écosystèmes. Ses recherches portent également sur l'influence de la variabilité environnementale et du changement climatique sur les écosystèmes marins, ainsi que sur la vulnérabilité et la capacité d'adaptation des écosystèmes au changement climatique. Kelly est coordinatrice des modèles régionaux du projet FishMIP (Fisheries and Marine Ecosystems Model Intercomparison Project), qui vise à mieux comprendre et prévoir les impacts du changement climatique sur les pêcheries et les écosystèmes marins.

Robert Blasiak

Robert Blasiak

Robert est chercheur au Stockholm Resilience Centre (SRC) de l'Université de Stockholm, où il se concentre sur différents aspects de l'océanographie, notamment la vulnérabilité et les risques associés au changement climatique, l'évolution des normes de gestion des océans et les questions d'équité et de transparence associées à l'utilisation des ressources génétiques marines et de la biotechnologie. Robert est membre du comité scientifique de la plate-forme océanique et climatique, membre du comité de rédaction du Journal of Marine Science du CIEM, participant à la coalition pour la bonne gestion des océans du Pacte mondial des Nations unies, membre du comité d'experts pour l'indice de bonne gestion des produits de la mer et coordonne les contributions scientifiques à l'initiative SeaBOS (Seafood Business for Ocean Stewardship). Il dirige actuellement le projet FORMAS sur "L'industrie des biotechnologies marines et la gouvernance équitable des ressources génétiques marines" et codirige le thème de recherche "Océan humain" du CRS. Avant de rejoindre le CRS, Robert a travaillé comme chercheur au laboratoire des sciences halieutiques mondiales de l'université de Tokyo et comme chargé de communication à l'université des Nations unies. Il a également été chercheur principal pour le programme NEREUS de la Nippon Foundation, ainsi que chercheur invité à l'université de Tokyo et à l'université des Nations unies.

Andrea Lira Loarca

Andrea Lira Loarca

Andrea est spécialiste des zones côtières et chargée de recherche au sein du groupe de recherche MeteOcean de l'université de Gênes, en Italie. Elle est titulaire d'un doctorat de l'université de Grenade (Espagne) et de l'université de Parme (Italie), avec une spécialisation en gestion côtière. Ses recherches portent sur la modélisation à haute résolution des vagues et des ondes de tempête et leur évolution en raison des effets du changement climatique et des impacts côtiers dus aux risques composés. Andrea a récemment reçu une bourse du Sceau d'excellence des jeunes chercheurs du ministère italien de l'Université et de la Recherche pour développer un projet axé sur l'évaluation améliorée des futurs risques côtiers multiples et des risques composés dans la mer Méditerranée. Andrea a participé à plusieurs projets de recherche internationaux et collabore avec des chercheurs du monde entier. Elle est la coordinatrice nationale guatémaltèque pour les professionnels de l'océan en début de carrière d'Amérique centrale de l'ONU Décennie de l'Océan. Elle a publié plus de 35 articles dans des revues et des conférences internationales de premier plan consacrées aux sciences côtières et au climat.

richardsanders

Richard Sanders

Richard travaille à NORCE à Bergen et coordonne le projet Horizon Europe OceanICU. Il a participé à un large éventail de projets de pompage biologique des océans au cours des 25 dernières années et a récemment assumé un rôle plus orienté vers la politique en tant que directeur du centre thématique sur les océans dans le cadre du système intégré d'observation du carbone. Avant de s'installer à Bergen, il était président du groupe de recherche sur la biogéochimie des océans et les écosystèmes au National Oceanography Centre du Royaume-Uni. Il est titulaire d'une chaire honorifique en biogéochimie des océans à l'université de Southampton, au Royaume-Uni.

Sophia Laarissa

Sophia Laarissa

Sophia Laarissa est doctorante en droit de la mer à l'Université Cadi Ayyad de Marrakech, au Maroc. Titulaire d'une bourse nationale d'excellence, sa thèse porte sur "La définition et le règlement des différends liés aux investissements en mer". Sophia contribue activement en tant que membre du Laboratoire de recherche sur la coopération internationale pour le développement et du Réseau africain des chercheurs en eaux profondes. En outre, elle est coordinatrice de l'équipe de travail de l'ECOP Afrique sur la maîtrise des océans et le renforcement des capacités. Elle participe activement à des événements nationaux et internationaux tels que la formation en plein air de l'Académie de droit international de La Haye sur le droit de la mer, la conférence "Women In The Law of the Sea" organisée par l'Autorité internationale des fonds marins, et elle a récemment animé la "Journée africaine des mers et des océans" organisée par ECOP Afrique en collaboration avec la COI-Afrique. Sophia a également présenté des communications sur des sujets tels que "l'éducation aux océans" et "le chevauchement des mécanismes de règlement des différends dans le droit de la mer et le droit de l'OMC". Elle croit au rôle essentiel de la transdisciplinarité pour comprendre la complexité et la diversité des composantes du système océanique et pour relever les défis actuels et futurs dans le contexte du développement du processus de la Vision Décennie de l'Océan .

Jess Melbourne-Thomas

Jess Melbourne-Thomas

Jess Melbourne-Thomas est chercheuse transdisciplinaire et courtière en connaissances. Elle dirige une équipe chargée des systèmes socio-écologiques marins au sein du CSIRO Environment à Hobart. Elle a une formation en modélisation mathématique et en science du changement climatique en Antarctique, et son travail consiste à relier la recherche à la prise de décision en matière de durabilité et d'adaptation au changement climatique. Jess a été l'un des principaux auteurs du rapport spécial 2019 du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) sur les océans et la cryosphère dans un climat en évolution et elle est co-convocatrice du programme international MEASO (Évaluation de l'écosystème marin de l'océan Austral).

WG6

Groupe de travail 6 : Renforcer la résilience des communautés face aux risques océaniques

Co-présidents :

Srinivasa_Kumar(1)

Srinivasa Kumar Tummala

Srinivasa Kumar Tummala est titulaire d'un doctorat en sciences marines et a apporté des contributions importantes dans le domaine de l'océanographie opérationnelle et des systèmes d'alerte précoce multirisques pour les zones côtières. Travaillant depuis 2004 au Centre national indien pour les services d'information océanique (INCOIS) du ministère des sciences de la Terre, basé à Hyderabad, il a été chargé de la mise en œuvre de plusieurs projets importants, notamment les avis sur les zones de pêche potentielles, la cartographie de la vulnérabilité multirisque, le système d'alerte au blanchiment des récifs coralliens, la recherche côtière et océanographique par satellite, etc. Après le tsunami de 2004, il a coordonné la mise en place du système indien d'alerte précoce aux tsunamis, dans le cadre d'un projet multi-institutionnel. Le centre d'alerte précoce aux tsunamis, basé à l'INCOIS, est identifié comme l'un des fournisseurs de services aux tsunamis dans le cadre du Système d'alerte aux tsunamis et d'atténuation de leurs effets dans l'océan Indien (IOTWMS) de la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l'UNESCO. Entre octobre 2016 et août 2020, il a travaillé avec la COI-UNESCO en tant que chef du secrétariat de l'IOTWMS à Perth, en Australie. Pendant cette période, il a contribué au renforcement du système régional d'alerte précoce aux tsunamis en collaboration active avec 28 États membres, à l'harmonisation mondiale des opérations de veille aux tsunamis et à la mise en œuvre du programme de reconnaissance de la communauté Tsunami Ready. Après avoir commencé sa carrière scientifique par un bref passage à l'Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), M. Tummala est actuellement directeur de l'INCOIS. Il est également vice-président de la COI pour la région IV, coprésident du comité de collaboration mixte COI-OMM et président du comité scientifique du programme sur les tsunamis ( Décennie de l'Océan ).

Nadia Pinardi

Nadia Pinardi

Nadia Pinardi, Département de physique et d'astronomie, Université de Bologne. Nadia PINARDI est titulaire d'un doctorat en physique appliquée de l'université de Harvard et est professeur d'océanographie à l'université de Bologne. Sa principale réalisation est la conception et la mise en œuvre pratique de systèmes de prévision océanique en haute mer et dans les zones côtières. De 2012 à 2019, elle a été coprésidente du Comité mixte pour l'océanographie et la météorologie maritime (JCOMM) de l'UNESCO-COI et de l'OMM et, depuis 2019, elle est élue vice-présidente de la Commission des systèmes d'observation, d'infrastructure et d'information (Commission de l'infrastructure) de l'OMM. Elle est présidente du programme "CoastPredict" de la Décennie des Nations unies pour les sciences océaniques et directrice du Centre de collaboration de la Décennie des Nations unies pour la résilience côtière, hébergé par l'Université de Bologne.

Membres experts :

Hellen J. Kizenga

Hellen J. Kizenga

Hellen J. Kizenga est une scientifique marine en début de carrière et une assistante à l'Institut des sciences marines de l'Université de Dar es Salaam, en Tanzanie. Elle est titulaire d'une licence en microbiologie et d'une maîtrise en sciences marines de l'université de Dar es Salaam. Elle est également titulaire d'un certificat de troisième cycle en océanographie d'observation obtenu dans le cadre du programme du Centre d'excellence NF-POGO de l'Institut Alfred Wegener pour la recherche polaire et marine, en Allemagne. Ses recherches portent sur les ressources marines et côtières et se concentrent principalement sur la productivité primaire (phytoplancton), la biogéochimie marine, la télédétection et les pêcheries de petits pélagiques. Dans ses recherches, elle s'intéresse particulièrement à l'application de la télédétection, des observations in situ et des sciences sociales pour s'assurer que la science collabore avec les connaissances traditionnelles afin de générer des informations concrètes sur la durabilité des ressources marines et côtières.

Enrique Alvarez Fanjul

Enrique Alvarez Fanjul

Enrique Alvarez Fanjul est le coordinateur technique du centre de collaboration OceanPrediction Decade, chez Mercator Ocean International. Il a plus de 33 ans d'expérience en océanographie opérationnelle, ayant développé des services de prévisions océaniques opérationnelles et géré des réseaux de mesures océaniques. Il a coordonné plusieurs projets nationaux et européens. Il est l'auteur de plus de 100 publications évaluées par des pairs.

Leonardo Valenzuela Perez

Leonardo Valenzuela Perez

Leonardo Valenzuela Perez est directeur des partenariats internationaux et de l'écosystème mondial pour les solutions océaniques (GEOS) à Ocean Visions. Le GEOS est un programme approuvé par la Décennie des Nations unies pour l'océanographie au service du développement durable, qui articule un réseau mondial multisectoriel dédié au développement et au déploiement de solutions équitables et évolutives basées sur l'océan pour faire face au changement climatique et aux principaux défis du développement durable. Auparavant, il a dirigé des initiatives internationales de justice climatique en collaboration avec des organisations locales dans les secteurs de l'énergie et de l'exploitation minière. Leonardo travaille depuis près de vingt ans à l'intersection des droits des autochtones, de l'activisme climatique et de la recherche sur la justice environnementale à l'échelle mondiale. Leonardo est titulaire d'un doctorat en géographie humaine de l'Université de Sydney, ainsi que d'une maîtrise en établissements humains et environnement et d'une licence en sociologie de l'Université catholique pontificale du Chili.

Martina Müller

Martina Muller

En tant que responsable de la gestion des programmes au Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophe, Martina Müller fournit des conseils politiques et des orientations de fond aux États membres afin d'intégrer le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe et le développement durable tenant compte des risques dans les décisions intergouvernementales. Mme Müller a servi les Nations unies à divers titres pendant cinq ans, notamment en surveillant la performance du système de développement des Nations unies dans les domaines de l'environnement et du climat et en soutenant les négociations intergouvernementales sur le Programme de développement durable à l'horizon 2030. Elle a également été conseillère internationale auprès du secrétaire d'État à l'environnement de São Paulo entre 2015 et 2017, reliant le global au local en développant des politiques pionnières et des projets de coopération ; et en tant que gestionnaire au sein de l'organisation à but non lucratif de développement durable Ceres, en tirant parti des efforts des entreprises pour lutter contre la déforestation tropicale. Mme Müller est titulaire d'une maîtrise en politique publique (Université de Harvard) et est avocate diplômée (Université de São Paulo / Université Ludwig-Maximilian) spécialisée en droit de l'environnement. Elle parle anglais, espagnol, français, allemand et portugais.

Iris Monnereau

Iris Monnereau

Iris Monnereau est actuellement chargée des pêches (chocs et urgences) au siège de la FAO. Elle aide les pays du monde entier à améliorer la prévention des catastrophes, la préparation, la réponse et la réhabilitation du secteur de la pêche et de l'aquaculture. Cela couvre les catastrophes naturelles, technologiques et biologiques ainsi que les situations d'urgence complexes. Elle fournit également du contenu et met à jour les stratégies et la planification de l'IFN sur la gestion des risques de catastrophe pour la pêche et l'aquaculture et soutient la mobilisation des ressources. De 2017 à 2022, elle a été chargée de projet à la FAO-SLC à la Barbade, coordonnant le projet Climate Change Adaptation in the Eastern Caribbean Fisheries Sector (CC4FISH). Ce projet de 5,5 millions USD a été mené dans 7 pays des Caraïbes orientales et a soutenu le renforcement de la résilience du secteur de la pêche face au changement climatique, y compris le travail sur le renforcement des capacités des pêcheurs et des aquaculteurs, la gestion des risques de catastrophe, le développement de la pêche et de l'aquaculture et l'intégration du changement climatique et de la gestion des risques de catastrophe dans les plans et les politiques de pêche. Iris Monnereau a obtenu un doctorat en 2012 de l'Université d'Amsterdam, Pays-Bas, Faculté des Sciences Sociales et Comportementales, pour lequel elle a étudié les impacts de différents systèmes de gouvernance et de chaînes de valeur de la pêche à la langouste sur le bien-être des pêcheurs au Belize, au Nicaragua et en Jamaïque. Elle a effectué un post-doc de deux ans (2012-2014) à l'Université des Indes occidentales, au Centre pour la gestion des ressources et les études environnementales (CERMES) à la Barbade, où elle a étudié la vulnérabilité au changement climatique du secteur de la pêche dans les petits États insulaires en développement. Elle a publié de nombreux articles sur les impacts du changement climatique et la vulnérabilité du secteur de la pêche dans la région des Caraïbes, à la fois en tant que chercheuse et à la FAO.

Lorette

Loreto Duffy-Mayers

Loreto Duffy-Mayers est une professionnelle distinguée qui possède une grande expertise dans les domaines du tourisme, de la durabilité environnementale et de l'efficacité énergétique. D'origine irlandaise et barbadienne, elle a consacré sa carrière à encourager les changements positifs dans la région des Caraïbes et au-delà. Forte d'un parcours remarquable, Loreto a joué un rôle central dans divers programmes régionaux. Elle a été chef de projet pour l'initiative de refroidissement des Caraïbes des Nations unies pour l'environnement, un projet visionnaire qui s'est penché sur l'efficacité énergétique et les solutions respectueuses du climat dans le secteur du refroidissement dans les pays des Caraïbes. La passion de Loreto pour le tourisme durable l'a poussée à contribuer de manière significative au développement de pratiques respectueuses de l'environnement dans l'industrie hôtelière des Caraïbes. Elle a notamment géré le programme de la BID sur l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables dans les hôtels des Caraïbes (CHENACT), qui encourage l'efficacité énergétique et les solutions en matière d'énergies renouvelables dans les hôtels de la région. Oratrice prolifique, Mme Loreto a participé à de nombreuses conférences internationales, partageant ses idées sur le tourisme durable, l'environnement, l'énergie et le changement climatique. Au-delà de ses réalisations professionnelles, Loreto est activement impliquée dans divers comités et organisations dédiés au développement durable. Elle est membre du conseil d'administration de l'Alliance caribéenne pour le tourisme durable, de l'Association pour l'énergie thermique des océans et du groupe de travail de la Décennie des océans de la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO. L'engagement de Loreto à créer un avenir plus vert et plus résilient pour les Caraïbes lui a valu de nombreuses récompenses dans les Caraïbes, tant dans le domaine de l'énergie que dans celui du tourisme. Son approche holistique, associée à des compétences exceptionnelles en matière de communication et de leadership, continue d'avoir un impact durable dans les domaines du tourisme, de l'environnement et de l'énergie.

Alessandra Burgos

Alessandra Burgos

Alessandra (Ali) Burgos a terminé ses études de premier cycle à l'Université Rutgers en 2016, obtenant une licence en météorologie. Elle a ensuite poursuivi ses études de troisième cycle à l'Université Old Dominion, où elle a obtenu un Master of Science en océanographie en 2018. Elle a consacré ses recherches à la reconstitution de l'élévation relative du niveau de la mer au 20e siècle et à la modélisation des futures inondations nuisibles à Norfolk, en Virginie. Désireuse de s'orienter vers la politique scientifique, Ali a été acceptée dans le cadre de l'estimable Sea Grant Knauss Fellowship et a passé une année à Washington D.C. au siège de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA). Elle y a travaillé à l'amélioration du portefeuille de résilience côtière, en soutenant l'engagement du Congrès et la gestion des subventions. Ali travaille actuellement à l'université d'État de l'Oregon en tant que chef de projet pour le projet financé par la National Science Foundation "The Cascadia Coastlines and People's Hazards Research Hub", dont l'objectif est d'accroître la résilience côtière des communautés côtières du nord-ouest du Pacifique.

Joel Kamdoum Ngueuko

Joel Kamdoum Ngueuko

Joel Kamdoum Ngueuko est un spécialiste de l'environnement, du changement climatique et de la planification des océans. Il milite également en faveur de la maîtrise des données spatiales et de l'équilibre entre les sexes. Il a plus de dix ans d'expérience dans des programmes multidisciplinaires, ainsi que dans le développement de méthodologies quantitatives et qualitatives pour la planification et la mise en œuvre de politiques publiques spatiales, le renforcement des capacités et le développement durable. Les activités de M. Kamdoum comprennent, entre autres, ses travaux antérieurs en tant que stagiaire de la COI-UNESCO et consultant international dans les cadres LME/IW : LEARN et MSPglobal. Il est l'auteur d'articles scientifiques et co-auteur du rapport technique sur l'état de la vulnérabilité côtière dans les pays d'Afrique centrale (série technique n° 152, dossier ICAM, COI-UNESCO). Il est titulaire d'une licence en génie chimique/environnemental, d'un diplôme de troisième cycle en télédétection/SIG et d'une maîtrise Erasmus Mundus en planification de l'espace maritime.

Purificació Canals

Purificació Canals

Purificació Canals est titulaire d'une licence et d'un doctorat en sciences biologiques de l'université de Barcelone (1986 et 1996). Elle travaille comme consultante internationale indépendante sur la conservation marine et côtière et comme professeur associé de physiologie à l'université Rovira i Virgili (Tarragone). Depuis 2009, elle est présidente de MedPAN (Mediterranean Network of Marine Protected Areas Managers). De 2016 à 2019, elle a contribué aux réseaux d'AMP de part et d'autre de l'Atlantique en tant que chef d'équipe du projet de réseau transatlantique d'AMP de l'UE, élargi à l'Asie du Sud-Est depuis 2020 dans le cadre du projet de gouvernance des océans de l'UE. Elle est également membre du Conseil consultatif pour le développement durable de Catalogne (CADS) depuis 2014, du Conseil scientifique du Conservatoire du littoral depuis 2004 et de la Commission mondiale des aires protégées de l'UICN depuis 2007. Elle a notamment été conseillère régionale de l'UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) pour l'Europe occidentale (2000-2008) ; vice-présidente de l'UICN (2004-2008) ; présidente du comité préparatoire du IVe Congrès mondial de la nature organisé par l'UICN à Barcelone (2006-2008) ; présidente de la Ligue pour la défense du patrimoine naturel (DEPANA) (1994-2010) et du Conseil ibérique pour la défense de la nature (CIDN) (1998-2010). En 2020, elle a été décorée de la Croix de Saint-Georges par le gouvernement de Catalogne pour son travail sur la conservation côtière et marine, et en 2022, elle a reçu la médaille Alfred Toepfer, de la Fédération EUROPARC, pour sa contribution à la conservation de la nature en Europe.

Giovanni Coppini

Giovanni Coppini

Scientifique principal et directeur de la division "Prédictions et applications océaniques" de la fondation Centro Euro-Mediterraneo sui Cambiamenti Climatici (CMCC) à Lecce, en Italie. Il est titulaire d'un doctorat en sciences de l'environnement : protection et gestion des ressources naturelles de l'université de Bologne. Depuis 2003, il travaille dans le domaine du développement d'applications d'océanographie opérationnelle. Il a été co-président de MONGOOS (Réseau méditerranéen d'océanographie pour le Système mondial d'observation de l'océan-GOOS) et il est le gestionnaire du Bureau de réponse d'urgence de l'accord MONGOOS-REMPEC. Il a été membre de l'équipe spéciale de la JCOMM sur la sécurité maritime et président de l'équipe d'experts de la JCOMM sur les interventions d'urgence dans le domaine de l'environnement marin. Depuis mai 2015, il dirige le service européen Copernicus Marine (CMEMS) pour le Centre de surveillance et de prévision de la Méditerranée (MFC) qui fournit des prévisions océaniques pour la mer Méditerranée. Il a été directeur adjoint du Centre de surveillance et de prévision de la mer Noire. Il a publié 45 articles dans des revues internationales à comité de lecture. Au CMCC, il a coordonné et contribué au développement de plusieurs applications relatives à la sécurité maritime et à l'environnement marin basées sur les données CMEMS, notamment Sea-Conditions, VISIR, WITOIL et OCEAN-SAR. Depuis juin 2021, il est membre du comité directeur du programme CoastPredict UN Décennie de l'Océan et depuis juin 2022, il coordonne l'action PredictOnTime UN Décennie de l'Océan .

andreavalentini

Andrea Valentini

Andrea Valentini est ingénieur en environnement et titulaire d'un doctorat dans le domaine du contrôle et de la modélisation des systèmes environnementaux. Il est actuellement scientifique en chef et expert de programme au Centre de collaboration de la Décennie des Nations unies pour la résilience côtière, hébergé par l'Université de Bologne. Précédemment chef de l'unité de prévision numérique marine et côtière du service hydrométéorologique et climatique de l'agence régionale pour la prévention, l'environnement et l'énergie de la région d'Émilie-Romagne, il possède une solide expérience de la dynamique et de la modélisation des océans et des côtes, du changement climatique, des systèmes d'observation et de l'analyse des données marines. Chef de projet de plusieurs projets de recherche et de coopération de l'UE, principalement liés au changement climatique et aux plans d'adaptation pour les zones côtières, à l'évaluation, à la réduction et à l'atténuation des risques côtiers, ainsi qu'à la gestion et à la prévention de la pollution marine. Professeur adjoint de technologies avancées et de systèmes d'aide à la décision dans le domaine de la gestion de l'eau et des zones côtières à l'université de Bologne - département des sciences biologiques, géologiques et environnementales. Membre de plusieurs groupes de travail nationaux et internationaux dans le domaine des systèmes d'observation des océans, de la gestion de la qualité des eaux de baignade et de la pollution de l'eau à court terme.

admin-ajax

Antoine Queval

Plus de détails à venir.

sunanda

Sunanda Manneela

Mme Sunanda Manneela travaille comme scientifique au Centre national indien pour les services d'information sur les océans (INCOIS), ministère des sciences de la terre, gouvernement indien, Hyderabad. Ses domaines de recherche comprennent la tectonique des plaques, les mécanismes des tremblements de terre dans les zones de subduction, la prévision des tsunamis à l'aide du GNSS et la gestion des catastrophes. Elle a contribué de manière significative à la mise en place du système indien d'alerte précoce aux tsunamis. Elle a supervisé le module sismique du système d'alerte aux tsunamis depuis la création du centre d'alerte. Mme Sunanda a représenté l'INCOIS au sein du groupe intergouvernemental de coordination du système d'alerte aux tsunamis et d'atténuation de leurs effets dans l'océan Indien (ICG/IOTWMS) de l'UNESCO. Elle est actuellement vice-présidente du groupe de travail sous-régional pour le nord-ouest de l'océan Indien. Elle est également membre de Décennie de l'Océan Vision 2030 WG-6 : Coastal Resilience et du groupe de travail sur l'augmentation du GNSS pour l'alerte aux tsunamis du système mondial d'observation géodésique (GGOS), de l'Union internationale de géodésie et de géophysique (UGGI). Mme Sunanda participe au programme UNESCO-COI Tsunami Ready depuis qu'il a été piloté dans la région de l'océan Indien (Inde) et se passionne pour l'expansion du programme. Pour ses contributions significatives au système indien d'alerte précoce aux tsunamis, elle a reçu le "National Geoscience Award" pour l'année 2010 et le prestigieux "Young Achiever Award for 2016" qui est décerné une fois tous les quatre ans.

martin

Martin Smith

Martin D. Smith est professeur émérite d'économie de l'environnement à la Nicholas School of the Environment et au département d'économie de l'université Duke. Il a obtenu un doctorat en économie agricole et des ressources à l'université de Californie à Davis (2001) et une licence en politique publique à l'université de Stanford (1992). M. Smith étudie l'économie des océans et travaille principalement sur la bioéconomie de la pêche, l'économie des marchés et du commerce mondiaux des produits de la mer et l'économie de l'adaptation au changement climatique des zones côtières. Il a été rédacteur en chef de la revue Économie des ressources marines et membre du Conseil des études océaniques des Académies nationales des sciences, de l'ingénierie et de la médecine des États-Unis, membre du comité scientifique et statistique du Conseil de gestion des pêcheries de la région médio-atlantique et président de l'Institut international de l'économie et du commerce des pêches. M. Smith a publié plus de 100 articles scientifiques, chapitres de livres et revues, notamment dans les publications suivantes The American Economic Review, Nature, Scienceet PNAS. Il a fait des apparitions à la National Public Radio et à la BBC Radio pour discuter des questions relatives aux produits de la mer et a reçu des prix nationaux et internationaux, notamment une bourse Aldo Leopold Leadership Fellowship, Quality of Research Discovery de l'Agricultural and Applied Economics Association, et Fellow de l'Institut international de l'économie et du commerce des produits de la pêche. Ses recherches ont été financées par la National Science Foundation et la National Oceanic and Atmospheric Administration.

davidcabana

David Cabana

David Cabana est un scientifique interdisciplinaire qui se concentre sur les multiples dimensions de la conservation marine et de la durabilité des océans. Fort d'une longue expérience dans le domaine de la recherche et du conseil, il s'attache actuellement à mieux comprendre les dimensions humaines des zones côtières. Il est basé au Climate Service Center Germany (GERICS), une institution du Helmholtz-Zentrum Hereon, où il aide les communautés côtières à s'adapter au changement climatique. Il s'intéresse notamment à l'intégration des services climatiques dans la gouvernance et la gestion des zones côtières, ainsi qu'à la promotion d'approches communautaires pour faire face aux impacts du changement climatique sur les régions côtières.

jason

Jason Holt

Jason Holt dirige le groupe de modélisation des systèmes marins au National Oceanography Centre (Royaume-Uni ; noc.ac.uk). Depuis les années 1990, il participe activement au développement de la modélisation des océans côtiers pour la recherche, le climat et l'océanographie opérationnelle. Ses recherches portent sur les impacts du changement climatique sur la physique des mers côtières et des mers épicontinentales, et sur les conséquences pour la biogéochimie, en étudiant les "surprises climatiques" potentielles dans les mers épicontinentales du monde entier. Il défend les approches globales de la modélisation des océans côtiers et des études d'impact sur le climat. Il dirige le programme scientifique international de la capacité nationale du CNO : États futurs de l'océan côtier mondial : Understanding for Solutions (FOCUS ; noc.ac.uk/projects/focus) et participe à la direction du projet Future Coastal Ocean Climates (FLAME) de la Décennie des Nations unies pour l'étude des océans, qui fait partie du programme COASTPREDICT (coastpredict.org). Il est professeur honoraire invité à l'université de Liverpool et membre du comité directeur de NEMO. Il a été responsable ou co-responsable de plus de 30 projets de recherche au Royaume-Uni et a publié 88 articles dans des revues à comité de lecture.

Joseph

Joseph Ansong

Joseph K. Ansong est actuellement maître de conférences au département de mathématiques de l'université du Ghana, à Legon. Il est titulaire d'un doctorat en mathématiques appliquées de l'université d'Alberta au Canada, d'une maîtrise en mathématiques de l'ingénierie de l'université de Twente (Pays-Bas) et d'une licence en mathématiques de l'université de Cape Coast (Ghana). Son domaine de recherche est celui des mathématiques appliquées, en particulier la dynamique des fluides, la modélisation mathématique et l'océanographie physique. Il s'intéresse à l'application des mathématiques pour comprendre les écoulements géophysiques, les ondes de gravité internes/surface océaniques et la dynamique des panaches turbulents. Il aime également utiliser l'expérimentation en laboratoire pour comprendre les écoulements induits par la flottabilité. Il participe au développement des capacités dans le domaine des sciences océaniques. Il est coorganisateur de l'école d'été sur l'environnement océanique côtier au Nigeria et au Ghana (COESSING ; https://coessing.org/), qui vise à renforcer les capacités en sciences océanographiques et environnementales au Ghana et au Nigeria, ainsi que dans d'autres pays de la sous-région de l'Afrique de l'Ouest. M. Ansong est réviseur pour plusieurs revues scientifiques : Journal of Fluid Mechanics, Journal of Physical Oceanography, Geophysical Research Letters, Ocean Modeling, Journal of Advances in Modeling Earth Systems, Scientific Data et Frontiers in Marine Science. Il est également examinateur des propositions de la National Science Foundation (États-Unis).

Juliet Hermes_WG6

Juliet Hermes

Juliet dirige une équipe chargée de l'observation, de la modélisation et de la recherche sur l'environnement marin autour de l'Afrique australe, dans le cadre du réseau sud-africain d'observation de l'environnement (South African Environmental Observation Network). Juliet est également professeur à l'université du Cap et à l'université Nelson Mandela. Elle possède une grande expérience dans le développement et la gestion d'observations océaniques multidisciplinaires nationales, régionales et internationales. Elle se passionne pour la promotion des collaborations régionales et internationales ainsi que pour le développement des capacités. Juliet se concentre sur le développement en assurant la génération et le partage des connaissances, ainsi qu'en développant une cohorte diversifiée de scientifiques marins. Juliet a fait partie du groupe régional CLIVAR pour l'océan Indien, du GEO Blue Planet, de l'Indian Ocean Rim Association, du SMOC et du soutien des experts du groupe des négociateurs africains. Elle soutient les systèmes mondiaux d'observation de l'océan par l'intermédiaire du Groupe de coordination des observations du GOOS, ainsi que leurs normes et meilleures pratiques par l'intermédiaire du Groupe des meilleures pratiques de l'océan de la COI/GOOS.

Mitchell_Harley_WG6

Mitchell Harley

Mitchell Harley est un chercheur international de premier plan dans le domaine des risques côtiers, de la technologie de surveillance des côtes et des prévisions côtières. Il a publié plus de 50 articles dans des revues à comité de lecture, notamment dans Nature Geoscience, Nature Communications, Journal of Geophysical Research et Coastal Engineering. En 2017, il a fondé le programme CoastSnap, une technique de surveillance des plages par la foule à l'aide de smartphones, qui fonctionne désormais dans plus de 25 pays à travers le monde. Récemment, le Dr Harley s'est vu décerner le prix inaugural Coastal Achievement Award lors de la conférence internationale sur les sédiments côtiers, en reconnaissance de sa contribution au domaine de la recherche côtière au cours des sept dernières années.

Dwikorita_Karnawati_WG6

Dwikorita Karnawati

Dwikorita Karnawati (Rita) Ph.D., a été nommée à la tête de l'Agence indonésienne de météorologie, de climatologie et de géophysique (BMKG), depuis novembre 2017, après avoir terminé son mandat de présidente de l'Universitas Gadjah Mada (UGM), une université de premier plan qui compte 55 000 étudiants en Indonésie. En effet, elle est très active dans la promotion et le développement du système national d'alerte précoce multirisque (MHEWS), et très respectée comme l'une des figures clés dans la préparation du décret présidentiel sur le système indonésien d'alerte précoce aux tsunamis (InaTEWS) (décret présidentiel, numéro 93 de 2019). Après avoir obtenu un doctorat en sciences de la terre à l'université de Leeds (Royaume-Uni) en 1996, elle a poursuivi ses recherches sur la prévision des catastrophes hydrométéorologiques dans le cadre du programme post-doctoral de l'université d'agriculture et de technologie de Tokyo (Japon) en 1997. Par la suite, le professeur Rita a toujours travaillé sur le développement des capacités et les programmes d'éducation pour l'atténuation des catastrophes depuis 1997. Entre 2004 et 2014, elle a été coordinatrice du réseau universitaire de l'ANASE - Programme d'enseignement de l'ingénierie en Asie du Sud-Est (AUN Seed Net) dans le domaine de l'atténuation des catastrophes (y compris les catastrophes hydrométéorologiques). Elle a reçu le prix Leverhulme Professorship pour développer ses recherches sur le système communautaire d'alerte précoce aux glissements de terrain, à l'Institute for Advanced Studies, à l'université de Bristol, au Royaume-Uni, en 2003. En effet, grâce à ses travaux extraordinaires dans les programmes d'éducation basés sur la recherche pour l'atténuation des catastrophes, elle a reçu une série de bourses de recherche de la Banque mondiale, ainsi que de l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA) et du British Council, ce qui a été très important pour soutenir le processus de développement du système d'alerte précoce multirisque, en particulier en ce qui concerne les catastrophes hydrométéorologiques, les tremblements de terre et les tsunamis en Indonésie, en ce qui concerne la survie des personnes et la protection de l'environnement. En octobre 2011, ses recherches sur le système communautaire d'alerte précoce aux glissements de terrain ont été sélectionnées comme l'une des meilleures recherches sur la réduction des risques de glissements de terrain par le Consortium international sur les glissements de terrain, ce qui a conduit à la nomination de son université UGM comme Centre mondial d'excellence pour la réduction des risques de glissements de terrain. En outre, elle a reçu le Fulbright Senior Research Program pour développer l'intégration des capteurs techniques et humains pour le système d'alerte précoce des glissements de terrain, réalisé dans le Visualization Center-Department of Geology, à l'Université d'État de San Diego, Californie, États-Unis en 2011-2012. Depuis 2015, le professeur Rita a été nommée vice-présidente du Consortium international sur les glissements de terrain (ICL). À ce titre, elle a activement promu et développé l'intégration des capteurs techniques et des capteurs humains pour le système d'alerte précoce hydrométéorologique, dans lequel l'un des produits innovants de son équipe est devenu une référence internationale (ISO 22327) en 2018. En 2019, elle a été élue membre du Conseil exécutif de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et présidente du Groupe intergouvernemental de coordination du Système d'alerte aux tsunamis et d'atténuation de leurs effets dans l'océan Indien (GIC/IOTWMS). Elle a également été nommée membre du comité directeur du Système mondial d'observation de l'océan (GOOS) en tant que représentante de l'OMM en 2021. Dans le cadre de ses récentes fonctions à la tête de l'Agence, elle s'emploie activement à promouvoir l'innovation dans le domaine des technologies d'alerte précoce et des systèmes de prévision basés sur l'impact pour la météorologie, la climatologie et la géophysique, en s'appuyant sur le Big Data, l'intelligence artificielle (IA) et l'internet des objets (IOT), qui sont également connectés aux médias sociaux, aux applications mobiles et à You Tube. Elle promeut également activement le programme de sensibilisation des communautés à l'adaptation climatique par le biais d'une école de terrain sur le climat pour les pêcheurs et les agriculteurs, qui sont considérés comme les communautés les plus vulnérables pendant cette pandémie de Covid-19. En outre, elle facilite le développement et la mise en œuvre d'un système d'inondation côtière pour réduire le risque de pertes socio-économiques dans la zone côtière de la baie de Jakarta. Aujourd'hui, elle joue un rôle de premier plan dans la modernisation et le renforcement du système national d'observations et de prévisions marines et atmosphériques dans la région maritime indonésienne, afin de soutenir l'amélioration du développement économique maritime et de la résilience dans le pays. Reconnue par ses homologues nationaux et locaux ainsi que par diverses organisations internationales pour son travail, elle a également été invitée à prononcer des discours et des exposés lors de conférences, de réunions et d'événements dans diverses universités et institutions aux États-Unis, en Europe, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Inde, au Japon, en Chine et en Afrique, afin de partager les meilleures pratiques issues de son expérience en matière de réduction des risques de catastrophe et de système d'alerte précoce.

WG7

Groupe de travail 7 : étendre le système mondial d'observation de l'océan

Co-présidents :

Patricia Miloslavich (Département du changement climatique, de l'énergie, de l'environnement et de l'eau, Australie)

Patricia Miloslavich

Patricia Miloslavich est responsable du programme de surveillance de l'Antarctique oriental au sein de la division australienne de l'Antarctique. Ce programme vise à mettre en œuvre des observations scientifiques soutenues et à long terme de variables biologiques, physiques et biogéochimiques essentielles dans l'Antarctique oriental et l'océan Austral. Entre 2020 et 2023, Patricia a été directrice exécutive du Comité scientifique de la recherche océanique (SCOR), un organisme international visant à faire progresser la science océanique et à traiter les problèmes mondiaux nécessitant une approche multidisciplinaire.
Elle est biologiste marine, titulaire d'un doctorat en océanographie de l'Université du Québec à Rimouski, et professeur principal à la retraite de l'Université Simon Bolivar au Venezuela. Au cours des 30 dernières années, elle a travaillé dans le cadre de programmes internationaux portant sur les défis scientifiques, technologiques, de développement des capacités et de durabilité liés à la biodiversité marine et à l'océanographie biologique.
Elle a été responsable du projet international du groupe "Biologie et écosystèmes" du système mondial d'observation de l'océan (GOOS), qui coordonne les activités visant à mettre en œuvre des observations continues de la biodiversité et des écosystèmes marins à l'échelle mondiale. Patricia a joué un rôle clé dans le cadre du programme Census of Marine Life, du comité exécutif du SCOR et du réseau d'observation de la biodiversité marine du GEO-BON. Elle a contribué aux sections COI/UNESCO sur les sciences océaniques et les observations océaniques, aux conférences des Nations unies sur les océans, à l'évaluation globale de l'IPBES et aux évaluations des océans mondiaux I et II des Nations unies, entre autres. Elle a été présidente de l'Association internationale d'océanographie biologique (IABO). Patricia a reçu en 2015 le prix national vénézuélien de la science.

Joe_O'Callaghan(1)

Joe O'Callaghan

Le bonheur de Joe, c'est d'être dans l'océan ou sur l'océan. Joe O'Callaghan est une chercheuse scientifique qui a 20 ans d'expérience. Elle utilise une approche fondée sur l'observation pour mieux comprendre les zones océaniques où les gens travaillent et se divertissent. Joe est le directeur d'Oceanly Science, une société scientifique indépendante qui mène des recherches dans toute la région d'Aotearoa, en Nouvelle-Zélande, et au niveau international. Il s'agit plus particulièrement d'océanographie biophysique qui régule les écosystèmes tropicaux dans les océans Pacifique et Atlantique. Joe a passé 15 ans au NIWA où elle a entrepris des recherches sur l'océanographie côtière, l'océanographie du plateau continental et l'océanographie des grands fonds. Elle a dirigé un changement de paradigme dans l'observation des océans grâce à la technologie autonome pour l'Aotearoa Nouvelle-Zélande. Ses recherches portent sur les interactions terre-mer, l'impact de l'exploitation minière en eaux profondes, le mélange océanique dans les tempêtes et les vagues de chaleur marines. Elle sait parfaitement comment relier les observations et les approches de modélisation afin de maximiser leurs avantages scientifiques mutuels pour la société et l'économie bleue. Joe comprend les besoins et les contraintes de l'observation des océans à l'échelle locale, tout en ayant une vision stratégique pour parvenir à une connectivité mondiale pour les défis de la Vision 2030 sur le site Décennie de l'Océan .

Membres experts :

Jérôme Aucan

Jérôme Aucun

Jerome Aucan dirige le Centre de la Communauté du Pacifique pour les sciences océaniques, à la Communauté du Pacifique (CPS). Jérôme apporte des décennies d'expérience en sciences océaniques dans la région de l'océan Pacifique. Avant d'occuper son poste à la CPS, Jérôme était chercheur à l'Institut français de recherche et de développement (IRD). Ses recherches s'appuyaient sur l'observation et la modélisation de l'océan pour répondre à des questions essentielles pour le Pacifique, relatives aux variations du niveau de la mer et à la circulation océanique. Avant de travailler pour l'IRD, Jérôme a travaillé pendant 10 ans au sein du Centre du niveau de la mer de l'Université d'Hawaï, en charge de l'entretien des marégraphes dans les îles du Pacifique. Durant cette période, Jérôme a mis en place un nouveau réseau de bouées de surveillance des vagues, qui a ensuite constitué l'épine dorsale du système d'observation océanique des îles du Pacifique. Jerome est membre de plusieurs comités et conseils scientifiques, et il préside le comité scientifique de la task force conjointe chargée d'étudier l'utilisation des câbles de télécommunications sous-marins pour la surveillance des océans et du climat et l'alerte en cas de catastrophe (SMART Cables). Jérôme est titulaire d'un doctorat en océanographie physique de l'université d'Hawaï, d'un diplôme de troisième cycle en mathématiques appliquées et en physique de l'université James Cook à Townsville, en Australie, et d'un master en ingénierie de l'environnement marin de l'École nationale supérieure des techniques avancées (ENSTA Paris, France).

admin-ajax

Mathieu Belbeoch

Plus de détails à venir.

Emma Heslop

Dr Emma Heslop

Emma est la spécialiste du programme pour le Système mondial d'observation de l'océan (GOOS) et la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l'UNESCO. Elle est océanographe physicienne et possède une grande expertise en matière de développement stratégique et commercial. Une première carrière dans l'industrie technologique lui a permis d'acquérir des compétences en matière de développement de nouveaux marchés et de communication. La voile l'a profondément sensibilisée à l'importance des océans et à l'impact de l'homme sur ceux-ci. Elle a obtenu un doctorat en océanographie physique et se passionne pour la nécessité d'une surveillance continue des océans et pour l'utilité des données océaniques pour les applications scientifiques, gouvernementales et industrielles, aujourd'hui et à l'avenir.

Son expérience englobe la variabilité de la circulation, les nouvelles technologies telles que les planeurs, la validation des modèles, les systèmes d'observation océanique multiplateformes, l'économie des données océaniques et les produits de données océaniques. Elle a fait la preuve de son leadership en matière de recherche, de collaboration internationale et d'application des pratiques commerciales pour combler le fossé entre la science océanique et les applications sociétales.

En 2018, elle a rejoint la COI de l'UNESCO pour soutenir le développement du Système mondial d'observation de l'océan (GOOS), en particulier la mise en œuvre de son ambitieuse Stratégie 2030. L'océan a un rôle clé à jouer dans notre avenir durable et les observations océaniques sont le fondement pour y parvenir.

Michelle Heupel

Michelle Heupel

Michelle Heupel est directrice du système intégré d'observation marine (IMOS) de l'Australie. Chercheuse scientifique, elle a plus de 25 ans d'expérience dans le domaine de l'écologie, de la conservation et de la gestion des prédateurs marins, principalement les requins et les poissons. Sa carrière s'est déroulée dans différents secteurs des sciences marines (université, agence de recherche financée par des fonds publics, laboratoire de recherche privé à but non lucratif, coentreprises). Elle est un ancien membre du Comité scientifique des espèces menacées du Commonwealth et a été membre de la délégation australienne aux réunions du Mémorandum d'entente sur les requins de la Convention sur les espèces migratrices en 2016 et 2018. En 2022, elle a été invitée à prendre la parole lors de la vingt-deuxième réunion du processus consultatif informel ouvert à tous sur les océans et le droit de la mer, au siège des Nations unies à New York, et elle est vice-présidente de l'Alliance régionale mondiale du Système mondial d'observation de l'océan. Elle est considérée comme un leader national et international dans l'application des données océaniques à l'appui de la politique et de la prise de décision.

marco

Marcos Fontela

Océanographe et biologiste passionné par le cycle du carbone dans un océan en mutation. Océanographe chimiste en début de carrière, spécialisé dans la biogéochimie et les processus à grande échelle dans l'océan Atlantique, en particulier dans la péninsule ibérique (Espagne/Portugal). Lignes de recherche comportant une forte composante d'océanographie opérationnelle et de collecte de données multidisciplinaires in situ, principalement à bord de navires. Membre du nœud ECOPs Espagne. Ancien membre du groupe de travail Euromarine OYSTER - Orienting Young Scientist Through Euromarine, qui soutient les chercheurs en début de carrière dans le domaine des sciences de la mer. 

Aridane G. González GT7

Aridane Gonzalez

Il a obtenu un diplôme en sciences de la mer, une maîtrise en océanographie et un doctorat en sciences de la mer à l'Université de Las Palmas de Gran Canaria (ULPGC). Après avoir terminé la thèse de doctorat (2011), il a fait une série de postdocs à l'ULPGC (Espagne), Toulouse et Brest (France), Cinq ans plus tard, en 2017, ils sont retournés à Gran Canaria avec un contrat postdoctoral à l'ULPGC. Depuis 2020, il est maître de conférences dans la même institution. Actuellement, il est également directeur de la recherche et du développement technologique. En outre, il coordonne l'expert en économie circulaire dans les territoires isolés.

Avec plus de 60 publications indexées par le JCR, plus de 120 présentations lors de conférences nationales et internationales, et la participation à divers projets européens et nationaux, leurs contributions académiques sont substantielles. Ils ont participé activement à de nombreuses campagnes océanographiques, notamment dans l'Arctique et aux îles Canaries, où ils ont été impliqués dans les éruptions volcaniques de Tagoro (El Hierro) et de Tajogaite (La Palma). En tant que membre du groupe QUIMA, il participe également au réseau canarien sur le système de CO2 et l'acidification (inclus dans le programme ICOS). Ses recherches portent également sur l'étude des cycles biogéochimiques des métaux dans les eaux naturelles, principalement dans les océans, sur l'exploration du rôle des composés organiques dans la chimie et la spéciation des métaux, et sur la recherche de nouveaux bioindicateurs de la pollution marine. Tous ces travaux sont menés dans un monde en mutation en raison de l'impact du changement climatique et de l'acidification des océans.

En termes de gestion, il est le président du comité scientifique du gouvernement des îles Canaries sur le changement climatique, l'économie circulaire et l'économie bleue depuis 2018. Ce rôle de leader a présenté une opportunité significative pour favoriser une coopération intense entre les universités, les centres de recherche, les entreprises privées et les entités publiques.

admin-ajax

Laura Lorenzoni

Plus de détails à venir.

TMc @ 60e - recadré

Terry McConnell

Avec plus de trente-cinq ans d'expérience dans la collecte et l'extraction de connaissances à partir de données de télédétection sur la terre et son infrastructure culturelle, Terry a récemment rejoint la COI-UNESCO en tant que responsable du Centre de collaboration de la décennie pour l'observation de l'océan.

Terry n'est pas un nouveau venu dans la Décennie. Détaché par Fugro NV, une société néerlandaise de géodonnées, il a travaillé pendant six mois en tant que responsable de la gestion des données et des connaissances au sein de l'unité de coordination Décennie de l'Océan . Il y a travaillé à la création d'un cadre stratégique pour l'écosystème de données numériques de base nécessaire au soutien de l'ONU Décennie de l'Océan.

iSA

Isa Olalekan Elegbede

Isa Olalekan Elegbede (PhD) a tracé une voie sans précédent dans l'observation des ressources océaniques pour la durabilité. Titulaire d'un doctorat en sciences de l'environnement de l'université technologique de Brandebourg (BTU), en Allemagne, ses contributions ont été déterminantes pour faire progresser l'étude et la protection des écosystèmes marins. Poussé par la résilience et un engagement inébranlable envers le monde marin, M. Elegbede a commencé son parcours académique par une licence en pêche à l'université d'État de Lagos, au Nigeria. Pour étancher sa soif de connaissances, il a obtenu une maîtrise en sciences marines à l'université de Lagos et une autre maîtrise en gestion de l'environnement et des ressources à BTU, en Allemagne. Son parcours éducatif comprend également de nombreuses formations et certifications professionnelles internationales. Outre son rôle de professeur auxiliaire au département des sciences de l'environnement de la National Open University of Nigeria, M. Elegbede a transmis avec passion ses connaissances au département de la pêche de l'université d'État de Lagos. Son expérience antérieure en matière de recherche et d'enseignement à BTU, en Allemagne, a été marquée par ses conférences sur la durabilité marine, qui ont laissé une marque indélébile sur le sujet. Ses affiliations internationales viennent enrichir son portfolio académique : Visiting Fellow et Scholar à l'Ocean Frontier Institute (OFI) et au Robin Rigby Trust (RRT), soutenu par le Marine Environmental Observation, Prediction and Response Network (MEOPAR) à l'Université Dalhousie, Halifax, Canada, ancien élève du programme d'études supérieures en océanographie à l'Institut océanographique de l'Université de São, Brésil. Les prouesses de M. Elegbede en matière de leadership sont évidentes dans les rôles multiples qu'il a joués : Coprésident du groupe de travail sur les pêches de la planète bleue du GEO BON, vice-président du groupe de travail UICN/CEESP/TGER, Suisse, membre de la Future Earth Coast (FEC), membre de la division des pêches de la Deep Ocean Stewardship Initiative (DOSI), membre du groupe de travail sur la recherche scientifique régionale dans l'Atlantique central et sud, coresponsable du réseau africain de chercheurs en eaux profondes de Challenger 150, coresponsable du programme régional d'Afrique de l'Ouest pour les professionnels de l'océan en début de carrière (ECOP). M. Elegbede tire parti de son expérience interdisciplinaire en matière d'observation, d'innovation et de gestion des données océaniques. Conscient de l'impérieuse nécessité de diffuser les connaissances en Afrique, il a travaillé en tant qu'expert de la diaspora avec des institutions allemandes de premier plan : la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH et l'Agence fédérale allemande pour l'emploi. Lauréat de nombreux prix, l'engagement mondial de M. Elegbede se traduit par des contributions et du bénévolat en faveur de plusieurs objectifs de développement durable (ODD). Son statut de membre honoraire de l'Indigenous and Community Conserved Area (ICCA) en Suisse témoigne de son engagement en faveur de la durabilité des océans. Dans le paysage marin en constante évolution, les contributions du Dr Isa Olalekan Elegbede restent inégalées, façonnant un avenir plus radieux et plus durable pour notre planète bleue.

nicholasrome

Nicholas Rome

M. Nicholas Rome a rejoint le Consortium for Ocean Leadership en 2009 et est le Senior Program Manager du Center for Ocean Leadership d'UCAR. M. Rome assure la planification stratégique et la gestion de tous les programmes d'observation de l'océan au COL, ce qui inclut la planification et l'exécution d'OceanObs'19 et la coordination de plusieurs activités connexes de l'ONU Décennie de l'Océan . M. Rome assure la gestion des programmes de diverses initiatives en matière de sciences et de technologies océaniques au COL et dirige les partenariats, la collaboration et l'engagement des parties prenantes dans le domaine de l'observation des océans. Avant de rejoindre le COL, il a obtenu une maîtrise en politique environnementale internationale et a travaillé comme analyste politique pour l'Institut de recherche de l'aquarium de la baie de Monterey.

Erin Satterthwaite GT8

Erin Satterthwaite

Erin Satterthwaite, PhD, est spécialiste de la vulgarisation au California Sea Grant et écologiste marin à la Scripps Institution of Oceanography. Ses travaux portent sur l'utilisation et la gestion durables des ressources marines dans un contexte de changement climatique. Erin est la coordinatrice du California Cooperative Oceanic Fisheries Investigations (CalCOFI), une série chronologique à long terme sur l'écosystème marin qui a 72 ans d'histoire et qui apporte des informations précieuses sur les effets du changement climatique sur l'écosystème du courant californien et les communautés côtières. Son expertise couvre les questions de durabilité des océans, y compris la biodiversité marine, les observations océaniques, l'océanographie biologique, la gestion basée sur les écosystèmes, les systèmes socio-écologiques, la recherche participative, l'engagement diversifié et la gouvernance des océans. Erin s'est engagée auprès d'institutions telles que The Oceanography Society (TOS), le Comité interagences d'observation de l'océan (IOOC), le Système mondial d'observation de l'océan (GOOS) et l'Organisation des sciences de la mer pour le Pacifique Nord (PICES). En outre, Erin joue un rôle dans les initiatives internationales, contribuant à la Décennie des Nations unies pour les sciences océaniques au service du développement durable par le biais du programme des professionnels de l'océan en début de carrière, du programme Global Ecosystem for Ocean Solutions, du programme SmartNet et du Centre de collaboration des Nations unies pour le Pacifique Nord ( Décennie de l'Océan ). Erin Satterthwaite contribue à faire progresser notre compréhension des écosystèmes marins et à promouvoir des pratiques durables dans un monde en mutation. Erin a obtenu un doctorat et une maîtrise en écologie à l'université de Californie à Davis et une licence en sciences au Juniata College.

Irene Schloss

Irene Schloss

Irene Schloss dirige le laboratoire d'océanographie biologique du Centre austral de recherche scientifique du Conseil national argentin de la recherche scientifique (CONICET), basé à Ushuaia, en Argentine. Elle est également chercheur à l'Institut antarctique argentin et professeur à l'université nationale de la Terre de Feu. Au cours des 25 dernières années, elle a développé une grande expertise dans la dynamique du plancton marin polaire et subpolaire, les variations temporelles et spatiales des communautés de plancton et la réponse des variables physicochimiques au changement climatique mondial à partir de données de terrain, de travaux expérimentaux et de modélisation. Elle a joué un rôle de premier plan dans de nombreux projets de recherche internationaux, établissant un lien entre le changement climatique et les flux de CO2 entre l'atmosphère et l'océan, les effets du rayonnement UVB et le rôle du plancton marin. Mme Schloss s'est engagée à promouvoir la coopération scientifique internationale, notamment en ce qui concerne la recherche dans les régions polaires, et elle est actuellement vice-présidente du SOOS.

Pierre Testor

Pierre Testor

Pierre Testor est océanographe physicien à LOCEAN, Paris, France. Il a été le premier en Europe à déployer des gliders en 2004 et participe depuis à l'animation scientifique de la communauté mondiale des gliders, notamment à travers le réseau EGO. Il a contribué au lancement d'OceanGliders en tant que programme associé au GOOS en 2016 et en est actuellement le co-président. Sur le plan scientifique, il s'intéresse à la variabilité des océans en mettant l'accent sur les observations de la circulation et du mélange océaniques à l'aide de diverses plateformes, et des planeurs en particulier. Il s'intéresse plus particulièrement 1) à l'océanographie régionale de la mer Méditerranée et au développement d'observatoires océaniques à long terme dans ce point chaud du changement climatique et de la biodiversité (il coordonne une composante nord-ouest, le Système méditerranéen d'observation de l'océan pour l'environnement, MOOSE), 2) aux phénomènes à méso-échelle et sous-méso-échelle et à leur rôle dans les échanges entre les pentes, la formation des eaux hivernales et le couplage physique-biologique.

pierre.testor@locean.ipsl.fr, https://www.researchgate.net/profile/Pierre-Testor.

stevevision

Steve Widdicombe

Le professeur Steve Widdicombe est un écologiste marin qui possède plus de 30 ans d'expérience dans l'utilisation d'observations sur le terrain et d'expériences de manipulation à grande échelle pour aborder les questions relatives à l'écologie marine, au changement climatique, à la biodiversité et à la fonction des écosystèmes. Pendant deux décennies, il a joué un rôle déterminant dans la compréhension de l'acidification des océans et de ses effets sur l'environnement marin. Steve est actuellement coprésident du conseil exécutif du réseau mondial d'observation de l'acidification des océans (GOA-ON), un réseau international de collaboration regroupant un millier de scientifiques de plus de 100 pays. L'objectif de GOA-ON est de détecter, de comprendre et de prévoir les moteurs et les impacts de l'acidification des océans. Le réseau est essentiel pour donner l'alerte rapide sur les effets de l'acidification des océans sur les écosystèmes naturels, la pêche sauvage et l'aquaculture, la protection des côtes, le tourisme et les économies locales. Steve a représenté le GOA-ON au sein du groupe de correspondance intersessionnel d'OSPAR sur l'acidification des océans et a rédigé le chapitre sur l'acidification des océans dans le rapport sur l'état de la qualité de 2023. Steve codirige le programme "Ocean Acidification Research for Sustainability" (GOA-ON : OARS), approuvé par les Nations unies ( Décennie de l'Océan ), qui vise à fournir à la société les données d'observation et les preuves scientifiques nécessaires pour identifier, surveiller, atténuer et s'adapter durablement à l'acidification des océans, de l'échelle locale à l'échelle mondiale. Steve contribue régulièrement à des discussions politiques de haut niveau, notamment lors des réunions des Nations unies sur le changement climatique, les COP de la CCNUCC, en tant que modérateur d'un dialogue de la conférence des Nations unies sur les océans de 2022, en coprésidant une réunion précédente du groupe d'experts internationaux de la CDB et en faisant une présentation lors de la COP15 de la CDB. Il est actuellement membre du groupe d'experts techniques ad hoc de la Convention des Nations unies sur la diversité biologique (CDB) sur les indicateurs pour le cadre mondial de biodiversité Kunming-Montréal, du comité de programme de la conférence des Nations unies Décennie de l'Océan (2024) et du pool d'experts de la troisième évaluation mondiale des océans des Nations unies.

WG8

Groupe de travail 8 : Créer une représentation numérique de l'océan

Co-présidents :

GT8_Paula_Sierra_Correa

Paula Cristina Sierra-Correa

Depuis 1996, Paula Cristina Sierra-Correa travaille à INVEMAR. Elle a fait partie de l'équipe qui a élaboré la politique environnementale de la zone côtière en Colombie. Depuis 2009, elle a une carrière importante dans les activités liées à l'information et aux projets de données dans le Fonds fiduciaire de l'UNESCO en Flandre (FUST), tels que : 1) Point focal pour le projet SPINCAM "Red de Información del Pacífico Sur en apoyo a la Gestión Integrada de Áreas Costeras (Chile, Colombia, Ecuador, Panamá y Perú)" ; 2) participation active à la recherche sur l'Atlas marin des Caraïbes (CMA) lié à CLME+ et à la coopération sud-sud avec l'Afrique (Atlas ACMA) ; 3) Depuis 2014, elle est coordinatrice du RTC dans le cadre de la stratégie OTGA de la COI/IODE/UNESCO ; 4) elle a fait partie du comité de rédaction du Global Ocean Science Report II dirigé par la COI/UNESCO ; ainsi que 5) elle a fait partie du Clearing House Mechanism, maintenant OIH/ODIS pour la région de l'Amérique latine et des Caraïbes. Depuis 2012, elle est secrétaire ad hoc du conseil d'administration d'INVEMAR. Actuellement, elle dirige le projet FEM "Conservation et utilisation durable de la Ciénaga Grande de Santa Marta, Colombie 2023-2028". Elle dirige également une action de l'Union européenne sur les mangroves, les herbiers marins et les communautés locales dans les Caraïbes 2017-2023 (MAPCO en espagnol). D'autre part, elle a participé à la mise en œuvre de la politique colombienne en matière de zones côtières en élaborant, en exécutant et en coordonnant plus de 30 projets de recherche (au moins 5 projets internationaux en Amérique latine). Auteur de plus de 20 publications scientifiques. Responsable technique et administratif d'une équipe de recherche d'au moins 40 personnes. Elle a fait partie des délégations nationales officielles à la conférence des Nations unies sur les océans, à la conférence des parties à la convention de Ramsar sur les zones humides marines et côtières et à la convention sur le changement climatique.

Jan-Bart Calewaert

Jan-Bart Calewaert

Jan-Bart Calewaert a suivi une formation de bio-ingénieur en biotechnologie cellulaire et génétique (Université de Gand, 2001). Après avoir travaillé brièvement pour une grande entreprise agrochimique, il a repris ses études et a obtenu une maîtrise supplémentaire en gestion de l'environnement marin à l'Université libre de Bruxelles et à l'Université d'Anvers (2004). Depuis lors, Jan-Bart coordonne une série de projets de recherche multidisciplinaires, d'initiatives et d'organes consultatifs en matière de politique scientifique pour soutenir la recherche marine, la gestion durable des environnements marins et côtiers, et les cadres politiques connexes au niveau national, régional et mondial. Pendant plus de six ans, Jan-Bart a coordonné, au sein du secrétariat du Conseil maritime européen, des activités de prospective et d'élaboration de politiques sur toute une série de questions marines, avant de créer, en 2013, le secrétariat du réseau européen d'observation et de données du milieu marin (EMODnet) afin de coordonner ses activités, en soutien à la direction générale des affaires maritimes et de la pêche de la Commission européenne (DG MARE). En 2017, Jan-Bart a cofondé Seascape Belgium, à la tête d'une équipe professionnelle de spécialistes des sciences et des données marines dévoués, assurant et gérant des fonds pour des projets et des initiatives de connaissances marines collaboratives multipartenaires au niveau national, européen et international. Depuis le début de la Décennie des sciences de la mer au service du développement durable, Jan-Bart a soutenu ses progrès, notamment en tant que coprésident du groupe de coordination des données de la Décennie (DCG), qui a produit la première version de la stratégie de données et d'information de la Décennie, publiée en mai 2023 (https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000385542). Depuis juin 2023, Jan-Bart s'est vu confier une nouvelle mission en tant que chef de file du Bureau de coordination de la Décennie (DCO) sur le partage des données océaniques (ODS) afin d'établir le DCO sur des bases solides, de soutenir les acteurs de la Décennie sur les défis et les opportunités liés au partage des données et de l'information et d'assurer le financement de la poursuite de la croissance et de l'évolution du DCO. Il se réjouit à l'idée d'établir le DCO et de conduire le développement de la composante de partage des données de l'écosystème numérique nécessaire pour soutenir la mise en œuvre réussie des ambitions de la Décennie.

Membres experts :

dickschaap

Dick Schaap

Titulaire d'une maîtrise en génie côtier, Dick a commencé sa carrière en 1980 en tant qu'ingénieur de projet à la direction de la mer du Nord du Rijkswaterstaat (ministère néerlandais des travaux publics). Depuis la fin des années 80, il est directeur général de la fondation MARIS et, plus tard, de la société MARIS, issue du projet gouvernemental MARIS qui visait à améliorer la vue d'ensemble et l'accès aux données marines. À ce titre, il possède une vaste expérience dans la coordination de nombreux projets nationaux et européens sur les infrastructures de gestion des données marines. C'est un véritable expert européen, tant sur le plan technique qu'organisationnel, qui organise et gère des coopérations à l'échelle transnationale. Il est cofondateur et coordinateur technique de SeaDataNet, le réseau paneuropéen des CNDO. Il est également très impliqué dans la conception et le déploiement d'EMODnet en tant qu'infrastructure européenne de premier plan pour les produits de données marines. Il est coordinateur technique d'EMODnet Bathymetry et Chemistry, coordinateur d'EMODnet Ingestion et partenaire d'EMODnet Physics. Il a également été coordinateur technique des projets ODIP 1 et 2 (Ocean Data Interoperability Platform), qui rassemblent les principales infrastructures MDM d'Europe, des États-Unis et d'Australie. En outre, il est coordinateur technique du projet Horizon Europe Blue-Cloud 2026 et participe à plusieurs autres projets de l'UE, notamment sur FAIRness, l'interopérabilité des données, les infrastructures intelligentes et l'European Open Science Cloud (EOSC).

Martin Visbeck

Martin Visbeck

Martin Visbeck dirige l'unité de recherche Océanographie physique au GEOMAR Helmholtz Centre for Ocean Research Kiel et est professeur à l'université de Kiel, en Allemagne. Ses recherches portent sur le rôle de l'océan dans le système climatique, la circulation océanique, les systèmes de remontée d'eau, l'observation intégrée de l'océan mondial, les jumeaux numériques de l'océan et la dimension océanique du développement durable. Il participe activement à la Décennie des Nations unies pour l'océanographie au service du développement durable (2021-2030) et à la promotion d'observations océaniques durables et de jumeaux numériques de l'océan. Il est membre de plusieurs comités consultatifs nationaux et internationaux, notamment du conseil d'administration du Conseil international de la science (CSI), du comité scientifique conjoint du Programme mondial de recherche sur le climat (PMRC), du conseil de recherche de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), du conseil de direction du Réseau pour des solutions de développement durable (SDSN), et ancien membre du conseil consultatif intérimaire de la Décennie des Nations unies pour l'océanographie au service du développement durable (2021-2030) et de l'assemblée du conseil de mission de l'Union européenne pour l'océanographie. Il a été élu membre de l'AGU, de l'AMS, du TOS, de l'ISC et de l'Académie européenne des sciences.

GT8_Iain_Shepherd

Iain Shepherd

Iain Shepherd est un cadre supérieur actif au sein de la direction générale des affaires maritimes et de la pêche de la Commission européenne. Diplômé en physique, il a travaillé pendant de nombreuses années au Centre commun de recherche de la Commission, où il a soutenu la politique de l'UE par des travaux scientifiques sur des questions telles que la sûreté nucléaire, l'aide humanitaire, le déminage, la gestion et le contrôle de la pêche et la prévention des armes de destruction massive. Depuis qu'il a rejoint la direction générale des affaires maritimes et de la pêche, il a contribué à des questions telles que les données environnementales et économiques marines, les déchets marins, l'investissement dans l'économie bleue, le changement climatique et (dernièrement) l'observation des océans.

GT8_Véronique_Jégat

Véronique Jégat

Véronique Jégat est ingénieur senior en géodonnées chez Fugro. Elle a plus de 20 ans d'expérience en hydrographie, couvrant un large éventail d'applications : télédétection, traitement de l'acquisition de données multifaisceaux et lidar, cartographie nautique et renforcement des capacités. Basée dans la région de Toronto, elle dirige actuellement des projets d'observation de la terre pour des applications marines. Elle est titulaire d'un diplôme d'ingénieur (Master of Science eq.) de l'ENSTA Bretagne (FIG/IHO/ICA S-5 Catégorie A).

admin-ajax

Alain Arnaud

Plus de détails à venir.

Gustav Kågesten

Gustav Kågesten

Gustav Kågesten est directeur des données chez HUB Ocean, une fondation à but non lucratif qui s'efforce de débloquer les données océaniques mondiales pour un océan plus sain. Avec une formation en ingénierie environnementale et en sciences océaniques, Gustav a plus de 15 ans d'expérience dans les secteurs privé et gouvernemental en matière de données géospatiales sur les océans. Ses compétences spécifiques comprennent la cartographie de l'habitat des fonds marins et les évaluations d'impact cumulatif basées sur les écosystèmes dans divers contextes à l'échelle mondiale, réalisant le besoin de données ouvertes dans la gouvernance des océans. Il a récemment co-dirigé une coalition internationale dans le cadre de la convention de Nairobi, développant un outil scientifique et politique "WIO Symphony" pour la planification de l'espace marin dans l'océan Indien occidental.

GT8_Marc_Taconet

Marc Taconet

Marc Taconet est le chef de l'équipe de gestion de l'information et des connaissances à la Division des pêches et de l'aquaculture de la FAO, au siège de Rome. Ingénieur agronome spécialisé dans les pêches, il a travaillé pendant 15 ans dans les Caraïbes, en Afrique de l'Ouest, dans l'océan Indien occidental et en Afrique du Nord en tant que biostatisticien et expert en SIG participant à des activités de développement des capacités. Il a ensuite assumé diverses responsabilités pendant 24 ans au sein du département des pêches et de l'aquaculture de la FAO (Rome), y compris chef de la branche des statistiques et de l'information, dirigeant le système mondial d'information sur les pêches de la FAO (FIGIS), secrétaire du partenariat du système de surveillance des pêches et des ressources (FIRMS), secrétaire intérimaire du groupe de coordination des statistiques sur les pêches (CWP) pendant les années 2015-2019, président du conseil d'administration d'iMarine et point focal suppléant pour l'indicateur SDG14.4.1.

WG8_REN_Xingyuan

Ren Xingyuan

Titulaire d'une maîtrise en informatique, chef de la division de la planification et de la gestion des sciences et des technologies du NMDIS. Il se consacre principalement à la conception et à la construction de l'ingénierie de l'information marine, à la conception de l'architecture de l'informatique en nuage et à la sécurité de l'information, au développement et à l'intégration des systèmes d'information, ainsi qu'à la coopération internationale. Ces dernières années, en tant que chef de file de plusieurs projets nationaux, des résultats fructueux ont été obtenus dans la démonstration et la construction de l'ingénierie océanique intelligente, la conception de haut niveau de l'informatisation marine, la construction et la gestion des réseaux d'information océanique, et la construction de plates-formes d'informatique en nuage océanique.

WG8_SUN_Miao

Sun Miao

Doctorat en système d'information géographique, poste de gestion des affaires étrangères au sein du NMDIS. Ses recherches portent notamment sur l'exploration, le partage et l'application des données marines. A participé au projet national de recherche et développement "Recherche et développement de techniques d'analyse et de prévision des données marines" et au projet "Développement du système ODINWESTPAC" dans le cadre de l'IODE.

Mike Smit

Mike Smit

Mike Smit étudie l'intersection des personnes, de l'information et de la technologie, en s'appuyant sur les sciences de l'information et de l'informatique pour explorer la manière dont nous utilisons les technologies émergentes au profit des personnes, des organisations et de la société. La plupart de ses travaux récents visent à garantir la disponibilité, l'accessibilité et l'utilisation des données relatives aux océans, à l'environnement et au climat. Il est directeur scientifique adjoint de l'Ocean Frontier Institute, directeur de l'Association régionale de l'Atlantique du Système canadien intégré d'observation de l'océan, et a récemment été l'un des principaux responsables de l'élaboration de la proposition "Transformer l'action pour le climat". Proposition de transformation de l'action climatique. Il est le doyen par intérim de la faculté de gestion de l'université Dalhousie, ainsi qu'un chercheur et instructeur interdisciplinaire primé.

Toru Suzuki

Toru Suzuki

Toru Suzuki est directeur général du Centre de recherche sur l'information marine de l'Association hydrographique du Japon. Sa formation scientifique est l'océanographie physique, et son travail se concentre sur la gestion, le sauvetage et le contrôle de la qualité des données et informations océanographiques, avec près de 25 ans d'expérience. Il est membre de plusieurs groupes directeurs de l'IODE de l'UNESCO/COI et du comité technique sur l'échange de données de l'Organisation des sciences de la mer du Pacifique Nord.

Steve Hall

Steve Hall

Steve Hall travaille dans le domaine des sciences, des technologies et des politiques océaniques depuis 1990, date à laquelle il a rejoint le Natural Environment Research Council britannique pour travailler sur l'expérience de la circulation océanique mondiale. À la fin des années 90, il gérait le programme de missions scientifiques Autosub AUV, basé dans ce qui est aujourd'hui le National Oceanography Centre. Son travail s'est concentré sur l'observation durable des océans, les systèmes robotiques, la gestion des risques pour les amarrages en eaux profondes et la liaison avec les écoles, jusqu'à ce qu'il passe à la politique en 2006. Il a rédigé des documents de synthèse et répondu à des consultations gouvernementales dans des domaines allant du démantèlement des sous-marins nucléaires et de la sécurité des opérations AUV à la réglementation du dragage des coquilles Saint-Jacques, au développement des énergies marines renouvelables, à la réforme de la pêche et à la gestion de l'espace marin. Il a rejoint la délégation britannique auprès de l'UNESCO-COI, est devenu chef de délégation en 2013 et a été élu vice-président de la COI en 2015. À ce titre, il a participé à la contribution de la COI à l'élaboration de la politique de la haute mer au sein des Nations unies et à la création du site Décennie de l'Océan. En 2017, il est passé au secteur privé en tant que PDG de la Society for Underwater Technology, en 2021 en tant que PDG du Pembrokeshire Coastal Forum & Marine Energy Wales, en 2022 en tant que consultant privé travaillant principalement pour le projet Seabed 2030 de la Nippon Foundation / GEBCO et des clients dans les domaines de la technologie, de la politique et de la gouvernance marines. Steve est membre de l'IMarEST et de la SUT, Chartered Marine Scientist, et membre de la Marine Technology Society, de la Challenger Society for Marine Science et de la Scottish Association for Marine Science. Il est un opérateur de drone certifié et a filmé des séquences pour des clients tels que le New York Times au Groenland et des entrepreneurs en archéologie au Pays de Galles.

Peter Teye Busumprah

Peter Teye Busumprah

Peter Teye Busumprah est le coordinateur du nœud pour les professionnels de l'océan en début de carrière (nœud du Ghana) (UN OCEAN DECADE). Je suis actuellement étudiant à l'Association internationale de géodésie (UGGI) (Allemagne) et à l'Association pour les sciences de la limnologie et de l'océanographie (Texas, États-Unis), qui travaillent sur les défis 8 et 9 du site Décennie de l'Océan de l'ONU afin de créer une représentation numérique de l'océan et des compétences, des connaissances et des technologies pour tous. Peter Teye Busumprah est membre de l'Association internationale des sciences hydrologiques (UGGI) (Allemagne), de l'American Fisheries Society (États-Unis), Réseau africain de chercheurs en eaux profondes et Système mondial d'observation de l'océan. Son certificat universitaire et ses certificats supplémentaires portent sur la pêche, la marine, l'aquaculture et les technologies de l'information (I.T.). Peter Teye Busumprah est actuellement affilié au ministère de la pêche et du développement de l'aquaculture (gouvernement du Ghana) et est étudiant au National Aquaculture Center (GHANA). Peter est très motivé et consciencieux dans les domaines de l'informatique et des simulations utilisant l'outil de traitement d'images SNAP de l'ESA, de la programmation, du développement de sites web, de Copernicus (imagerie satellite), du piratage informatique, de la télédétection et de l'analyse de données. Il s'efforce d'acquérir de nouvelles compétences et de se perfectionner.

Gerben J. de Boer

Gerben J. de Boer

Gerben J. de Boer a plus de 20 ans d'expérience dans les systèmes d'information marine et côtière. Après avoir obtenu un diplôme d'ingénieur hydraulique, il a obtenu un doctorat en océanographie côtière à l'université de technologie de Delft. Pendant 12 ans, il a travaillé à l'institut de recherche Deltares en tant que consultant expert en télédétection, en modélisation numérique 3D et en gestion de données. Financé par le consortium néerlandais Building with Nature, il a cofondé la communauté OpenEarth afin de répandre l'utilisation de normes ouvertes et d'outils open source pour permettre le partage de données multidisciplinaires. De 2010 à 2015, il a été membre du groupe d'exportation de données marines MODEG auprès de la Commission européenne, qui a donné des conseils sur EMODnet ; il est actuellement membre du groupe d'experts MKEG qui lui a succédé, du point de vue de l'industrie. En 2014, Gerben a rejoint Van Oord, un entrepreneur maritime pour l'énergie offshore, le dragage et l'adaptation climatique côtière. Chez Van Oord, il a créé le Datalab, qu'il a développé pour en faire un département interne de 20 ETP qui développe des applications innovantes pour transformer les données en valeur. Depuis 2023, il est directeur de la R&D et de l'innovation chez Van Oord.

WG8_Kate_Crosman

Kate Crosman

Kate est la boursière André Hoffman en Big Data pour le programme d'action sur les océans du Forum économique mondial et le département des technologies marines de l'Université norvégienne des sciences et technologies, basée à Trondheim, en Norvège. Ses recherches actuelles portent sur l'utilisation de la technologie du big data dans la gouvernance et la prise de décision pour les océans et les côtes, en particulier sur la façon dont la technologie du big data et les processus connexes interagissent avec les perceptions et les jugements de confiance des parties prenantes. Des travaux antérieurs connexes examinent l'équité sociale dans la gouvernance des océans, ainsi que les connaissances, les attitudes, les incitations et la prise de décision des parties prenantes dans la gouvernance complexe des océans et du climat. Les travaux de Kate s'inspirent des politiques publiques, des sciences politiques, de la gestion collaborative, des ressources communes, de la sociologie organisationnelle, de la cognition et du comportement humains, ainsi que des études sur le risque et la durabilité, et s'appuient sur une collaboration interdisciplinaire. Elle travaille avec des méthodes qualitatives et quantitatives, et son expérience sur le terrain varie de la co-création de la recherche sur les systèmes socio-écologiques avec la nation indienne Quinault sur la côte extérieure de l'État de Washington à l'observation participante du déploiement de la technologie de surveillance des océans par le big data à Svalbard, en Norvège. Kate est titulaire d'un doctorat en politique et gestion publiques de l'Université de Washington et d'une maîtrise en ressources naturelles et environnement de l'Université du Michigan.

Ann-Christine Zinkann

Ann-Christine Zinkann

Ann-Christine Zinkann a rejoint la NOAA en 2020 en tant que Sea Grant Knauss Fellow et a poursuivi son travail en tant que spécialiste de projet à l'UCAR CPAESS et au Programme mondial de surveillance et d'observation de l'océan de la NOAA, en soutenant les objectifs d'observation de l'océan dans le cadre du Système mondial d'observation de l'océan de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), de la Commission océanographique intergouvernementale (COI), du Groupe de coordination des observations, du Système d'observation de l'Atlantique Nord, du site Décennie de l'Océan et des données. Ann représente les professionnels de l'océan en début de carrière (ECOP) dans les deux programmes Décennie de l'Océan Ocean Observing Co-Design et Digital Twins of the Ocean. Elle est membre du groupe de coordination des observations dans le cadre du GOOS et du nouveau groupe consultatif pour les océans au sein de l'OMM. Elle est titulaire d'un doctorat en biologie marine de l'université d'Alaska Fairbanks et a précédemment travaillé sur la dynamique du réseau alimentaire polaire en utilisant l'analyse des isotopes stables et la modélisation du réseau alimentaire.

Tanya_Haddad_WG8

Tanya Haddad

Tanya Haddad est spécialiste des systèmes d'information au sein du programme de gestion côtière de l'Oregon, avec une formation en biologie/science de l'environnement et en informatique. Elle est titulaire d'une maîtrise en gestion de l'environnement côtier de l'université de Duke et est une gestionnaire de données expérimentée, spécialisée dans la gestion côtière, l'aménagement de l'espace marin et la mise en œuvre technique. Tanya est impliquée dans la sensibilisation au partage des données, des informations et des connaissances, à la fois au niveau local en tant que responsable de la mise en œuvre du cadre côtier et marin de l'Oregon, et au niveau régional en tant que responsable technique du portail de données océaniques de la côte ouest. Elle est également coprésidente de l'ICAN, le réseau international d'atlas côtiers, un projet de l'IODE.

WG9

Groupe de travail 9 : Compétences, connaissances et technologies pour tous

Co-présidents :

WG9_Edem_Mahu

Edem Mahu

Edem Mahu est maître de conférences en biogéochimie marine à l'université du Ghana. Son enseignement et ses recherches portent sur les reconstitutions paléoclimatiques et environnementales des écosystèmes marins, la pollution marine, la conservation et les approches fondées sur la nature pour atténuer les risques côtiers induits par le climat. Elle dirige actuellement les projets de restauration et de conservation des récifs d'huîtres pour la protection des moyens de subsistance et des écosystèmes, et de mangroves en tant que solutions naturelles aux risques côtiers au Ghana. Elle est membre du programme ARISE de l'Union africaine et de l'Union européenne et du programme FLAIR de la Royal Society. Elle est membre du conseil d'administration du Partenariat pour l'observation de l'océan mondial. Elle est très impliquée dans les activités de développement des capacités en sciences océaniques en Afrique et est co-organisatrice de l'école d'été sur l'océan côtier au Ghana et au Nigéria (COESSING) depuis 2015. Elle siège au conseil d'administration de quatre (4) programmes approuvés par l'ONU Décennie de l'Océan, à savoir CoastPredict, Global Ocean Corps and Conveyor, EQUISEA et Ocean Best Practices System. Grâce au soutien de la National Geographic Society et d'autres organisations partenaires, elle aide l'université du Ghana à accueillir le symposium ouest-africain sur les sciences de la mer. Ce symposium, qui vise à favoriser les partenariats pour faire progresser les sciences de la mer en Afrique de l'Ouest, est le premier du genre à se tenir dans la sous-région et a été approuvé en tant qu'activité de la Décennie. Mahu a reçu en 2022 le prix de l'Union géophysique américaine (AGU) pour l'excellence de la recherche en océanographie. Elle est passionnée par le mentorat de la prochaine génération de scientifiques marins en Afrique et par la création d'opportunités pour les professionnels de l'océan en début de carrière sur le continent.

GT9_Brian_Arbic

Brian Arbic 

Arbic est un ancien volontaire du Corps de la Paix américain et un océanographe physique. Les recherches de son groupe, financées par la NASA, la NOAA, le DOE, la NSF et l'Office of Naval Research, se concentrent sur les marées, les ondes de gravité internes, les tourbillons à méso-échelle et le rôle de l'océan dans les conditions météorologiques et le climat. M. Arbic a fondé le Coastal Ocean Environment Summer School in Ghana(COESSING), qui se déroule chaque année pendant une semaine depuis 2015, ainsi que le Global Ocean Corps and Conveyor, un effort mondial visant à augmenter le nombre d'océanographes issus de pays moins bien dotés en ressources. Les équipes de COESSING et d'Ocean Corps comprennent de nombreux scientifiques en début de carrière et des scientifiques issus de pays moins bien dotés. COESSING est un projet approuvé par les Nations unies ( Décennie de l'Océan ) pour le développement durable, et Ocean Corps est un programme mondial approuvé par la Décennie.

Membres experts :

WG9_Zhen_Sun