Le réseau africain de chercheurs en eaux profondes Challenger 150 propose des mesures pour renforcer les capacités de recherche en eaux profondes en Afrique.

Challenger 150

Le réseau africain de chercheurs en eaux profondes Challenger 150 propose des mesures pour renforcer les capacités de recherche en eaux profondes en Afrique.

Le réseau africain de chercheurs en eaux profondes Challenger 150 propose des mesures pour renforcer les capacités de recherche en eaux profondes en Afrique. 2560 1440 Décennie de l'Océan

Reconnaissant les disparités significatives dans les capacités mondiales de recherche en eaux profondes et s'appuyant sur une approche participative, le Réseau africain des chercheurs en eaux profondes propose une série de mesures à court, moyen et long terme visant à renforcer les capacités de recherche en eaux profondes en Afrique. à court, moyen et long terme visant à renforcer les capacités de recherche en eaux profondes en Afrique.

Si la biodiversité marine profonde de l'Afrique offre des perspectives économiques, elle soutient également des services écosystémiques cruciaux et le développement durable dépend de la connaissance de ces systèmes. Il est essentiel de mieux comprendre les écosystèmes d'eaux profondes, mais il existe des écarts considérables entre les capacités des pays à y parvenir. Coïncidant avec la Conférence 2024 Décennie de l'Océan , le Réseau africain de chercheurs en eaux profondes (ANDR) de Challenger 150 a publié un rapport intitulé "Actions pratiques pour renforcer les capacités de recherche en eaux profondes en Afrique". Grâce à une série d'ateliers en ligne, l'ANDR a réuni 98 personnes de 19 pays africains pour discuter des défis de la recherche en eaux profondes en Afrique, identifier des solutions pour les surmonter et proposer des actions pratiques pour l'avenir.

Défis

Les défis et les obstacles à l'entrée dans la recherche en eaux profondes et à l'avancement de ce domaine en Afrique relèvent de plusieurs grands thèmes : barrières sociétales et déconnexion, expertise limitée, manque d'infrastructures, ressources financières insuffisantes, collaborations et partenariats limités et fermés, et défis en matière de gouvernance. Les exemples sont tirés des expériences vécues par les participants et comprennent une exposition et une sensibilisation limitées aux grands fonds marins, un manque de mentors universitaires, une faible rétention des experts, un financement gouvernemental inadéquat et des collaborations déséquilibrées.

Solutions et actions proposées

Les actions pratiques qui pourraient être entreprises pour renforcer les capacités ont été éclairées par des idées de solutions pour surmonter les défis identifiés. Elles s'articulent autour de six thèmes :

  1. Efforts en matière d'éducation aux océans
  2. Développement des capacités humaines
  3. Développement progressif des infrastructures
  4. Collecte de fonds
  5. Collaboration, mise en réseau et partenariats
  6. Amélioration de la gouvernance, des cadres juridiques et des politiques.

Les actions se concentrent à court terme (1-2 ans) sur le renforcement de l'ANDR, la promotion des opportunités de formation et de recherche, l'inventaire des experts et des ressources, l'identification des priorités en matière de formation et de recherche, et l'engagement des partenaires. Les actions à moyen terme (2 à 5 ans) concernent la mise en œuvre d'initiatives de formation, la recherche de financements pour soutenir les projets de recherche et le transfert de technologie. À plus long terme (5-10+ ans), une formation approfondie, l'intégration des programmes d'études, des programmes de recherche régionaux et l'influence sur les politiques seront essentiels.

Ces actions s'alignent sur les priorités de la feuille de route pour l'Afrique (Décennie de l'Océan ) et soutiennent la gestion durable des océans, les observations, les prévisions et le développement des capacités des chercheurs en début de carrière.

Kerry Howell, co-responsable du programme Challenger 150, a souligné que "ce rapport est une contribution importante à l'engagement des Nations unies Décennie de l'Océan et du programme Challenger 150 d'étendre la capacité mondiale de recherche sur les grands fonds marins. Il s'agit d'une première étape cruciale dans la réalisation de notre objectif d'augmenter le nombre de nations et de parties prenantes activement engagées dans la recherche sur les grands fonds marins. L'ensemble de la communauté Challenger 150 est prête à soutenir l'ANDR dans ses prochaines étapes".

La mise en œuvre des actions proposées favoriserait les progrès scientifiques et soutiendrait la conservation et la gestion des ressources marines. Elle élargirait également la participation des chercheurs africains aux processus internationaux affectant les communautés et les espaces africains. L'ANDR recherche activement des fonds pour entreprendre certaines de ces activités proposées et accueille favorablement toute collaboration visant à soutenir leur mise en œuvre.

L'élaboration et la production de ce rapport ont été financées par le Comité scientifique de la recherche océanique, le Réseau britannique pour la science et l'innovation, le projet One Ocean Hub du Global Challenges Research Fund, l'université de Plymouth, l'université d'Aveiro et l'Institut national sud-africain de la biodiversité.

Téléchargez et lisez le rapport complet ici : https://doi.org/10.24382/gxbv-sp22.

Pour plus d'informations, veuillez contacter Kirsty McQuaid(k.mcquaid@sanbi.org.za), Agnes Muthumbi(amuthumbi@uonbi.ac.ke) ou Isa Elegbede(isaelegbede@gmail.com).

À propos de l'ANDR
Le réseau africain de chercheurs en eaux profondes (ANDR) a été créé dans le cadre du programme Challenger 150, approuvé par les Nations unies ( Décennie de l'Océan ), afin de renforcer les capacités de l'Afrique en matière de recherche en eaux profondes et de remédier aux disparités mondiales dans ce domaine. La recherche en eaux profondes est définie ici comme la recherche menée à partir d'un navire à plus de 30 mètres de profondeur (à l'exclusion de la plongée sous-marine), reconnaissant que la capacité dans ce domaine est un précurseur du travail dans les eaux profondes proprement dites (>200 mètres). Actuellement, l'association compte plus de 250 membres issus de 27 pays africains et représentant plus de 140 institutions.

Faites part de votre intérêt à participer ici : bit.ly/ANDRregistration.

LA DÉCENNIE DE L'OCÉAN

La science dont nous avons besoin pour l'océan que nous voulons

CONTACTEZ-NOUS

PROCHAINS ÉVÉNEMENTS

S'INSCRIRE À NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Rejoignez #OceanDecade

Préférences en matière de protection de la vie privée

Lorsque vous visitez notre site web, celui-ci peut stocker des informations à travers votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Vous pouvez ici modifier vos préférences en matière de protection de la vie privée. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir une incidence sur votre expérience de notre site web et sur les services que nous sommes en mesure d'offrir.

Pour des raisons de performance et de sécurité, nous utilisons Cloudflare
requis

Activer/désactiver le code de suivi de Google Analytics dans le navigateur

Activer / désactiver l'utilisation des polices Google dans le navigateur

Activer/désactiver l'intégration de vidéos dans le navigateur

Politique de confidentialité

Notre site web utilise des cookies, provenant principalement de services tiers. Définissez vos préférences en matière de confidentialité et/ou acceptez notre utilisation des cookies.