Décennie de l'Océan Conversations : Oskar Metsavaht (Ambassadeur de bonne volonté de l'UNESCO)

Décennie de l'Océan Conversations : Oskar Metsavaht (Ambassadeur de bonne volonté de l'UNESCO)

Décennie de l'Océan Conversations : Oskar Metsavaht (Ambassadeur de bonne volonté de l'UNESCO) 2337 1244 Décennie de l'Océan


Oskar Metsavaht : "Prendre soin de l'océan, c'est agir en faveur de notre avenir sur cette planète."

Dans cette édition de Décennie de l'Océan Conversations, nous avons rencontré Oskar Metsavaht, Ambassadeur de bonne volonté de l'UNESCO, pour parler de sa passion pour l'océan, de la mode durable comme outil de sensibilisation à la conservation de la biodiversité, de l'importance de l'art pour communiquer la science, de la Décennie d'activité Caiçara qu'il a approuvée, de l'autonomisation numérique des peuples autochtones et de bien d'autres choses encore. Plongez dans cet entretien et découvrez les nombreuses façons dont Oskar et son équipe agissent pour l'océan, inspirent des initiatives de science citoyenne et contribuent à améliorer la relation de l'humanité avec l'océan !

Oskar Metsavaht réalise l'activité de la décennie "Caiçara".

1 - Pouvez-vous nous en dire plus sur vous et sur l'origine de votre lien avec l'océan ?

L'océan a toujours fait partie de ma vie. Mon grand-père m'a enseigné l'importance du respect de la mer dès mon plus jeune âge. De plus, je suis surfeur depuis l'âge de 9 ans. Pour moi, le surf n'est pas seulement un sport, c'est une interface biologique, physique et artistique entre nous, les êtres humains, et l'océan. Mes parents m'ont donné une éducation très profonde en matière de conservation de la nature et d'art. Notre culture est un mélange de minimalisme estonien, d'inspiration et de respect de la nature, avec un sens italien de l'esthétique et de l'histoire de l'art. Et bien sûr, notre culture brésilienne, avec sa nature exubérante et sa biodiversité. Le Brésil s'étend des immenses forêts tropicales à la très vaste côte de l'océan Atlantique. C'est donc une perspective de nature intense dans mon esprit et dans ma culture. Je veux que mes petits-fils, et les leurs, aient la possibilité d'entretenir la même relation que moi avec l'océan.

2 - Nous aimerions en savoir plus sur l'activité "Caiçara" de la décennie que vous avez approuvée.

Avec d'autres films d'art que j'ai développés lors de mes immersions artistiques et spirituelles dans la forêt amazonienne, cette sortie de ma poésie, le court-métrage "Caiçara", traite de notre relation avec l'océan à travers un jeune "caiçara" d'une communauté de pêche artisanale sur la côte du Brésil, ses connaissances très importantes qu'il a apprises de son père qui les a apprises de son grand-père et ainsi de suite pendant des siècles. Avec ce film, j'essaie de toucher les gens et de montrer comment ce jeune garçon d'une favela au Brésil a un tel respect et une telle conscience de l'océan et de sa nature, et à quel point nous sommes éloignés de la vie océanique et de son alphabétisation.

a) Comment pensez-vous que les connaissances traditionnelles des communautés autochtones et locales peuvent améliorer notre relation avec la nature et l'océan ?

Je crois que nous disposons déjà de nombreuses connaissances scientifiques disséminées dans le monde entier pour comprendre l'importance et l'urgence de changer notre relation avec l'océan. Peut-être que pour nous toucher plus profondément dans notre état d'esprit contemporain, nous avons besoin d'allumer notre archétype sur la relation avec la nature. Nous avons besoin d'une autre dimension de connaissances issues de nos expériences ancestrales pour créer une synergie avec nos technologies afin d'entrer de manière réaliste dans les philosophies économiques durables à l'ordre du jour du 21e siècle. Nous, la société, en savons beaucoup sur la nature, mais nous ne nous y connectons pas, nous ne savons pas en faire partie comme le faisaient nos ancêtres. Par chance, il existe encore des sociétés, des communautés, des tribus qui le font encore aujourd'hui. Nous avons la possibilité de les écouter et d'apprendre d'eux, de les inclure dans notre société et de fusionner leurs connaissances avec les nôtres.

b) La participation des communautés autochtones et des détenteurs de connaissances est un élément clé du site Décennie de l'Océan. Pouvez-vous expliquer en quoi consiste le projet "Recode Pro Aldeia" et l'impact qu'il pourrait avoir sur la protection et la restauration des écosystèmes, ainsi que sur la promotion de la culture numérique autochtone dans le cadre de la Décennie ?

Il s'agit d'un projet visant à donner aux jeunes autochtones les moyens d'utiliser les technologies numériques pour développer de nouvelles possibilités d'emploi ou créer leur propre entreprise. Un instrument indépendant pour diffuser leur culture dans le monde entier, éduquer les enfants dans leur propre langue et protéger leurs territoires. L'initiative permet également aux peuples indigènes d'acquérir une autonomie numérique afin d'élaborer des solutions, basées sur leurs expériences et leurs perspectives, pour préserver la forêt et la qualité de vie dans les villages et les environnements urbains. Le projet est conçu pour former à la technologie (full stack) des populations autochtones de tout le Brésil, dans le cadre d'un partenariat qui réunit Rede Recode, Osklen avec Instituto E, Instituto Alok avec Fundo Ancestrais do Futuro (Welight et Pacto Global ONU - Brésil).

431 jeunes autochtones se sont inscrits au Recode Pró Aldeia. Ils résident dans 25 États brésiliens et représentent 109 ethnies. 63 candidats ont été sélectionnés (63,49% d'hommes / 34,92% de femmes). Ce nombre comprend 39 ethnies spécifiques, principalement dans les états brésiliens d'Amazonas (40%), Pará (8%), Roraima (6,5%), Amapá (6,5%). Il y aura 540 heures de cours techniques et de développement de compétences socio-émotionnelles pour favoriser l'accès au marché du travail et encourager l'esprit d'entreprise dans le domaine technologique. Le cours se déroule en quatre étapes, comprenant un apprentissage théorique et pratique, à savoir : le processus de sélection, le camp d'entraînement (phase actuelle), la foire aux talents et l'embauche.

Le film "Caiçara" a été présenté dans de prestigieux festivals de cinéma à travers le monde.

3 - En tant que créateur de mode, vous savez déjà que l'industrie mondiale de la mode a un impact considérable sur les océans et la planète.industrie mondiale de la mode a un impact considérable sur les océans et la planète. Qu'est-ce qui vous a incité à vous impliquer dans le mouvement de la mode durable ?

J'ai eu la grande chance, puisque je vis à Rio de Janeiro, de participer et de comprendre le message de Maurice Strong au sommet des Nations unies de Rio 92 - pour moi, l'événement le plus important pour nous donner une direction vers la durabilité de la planète ! J'étais un jeune artiste et médecin qui venait de lancer ma marque Osklen - à l'époque, il s'agissait d'une toute petite entreprise de vêtements de plein air, avec un seul magasin. Mais son esprit était bien sûr inspiré par mon propre style de vie lié à la nature.

Deux ans plus tard, j'ai effectué ma première visite en Amazonie et j'ai eu la chance de voir et de comprendre la richesse de sa biodiversité et de ses cultures ancestrales. Mais aussi son énorme déforestation due à l'exploitation minière et forestière et à l'exploration d'autres ressources. Je ne pouvais pas ne pas devenir une activiste, et ma plateforme d'expression était ma marque. De mon point de vue, la mode est un protagoniste du comportement de la société aussi important que l'art, le cinéma, la danse, la musique, la littérature... Grâce au design, nous transformons les produits naturels et synthétiques en instruments utiles, significatifs et beaux d'expression individuelle pour la société. Nous créons des emplois, de l'innovation, de l'économie et de la culture. Mais jusqu'aux années 1990, nous ne savions pas, comme la plupart des segments de l'économie et de la société, comment le développer d'une manière socialement et écologiquement durable. Ainsi, après avoir recherché des matériaux et des pratiques durables dans ce secteur, j'ai pu constater qu'il n'y avait personne d'autre qu'Yvon Schouinard de Patagonia en 1992 avec le polyester recyclé. Puis, en 1998, j'ai créé, en collaboration avec un institut brésilien de recherche en agriculture, le premier projet de coton biologique du pays, assorti d'un projet d'impact social par l'intermédiaire de petites coopératives agricoles dans une région pauvre du nord-est du Brésil.

Aujourd'hui, nous avons développé plus de 100 matériaux pour l'industrie avec INSTITUTO-E, une fondation que nous avons créée en 2004. Osklen et Instituto-E sont devenus l'un des laboratoires les plus reconnus en matière de durabilité dans l'industrie de la mode au Brésil et dans le monde. La durabilité est dans l'ADN de mon travail en tant qu'artiste, designer, entrepreneur et ambassadeur de bonne volonté de l'UNESCO pour la durabilité.

a) Quels types de projets d'action en faveur des océans par le biais de vêtements éthiques et respectueux de l'océan vous et votre équipe développez-vous ?

Au cours des dernières années, nous avons élargi notre gamme de vêtements fabriqués à partir de matériaux recyclés. Développé par Osklen, AquaOne est le premier tissu durable spécialement conçu pour le surf et créé au Brésil. Il est fabriqué à partir de PET recyclé après consommation, selon un processus qui réduit la consommation d'eau et d'énergie par rapport à la production de polyester vierge. Plus de 450k bouteilles PET ont été retirées de l'environnement et recyclées avec la production des boardshorts AquaOne depuis sa création en 2017. En choisissant ce produit, notre consommateur choisit non seulement de réduire la consommation d'eau et d'énergie, ainsi que les émissions de CO2 dans son processus de production, mais surtout il choisit une nouvelle perspective de circularité.

Un autre grand projet que nous avons développé avec l'Instituto-E et l'hôtel Janeiro est celui des sacs électroniques fabriqués à partir de filets de pêche usagés, récupérés dans l'environnement et transformés en nouveaux produits dans le cadre d'un projet d'inclusion sociale à Ilha Grande, sur la côte sud de Rio de Janeiro. Tout en donnant une nouvelle signification aux déchets et en évitant que ces filets de pêche ne soient abandonnés dans la mer, le développement de ces produits soutient et renforce les communautés locales vulnérables, génère des revenus et consolide la chaîne d'approvisionnement locale.

b) Comment ces projets peuvent-ils aider à comprendre et à lutter contre la pollution marine - Décennie de l'Océan Challenge 1, et à changer la relation de l'humanité avec l'océan - Décennie de l'Océan Challenge 10 ?

La mode peut jouer un rôle important dans l'évolution des comportements de la société grâce aux messages figurant sur les t-shirts, au thème des collections et des campagnes, ainsi qu'aux nouvelles pratiques et aux nouveaux matériaux utilisés dans la chaîne d'approvisionnement qui sont durables pour les océans.

Considérer les espaces aquatiques comme des moteurs d'innovation et de croissance pour un développement économique durable et rentable est l'axe de l'économie bleue, suivant le principe de l'économie circulaire, pour reconvertir les déchets en matériaux efficaces. Et c'est ce que nous cherchons à faire.

Au-delà de la mode, Osklen a un lien avec la ville qui va au-delà de l'expression d'un style de vie tropical et de l'appréciation de la culture de la plage et de la nature. Il y a quatorze ans, l'Instituto-E a créé le projet pionnier "Restinga : Récupération de la côte brésilienne" en partenariat avec Osklen. Ce projet vise à régénérer et à préserver la végétation côtière indigène, ainsi que sa flore et sa faune originales. L'initiative a été lancée en 2009 dans le cadre d'un partenariat public-privé avec la mairie de Rio de Janeiro. Osklen adopte chaque année 26 lits de restinga (dunes de sable) le long du littoral d'Ipanema et de Leblon, tandis que l'Instituto-E assure une communication appropriée avec les cariocas et les touristes, ainsi que l'entretien quotidien de ces zones : replantation de semis et organisation d'activités de sensibilisation à l'environnement.

Notre végétation de restinga joue un rôle socio-environnemental important en aidant à stabiliser les dunes côtières, en fournissant un habitat à la flore et à la faune endémiques, en protégeant le littoral de l'érosion et en modérant la température ambiante. Elle agit comme une barrière protectrice lors des tempêtes et des vents et contribue ainsi à la conservation des écosystèmes des plages et à l'équilibre du littoral.

c) Dans le cadre de la préparation de la conférence des Nations unies sur les océans qui se tiendra en 2022 à Lisbonne, au Portugal, vous avez déclaré que "les t-shirts sont un manifeste". Que vouliez-vous dire par là ?

Je pense que les t-shirts peuvent être utilisés comme un moyen d'exprimer des opinions, des intérêts, des croyances et même comme un manifeste personnel ou politique. Ils représentent une forme d'expression visuelle et publique, permettant aux gens de communiquer leurs opinions, de soutenir leurs causes, leurs valeurs et leurs identités d'une manière accessible et créative.

Ainsi, pour moi, les t-shirts ne sont pas des articles de mode, mais plutôt les pages d'un livre où j'écris l'esprit du temps et/ou les thèmes de la durabilité dans les domaines culturel, social et environnemental. Messages de l'Agenda 21, de la Convention sur la biodiversité, du Protocole de Kyoto, des projets de l'UNESCO sur la culture de la paix et de la durabilité, des droits fonciers des autochtones d'Amazonie, de l'ONU Décennie de l'Océan...

Oskar Metsavaht à Rio de Janeiro, Brésil

4 - Vos projets artistiques sont un outil important pour attirer l'attention sur votre travail et créer un lien avec tous les types de public. Que pensez-vous de l'importance d'utiliser l'art pour communiquer la science ?

Le point de vue artistique joue un rôle crucial dans la communication de la science, en la rendant plus compréhensible, plus engageante et plus inspirante pour la société. L'art a le pouvoir de susciter des émotions et de créer des liens. En intégrant des éléments artistiques dans les communications scientifiques, les scientifiques peuvent capter l'attention du public et susciter de l'empathie, ce qui facilite la compréhension et la rétention des informations. L'art est également un langage universel qui transcende les barrières culturelles et linguistiques. Il s'agit donc d'un outil puissant pour atteindre des publics divers dans le monde entier.

L'art vient de l'esprit et la science de la raison. Je ne peux jamais les dissocier car je suis à la fois artiste, médecin et designer. L'art peut inspirer la science et vice-versa, et la philosophie peut les relier. Ensuite, j'aime dire qu'en tant qu'artiste, je peux toucher l'esprit des gens et les faire réfléchir sur un sujet, par exemple, comme dans mon film "Caicara". En tant que designer, je peux transformer les ressources naturelles en pièces belles et utiles pour la société, et en tant qu'oratrice et ambassadrice de bonne volonté de l'UNESCO, je peux partager mes expériences avec les autres.

a) Avez-vous un photographe ou un livre à recommander ?

Je ne recommanderais pas un photographe en particulier, mais j'aime l'édition des grands photographes du "Oceanographic Magazine". Et pour ce qui est des livres, les suivants :

  • "Jacques Cousteau : Le monde de l'océan"
  • "Jonathan Livingston Seagull" de Richard Bach
  • "Océan - une odyssée mondiale" par Sylvia A. Earle

b) Pour nos jeunes lecteurs : Quel est ton animal marin préféré ?

En tant que surfeur, je dirais les dauphins. En tant qu'artiste, les méduses irisées des profondeurs de l'océan.

5 - Quels sont vos prochains projets en termes de plaidoyer, d'éducation aux océans, de voyages, et plus encore en 2024 ?

Basé sur le partenariat entre l'Instituto-E, l'UNESCO et les confédérations brésiliennes de surf et de voile, nous voulons promouvoir l'engagement de la société à travers le développement de solutions pratiques ayant un impact positif sur l'écosystème océanique. Notre objectif est de promouvoir la culture océanique au Brésil pour les nouvelles générations et de sensibiliser à l'importance de la protection de l'environnement, en créant des actions efficaces pour préserver les côtes. Le but est d'introduire la culture océanique dans les écoles publiques et privées du Brésil, en collaboration avec le gouvernement.

6 - Qu'aimeriez-vous accomplir d'ici la fin de l'ONU Décennie de l'Océan en 2030 ? Avez-vous un message à partager avec la communauté Décennie de l'Océan ?

Je suis optimiste pour notre avenir, je crois que notre génération s'efforce d'améliorer la relation de l'humanité avec l'océan sur les plans romantique, poétique, philosophique, scientifique, économique et durable. Dans le même temps, nous nous efforçons de mettre un terme à la pollution plastique et chimique et à la surpêche industrielle. Nous développons de nouvelles méthodologies pour créer de nouveaux types de bioplastiques, nous éduquons à la réduction de la surconsommation des océans, nous développons des biotechnologies pour créer de la viande de poisson en laboratoire, nous transformons les biocarburants en énergies alternatives, nous construisons de nouveaux types de navires sur l'océan à partir d'énergies durables.

Mais je ne suis pas optimiste quant à la réalisation de la plupart des objectifs d'ici à 2030. Il est temps d'agir. Nous avons besoin d'une R(E)VOLUTION. Le "E" signifie Terre, Énergie, Éducation, Environnement, Autonomisation et Économie.

Le site Décennie de l'Océan des Nations unies est une occasion unique de s'attaquer aux problèmes urgents liés à l'océan et d'assurer sa santé et sa durabilité pour les générations futures. Le succès de cette initiative dépend de la collaboration et de l'engagement des gouvernements, des organisations, des scientifiques et des individus du monde entier. Le mouvement "Océans" - grâce à notre partenariat avec l'UNESCO et les confédérations brésiliennes de surf et de voile - vise à stimuler la connaissance et la recherche scientifique sur les océans afin d'améliorer notre compréhension des écosystèmes marins et du changement climatique au Brésil.

En tant qu'ambassadrice de bonne volonté de l'UNESCO, mon plus grand désir est de pouvoir inspirer par mes projets et d'encourager la coopération internationale et les partenariats pour relever les défis de l'océan à plus grande échelle, générant un impact positif pour le Brésil et le monde. Prendre soin de l'océan, c'est agir en faveur de notre avenir sur cette planète. Je crois sincèrement que nous avons ce pouvoir de changement au Brésil.

Voir la bande-annonce

LA DÉCENNIE DE L'OCÉAN

La science dont nous avons besoin pour l'océan que nous voulons

CONTACTEZ-NOUS

PROCHAINS ÉVÉNEMENTS

S'INSCRIRE À NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Rejoignez #OceanDecade

Préférences en matière de protection de la vie privée

Lorsque vous visitez notre site web, celui-ci peut stocker des informations à travers votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Vous pouvez ici modifier vos préférences en matière de protection de la vie privée. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir une incidence sur votre expérience de notre site web et sur les services que nous sommes en mesure d'offrir.

Pour des raisons de performance et de sécurité, nous utilisons Cloudflare
requis

Activer/désactiver le code de suivi de Google Analytics dans le navigateur

Activer / désactiver l'utilisation des polices Google dans le navigateur

Activer/désactiver l'intégration de vidéos dans le navigateur

Politique de confidentialité

Notre site web utilise des cookies, provenant principalement de services tiers. Définissez vos préférences en matière de confidentialité et/ou acceptez notre utilisation des cookies.