Atténuer les menaces et les effets destructeurs des tsunamis grâce à un système de navigation par satellite amélioré

COI/UNESCO

Atténuer les menaces et les effets destructeurs des tsunamis grâce à un système de navigation par satellite amélioré

Atténuer les menaces et les effets destructeurs des tsunamis grâce à un système de navigation par satellite amélioré 750 1000 Décennie de l'océan

Avec plus de 40 % de la population mondiale vivant à moins de 100 km des côtes - une tendance à la hausse - et de plus en plus exposée aux risques climatiques, des solutions d'adaptation urgentes et innovantes sont nécessaires pour faire face aux nombreux et divers défis auxquels sont confrontées les communautés et les écosystèmes dans ces zones. Grâce à un appel à candidatures lancé conjointement par le Fonds AXA pour la recherche et la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO dans le cadre de la Décennie de l'océan, sept projets de recherche postdoctorale novateurs ont été approuvés dans le cadre de la Décennie de l'océan et renforceront les interventions fondées sur la science pour la préservation des moyens de subsistance et la résilience des zones côtières.

Michela Ravanelli, l'une des sept boursières sélectionnées dans le cadre de l'appel conjoint du Fonds AXA pour la recherche et de la COI/UNESCO, lancera en septembre 2023 son projet "Altruiste" visant à améliorer la rapidité et la fiabilité des systèmes d'alerte aux tsunamis dans les zones côtières et les communautés sujettes aux tremblements de terre.

"Cette recherche s'appuiera sur un ensemble d'algorithmes et développera un outil basé sur le système mondial de navigation par satellite (GNSS)", explique Michela, qui se spécialise en géomatique. "L'objectif est d'améliorer la fiabilité, la précision et les systèmes d'alerte aux tsunamis en temps réel.

Au cours du siècle dernier, 58 tsunamis ont coûté la vie à plus de 260 000 personnes dans le monde. Bien que rares, ces phénomènes ont une force destructrice considérable et font plus de victimes que toute autre catastrophe naturelle, avec une moyenne de 4 600 morts par événement[1]. Les Nations unies préviennent que d'ici 2030, la moitié de la population mondiale vivra dans des zones côtières exposées à de fortes inondations, à des tempêtes et à des tsunamis, aggravés par l'élévation du niveau de la mer[2].

"Desdizaines de milliers de personnes et des milliards de dollars de biens sont menacés par le risque de tsunami à l'échelle mondiale, et nous devons donc développer des approches innovantes pour réduire les risques", déclare-t-elle. "Lorsqu'un tsunami généré par un tremblement de terre local peut frapper en quelques minutes, il est essentiel d'alerter et d'évacuer à temps.

Michela basera son travail sur l'approche variométrique totale développée par des chercheurs de l'Université Sapienza de Rome, en Italie, et testée lors du tremblement de terre d'Illapel de 2015, d'une magnitude de 8,3, au Chili. La méthode a donné des résultats prometteurs en soutenant le système classique d'alerte aux tsunamis, contribuant à une compréhension complète, une caractérisation rapide et une gestion des événements sismiques en temps réel.

Les tsunamis peuvent produire des ondes de gravité qui peuvent atteindre la partie supérieure de l'atmosphère, appelée ionosphère, et perturber les ions et les électrons qui la composent. Cette perturbation est détectable par les signaux GNSS. Grâce à différents algorithmes, l'approche variométrique totale permet de surveiller simultanément les mouvements du sol et les perturbations ionosphériques induites.

Au cours de sa bourse du Fonds AXA pour la recherche à l'université Sapienza de Rome, Michela améliorera les techniques de mesure des perturbations atmosphériques en développant de nouvelles procédures, en déterminant l'altitude correcte pour détecter les perturbations des tremblements de terre et des tsunamis dans l'ionosphère et en mettant en place un filtre de fond ionosphérique en temps réel.

"J'affinerai l'approche variométrique totale pour créer un outil en temps réel qui améliorera l'efficacité, la fiabilité et la précision des systèmes d'alerte aux tsunamis", explique-t-elle.

Les recherches de Michela porteront sur le défi 6 de la Décennie des océans, qui vise à améliorer les services d'alerte précoce multirisques pour tous les risques géophysiques, écologiques, biologiques, météorologiques, climatiques et anthropiques liés aux océans et aux zones côtières, et à intégrer la préparation et la résilience des communautés.

La deuxième phase du projet démontrera l'efficacité de la méthodologie dans un système d'alerte en temps réel - les tests auront lieu à l'Observatoire volcanologique et sismologique IPGP de Guadeloupe, l'un des quatre observatoires volcanologiques dédiés à la surveillance des volcans français actifs.

"Couplée aux systèmes d'alerte existants, tels que les sismomètres, les accéléromètres, les bouées et les marégraphes, la méthodologie développée devrait avoir un impact profond et étendu sur la communauté des systèmes d'alerte aux tsunamis", explique Michela. "Nous sauverons des vies en regardant le ciel!

Le projet vise à apporter un soutien supplémentaire aux autorités locales et aux gouvernements dans la mise en place et le maintien d'une préparation pour une réponse efficace aux tsunamis. À long terme, la méthodologie devrait être exportée vers d'autres zones tsunamigènes.

Pour plus de détails sur le projet de Michela, visitez sa page d'action sur le site de la Décennie des océans. page d'action sur le site web de la Décennie des océans et sa page de son projet sur le site du Fonds AXA pour la recherche.

Pour plus de détails sur les projets gagnants, visitez la page des boursiers postdoctoraux AXA. page des boursiers postdoctoraux AXA.

***

A propos de la COI/UNESCO :

La Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO (COI/UNESCO) encourage la coopération internationale dans le domaine des sciences de la mer afin d'améliorer la gestion de l'océan, des côtes et des ressources marines. La COI permet à ses 150 États membres de travailler ensemble en coordonnant des programmes de développement des capacités, d'observation et de services océaniques, d'océanographie et d'alerte aux tsunamis. Le travail de la COI contribue à la mission de l'UNESCO qui est de promouvoir le progrès de la science et de ses applications pour développer les connaissances et les capacités, clés du progrès économique et social, fondement de la paix et du développement durable.

À propos de la Décennie de l'océan :

Proclamée en 2017 par l'Assemblée générale des Nations unies, la Décennie des Nations unies pour l'océanologie au service du développement durable (2021-2030) ("la Décennie de l'océan") vise à stimuler l'océanologie et la production de connaissances afin d'inverser le déclin de l'état du système océanique et de catalyser de nouvelles possibilités de développement durable de cet immense écosystème marin. La vision de la Décennie de l'océan est "la science dont nous avons besoin pour l'océan que nous voulons". La Décennie de l'océan fournit un cadre de rassemblement pour les scientifiques et les parties prenantes de divers secteurs afin de développer les connaissances scientifiques et les partenariats nécessaires pour accélérer et exploiter les progrès de l'océanographie afin de parvenir à une meilleure compréhension du système océanique et de fournir des solutions scientifiques pour réaliser l'Agenda 2030. L'Assemblée générale des Nations unies a chargé la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO (COI/UNESCO) de coordonner les préparatifs et la mise en œuvre de la Décennie.

À propos du Fonds AXA pour la recherche :

Le Fonds AXA pour la Recherche a été lancé en 2008 pour répondre aux questions les plus importantes auxquelles notre planète est confrontée. Sa mission est de soutenir la recherche scientifique dans des domaines clés liés au risque et d'aider à la prise de décision fondée sur la science dans les secteurs public et privé. Depuis son lancement, le Fonds AXA pour la Recherche a engagé un total de 250 millions d'euros dans le financement scientifique et a soutenu près de 700 projets de recherche dans les domaines de la santé, du climat et de l'environnement, et de la socio-économie.

[1] https://www.un.org/en/observances/tsunami-awareness-day

[2] https://news.un.org/en/story/2021/11/1104972

LA DÉCENNIE DE L'OCÉAN

La science dont nous avons besoin pour l'océan que nous voulons

CONTACTEZ-NOUS

PROCHAINS ÉVÉNEMENTS

S'INSCRIRE À NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Rejoignez #OceanDecade

Préférences en matière de protection de la vie privée

Lorsque vous visitez notre site web, celui-ci peut stocker des informations à travers votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Vous pouvez ici modifier vos préférences en matière de protection de la vie privée. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir une incidence sur votre expérience de notre site web et sur les services que nous sommes en mesure d'offrir.

Pour des raisons de performance et de sécurité, nous utilisons Cloudflare
requis

Activer/désactiver le code de suivi de Google Analytics dans le navigateur

Activer / désactiver l'utilisation des polices Google dans le navigateur

Activer/désactiver l'intégration de vidéos dans le navigateur

Politique de confidentialité

Notre site web utilise des cookies, provenant principalement de services tiers. Définissez vos préférences en matière de confidentialité et/ou acceptez notre utilisation des cookies.