La foresterie communautaire dans les mangroves pour des moyens de subsistance côtiers résilients

COI/UNESCO

La foresterie communautaire dans les mangroves pour des moyens de subsistance côtiers résilients

La foresterie communautaire dans les mangroves pour des moyens de subsistance côtiers résilients 711 1000 Décennie de l'océan

Avec plus de 40 % de la population mondiale vivant à moins de 100 km des côtes - une tendance à la hausse - et de plus en plus exposée aux risques climatiques, des solutions d'adaptation urgentes et innovantes sont nécessaires pour faire face aux nombreux et divers défis auxquels sont confrontées les communautés et les écosystèmes dans ces zones. Grâce à un appel à candidatures lancé conjointement par le Fonds AXA pour la recherche et la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO dans le cadre de la Décennie de l'océan, sept projets de recherche postdoctorale novateurs ont été approuvés dans le cadre de la Décennie de l'océan et renforceront les interventions fondées sur la science pour la préservation des moyens de subsistance et la résilience des zones côtières.

Valerie Hagger, écologiste et spécialiste de la conservation, est l'une des sept lauréates de l'appel conjoint du Fonds AXA pour la recherche et de la COI/UNESCO. Ses recherches éclairent la gestion des zones humides côtières en identifiant des moyens d'améliorer la protection et la restauration des mangroves, des marais salants et des forêts inondables, ainsi que le rétablissement de la biodiversité. Lancée en janvier 2023, sa recherche actuelle vise à accroître la résilience des moyens de subsistance côtiers grâce à la foresterie communautaire des mangroves.

"Les communautés côtières dépendent des mangroves pour la pêche, le bois de construction et le bois de chauffage, ainsi que pour la protection contre les inondations lors de tempêtes intenses. Cependant, les précieux services qu'elles fournissent risquent de disparaître dans certaines régions en raison d'une gouvernance et de politiques inappropriées" ,explique Valerie. "Mon projet vise à étudier comment la gestion communautaire et indigène des forêts, connue sous le nom de foresterie communautaire, peut améliorer la conservation et la restauration des mangroves dans le monde entier."

Les mangroves poussent là où la terre rencontre la mer et sont les seuls arbres à pouvoir vivre dans les eaux salées. Selon le Global Mangrove Watch, les forêts de mangroves couvraient environ 147 350km2 en 20201, ce qui équivaut à peu près à la taille du Bangladesh. En raison de l'impact des activités humaines et du changement climatique, ces écosystèmes sont parmi les plus menacés de la planète[1]. On estime qu'environ un tiers de l'ensemble des forêts de mangrove a disparu avant 20003, et que le déclin s'est poursuivi de 3,4 % entre 1996 et 20201. Cette tendance est particulièrement préoccupante, car les mangroves jouent un rôle crucial dans l'atténuation du changement climatique en stockant de grandes quantités de carbone. Elles servent d'habitat à diverses espèces et protègent environ 3,5 millions de personnes des conséquences du réchauffement climatique, notamment des ondes de tempête, des inondations, de l'érosion et de l'élévation du niveau de la mer[2].

"Le déclin continu des mangroves représenterait une perte à la fois écologique et économique que les communautés côtières ne peuvent pas se permettre", déclare Mme Valerie. "Leur préservation et leur régénération peuvent contribuer à protéger les modes de vie traditionnels, à soutenir la sécurité alimentaire, à améliorer la santé des océans, à protéger la biodiversité et à soutenir l'action climatique."

Les mangroves font partie de systèmes socio-écologiques complexes. Par conséquent, une approche efficace de la conservation et de la restauration doit être multidimensionnelle et tenir compte des processus sociaux, économiques et écologiques qui influencent les écosystèmes, tels que les politiques et les activités de conservation, l'intégration des mangroves dans les zones protégées et la bonne gouvernance avec des mesures de lutte contre la corruption et des niveaux plus élevés de démocratie, parallèlement à l'activité économique locale et aux facteurs biophysiques[3] .

L'un de ces moteurs, le soutien national à la foresterie communautaire, s'est avéré avoir un impact positif sur la conservation des mangroves[4]. Cette pratique, appelée "foresterie communautaire", s'appuie sur une approche participative de la gestion forestière qui implique à la fois les communautés et les petits exploitants dans la gouvernance et la gestion des ressources forestières en vue d'assurer la durabilité.

Dans le cadre de cette approche, les communautés sont soit propriétaires des forêts, soit autorisées par l'État à récolter des produits forestiers pour les vendre afin de générer des revenus ou pour leur usage personnel. La gestion durable de la forêt peut avoir des effets positifs sur le bien-être des communautés.

"Dans les zones arides, il a été démontré que la foresterie communautaire réduisait à la fois la perte de forêts et la pauvreté, ce qui a eu des effets positifs sur la conservation et la société", explique Valérie. "Cependant, la foresterie communautaire dans les mangroves est une pratique émergente et les avantages pour la conservation des mangroves et les moyens de subsistance des communautés dans différents contextes sociaux et biophysiques doivent encore être évalués."

Dans le cadre de sa bourse du Fonds AXA pour la recherche à l'université du Queensland, en Australie, Valerie effectue une méta-analyse des études portant sur la gestion communautaire ou indigène des mangroves afin d'identifier les facteurs qui influencent la réussite des projets de foresterie communautaire, notamment la politique du pays, la gouvernance, le régime foncier, les droits des indigènes, les pratiques de gestion forestière, l'égalité des femmes et la pauvreté, parmi d'autres.

Valerie analyse les projets de foresterie communautaire de mangrove dans des pays aux contextes socio-économiques différents, notamment le Myanmar, les Fidji, l'Indonésie, l'Australie, le Mexique et le Kenya, qui ont en commun le problème de la déforestation. En collaboration avec des partenaires dans ces pays, elle évalue l'influence des variables sociales et économiques et des pratiques de gestion forestière sur la santé des mangroves. Les méthodes utilisées peuvent comprendre des entretiens avec les populations locales pour déterminer comment elles gèrent la forêt, des observations terrestres par satellite et des travaux sur le terrain pour évaluer la santé des mangroves. . Cette évaluation scientifique complète servira de base à l'identification des facteurs et des stratégies nécessaires pour mettre en œuvre avec succès des politiques et des programmes de foresterie communautaire pour les mangroves.

Le projet de Valérie permettra aux organisations, telles que les organisations de conservation, d'allouer leurs ressources plus efficacement pour protéger et restaurer les mangroves et fournir des services écosystémiques aux populations côtières. Il permettra également de relever les défis 2, 4 et 6 de la Décennie des océans, qui visent respectivement à protéger et à restaurer les écosystèmes et la biodiversité, à développer une économie océanique durable et équitable et à intégrer la préparation et la résilience des communautés.

"Les résultats du projet contribueront à informer les politiques et à soutenir la prise de décision afin de promouvoir une foresterie communautaire efficace dans les mangroves, d'une manière qui tienne compte des droits des peuples autochtones et des pratiques de gestion coutumières, et qui renforce la résilience face aux risques océaniques", conclut-elle.

Pour plus de détails sur le projet de Valérie, visitez sa page d'action sur le site web de la Décennie des océans. page d'action sur le site web de la Décennie des océans et sa page de son projet sur le site du Fonds AXA pour la recherche.

Pour plus de détails sur les projets gagnants, visitez la page des boursiers postdoctoraux AXA. page des boursiers postdoctoraux AXA.

***

A propos de la COI/UNESCO :

La Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO (COI/UNESCO) encourage la coopération internationale dans le domaine des sciences de la mer afin d'améliorer la gestion de l'océan, des côtes et des ressources marines. La COI permet à ses 150 États membres de travailler ensemble en coordonnant des programmes de développement des capacités, d'observation et de services océaniques, d'océanographie et d'alerte aux tsunamis. Le travail de la COI contribue à la mission de l'UNESCO qui est de promouvoir le progrès de la science et de ses applications pour développer les connaissances et les capacités, clés du progrès économique et social, fondement de la paix et du développement durable.

À propos de la Décennie de l'océan :

Proclamée en 2017 par l'Assemblée générale des Nations unies, la Décennie des Nations unies pour l'océanologie au service du développement durable (2021-2030) ("la Décennie de l'océan") vise à stimuler l'océanologie et la production de connaissances afin d'inverser le déclin de l'état du système océanique et de catalyser de nouvelles possibilités de développement durable de cet immense écosystème marin. La vision de la Décennie de l'océan est "la science dont nous avons besoin pour l'océan que nous voulons". La Décennie de l'océan fournit un cadre de rassemblement pour les scientifiques et les parties prenantes de divers secteurs afin de développer les connaissances scientifiques et les partenariats nécessaires pour accélérer et exploiter les progrès de l'océanographie afin de parvenir à une meilleure compréhension du système océanique et de fournir des solutions scientifiques pour réaliser l'Agenda 2030. L'Assemblée générale des Nations unies a chargé la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO (COI/UNESCO) de coordonner les préparatifs et la mise en œuvre de la Décennie.

À propos du Fonds AXA pour la recherche :

Le Fonds AXA pour la Recherche a été lancé en 2008 pour répondre aux questions les plus importantes auxquelles notre planète est confrontée. Sa mission est de soutenir la recherche scientifique dans des domaines clés liés au risque et d'aider à la prise de décision fondée sur la science dans les secteurs public et privé. Depuis son lancement, le Fonds AXA pour la Recherche a engagé un total de 250 millions d'euros dans le financement scientifique et a soutenu près de 700 projets de recherche dans les domaines de la santé, du climat et de l'environnement, et de la socio-économie.

1 Bunting, P. ; Rosenqvist, A. ; Hilarides, L. ; Lucas, R.M. ; Thomas, T. ; Tadono, T. ; Worthington, T.A. ; Spalding, M. ; Murray, N.J. ; Rebelo, L-M. Changement de l'étendue mondiale des mangroves 1996 - 2020 : Global Mangrove Watch Version 3.0. Remote Sensing. 2022 https://doi.org/10.3390/rs14153657 [1 ] Goldberg, L., Lagomasino, D., Thomas, N., Fatoyinbo, T. 2020. Global declines in human-driven mangrove loss. Global Change Biology 26, 5844-5855. https://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/gcb.15275

[2] Blankespoor, B., Dasgupta, S., Lange, G.M. 2017. Les mangroves comme protection contre les ondes de tempête dans un climat changeant. Ambio 46, 478-491. https://link. springer.com/article/10.1007/s13280-016-0838-x

[3] Hagger, V., Worthington, T.A., Lovelock, C.E., et al. 2022. Drivers of global mangrove loss and gain in social-ecological systems. Nature Communications 13(1):6373. https://www.nature.com/articles/s41467-022-33962-x

[4] Hagger, V., Worthington, T.A., Lovelock, C.E. et al. 2022. Drivers of global mangrove loss and gain in social-ecological systems. Nature Communications 13(1):6373. https://www.nature.com/articles/s41467-022-33962-x

LA DÉCENNIE DE L'OCÉAN

La science dont nous avons besoin pour l'océan que nous voulons

CONTACTEZ-NOUS

PROCHAINS ÉVÉNEMENTS

S'INSCRIRE À NOTRE LETTRE D'INFORMATION

Rejoignez #OceanDecade

Préférences en matière de protection de la vie privée

Lorsque vous visitez notre site web, celui-ci peut stocker des informations à travers votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Vous pouvez ici modifier vos préférences en matière de protection de la vie privée. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir une incidence sur votre expérience de notre site web et sur les services que nous sommes en mesure d'offrir.

Pour des raisons de performance et de sécurité, nous utilisons Cloudflare
requis

Activer/désactiver le code de suivi de Google Analytics dans le navigateur

Activer / désactiver l'utilisation des polices Google dans le navigateur

Activer/désactiver l'intégration de vidéos dans le navigateur

Politique de confidentialité

Notre site web utilise des cookies, provenant principalement de services tiers. Définissez vos préférences en matière de confidentialité et/ou acceptez notre utilisation des cookies.